Mes premières abeilles

-

Livres
48 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

BZZ BZZ BZZ !!! Avoir des ruches dans le jardin, c'est possible ? Bien sûr ! En plus, c'est hyper gratifiant : tout en vous régalant de miel, vous participerez à la préservation de la biodiversité !

La pratique de l'apiculture nécessite quelques connaissances de base que vous trouverez dans ce livre, véritable mode d'emploi de l'apiculteur débutant : choix de l'emplacement et des ruches, découverte des abeilles, utilisation de l'enfumoir, ouverture de la ruche, inspection des cadres, récolte du miel, calendrier apicole...
Vive les abeilles !


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 mars 2013
Nombre de visites sur la page 103
EAN13 9782815304504
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0022 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Mes premières abeilles

Mes premières abeilles

PIERRE MARÉCHAL

Rustica

CHAPITRE 1

L’INSTALLATION DU RUCHER

L’EMPLACEMENT DU RUCHER

Installer une seule ruche, c’est déjà créer un rucher ! Le choix de l’emplacement, et en particulier de l’exposition, est décisif pour l’avenir des colonies. En effet, l’important n’est pas tant l’orientation que l’ensoleillement qui arrive sur la planche d’envol et qui incite les abeilles à s’organiser tôt le matin pour les collectes.

> MAIS OÙ METTRE LA RUCHE ?

Choisissez un endroit ensoleillé et à l’abri du vent. Les trous d’envol doivent être orientés vers le sud/sud-est en évitant toute zone de passage.

Inclinez légèrement la ruche vers l’avant pour faciliter l’évacuation des déchets et de l’humidité liée à la condensation à l’intérieur de la ruche. Une stabilité parfaite de la ruche empêche, lors de grands vents, la chute de la ruche, et la pose d’une pierre au-dessus du toit évite qu’il ne s’envole.

Enlevez les mauvaises herbes pour que les abeilles ne soient pas gênées dans leur activité par un obstacle et isolez la ruche du sol à l’aide de parpaings de construction.

À BOIRE !

L’eau est indispensable à l’existence de l’abeille, mais aussi au développement du couvain et en particulier des larves. S’il n’y a aucune source d’eau naturelle comme un ruisseau ou un étang, un fût de récupération des eaux de pluie peut servir de réservoir.

> LA LOI DIT QUE…

Les ruches doivent être situées à plus de 100 m d’une habitation ou d’un établissement à caractère collectif (hôpital, école, caserne…).

Toutefois, des dispositions spéciales d’emplacement peuvent être prescrites par les maires des communes en vue d’assurer la sécurité des personnes, des animaux et la préservation des récoltes et des fruits et leur cueillette. Elles doivent aussi être situées à plus de 20 m d’une voie publique ou d’une propriété voisine (à plus de 10 m si la propriété voisine est un bois, des landes, des friches).

Ces mesures peuvent faire l’objet de dispositions spéciales prises par le préfet sur demande des intéressés. Ces prescriptions de distance ne s’appliquent pas si le rucher est entouré d’un obstacle continu d’au moins 2 m de haut : mur, palissade de planches, haie vive ou sèche. Ainsi, un rucher entouré d’un mur haut de 2 m peut, au regard de la loi, être installé à l’emplacement de son choix.

Selon l’article 211.6 et 7 du code rural, le maire ou le préfet peuvent refuser l’installation de ruches dans des zones à risque, quelle que soit la distance des ruches.

Il est donc indispensable, avant d’installer votre rucher, de prendre connaissance de ces réglementations et de les respecter scrupuleusement.

> UN PEU DE PAPERASSE !

Les apiculteurs doivent obligatoirement faire la déclaration de leur rucher chaque année, et ce dès l’acquisition de leur première ruche, entre le 1er janvier et le 31 décembre de l’année en cours.

Mais pour ce faire, l’apiculteur doit d’abord être titulaire soit d’un numéro Siret, soit d’un numéro Numagrit.

NUMAGRIT OU SIRET ?

Le choix entre Numagrit et Siret ne dépend pas du nombre de ruches, mais de l’usage que l’apiculteur fait des produits de ses ruches.

Si l’apiculteur consomme tous les produits de ses ruches uniquement dans le cadre familial, le numéro Numagrit, délivré par la Direction Départementale en charge de l’agriculture ou des services vétérinaires, peut suffire. Si l’apiculteur offre les produits de ses ruches à des amis ou s’il vend ses produits, il lui faut un numéro Siret obtenu auprès du Centre de Formalité des Entreprises de la Chambre d’Agriculture.

LA DÉCLARATION ANNUELLE DES RUCHERS

Le formulaire de déclaration de détention et d’emplacement de rucher (Cerfa n° 13995*01) est téléchargeable sur le site suivant : www.service-public.fr/formulaires/

Il est également disponible auprès des Directions Départementales de Protection des Populations (DDPP) ou auprès d’organisations professionnelles apicoles.

La première fois, l’apiculteur doit envoyer le formulaire à la Direction des Services Vétérinaires de sa région (DSV). Par la suite, cet organisme envoie chaque année la déclaration annuelle que doit remplir l’apiculteur avec le nombre et emplacement des ruches pour l’année en cours.

L’IMMATRICULATION DES RUCHES

Après la première déclaration, l’apiculteur reçoit un numéro d’immatriculation ou numéro d’apiculteur attribué par la Direction des Services Vétérinaires. Ce numéro doit alors être apposé sur le corps extérieur d’au moins une ruche sur dix ou sur un panneau planté et placé à proximité du rucher. Le numéro d’immatriculation est porté sur le récépissé de la déclaration. Il doit être reproduit en caractères apparents et indélébiles, d’au moins 8 cm de hauteur et 5 cm de largeur. L’apiculteur garde ce numéro de façon permanente.

UN IMPÔT ?

Si vous possédez plus de dix ruches, vous devez les déclarer lors de votre déclaration annuelle de revenus en remplissant le formulaire de « bénéfices agricoles forfaitaires », document Cerfa n° 2342, à retirer au Centre des impôts de votre région.