La technologie: une culture, des pratiques et des acteurs
188 pages
Français

La technologie: une culture, des pratiques et des acteurs

-

Description

Le développement industriel et technologique constitue le fer de lance de notre progrès social, la pierre angulaire de l’amélioration de notre qualité de vie et la clé de voûte de l’élévation de notre niveau de vie.
Ce développement ne peut être accompli et entretenu que si une portion significative d’entre nous choisit d’y consacrer ses talents, ses motivations et ses efforts. Mais on ne choisit ni de vivre ni de se développer dans un monde que l’on connaît mal et, au Québec, l’univers des technologies et de l’industrie est encore trop méconnu. C’est pourquoi deux professionnels de la technologie ont décidé de dire ce qu’est la technologie, d’exposer comment elle est «vécue», développée, puis transmise au sein de notre société, et de partager leurs expériences, leurs visions et leurs réflexions.
Le résultat de leurs efforts est ce livre étonnant et original qui décrit l’univers du développement technologique comme une scène sur laquelle défilent des acteurs conscients du rôle qu’ils doivent jouer et des pratiques culturelles qui leur sont propres. Le rideau s’ouvre ainsi sur un vaste pan de notre culture en renouvellement, celui-là même sur lequel repose sans aucun doute notre avenir.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 0001
Nombre de lectures 35
EAN13 9782895442936
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 21 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

René Crescent
Richard Langlois
Des technologues prennent (enfin) la parole !
e développement industriel et technologique constitue le Lfer de lance de notre progrès social, la pierre angulaire
de l’amélioration de notre qualité de vie et la clé de voûte de
l’élévation de notre niveau de vie .
Ce développement ne peut être accompli et entretenu que si
une portion significative d’entre nous choisit d’y consacrer
ses talents, ses motivations et ses efforts. Mais on ne
choisit ni de vivre ni de se développer dans un monde que
l’on connaît mal et, au Québec, l’univers des technologies
et de l’industrie est encore trop méconnu. C’est pourquoi
deux professionnels de la technologie ont aujourd’hui décidé
de dire ce qu’est la technologie, d’exposer comment elle
est « vécue », développée, puis transmise au sein de notre
société, et de partager leur expérience, leurs visions et leurs
réflexions.
Le résultat de leurs efforts est ce livre étonnant et original
qui décrit l’univers du développement technologique comme Une culture,
une scène sur laquelle défilent des acteurs conscients du des pratiques rôle qu’ils doivent jouer et des pratiques culturelles qui leur
sont propres. Le rideau s’ouvre ainsi sur un vaste pan de et des acteurs
notre culture en renouvellement, celui-là même sur lequel
repose sans aucun doute notre avenir.
Après avoir œuvré dans divers
domaines de la recherche
scientifique et du développement
technologique pendant
de nombreuses années,
RENÉ CRESCENT et
RICHARD LANGLOIS sont
aujourd’hui respectivement
vice-président à la recherche
et au développement chez
CO Solution inc. (Québec) et
2
ingénieur-conseil pour la division
Microélectronique chez IBM
(Bromont).
ISBN 2-89544-066-2
,!7IC8J5-eeaggg!
Extrait de la publication
TechnologieCOUV+Dépliant.indd 1 18/08/04 16:41:09
La
René Crescent
Technologie
Richard LangloisExtrait de la publicationExtrait de la publicationCatalogage avant publication de Bibliothèque
et Archives Canada
Crescent, René,
1949La technologie: une culture, des pratiques et des acteurs
ISBN 2-89544-066-2
1. Technologie – Aspect social. 2. Industrie – Aspect social.
3. Technologie et civilisation. 4. Culture technologique.
5. Recherche technique. 6. Recherche industrielle. I. Langlois,
Richard, 1958- . II. Titre.
T14.5.C73 2004 306.4’6 C2004-941317-1
Extrait de la publicationExtrait de la publicationRévision linguistique: Solange Deschênes
Impression: AGMV Imprimeur inc.
© Éditions MultiMondes 2004
ISBN 2-89544-066-2
Dépôt légal – Bibliothèque nationale du Québec, 2004
Dépôt légal – Bibliothèque nationale du Canada, 2004
ÉDITIONS MULTIMONDES
930, rue Pouliot
Sainte-Foy (Québec) G1V 3N9
CANADA
Téléphone: (418) 651-3885
Téléphone sans frais depuis l’Amérique du Nord: 1 800 840-3029
Télécopie: (418) 651-6822
Télécopie sans frais depuis l’Amérique du Nord: 1 888 303-5931
multimondes@multim.com
http://www.multim.com
DISTRIBUTION EN LIBRAIRIE AU CANADA DISTRIBUTION EN BELGIQUE
Diffusion Dimedia Librairie Océan
539, boulevard Lebeau Avenue de Tervuren 139
Saint-Laurent (Québec) H4N 1S2 B-1150 Bruxelles
CANADA BELGIQUE
Téléphone: (514) 336-3941 Téléphone: +32 2 732.35.32
Télécopie: (514) 331-3916 Télécopie: +32 2 732.42.74
general@dimedia.qc.ca g.i.a@wol.be
DISTRIBUTION EN FRANCE DISTRIBUTION EN SUISSE
Librairie du Québec SERVIDIS SA
30, rue Gay-Lussac Rue de l’Etraz, 2
75005 Paris CH-1027 LONAY
FRANCE SUISSE
Téléphone: 01 43 54 49 02 Téléphone: (021) 803 26 26
Télécopie: 01 43 54 39 15 Télécopie: (021) 803 26 29
liquebec@noos.fr pgavillet@servidis.ch
http://www.servidis.ch
Les Éditions MultiMondes reconnaissent l’aide financière du gouvernement du Canada
par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ)
pour leurs activités d’édition. Elles remercient la Société de développement des entreprises
culturelles du Québec (SODEC) pour son aide à l’édition et à la promotion.
Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – gestion
SODEC.
Nous remercions le Conseil des Arts du Canada de l’aide accordée à notre programme de
publication.
IMPRIMÉ AU CANADA/PRINTED IN CANADA
Extrait de la publicationPeut-être y a-t-il plus d’amour
dans les métiers que dans les cœurs,
plus d’amour et d’amitié dans les métiers
que dans n’importe quoi au monde.
P. Geraldy, L’Homme et l’amour
Ce n’est pas parce que les passions sont fortes
qu’on se détourne des choses;
c’est quand on se détourne des choses
que toute passion est forte.
Alain, Propos
Extrait de la publicationExtrait de la publicationTable des matières
Introduction ...................................................................................1
L’ÉCHEC FERTILE................................................................................3
Une usine va fermer .........................................................................3
L’échec? Connais pas!.......................................................................5
Positifs? Positivés? ..........................................................................7
Avant le silence et l’oubli .................................................................8
L’EXIL INTELLECTUEL .........................................................................9
Voie royale ou chemin du Roy?........................................................9
La table d’orientation .....................................................................15
Les ponts ........................................................................................22
Errances..........................................................................................25
Stratège et «stratégiste» ................................................................26
Cœurs et crânes..............................................................................27
UNE CULTURE DE L’EXIL? .................................................................29
Le triomphe du génie .....................................................................30
L’œuf et la poule .............................................................................34
Scientifiques et sportifs .................................................................38
Mémorisation et répétition.............................................................40
Regrets… ou agrès?........................................................................42
Un moment, Excellence! .................................................................50
Gâteux ou «gratteux»?...................................................................53
On s’aime «à tout vent» .................................................................54
Extrait de la publicationLa technologie: une culture, des pratiques et des acteurs
Les raisons de la colère ..................................................................55
Qui mérite irrite? ...........................................................................57
Une foi de trop ...............................................................................57
Qui ne dit mot….............................................................................59
PÔLES DE COMPÉTENCES..................................................................63
Idées reçues sur les chercheurs .....................................................64
Mondialistes ou «mondialisés»?....................................................72
Le professeur et la péripatéticienne...............................................73
Les consultants...............................................................................77
Université-industrie .......................................................................83
FORCES ET GUIDES...........................................................................87
«Poussée» ou «tirage»?.................................................................88
Guider ou laisser faire?..................................................................90
Bondir ou marcher?........................................................................95
Investir ou financer?......................................................................97
Risquer ou tenter?........................................................................100
La force motrice ...........................................................................104
Raisonner ou résonner? ...............................................................115
LES ACTEURS ET LEURS RÔLES .......................................................117
Produire........................................................................................117
Produire… et penser.....................................................................121
Maintenir ......................................................................................122
Vérifier .........................................................................................128
Diriger .........................................................................................133
Idées reçues sur les patrons.........................................................137
x
Extrait de la publicationTable des matières
Exploiter .......................................................................................143
Choses de la vie............................................................................146
LE DÉCOR ......................................................................................159
Une nouvelle religion ...................................................................159
Une nouvelle hiérarchie ...............................................................163
Politiques et pratiques .................................................................165
Épilogue ......................................................................................173
xi
Extrait de la publicationExtrait de la publicationIntroduction
e développement industriel et technologique est aujourd’hui jugéLindispensable par la plupart de nos sociétés. Il est devenu le fer
de lance du progrès social, la pierre angulaire de l’amélioration de
la qualité de vie, la clé de voûte de l’élévation du niveau de vie.
Les conditions de ce développement peuvent être encadrées par
des visions, des politiques nationales, des ententes internationales,
mais, au quotidien, elles ne sont forgées, assurées, garanties que par
l’atteinte d’un niveau d’excellence technologique et industrielle,
c’est-à-dire par la production de biens et de services d’un excellent
rapport qualité/prix.
Pour atteindre ce degré d’excellence, de multiples conditions
doivent être réunies, mais la plus importante est sans nul doute la
suivante: il faut que toutes les personnes engagées dans le cycle de
conception, de production et de vente soient compétentes. Cela
s’applique aussi bien aux dirigeants qu’aux ouvriers, aussi bien aux
professionnels qu’aux journaliers, aussi bien aux chercheurs qu’aux
laborantins.
Une telle force ne se développe pas par hasard. Cela est certain.
Mais devons-nous en favoriser le développement? D’aucuns pensent
que non. Ils affirment que cette force émerge toujours dans le sillage
des besoins, et qu’il suffit que des gens, quelque part, désirent et
demandent, pour qu’ailleurs d’autres personnes fassent et satisfassent.
Réalité incontestable, mais qui ne saurait nous contenter. Modèle
statistiquement correct (parmi dix produits qui sont «bons», il en est
toujours un «meilleur»), mais socialement difficile à accepter, car
c’est ici, chez nous, et non «quelque part dans le monde», que nous
voulons voir se développer et triompher l’excellence.
Pour atteindre cet objectif, nous devons veiller à ce que la
technologie soit non seulement respectée et appréciée, mais aimée et,
Extrait de la publicationLa technologie: une culture, des pratiques et des acteurs
pourquoi pas?, adulée. Nous devons faire en sorte que la technologie
ne soit plus considérée comme une suivante de la science, et
l’industrie comme une servante de la technologie. Nous devons faire en
sorte que tous ceux et celles qui travaillent dans nos usines, nos
bureaux d’études, nos centres de recherches, soient considérés
comme des élites de notre société.
Quant à tous ceux qui sont, comme nous, des professionnels de la
technologie, ils doivent collaborer à ce mouvement. Ils doivent
accomplir, pour l’univers des technologies et de l’industrie, ce que des
générations de savants et de professeurs ont accompli pour l’univers
des sciences. Ils doivent, avec force, conviction et enthousiasme, faire
connaître cet univers. Ils doivent en dévoiler la culture, en montrer les
habitants, en exposer les zones d’ombres et de clartés.
Il convient toutefois qu’ils évitent de trop généraliser, de trop
«mondialiser», pourrait-on dire, leur discours, car il perdrait alors,
en force d’action sociale, ce qu’il gagnerait en étendue et en pouvoir
de diffusion. La technologie est en effet «vécue» de façon différente
par chaque société, et chaque société ne peut se définir un modèle
original de développement technologique que si elle prend
conscience de ses différences et de ses spécificités. À partir de là, elle
pourra choisir ensuite de les traiter, soit comme des forces, soit
comme des faiblesses, comme des atouts qu’il faut renforcer, ou
comme des défauts dont il importe de se débarrasser. Que le
professionnel demeure un guide dans ce dernier processus, cela est
possible et peut-être même souhaitable. Ce n’est toutefois pas le rôle
principal que nous lui avons assigné.
Deux missions donc pour les professionnels de la technologie.
Dire ce qu’est la technologie et dire comment elle est «vécue»,
développée, transmise par la société dans laquelle ils vivent.
C’est ce que nous avons cherché à accomplir.
2
Extrait de la publicationL’échec fertile
ommençons par la fin, par l’échec de la mise en application d’uneCtechnologie. Commençons par la fermeture d’une usine.
À première vue, nos médias et nos sociétés semblent considérer
la fermeture d’une usine comme une véritable catastrophe. Mais
qu’en est-il vraiment? Que font-ils, que faisons-nous lorsque les
belles paroles sont oubliées, les promesses envolées? lorsque
l’indignation est refroidie, et la pitié émoussée? Ne devrions-nous
pas, dans l’ombre et le recueillement, examiner, analyser cette
catastrophe pour faire en sorte que jamais elle ne se reproduise?
1C’est sur cette question que nous voulons maintenant réfléchir .
Une usine va fermer…
La trame de cette tragédie est toujours la même: public surpris,
politiciens indignés, dirigeants résignés, syndicats révoltés, employés
abattus… Les médias en parlent quelques jours, puis c’est le silence
et, sur toute une communauté d’hommes et de femmes, la chape de
l’oubli…
«Notre usine va fermer!…»
Vies chamboulées, chambardées, déchirées, écartelées… Nuits
blanches, inquiètes et tourmentées… Jours glauques, figés dans la
douleur, suspendus dans l’attente.
«UNE USINE VA FERMER»
Combien de fois avons-nous lu cette manchette? Combien de
fois avons-nous vu le phénomène se répéter? N’avons-nous donc
1. L’Échec fertile est le titre d’un très beau livre de Georges Haldas, Éditions Paroles
d’Aube,1996.
Extrait de la publicationLa technologie: une culture, des pratiques et des acteurs
rien appris des fermetures passées? Avons-nous donc si peu retenu,
si peu analysé, si peu trouvé, que cela se reproduit encore et encore?
Dans toute la rhétorique sociale que génère une telle situation,
on entend très peu parler de technologie. Pourtant, on peut
facilement soutenir l’hypothèse selon laquelle la cause profonde de cette
fermeture est d’un ordre, non pas économique, mais technologique.
En effet, si cette usine avait découvert quelque nouvelle méthode de
fabrication, quelque nouveau procédé qui lui aurait permis de
diminuer les coûts de production et de mettre son produit sur le
marché à un prix inférieur à tous ceux de ses compétiteurs, n’est-il
pas certain qu’elle ne serait pas engagée dans un processus de
fermeture? N’est-il pas certain qu’elle aurait même devant elle le plus
radieux des avenirs?
C’est en ayant toujours présente à l’esprit cette question
essentielle qu’il importe de faire l’analyse de l’échec. Car nous voulons ici
rappeler que l’analyse de l’échec est toujours fructueuse. Nous
voulons ici suggérer que, pour éviter de nouvelles fermetures, il
importe de bien comprendre les causes profondes de celle qui se
produit.
Précisons qu’il ne s’agit pas de rechercher, en de vieux documents,
une évidente faute de calcul, une criante déficience du raisonnement.
Cela serait trop facile et, somme toute, bien inutile. En règle générale,
les mécanismes de vérification utilisés par les professionnels ont
permis d’éviter ce genre d’erreur. Ce qu’il faut trouver, ce qu’il importe
de découvrir, c’est, en nous-mêmes, le défaut de pensée, l’insidieuse
croyance, la trop belle image, la fausse analogie, tous ces petits riens
qui nous ont fait glisser de la logique vers la rhétorique, du calcul
vers le rêve.
Un jour, après bien des analyses, nous pourrons enfin établir une
véritable carte routière du succès technologique. Nous pourrons
définir de nouvelles méthodes de pensée et de travail. Nous
pourrons les rendre accessibles au grand public, les diffuser dans les
milieux professionnels, les intégrer à la formation des étudiants.
Ajoutons que c’est en 1938 que Gaston Bachelard a publié ce livre
merveilleux intitulé La Formation de l’esprit scientifique: contribution
4
Extrait de la publicationRené Crescent
Richard Langlois
Des technologues prennent (enfin) la parole !
e développement industriel et technologique constitue le Lfer de lance de notre progrès social, la pierre angulaire
de l’amélioration de notre qualité de vie et la clé de voûte de
l’élévation de notre niveau de vie .
Ce développement ne peut être accompli et entretenu que si
une portion significative d’entre nous choisit d’y consacrer
ses talents, ses motivations et ses efforts. Mais on ne
choisit ni de vivre ni de se développer dans un monde que
l’on connaît mal et, au Québec, l’univers des technologies
et de l’industrie est encore trop méconnu. C’est pourquoi
deux professionnels de la technologie ont aujourd’hui décidé
de dire ce qu’est la technologie, d’exposer comment elle
est « vécue », développée, puis transmise au sein de notre
société, et de partager leur expérience, leurs visions et leurs
réflexions.
Le résultat de leurs efforts est ce livre étonnant et original
qui décrit l’univers du développement technologique comme Une culture,
une scène sur laquelle défilent des acteurs conscients du des pratiques rôle qu’ils doivent jouer et des pratiques culturelles qui leur
sont propres. Le rideau s’ouvre ainsi sur un vaste pan de et des acteurs
notre culture en renouvellement, celui-là même sur lequel
repose sans aucun doute notre avenir.
Après avoir œuvré dans divers
domaines de la recherche
scientifique et du développement
technologique pendant
de nombreuses années,
RENÉ CRESCENT et
RICHARD LANGLOIS sont
aujourd’hui respectivement
vice-président à la recherche
et au développement chez
CO Solution inc. (Québec) et
2
ingénieur-conseil pour la division
Microélectronique chez IBM
(Bromont).
ISBN 2-89544-066-2
,!7IC8J5-eeaggg!
Extrait de la publication
TechnologieCOUV+Dépliant.indd 1 18/08/04 16:41:09
La
René Crescent
Technologie
Richard Langlois