//img.uscri.be/pth/6373453dcdc53559d4de7a0c33cba3250173c391
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Animaux homos

De
176 pages
« Pseudo-copulation dans la nature chez un lézard unisexuel, comportement sexuel aberrant chez l'autruche sud-africaine, ou anormal chez la femelle du hérisson à grandes oreilles, abaissement apparent des standards moraux chez les lépidoptères »..., autant d'expressions fantaisistes utilisées par les scientifiques pour qualifier l'homosexualité animale, longtemps considérée comme étant « contre nature ». S'attaquant à cette idée reçue, Fleur Daugey retrace l'histoire de l'observation et de l'interprétation de ce comportement par les savants, de l'Antiquité à nos jours. Encore taboue dans la communauté scientifique, et très peu connue du grand public, l'homosexualité des animaux a pourtant été observée chez près de 500 espèces.
Plaisir, jeux de séduction, câlins, caresses, fidélité et routine de la vie de couple, protection de la progéniture : en s'appuyant sur des recherches éthologiques et comportementales, Fleur Daugey nous fait découvrir les multiples facettes, parfois bien surprenantes, de la sexualité animale, qui n'est pas que tournée vers la reproduction, et en dégage la signification au regard de l'évolution des espèces.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Collection « Bibliothèque Albin Michel Sciences » dirigée par François Bouvier
© Éditions Albin Michel, 2018
ISBN : 978-2-226-42920-9
À mes parents, à ma sœur.
À toutes les victimes de l’ignorance et de l’homophobie.
Avant-propos
En 2017, au moment où j’écris ces lignes, vingt-deux États dans le monde autorisent le mariage entre personnes de même sexe. La reconnaissance de cette égalité de droits entre personnes gays, lesbiennes, bisexuelles, transgenres, transsexuelles et hétérosexuelles peut sembler une évidence pour beaucoup. Pourtant, elle reste une exception. Les personnes non hétérosexuelles font encore face à des discriminations, à du harcèlement scolaire et à des agressions verbales et physiques dans de nombreux pays. Certains États ne considèrent pas seulement l’homosexualité comme un tabou ou un sujet de raillerie, mais ils la criminalisent également lourdement. J’ai moi-même fait face à la question de la légalité de mes propos sur le sujet de l’homosexualité en exerçant mon métier d’écrivaine. J’écris, en effet, principalement à destination de la jeunesse, des albums documentaires et des scénarios de bande dessinée qui racontent et expliquent la vie des animaux, des plantes et de la nature en [1] général. L’un de mes livres s’intituleLa vie amoureuse des animaux. J’y explique notamment à quoi sert la sexualité dans la nature, comment les animaux se séduisent, se reproduisent et s’occupent de leurs petits. L’un des objectifs de cet ouvrage est de permettre aux jeunes lecteurs de dépasser le stéréotype courant sur les animaux selon lequel les mâles seraient des séducteurs, tandis que les femelles s’occuperaient patiemment de leurs petits. Car la nature est bien plus complexe, variée et inventive que cela, et l’on trouve aussi des femelles séductrices et des papas poules. Je suis souvent invitée en France et à l’étranger pour animer des rencontres auprès d’enfants autour de mes livres, lors de festivals et de salons. Après la sortie de La vie amoureuse des animaux, j’ai été accueillie au Maroc, pays dans lequel l’homosexualité est considérée comme un crime passible de prison. Après avoir réfléchi et discuté avec les personnes en charge de la manifestation, nous avons décidé de passer cette question sous silence, car le sujet était trop sensible pour être présenté dans ce pays. De plus, nous nous exposions peut-être à des sanctions judiciaires en affirmant que l’homosexualité existe dans la nature quand le code pénal du pays punit de prison et d’amende « les actes licencieux oucontre nature avec un individu du même sexe ». Dans certains pays comme l’Arabie Saoudite, la Mauritanie, le Soudan, l’Iran et d’autres encore, l’homosexualité est même passible de la peine de mort. À l’heure même où j’écris, des homosexuels sont arrêtés, torturés, emprisonnés et assassinés par l’État en Tchétchénie. La raison première et régulièrement invoquée pour qualifier l’homosexualité de criminelle est qu’elle serait contre nature. Cette affirmation se retrouve souvent dans la bouche de l’homme de la rue. Pire, elle inonde les discours des religieux fondamentalistes de toute obédience et sert de socle idéologique aux mouvements tels que la Manif pour tous et tant d’autres organisations homophobes de par le monde. Comme nous venons de le voir, la qualification contre nature de l’homosexualité est même inscrite dans les codes pénaux de certains pays. La question de savoir si cette assertion possède un fondement scientifique est donc cruciale pour le respect des droits humains de millions d’hommes, de femmes et de personnes transgenres dans le monde. Qu’en est-il réellement ? L’homosexualité existe-t-elle dans la nature ? Si oui, est-elle courante ou fait-elle exception ? Peut-elle être qualifiée de naturelle ? Voilà les questions cruciales auxquelles ce livre se propose de répondre. Le thème de l’homosexualité est couramment abordé sous les angles de la
religion, de la politique, de la psychologie, de la psychiatrie. L’opinion publique est mise en avant. Qu’en est-il de la biologie ? Pour preuve, le livre que vous tenez entre les mains est le seul qui existe en langue française qui soit intégralement consacré à ce [2] sujet. Le biologiste Thierry Lodé l’aborde dans ses ouvrages , mais aucun auteur ne s’était encore attelé à l’écriture d’un livre qui explore les connaissances scientifiques actuelles sur la question. En effet, on interroge rarement la biologie et l’éthologie pour leur demander si l’homosexualité existe dans la nature, et ce qu’elle représente. L’ensemble des recherches disponibles donne pourtant une réponse claire et sans ambiguïté : loin d’êtrecontrel’homosexualité est nature, dans la nature. Elle a été documentée scientifiquement chez 471 espèces sauvages et 19 espèces domestiques dans l’ensemble du règne animal : insectes, arachnides, poissons, amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères. Par ailleurs, bien que toutes n’aient pas fait l’objet d’études scientifiques, des observations de comportements homosexuels ont été rapportées chez environ 1 500 espèces animales. Le rôle de la science est de chercher à comprendre et de présenter des faits. Son devoir est aussi d’en rendre compte à la société. Les scientifiques qui tirent la sonnette d’alarme au sujet des changements climatiques et de la perte de biodiversité jouent par exemple ce rôle. Il convient que tous et toutes puissent avoir accès à l’information scientifique. L’objectif de ce livre est donc de faire le point sur les données scientifiques sur l’homosexualité animale afin de les rendre intelligibles au plus grand nombre. Les pages qui suivent présentent les résultats de recherches qui ont été publiées dans des revues et ouvrages scientifiques solides. En tant qu’éthologue et en tant qu’auteure, je prends la pleine responsabilité des déductions personnelles que j’offre ici, après un long travail de recherche et de réflexion sur ce sujet passionnant. Ce livre a l’ambition de célébrer la diversité naturelle que notre planète abrite, et je souhaite au lecteur de partager un peu de l’émerveillement qui a été le mien tout au long de cette enquête.
[1]. Paru aux Éditions Actes Sud Junior en 2016. [2] .La Guerre des sexes chez les animaux, Paris, Odile Jacob, 2007 etLa Biodiversité amoureuse. Sexe et évolution, Paris, Odile Jacob, 2011.
Introduction
Certains chercheurs refusent d’utiliser le terme d’« homosexualité » pour les animaux et préfèrent la dénomination anglaise« same-sex behaviour », qui peut être traduite par « comportement de même sexe ». Cette traduction française propose une expression complexe et plutôt vide de sens, que je n’utiliserai pas. Le choix de certains d’éviter le terme d’« homosexualité » s’explique par le fait qu’il a été créé à l’origine pour désigner un comportement humain. Ainsi, le mot appartiendrait en quelque sorte à l’espèce humaine sans qu’elle puisse le partager. En tant qu’éthologue, je m’élève contre cette habitude de refuser aux animaux le vocabulaire employé pour les êtres humains, sous prétexte que leurs capacités et certaines caractéristiques de leurs comportements n’ont pas été décelées auparavant. Le même débat a parcouru l’histoire des sciences au sujet de l’intelligence et se poursuit aujourd’hui. C’est pourquoi je choisis, comme de nombreux chercheurs qui sont spécialistes de ce sujet, de parler sans ambages d’homosexualité animale, tout en circonscrivant l’usage de ce terme. Je me range à la définition qu’en donne le biologiste et linguiste Bruce Bagemihl, l’auteur de l’ouvrage le plus complet à ce jour sur l’homosexualité animale, intituléBiological Exuberance. Animal Homosexuality and Natural Diversity (non traduit en français). Seront donc qualifiés de comportements homosexuels ou d’homosexualité les parades nuptiales, les comportements affectueux, sexuels ou parentaux qu’un animal partage avec un congénère du même sexe. Parallèlement, l’hétérosexualité animale se réfère aux mêmes comportements adressés à un congénère du sexe opposé. J’éviterai cependant l’emploi des termes « gay » et « lesbien » dans le corps du texte, car ils reflètent des réalités humaines complexes. Je me permettrai seulement de les utiliser dans certains intertitres à titre de clin d’œil. Le premier chapitre, « Histoire d’un tabou », nous entraîne dans un voyage à travers l’histoire des sciences, quand les premières mentions d’une homosexualité animale sont apparues dans l’Antiquité. D’un côté, la biologie a concouru et concourt aujourd’hui plus que jamais à l’étude de l’homosexualité animale. D’un autre, elle a aussi contribué à la garder dans l’ombre, soit en la considérant comme une anecdote indigne d’intérêt scientifique, soit en la qualifiant de comportement anormal, déviant, pervers ou pathologique. Il est donc primordial d’explorer comment les stéréotypes ont façonné l’esprit des scientifiques en fonction de leur époque, afin de mieux comprendre la marche actuelle de la science, qui n’est pas non plus exempte de sexisme et d’homophobie. Heureusement, nous découvrirons quelques personnalités qui ont su se détacher des conventions et des préjugés afin de faire avancer la connaissance. Le deuxième chapitre, « Comprendre l’homosexualité animale », explore les principales hypothèses évoquées pour expliquer ce phénomène dans le cadre de la théorie darwinienne de l’évolution. Cette dernière représente la structure théorique la plus largement admise aujourd’hui dans le monde de la biologie. Nous examinerons également des hypothèses et des idées qui débordent de ce cadre conventionnel. Je présenterai à cette occasion des réflexions personnelles issues de l’étude de l’ensemble de ces hypothèses qui m’ont conduite à utiliser le terme nouveau de « sexodiversité ». Parler de sexodiversité est une façon de mieux comprendre comment l’homosexualité s’inscrit dans le tissu complexe du maintien de la biodiversité et de la vie sur notre planète.
Le troisième chapitre, intitulé « Séduction, caresses, câlins et accouplements », offre un panorama non exhaustif des parades nuptiales et des comportements affectueux et sexuels qui existent dans le monde animal. De la même manière, « Vies de couple et parentalités homosexuelles », le quatrième chapitre, présente les mille manières dont se forment les couples homosexuels. Certains durent toute la vie, d’autres le temps d’une saison de reproduction, ou moins longtemps encore. Parfois, vivre à deux ne suffit pas, alors se forme un trio ou même un quatuor. Le cinquième et dernier chapitre montre l’existence d’animaux transgenres et transsexuels, preuve que les frontières biologiques du sexe et du genre sont résolument floues dans la nature.