La ville se rêve en marchant
192 pages
Français

La ville se rêve en marchant

-

Description

Le défi est clair, que Pierre Sallenave résume ainsi : "il n'y a qu'une seule voie : il faut réussir la mutation urbaine". Toutes les autres évolutions sont contingentes, en particulier l'accélération démographique ou la nécessité d'un développement durable : la recherche de la ville dense s'impose comme une loi incontournable de cette prise de conscience. Dans son riche parcours à travers les villes de la Société des Urbains, Pierre Sallenave nous invite à quitter la technicité et la compétition que se livrent les grandes métropoles entre elles, pour retrouver et ressentir la vie qu'elles abritent et, avec optimisme, rechercher inlassablement les moyens de la rendre plus belle.
Pierre Sallenave est diplômé de l’Ecole Polytechnique, ingénieur au corps des ponts et chaussées et docteur en mathématiques. Il fut notamment le Directeur général de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) entre 2008 et 2014. Il créa ensuite la société de conseil Magellan, dont il est Directeur Général et qui intervient dans le domaine des transports et notamment dans le secteur maritime.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2018
Nombre de lectures 1
EAN13 9782815927550
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

B I B L I O T H È Q U E D E S T E R R I T O I R E S
Pierre Sallenave
La ville se rêve en marchant Préface de Gilbert Emont
l’aube
a vîLLe se rêve en marcHant
à çoéçoBîbîothèque des terrîtoîres éŝ dgÈé pà Jéà Vàd
SÈéLes Rencontres paadîennes àÈé pà Gbé Eo
Dàŝ à é ŝÈé : Tŝà Béà, Aà Màugàd,Faîre socîété en vîe. Une utopîe réaîste
© Édoŝ dé ’Aubé, 2018 www.édoŝdéàubé.ço
ïSBN 978-2-8159-2754-3
Péé Sàéàé
La ville se rêve en marchant
PÈàçé dé Gbé Eo
éditions de l’aube
Remerciements é pojé dé çé é éŝ È,  y à puŝéuŝ àÈéŝ, dé dŝçuŝŝoŝ àéç Ék Oŝéà é Ségé Moà. Jààŝ jé é ’y ŝéàŝ àçÈ ŝàŝ éuŝ éçouàgééŝ. Jé éŝ â éu Èogé o àÈ éço-àŝŝàé. Mà èé, poéŝŝéu dé ééŝ çàŝŝquéŝ, àéé â à puéÈ dé à àgué é dé ’oogàpé, à ÈÈ à péèé éççé dé çé éXé, àoŝ é géŝào. C’éŝ â éé qué jé doŝ é goû dé à àào. Jé à ééçé pou çé àà dé ééçué àŝŝéz gà. Quéquéŝ péŝoéŝ dé çoIàçé o Ègàéé bé ouu éé éŝ péèéŝ éŝoŝ é ’àppoé éuŝ uéŝ çoŝéŝ. Pà ééŝ, o Èpouŝé, Càé, àŝ qué éŝ àéŝ Ézàbé é Aé. Jé éŝ ééçé pou éu égàd dugé. Ué Èèé dé éàé, op dé pou é oÈé ç, à éu à gééŝŝé dé éŝé à ŝbÈ dé çé é. Séŝ çquéŝ éŝpègéŝ ’o bé ŝé. Méç â éé. EI, çé ouàgé ’àuà jààŝ u é jou ŝàŝ ’àdé dé à FodàoPààdoéàééçuéàéédéGbéEo.Àŝoou, Sopé Védé à àjouÈ à àqué, éŝpéçuéuŝé é éXgéàé â à oŝ, du poéŝŝoàŝé Èud déŝ àŝoŝ d’Èdo qu àççodé ué poàçé pàçuèé â à puéÈ du éXé. Jé éu àdéŝŝé éŝ ŝçèéŝ ééçééŝ.
Préface
La Sérîeéŝ Réçoéŝ pààdééŝvîse à promouvoîr es échanges sur ’émergence d’une « socîété des urbaîns » que nous constatons un peu pus chaque jour. La rencontre des regards et e croîsement des approches constîtuent a méthode que ’ïnstîtut Paadîo prîvîégîe dans ’ensembe des sémînaîres et des débats qu’î organîse. ï permet aînsî aux chercheurs, aux opérateurs ou aux sîmpes témoîns écaîrés de a transformatîon urbaîne, d’exprîmer un message orîgîna et fort. Pîerre Saenave est de ceux-à, quî partîcîpe désormaîs à a démarche coectîve engagée depuîs pus de dîx ans. Sensîbe à a questîon de a vîe depuîs son enfance, î a consîgné, au ong de son expérîence personnee autant que pro-fessîonnee, es rélexîons qu’ee uî înspîraît, et tenté de es mettre en cohérence dans un récît qu’î m’a proposé de pubîer. Cet ouvrage est donc un propos îndîvîdue quî échappe un peu à notre vîsîon de a sérîe. Néanmoîns, compte tenu de ’en-sembe des échanges quî ont pu e nourrîr au cours du temps, de a rîchesse des rélexîons quî en résutent et de a quaîté îtté-raîre quî es exprîme, î m’est apparu qu’î avaît toute sa pace dans notre projet goba de mettre à dîsposîtîon du pus grand nombre possîbe a résutante d’une démarche professîonnee à a foîs dîverse et înspîrée. Notre monde est confronté à une profonde mutatîon. Le géo-graphe et anthropoogue Mîche Lussaut consîdère que magré ’ampeur des boueversements quî nous touchent aujourd’huî,
7
Pierre Sallenave
a révoutîon premîère est urbaîne et, à ’înstar des socîoogues Jean Vîard ou Oîvîer Mongîn, î es pace sous e regard de cette mutatîon quî structure notre avenîr. Le déI est caîr, que Pîerre Saenave résume aînsî : « î n’y a qu’une seue voîe : î faut réussîr a mutatîon urbaîne ». Toutes es autres évoutîons sont contîngentes, en partîcuîer ’accéératîon démographîque ou a nécessîté d’un déveoppement durabe : a recherche de a vîe dense s’împose comme une oî încontournabe de cette prîse de conscîence. Je paraphraseraîs d’aîeurs voontîers ’auteur en ’exprîmant aînsî : « î nous faut réussîr a densîté ». Maîs cette formue renvoîe queque peu à notre débat franco-françaîs. Or Pîerre Saenave est aussî conscîent que e sujet n’est pas cîrconscrît aux économîes déveoppées. ï nous propose aînsî maînts exempes rîches d’enseîgnements sur a sîtuatîon de vîes d’Afrîque, d’Asîe ou d’Amérîque du Sud. Cependant, î n’y a pas de modèe aîsément « transpo-sabe », tout est sîtuatîon partîcuîère et nécessîte une rélexîon approprîée. Seue certîtude : ’avènement de a vîe s’înscrît dans e temps ong. ï faut, dès ors, trouver es déîcats équî-îbres întermédîaîres et tenîr un cap quî passe d’abord pro-saquement par a réaîsatîon des réseaux d’înfrastructures îndîspensabes. La vîe se réaîsera par couches successîves, car ee est un paîmpseste, comme nous e rappee ’auteur. Ee exîstera par ’airmatîon progressîve d’une Hîstoîre et par a constîtutîon d’une épaîsseur composée de soîdarîté terrîtorîae et d’înté-gratîon socîae aptes à faîre émerger une îdentîté partagée par tous. Et sî es éus donnent a « vîsîon » et a « cadence », c’est a vîe quî împose sonépo, comme ’airme avec justesse Pîerre Saenave.
8
a vîLLe se rêve en marcHant
Car î n’est pas seuement ’ancîen dîrecteur de ’Agence natîonae pour a rénovatîon urbaîne – ’Anru – quî a pîoté pendant dîx ans a concrétîsatîon de a grande îdée de Jean-LouîsBoroosuraréhabîîtatîondesquartîersespusfragîes de nos vîes. ï en a ressentî ’enjeu à ’heure de a go-baîsatîon grâce à sa connaîssance des grandes vîes en mutatîon tout autour de a panète. Et ’approche de a rénovatîon urbaîne ne dément aucune-ment ’anayse pus générae des vîes en évoutîon réaîsée à ce nîveau mondîa. À partîr du moment où ’on consîdère qu’ee n’est pas d’àbodpanîIcatîon, maîs soutîen à a mutatîon, accompa-gnement de ’înnovatîon et recherche de ’expérîmentatîon, ee autorîse « ’ébuîtîon » îée à ’expressîon de toutes es dîversîtés. Et c’est un haut responsabe pubîc quî e dît, pétrî de tech-nîcîté et de ratîonaîté, non un doux rêveur nî un bîenheureux utopîste. ï a certes comprîs que a questîon foncîère est majeure. ï est conscîent que ’utîîsatîon d’outîs jurîdîques puîssants est îndîs-pensabe. Maîs, î saît surtout que c’est autour de ’Homme, et donc des habîtants, que se réussît a rénovatîon urbaîne, comme ’accompîssement de toute vîe au cours des âges. Pour uî, î convîent donc de proposer prîorîtaîrement une méthode puîs de aîsser argement e cours des choses s’en empa-rer : toujours prîvîégîer ’actîon, toujours respecter a paroe poîtîque donnée, toujours choîsîr des voîes quî ouvrent à de possîbes déveoppements, toujours favorîser a dîversîté dans toutes ses dîmensîons. Un beau message à transmettre à tous ses successeurs dans ’arène de a constructîon des vîes, et pas seuement à ’Anru ! ïs auront à înscrîre a réussîte d’un projet urbaîn dans un temps quî es dépasse, dans un envîronnement sans cesse mouvant au seîn d’un système socîo-économîque par essence
9
Pierre Sallenave
conlîctue, sous e regard crîtîque et coectîf des cîtoyens, dans e cadre d’une démocratîe refondée dans a proxîmîté. La découverte, en marchant, de cette vérîtabe nature de ’urbaîn, faîte de proxîmîté vécue, d’înteractîon entre es êtres et es communautés, d’approbatîon ou de rejet des îeux îmagînés par d’autres, de réînventîon permanente des usages et d’apprî-voîsement des espaces, permet de ressentîr ce quî constîtue une vérîtabe urbanîté magré es tensîons, voîre a pauvreté, quî agressent es habîtants. Et sî cette démarche conIne à a rêverîe, c’est qu’î ne faut jamaîs renoncer à îmagîner a vîe du bîen-vîvre, quî se déInît non pas par une esthétîque împosée nî par a rîchesse qu’autorî-seraîent des dépenses superlues, maîs par a constructîon d’une îdentîté revendîquée, par ’încusîon de chacune de ses partîes dans e « grand tout » urbaîn, par une gouvernance avant tout concernée par une pus grande douceur de vîvre au quotîdîen. Dans son rîche parcours à travers es vîes de a « socîété des urbaîns », Pîerre Saenave nous învîte à quîtter a technî-cîté et a compétîtîon que se îvrent es grandes métropoes pour retrouver et ressentîr a vîe qu’ees abrîtent et, avec optîmîsme, rechercher înassabement es moyens de es rendre pus bee. Peut-être à a manîère de Saînt-Nazaîre…
Gîbert Emont Dîrecteur de ’ïnstîtut Paadîo