Coopération, gouvernance, territoires et transition énergétique
93 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Coopération, gouvernance, territoires et transition énergétique

Description

Les nouveaux systèmes énergétiques qui se mettent en place pour la transition énergétique nécessitent plus de coopération, plus de partenariats entre des partenaires plus variés (entreprises publiques, privées, coopératives, collectivités locales, …), et plus de coordination pour une gestion efficace des réseaux (smart grids).
Les textes rassemblés dans ce livre analysent les nouvelles configurations technico-institutionnelles qui articulent l'action de nombreuses parties-prenantes, tant au Nord qu'au Sud, et nécessitent de ce fait une gouvernance renouvelée et complexe.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 janvier 2018
Nombre de lectures 4
EAN13 9782336806501
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

« Éditions Campus ouvert » Direction éditoriale: Vincent Plauchu, Maître de Conférences honoraire en Économie (Université Pierre Mendès-France, Grenoble). Coordination: Pierre Croce, Ingénieur d’Études (Université Pierre Mendès-France, Grenoble). Cette maison d’édition créée par l’Association pour la Diffusion d’Études et Recherches (ADER) a pour principal objectif de rendre accessibles, à des prix raisonnables, des cours dispensés dans le champ des Sciences Sociales, et de diffuser des Documents, Études et Recherches qui ne trouveraient pas leur place dans le secteur commercial classique . ADER : 10 rue champ Rochas – 38240 MEYLAN Le « photocopillage » tue le livre e e Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L. 122-5, 2 et 3 a, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute re présentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L.122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Illustration de couverture: © 2017, Nathalie Stecki.Maquette: Frédéric Schmitt. © 2017,Campus Ouvert http://editionscampusouvert.wordpress.com/ editions.campus-ouvert@orange.fr EAN Epub : 978-2-336-80650-1 Distribution: Éditions L’Harmattan, 16 rue des Écoles – 75005 Paris www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr
Amélie ARTIS(Dir.) Coopération, gouvernance, territoires et transition écologique Éditions «CampusOuvert » 2017
Cet ouvrage a bénéficié du soutien financier de la Commu nauté Université Grenoble Alpes via le dispositif AGIR P OLE, porté par les six pôles de recherche de la co mmunauté universitaire, qui a pour objectif de contribuer au dévelop pement de projets scientifiques émergents en soutenant les idées nouvelles et la collaboration entre laboratoires.
Sommaire Couverture 4e de couverture Copyright Titre Avant Propos Vincent PLAUCHU Introduction Amélie ARTIS Transition énergétique et collectivités territoriales : une délicate prise en main Stéphane LA BRANCHE Réseau et territoire, acteurs en réseau : l’enjeu de la gouvernance énergétique Céline MARTIN, Marie FORGET, Véronique PEYRACHE-GADEAU Grenoble-Alpes Métropole et les acteurs de la transition énergétique Bertrand SPINDLER Les coopératives énergétiques dans un système énergétique national : regards croisés entre la France et l’Italie Amélie ARTIS, Anastasia PANENKO, Enzo PEZZINI REScoop.eu : la Fédération européenne des coopératives et groupement citoyen pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique Dirk VANSINTJAN Stratégies et projets urbains : Vers de nouveaux modèles de mobilisation des acteurs Natacha SEIGNEURET Contribuer à la transition énergétique grâce à la mobilisation d’un précédent urbain : le modèle e desgarden cities, son évolution à travers le XX siècle et son potentiel prospectif à travers l’enseignement en école d’Architecture Nicolas VERNET, Nicolas DUBUS, Malaury FORGET La prospective citoyenne pour comprendre et construire une transition énergétique et sociétale à l’échelle locale. L’exemple de Virage-énergie en région Nord-Pas de Calais Barbara NICOLOSO, Mathieu LE DÛ Alliances et transition énergétique Laure VICARD L’approche de Schneider Electric pour la transition énergétique : une ambition globale qui s’appuie sur de multiples partenariats Aurélie JARDIN, Leslie ZAMBELLI Coopération, gouvernance et territoire : leviers vers la transition énergétique ? Marthe DJUIKOM La gouvernance locale du service d’électricité à l’épreuve de la fragmentation de l’offre d’électrification en milieu rural Rhosnie FRANCIUS Conclusion Amélie ARTIS Postface Par Vincent PLAUCHU
Éléments biographiques relatifs aux auteurs
Avant Propos Vincent PLAUCHU UELLE BONNE IDÉEque de rassembler des chercheurs et des profession nels pour se s’eQngagent dans la transition énergétique. En effet, vu la multiplicité d’acteurs qui doivent coopérer demander comment s’organise la coopération et la go uvernance sur les territoires qui dans ces nouveaux réseaux, on aboutit souvent à des configurations assez complexes. En ce qui concerne la production et la distribution d’énergie, les choses étaient, à vrai dire, bien plus simples du temps des Trente Glorieuses… En car icaturant, il y avait dans chaque pays une grande entreprise publique (EDF en France, ENEL en Italie, Hydro-Québec au Québec dans les années 1960… SENEL au Sénégal,…) qui avait le monopole de la production et de la distribution de l’énergie, et qui, avec l’appui de l’État, faisait seule les grands choix technologiques, économiques et financiers. Les Charbonnages de France géraient leu r régression charbonnière, et Elf (qui deviendra Total) assurait l’approvisionnement pétrolier en co ncurrence avec des filiales des sept sœurs (BP, Esso,…). L’énergie abondante et bon marché coulait à flot, et devenait tout doucement la drogue dure de nos sociétés. Mais depuis, le paysage a quelque peu changé ; il s ’est même incroyablement modifié et compliqué : • D’abord, l’Europe s’en est mêlée, poursuivant sans relâche son objectif de « concurrence libre et non faussée » dans des marchés impliquant le retrait des États, la privatisation des entreprises publiques, et une régulation confiée à des « autorités » indépendantes. Malgré une tendance à l’unification progressive des marchés, notons qu’il n’y a jamais eu de politique européenne commune de l’énergie (même si une politique climatique commune est en forte émergence et que cela pousse vers une telle politique énergétiqu e). Dans le même temps, le F MI et la Banque Mondiale imposaient la même recette aux pays du Sud via les Plans d’Ajustement Structurel : privatisation, ouverture à la concurrence, coupure des liens avec l’État et instance de régulation indépendante. • Les chocs pétroliers ont brutalement mis en évidence la dépendance énergétique vis-à-vis des producteurs de pétrole, ce qui a poussé chaque pays à chercher à accéder à un minimum d’indépendance énergétique. C’est dans ce contexte que la France a décidé de se doter d’un parc très important de centrales nucléaires. C’est aussi un des facteurs qui sont à la base la stratégie de Lisbonne de l’UE. • La prise de conscience de l’inéluctable déplétion pétrolière (Pic de Hubbert) a remis en cause la croissance indéfinie de la consommation d’énergie carbonée. • Enfin, la mise en évidence du réchauffement planétaire a fait prendre conscience de l’impératif de décarbonisation de nos sociétés, et donc la néce ssité d’unetransition énergétiquenous permettant de passer des énergies fossiles aux énergies renouvelables. Les énergies renouvelables ? Parlons-en ! Elles se caractérisent par leurétalementsur le territoire (puisqu’il s’agit de capter l’énergie du soleil soi t directement (solaire thermique, solaire photovoltaïque), soit indirectement (hydraulique, éolien, biomasse sous ses différentes formes : bois, huiles, éthanol, biogaz). Outre cet étalement – à vrai dire : cette dispersion – elles se caractérisent par leur intermittence, ce qui nécessite donc des complémentarités entre les dispositifs, et donc plus de coordination, de coopération, et une gouvernance plus complexe entre les acteurs du secteur. Au total, la nouvelle configuration du paysage éner gétique est radicalement différente de l’ancienne. Elle se caractérise par : • la multiplicité des acteurs : des entreprises publiques, des entreprises privées, des coopératives de production et/ou de distribution, des régies, des centrales villageoises sous divers statuts, des investisseurs, des collectivités locales, des particuliers-producteurs… et, bien sûr, toujours les États et l’Europe ; • la multiplicité des solutions techniques possibles : d’abord en ce qui concerne la production d’énergie renouvelable (cf. la typologie ci-dessus) ; ensuite la forme de cet te production (centralisée, décentralisée) et sa taille (de la micro-éolienne au méga-parc éolien en pleine mer) ; enfin en ce qui concerne la distribution entre l’injection directe dans le grand réseau et les différentes formes de réseaux locaux ;
• la complexité de la gestion du réseau et de la co ordination technique à mettre en place pour assurer une alimentation continue du réseau et la complexité de la régulation technique de tous ces producteurs et de tous les consommateurs (retraits volontaires temporaires, délestage, et 1 surtout, maintenant, réseaux intelligents dits aussismart grids…) ; • la complexité de la régulation sociopolitique à mettre en place depuis les autorités nationales de régulation jusqu’à la conciliation des projets sur une même commune (avec ou sans contrôle communal), et en n’oubliant pas de réduire la précarité énergétique (au Nord et au Sud), voire même les zone de non raccordement ou de non fourniture (au Sud) ; Tout cela nécessite (et induit) beaucoup decoopérationsur desterritoiresdonnés, et un fort besoin degouvernance. C’est dire si le thème de la journée d’étude organisée le 08 décembre 2017 par le laboratoire Pacte-CNRS à Grenoble, et justement intitulée «Coopération, gouvernance, territoires et transition énergétique », est pertinent : c’est en effet vraiment un sujet important et d’actualité. Ce livre reprend des communications présentées ce jour-là. Bonne lecture !
1Un réseau électrique intelligent –smart griden anglais – est un outil d’optimisation de la gestion d’un réseau de distribution d’électricité. Il consiste à organiser, informatiquement et en temps réel, la circulation d’informations entre les fournisseurs et les consommateurs pour permettre d’ajuster au mieux la production et la consommation d’électricité. Il permet ainsi d’améliorer l’efficacité énergétique de l’ensemble.