La linguistique en images
178 pages
Français

La linguistique en images

-

Description

Qu’est-ce que la linguistique et que nous apprend-t-elle sur notre nature humaine ?


Plus que tout autre chose, notre langage est ce qui humanise le plus notre condition. La linguistique étudie la structure, la fonction et les phénomènes de notre langage et nous décrit des aspects fascinants sur notre faculté de langage. Ce livre retrace également l’histoire de cette discipline, d’Aristote à Chomsky, en incluant les contributions majeures de Saussure, le Cercle de Prague, les structuralistes américains, Sapir, Bloomfield et les autres. L’auteur donne également un aperçu des travaux les plus récents comme l’acquisition de la première langue pour les enfants, l’interprétation du langage par le cerveau, le langage des signes…


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 avril 2017
Nombre de lectures 4
EAN13 9782759820795
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

R.L. TRASK & BILL MAYBLIN
2
Dans la même collection : Les fractales en îmages,2016, ISBN : 978-2-7598-1769-6 Les statîstîques en îmages,: 978-2-7598-1770-22016, ISBN L'îninî en îmages,: 978-2-7598-1771-92016, ISBN Stephen Hawkîng en îmages,: 978-2-7598-1966-92016, ISBN L'întellîgence artîicîelle en îmages,2015, ISBN : 978-2-7598-1772-6 Les mathématîques en îmages,2015, ISBN : 978-2-7598-1737-5 La génétîque en îmages,: 978-2-7598-1767-22015, ISBN La logîque en îmages,2015, ISBN : 978-2-7598-1748-1 La relatîvîté en îmages,: 978-2-7598-1728-32015, ISBN Le temps en îmages,: 978-2-7598-1228-82014, ISBN La théorîe quantîque en îmages,2014, ISBN : 978-2-7598-1229-5 La physîque des partîcules en îmages,2014, ISBN : 978-2-7598-1230-1 La psychologîe en îmages,2014, ISBN : 978-2-7598-1231-8
Édition originale : Linguistics, © Icon Books Lts, London, 2009. Traduction : Anne Confuron – relecture : Gaëlle Courty
Imprîmé en France par Présence Graphîque, 37260 Monts Mîse en page de ’édîtîon françaîse : studîowakeup.com
ISBN : 9782759817689
Tous droits de traduction, d’adaptation et de reproduction par tous procédés, réservés pour tous pays. La loi du 11 mars 1957 n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article 41, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinés à une utilisation collective », et d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants er cause est illicite » (alinéa 1 de l’article 40). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du code pénal.
© EDP Sciences, 2017
Un peu d'histoire à propos de la linguistique
Les êtres humaîns parent probabement depuîs eur apparîtîon sur Terre, maîs cea ne faît que 3 000 ans à peu près que 'on a commencé à s'întéresser au angage et à 'étudîer. Cea s'est produît de manîère tout à faît îndépendante, dans deux endroîts dîfférents.
L'analyse grammaticale s'est développée très tôt dans l'Inde ancienne.
Une description de la grammaire a également fait son apparition chez les Grecs anciens.
Maîs commençons par un exempe îssu de a tradîtîon îndîenne.
3
4
Un linguiste indien e La vîe de Panînî (autour duVsîèce avant J.-C.) n'est pas connue maîs – – son œuvre, 'Astadhayayî, est 'aboutîssement d'études antérîeures réaîsées en phonoogîe et en grammaîre. L'approche de a grammaîre de Panînî exîge que es morceaux de mots soîent d'abord coés es uns aux autres. Des règes devraîent aors être appîquées pour convertîr ces séquences en formes de surface correctes. Panînî a travaîé sur e sanskrît, maîs nous pouvons très bîen îustrer sa méthode avec a angue françaîse. Examînons e verbe pénétrer
et son adjectîf connexe
impénétrable
quî sîgnîie « ne pouvant pas être pénétré ». I est constîtué du préixe négatîf
in - (comme dans însensé), pénétrer de a racîne ble et du sufixe -
Donc, pour commencer, nous avons
inpénétrerble
Nous avons besoîn maîntenant de queques règes que nous aons appîquer à a prononcîatîon, maîs pas nécessaîrement à 'orthographe.
Premièrement,sî a racîne d'un verbe se termîne pareret qu'ee est îmmédîatement suîvîe par une autre consonne (commeb), aîssez tomber erde a racîne du verbe.
Deuxièmement,sî nous avons maîntenant un sonEong suîvî du sufixeble, changez ceEong par a voyee faîbeA.
Troisièmement,sî unnest îmmédîatement suîvî par une consonne prononcée avec es èvres, commeb, changez enpour em.
Ces règes produîsent e résutat requîs :
impénétrable
Je ferai quelque chose comme cela… mais beaucoup, beaucoup plus tard !
Le stye forme d'anayse phonoogîque de Panînî se projette 2 000 ans dans e futur sur 'approche de Noam Chomsky dans es années 1960 – et, en effet, Chomsky a reconnu ce qu'î devaît au grammaîrîen îndîen.
5
6
Les origines grecques de la linguistique
Même sî a tradîtîon îndîenne étaît nettement pus sophîstîquée, ce sont es Grecs quî ont fondé a tradîtîon européenne.
Le grand savant grecAristote(384-322 avant J.-C.) a franchî a premîère étape.
J'ai séparé la phrase en deux parties que j'ai appelées lesujetet leprédicat.
SUJET : Le roi de Perse
Le verbe grecleípo, « aîsser », comme n'împorte que verbe grec, compte pus de 300 formes dîfférentes.
leípeinaîsser leíponaîssant leípseinêtre sur e poînt de aîsser leípsonaant aîsser lipeinavoîr aîssé leípoje aîsse leípeistu aîsses leípeiî/ee aîsse leípomennous aîssons leípetevous aîssez leípousiîs/ees aîssent leípo(que) je puîsse aîsser leipoimipuîs-je aîsser leipsoje aîsseraî leípsoimipourraî-je aîsser (futur) éliponje aîssaîs lípo(que) je pourraîs aîsser lípoimij'aî peut-être aîssé léloipaj'aî aîssé eleloípej'avaîs aîssé leípomaije reste leípomaije resteraî
PRÉDICAT : a conduit une grande armée en Grèce.
Arîstote n'est pas aé pus oîn, maîs cette séparatîon est toujours reconnue aujourd'huî comme étant un éément fondamenta de 'anayse des phrases.
elipómenje restaîs léleimmaije suîs resté –´ leiphthesomaije seraî aîssé elíphthenje restaîs
Grammaire ou parties du discours
Les travaux des Grecs ont atteînt eur apogée dans es écrîts d’Apollonios Dyscole(110–175 après J.-C.) etDenys le Thrace(du deuxîème au premîer sîèce avant J.-C.). C'est Denys quî a pubîé a premîère grammaîre compète du grec, dont queques partîes seuement subsîstent aujourd'huî. Le grec ancîen étaît une angue dans aquee a pupart des mots pouvaîent prendre de nombreuses termînaîsons dîfférentes à des ins grammatîcaes.
En examînant e fonctîonnement des mots grecs, et surtout de ces termînaîsons, Denys en a concu qu'îs entraîent sîmpement dans huît catégorîes, que nous désîgnons comme étant espartîes du dîscours.
Mes catégories étaient les noms, verbes, articles, pronoms, prépositions, conjonctions, adverbes et participes.
La descrîptîon de Denys aaît constîtuer a base de toute a descrîptîon de a grammaîre en Europe e jusqu’au mîîeu duXXsîèce, même sî ses huît catégorîes ont connu des modîicatîons pus tard.
7
8
La grammaire latine
e Après a conquête de a Grèce par es Romaîns au mîîeu duIIsîèce avant J.-C., es érudîts romaîns ont apprîs des travaux grecs et ont commencé à effectuer a même anayse sur eur propre angue, e atîn.
Ce copiage n'a pas si mal tourné, parce que le latin était assez semblable au grec au niveau de sa structure.
La tradîtîon gréco-atîne a été inaement synthétîsée dans es travaux du grammaîrîen romaîn e pus înluent, Prîscîen de Césarée, e quî a écrît auVIsîèce après J.-C. La descrîptîon que faît Prîscîen du atîn correspond à ce que nous trouvons encore aujourd'huî dans a pupart des manues scoaîres de atîn.
amicus bonusun bon amî amici bonid'un bon amî amico bonoà un bon amî amicum bonumun bon amî (objet) amico bono(par/avec/d') un bon amî amici bonibons amîs amicorum bonorumde bons amîs amicis bonisà de bons amîs amicos bonosbons amîs (objets) amicis bonis(par/avec/de) bons amîs
Lorsque es Européens ont inaement commencé à s'întéresser aux e e descrîptîons de 'écrîture de eurs propres angues auxXIVetXVsîèces, îs ont surtout tenté d'împoser es consîdératîons de Prîscîen à propos du atîn à eurs propres angues.
Ce qui était quelque peu regrettable car l'espagnol, le français, l'allemand et l'italien ne ressemblent pas toujours au latin.
Alors que l'anglais est en réalité très différent.
9