Amnesty International : enquête sur une ONG génétiquement modifiée

-

Livres
244 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Tout le monde connaît – et apprécie – Amnesty International, la plus ancienne des organisations de défense des droits de l'homme. Ou plutôt croit connaître. Car en dix ans, l'ONG a plus changé que pendant les quarante années précédentes, au point que deux organisations cohabitent désormais sous la même appellation ! D'un côté Amnesty l'Ancienne, rigoureuse, obstinée, discrète. De l'autre, Amnesty la Nouvelle, engagée, aux accents altermondialistes, bien décidée à faire le plus de bruit médiatique possible pour continuer d'exister dans un champ humanitaire hautement concurrentiel. Au risque de donner le vertige à ses membres et de mettre à mal les valeurs fondatrices. Au risque aussi d'affadir le sens des droits de l'homme, la seule utopie dont disposent encore les hommes d'aujourd'hui.
Entre témoignage et essai, loin des discours convenus, cet ouvrage évoque de l'intérieur cette mutation schizophrénique d'Amnesty, en observant de près ce que fait réellement l'ONG, à propos de la RDC, d'Israël, des Etats-Unis, du Burkina-Faso ou du Ghana. Avec de surprenantes découvertes sur l'ONG et le monde fabuleux des droits humains. Avec aussi une réflexion sur l'évolution profonde des droits de l'homme aujourd'hui – à laquelle contribue Amnesty –, de moins en moins rebelles et libertaires, de plus en plus institutionnalisés et mis au service des Etats.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2011
Nombre de visites sur la page 4
EAN13 9782849242469
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,018 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Amnesty International
Enquête sur une ONG génétiquement modiée
La collection« Essai »se veut ouverte aux nouveaux regards portés sur les sciences, les faits de société et les questions contemporaines.
(dirigée par Annie Verdelet-Lamare)
Dans la même collection :
L’Afrique des timocrates, Léon Koungou L’athéisme et la foi confrontés aux savoirs actuels, Thierry Karpiel La vache à lait : notre consommation, leur martyre, Michelle Julien Les jeunes et la discothèque, Éric Marlière École, violence et domination, Pierre Badiou & Dominique Vachelard Sociologie des immigrés âgés, Emmanuel Jovelin & Fatima Mezzouj Crise : une chance pour l’entreprise ?, Jean Burnod Intervenir auprès des mineurs étrangers isolés, Francisco Mananga Le management noir, Christophe Médici Le krach de la dette publique, Sébastien Groyer L’accueil des demandeurs d’asile, Carolina Kobelinsky L’immigration : problématiques et défis, Violette Daguerre L’Internet des objets, Geoffrey Zbinden Les droits de l’enfant : une fausse bonne idée, Philippe de Dinechin Hyperphagie : l’obsession de manger, François Faucon La nudité : pratiques et significations, Christophe Colera Écoterroristes ou écoguerriers ?, Roger Ribotto Le souverainisme : une idée certaine de la France, Philippe Boulanger La jeunesse qui range sa chambre, Grégory Kapustin Philosophie du ménage, Sébastien Groyer L’écologie profonde, Roger Ribotto La sexualité collective, Radu Clit Chirurgie esthétique : les conseils d’un chirurgien, Vladimir Mitz Psychologie de la fatigue, Jean-Louis Dupond J’accuse la dérive de la psychanalyse, Sylvie Lanzenberg
Image de couverture : © Maksym Dykha & Pixarno - Fotolia.com © Éditions du Cygne, Paris, 2011
www.editionsducygne.com ISBN : 978-2-84924-246-9
Marc Girot
Amnesty International
Enquête sur une ONG génétiquement modiIée
Éditions du Cygne
L’incapacité de penser n’est pas la “prérogative” de tous ceux qui manquent d’intelligence, elle est cette possibilité toujours présente qui guette chacun. Hannah Arendt
Ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés puisse changer le monde. C’est même la seule chose qui se soit jamais produite. Margaret Mead
AI AIF BRICS CEI COHRE CPI DCP Desc DDHCDUDH FIDH HIC HRW ICG MIDH MSF MDM Monuc OMS ONG ONU PSI RDC ROC SI UnifemURSS
Acronymes
Amnesty International Amnesty International France Brésil, Russie, Inde, Chine, South Africa (Afrique du Sud) Comité exécutif international Centre on Housing Rights and Evictions Cour pénale internationale Droits civils et politiques Droits économiques, sociaux et culturels Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen Déclaration Universelle des Droits de l’Homme Fédération Internationale des Droits de l’Homme Habitat International Coalition Human Rights Watch International Crisis Group Mouvement International des Droits de l’Homme Médecins sans Frontières Médecins du Monde Mission de l’ONU pour le Congo Organisation mondiale de la santé Organisation non-gouvernementale Organisation des Nations-Unies Plan stratégique intégré République démocratique du Congo Religion de l’Occident Contemporain Secrétariat international Fonds de développement des Nations-Unies pour la femme Union des Républiques socialistes soviétiques
En guise de bienvenue…
Nous sommes nés ensemble, à un an près. Nous nous sommes e croisés en 1982 : j’avais 22 ans, j’appartenais à un groupe du XVI arrondissement de Paris où j’habitais une double chambre de bonne. Avec mes collègues très BCBG – aucun de nous n’était capable de faire de la colle pour apposer nos afches –, j’écri-vais tous les mois au dictateur béninois de l’époque pour obtenir de Matthieu Kérékou la libération d’un prisonnier politique, un militaire comme lui. Étudiant en journalisme, j’ai vite manqué de temps, et puis l’ambiance gentiment mémé du groupe, l’in-sidieux sentiment d’inutilité que je ressentais en envoyant mes lettres vers le Bénin, comme au fond d’un puits, m’ont éloigné de mes camarades de Passy. Nous nous sommes retrouvés en 2006, alors que j’étais en quête d’un bénévolat porteur de sens, avec une dimension de solidarité internationale. Cette fois, avec en tête mon expérience ratée de militant de base, j’ai candidaté pour un engagement au Secrétariat national. L’équipe Afrique du siège de la Section française recherchait un bénévole sur la République démocratique du Congo (RDC), l’ancien Zaïre de Mobutu devenu un champ de ruines après 10 ans de guerres internationale et civile. Des rapports de Londres à traduire en français, mais aussi à transformer en supports militants – en les résumant et en les illustrant –, des actions à proposer aux groupes locaux agissant avec nous sur la RDC, des rencontres avec des défenseurs des droits de l’homme congolais, avec d’autres acteurs associatifs : cette fois, le boulot me plait, j’étends mes compétences au Rwanda, à la question des femmes en Afrique, j’écris des papiers pour le mensuel de la maison. Mes retrouvailles avec la grande dame de Londres sont durables. Je suis resté à Amnesty, j’y suis toujours.
7
Séduit par les autres, tous ces autres qui composent le mouvement, encore plus que par le travail lui-même. Un mouve-ment vivant, où militent et s’activent des gens extraordinaires : Jacques, Jean, Françoise, Souleymane, Jean-François, Laurent, Aurélie, Martine, et puis Colette, Mireille, Patrick... Des femmes plus que des hommes. Plus âgés que jeunes. De l’intelligence, de la chaleur, de l’enthousiasme chez chacun d’entre eux, à chaque fois. De la fatigue aussi, de l’incompréhension, l’envie de tout envoyer promener parfois. Des gens ordinaires. On s’aime et on s’engueule, à Amnesty comme ailleurs. Je n’ai pas voulu écrire un autre livre à la gloire d’AI ou de l’engagement militant. Cela, c’est la vocation de l’organisation elle-même. Je n’ai pas voulu écrire non plus l’histoire du mouve-ment, ni de la section française, sa naissance sous l’inspiration de Peter Benenson, les étapes de son étonnante croissance, le prix Nobel en 1977, l’élargissement de ses missions, de la défense des « prisonniers oubliés » à la promotion detousles droits de l’homme. À ce sujet, je n’ai pas voulu écrire un livre partisan (à Amnesty, on est impartial…), regrettant la bonne vieille AI, si sage dans sa défense discrète, modeste, des « prisonniers d’adop-tion », des détenus torturés ou soudainement « disparus ». Ni à l’inverse un ouvrage s’extasiant devant la mue dynamique d’AI, présente sur Internet et les téléphones portables, cinquantenaire branchée, capable désormais de parler mortalité maternelle comme Médecins du Monde, OGM comme José Bové ou réfu-giés climatiques avec Les Amis de la Terre. Comment ça OGM et réfugiés climatiques ? Oui, même des militants avertis l’ignorent, mais ces thèmes sont sortis des cartons et seront sur l’agenda d’AI bientôt… C’est pour les adhérents, les sympathisants et au-delà, pour toutes les personnes de bonne volonté encore intéressées par les droits de l’homme que j’ai écrit ce livre. À tous ceux-là, je souhaite montrer que ce combat est plus que jamais nécessaire, qu’un autre monde est possible bien sûr. Quant aux membres, aux militants, je souhaite proposer des réponses à leur malaise.
8