//img.uscri.be/pth/666c4ba557d26ff41ad470bf969e2e20271bd1da
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

1942 : Opération Paukenschlag

De

Le 11 décembre, quelques jours après l’agression japonaise sur la base navale américaine de Pearl Harbor, le III. Reich se déclare à son tour en état de guerre contre les États-Unis. L’amiral Dönitz, commandant des U-Boote, est convaincu que la bataille de l’Atlantique décidera de l’issue de la guerre, car une victoire allemande priverait l’Angleterre de ses précieuses voies d’approvisionnement maritimes. Intensifiant la présence de ses sous-marins dans l’Atlantique Nord, il envisage de toucher l’Amérique en plein cœur. A la fin du mois de décembre, une audacieuse offensive sous-marine, l’opération « Paukenschlag », est lancée. Pendant plus d’un mois, cinq « loups gris » vont perturber le trafic commercial nord-américain et infléchir l’effort de guerre américain.

Porte d’accès à la connaissance, la série "Grandes batailles" aborde les événements décisifs des grands conflits de l'Histoire du monde. Chaque ouvrage, rédigé par un auteur spécialisé et agrémenté de cartes et d’illustrations, vous donne les clés pour comprendre les faits, assimiler les dates importantes et saisir les problématiques essentielles. En clôture de chaque ouvrage, nous vous proposons une liste de livres de référence pour vous aider à aller plus loin dans la compréhension de la période. Un outil idéal pour élargir son horizon et parfaire ses connaissances historiques.


Voir plus Voir moins
1942 : OPERATION PAUKENSCHLAG
LES U-BOOTE FRAPPENT L'AMERIQUE
ETIENNE SEVRAN
ISBN : 978-2-37116-063-7
STORIA-EBOOKS.FR
Illustration de couverture: L’U-175 du korventtenkäpitan Henrich Bruns aux prises avec
l’USCGC Spencerle 17 avril 1943. (US Coast Guard)
1942 : OPÉRATIONPAUKENSCHLAG
LESU-BOOTEFRAPPENTL’AMÉRIQUE
Le 11 décembre, quelques jours après l’agression japonaise sur la base navale
américaine de Pearl Harbor, le III. Reich se déclare à son tour en état de guerre contre les
États-Unis. L’amiral Dönitz, commandant des U-Boote, est convaincu que la bataille de
l’Atlantique décidera de l’issue de la guerre, car une victoire allemande priverait
l’Angleterre de ses précieuses voies d’approvisionnement maritimes. Intensifiant la
présence de ses sous-marins dans l’Atlantique Nord, il envisage de toucher l’Amérique
en plein cœur. A la fin du mois de décembre, une audacieuse offensive sous-marine,
l’opération « Paukenschlag », est lancée. Pendant plus d’un mois, cinq « loups gris » vont
perturber le trafic commercial nord-américain et infléchir l’effort de guerre américain.
L’embrasement du Pacifique est tout sauf une surprise pour le haut commandement allemand.
Au printemps 1941, Hitler en personne s’est entretenu avec le ministre des affaires étrangères
japonais, Yosuke Matsuoka, et lui a manifesté son soutien informel en cas de guerre contre l’ennemi américain. Non sans lui glisser quelques contreparties : la bienveillance allemande grandiraient si les opérations japonaises se portaient vers la Birmanie, Singapour et Vladivostok
afin d’affaiblir la Grande-Bretagne et la Russie.
Hitler croit fermement que l’ouverture d’un front Pacifique écarte momentanément le danger d’une intervention américaine en Europe. Cette certitude s’appuie sur les rapports d’Hans Thomsen, chargé d’affaires duReichWashington, pointant les réticences du congrès à américain à mener une guerre sur deux océans.
Le président américain Franklin Delano Roosevelt prononce son appel à la guerre, « discours sur l’infamie » à la tribune du congrès des Etats-Unis le 8 décembre 1941. (US NARA)
Pour l’heure, le raid aéronaval des Japonais sur Pearl Harbor le 7 décembre ne compromet pas
sa neutralité à l’égard des Etats-Unis. De même, le maintien de cette neutralité ne contredirait
pas les engagements du pacte tripartite, signé en septembre 1940, qui spécifie que l’Allemagne
n’entrerait en guerre qu’en cas d’agression d’un des cosignataires par une autre puissance.
Mais le Führer, grisé par ses succès militaires sur le continent européen, semble céder à son
désir de vengeance envers la fausse neutralité américaine : depuis le début de la guerre en
Europe, outre leur fourniture d’armement et de nourriture au Royaume-Uni, les marins
américains signalent systématiquement à leurs homologues britanniques leurs rencontres avec
des U-Boote. Le 9 décembre, sans prendre la peine de consulter ses conseillers militaires, il
décrète la levée des restrictions à la guerre navale contre les navires américains. Le 10
décembre 1941, le chargé d’affaires de l’ambassade américaine à Berlin, Leland Burnette
Morris, est convoqué au ministère des affaires étrangères de la Wilhelmstrasse. Il lui est fait
lecture par Joachim von Ribbentrop, chef de la diplomatie du Reich, de la déclaration de guerre
officielle de l’Allemagne aux Etats-Unis.
Le président Roosevelt signe le texte de la déclaration de guerre à l’Allemagne, le 11
décembre 1941. Par cet acte, les Etats-Unis se lancent pour la première fois de leur
Histoire dans une guerre sur deux fronts.
(Farm Security Administration/Office of War Information)
L’IMPLICATIONDESETATS-UNISDANSLECONFLITEUROPÉEN
La déclaration de guerre de l’Allemagne est la finalité des tensions qui ont lieu dans l’Atlantique
Nord depuis le début des hostilités en Europe. Les Etats-Unis, alliés historiques de la Grande-
Bretagne, ont usé d’un double-jeu sous couvert de neutralité. L’escalade a lieu pendant l’année
1941.
En mars, le gouvernement américain met en place la loi «Lend-Lease », autorisant la fourniture
de matériel de guerre au Royaume-Uni et à l’URSS. Ce texte remet profondément en cause les
lois de neutralités promulguées depuis le début des années 1930 par les Etats-Unis.
En avril, le président Franklin D. Roosevelt, en dépit des contestations des partisans d’un
isolationnisme strict, décrète l’extension de la «Pan American Security Zone», zone d’exclusion
maritime s’étendant des Etats-Unis aux abords de l’Islande et interdit formellement à tout U-Boot
d’y pénétrer. En juillet, il franchit un palier supplémentaire en déclarant publiquement que « la
politique du gouvernement est désormais de fournir à la Grande-Bretagne toute l’aide nécessaire
dans la guerre». Simultanément à cette déclaration, les garnisons britanniques en Islande sont
relevées par des troupes américaines. Ces initiatives sont consolidées le 14 août par une
rencontre avec le Premier ministre britannique Winston Churchill au large de Terre-Neuve à...