Apprentissage de la recherche en travail social

Apprentissage de la recherche en travail social

-

Livres
144 pages

Description

Destinée aux étudiants des DEASS et DEIS, à leurs formateurs et enseignants, cette démarche méthodologique d'apprentissage de la recherche explore de façon inédite les modalités de réalisation d'un mémoire de travail social.
Quelle posture intellectuelle un tel travail de recherche implique-t-il ? Comment s'insère-t-il dans un parcours professionnel et personnel ? Comment devenir auteur, producteur de connaissances nouvelles ?

Joël Cadière fournit ainsi à l'apprenti chercheur toutes les clés pour élaborer et réaliser son mémoire.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2013
Nombre de visites sur la page 10
EAN13 9782810902170
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Introductîon
Cet ouvrage s’adresse aux travaîeurs socîaux quî sont amenés à pro-duîre des connaîssances seon une démarche de recherche scîentîique. Nous pensons tout d’abord aux personnes préparant un dîpôme profes-sîonne de travaî socîa (voîr encadré cî-après) : sî es formatîons ont des contenus dîfférents, a productîon d’un mémoîre s’împose à toutes es formatîons supérîeures.
Seon es formatîons, e mémoîre est pus ou moîns rattaché à a recherche scîentîique. Seues deux déinîtîons du « mémoîre » sont expî-cîtement et dîrectement référencées à a recherche: î s’agît des formatîons préparant au dîpôme d’État d’assîstant de servîce socîa (DEASS) et au dîpôme d’État d’îngénîerîe socîae (DEIS). C’est pourquoî cet ouvrage s’adresse prîncîpaement aux étudîants de ces deux parcours de formatîon et s’appuîe sur e contexte de productîon de ces deux « mémoîres ». Néanmoîns, es étudîants des autres formatîons socîaes tîreront proit des apports de cet ouvrage en termes de posture et de méthodoogîe pour a productîon de eur propre « mémoîre ».
Cet ouvrage s’adresse aussî aux travaîeurs socîaux,enseignants, for-1 mateurs ou accompagnateurs des étudiantsdans a démarche de produc-tîon du « mémoîre ». Toute démarche de recherche nécessîte un cadre de « productîon » comprenant des enseîgnements et des accompagnements coectîfs et îndîvîdues quî vîsent ’apprentîssage de ’étudîant à a pro-ductîon spécîique de a recherche en travaî socîa.
1. Seon e mîîeu professîonne, es accompagnateurs des étudîants dans a productîon du mémoîre peuvent porter des appeatîons dîfférentes : dîrecteurs de recherche, dîrecteurs de mémoîre, tuteurs, guîdeurs…
7
l’apprentissage de la recherche en travail social
Les formations aux professions sociales
Représentant quînze dîplômes ou certîicats d’État, les formatîons sont réglementées par des textes oficîels (décrets, arrêtés, cîrculaîres) quî déinîssent et dîstînguent la structure et le contenu de chacune d’elles. Les formatîons et qualîicatîons sont structurées selon des nîveaux allant de V à I (V et IV pour înfra-bac, III à I pour post-bac) – la nomenclature européenne quî s’împose actuellement comporte 8 nîveaux –, et selon des qualîicatîons dîstînctes en référence aux capacîtés attendues dans l’exercîce de chacune des professîons socîales vîsant à couvrîr le champ de l’actîon socîale. Les dîplômes des professîons socîales înscrîts au Code de la famîlle et de l’actîon socîale sont les suîvants (du nîveau V au nîveau I) : – Infra-bac : • de nîveau V : aîde médîco-psychologîque (DEAMP), assîstant famîlîal (DEAF), auxîlîaîre de vîe socîale (DEAVS) ; • de nîveau IV : technîcîen de l’înterventîon socîale et famîlîale (DETISF), monîteur-éducateur (DEME). – Post-bac (il s’agit des diplômes de formation supérieure) : • de nîveau III : assîstant de servîce socîal (DEASS), éducateur spécîalîsé (DEES), éducateur de jeunes enfants (DEEJE), conseîllère en économîe socîale et famîlîale (DECESF), éducateur technîque spécîalîsé (DEETS) ; • de nîveau II : médîateur famîlîal (DEMF), certîicat d’aptîtude aux fonc-tîons d’encadrement et de responsable d’unîté d’înterventîon socîale (CAFERUIS) ; • de nîveau I : certîi cat d’aptîtude aux fonctîons de dîrecteur d’établîs-sement ou de servîce d’înterventîon socîale (CAFDESIS), dîplôme d’État d’îngénîerîe socîale (DEIS).
Qu’î s’agîsse d’accompagnement et/ou de productîon, ’un et ’autre sont toujours de facture sînguîère, tant î est vraî que a démarche de recherche est une aventure ouverte. Pour autant, a posture et a métho-doogîe de a recherche répondent à des prîncîpes, des vaeurs, des contraîntes et des pratîques spécîiques quî procurent un cadre assîgné à a productîon. Dans ce sens, nous proposons îcîune démarche méthodo-logique d’apprentissage de la recherche en travail social, non une méthode à suîvre au pîed de a ettre. Cet ouvrage doît être abordé et comprîs comme un espace de rélexîon, oîn de tout dogmatîsme. Nous savons que, dans ce domaîne, aucun ouvrage ne peut sufire à uî-même pour guîder un parcours de recherche : î ne peut être qu’un éément contrîbutîf au dîaogue récîproque entre es enseîgnants, es accompagnateurs et ’auteur souveraîn de son mémoîre.
Nous pensons égaement auxintervenants sociauxayant à charge de produîre, en sîtuatîon professîonnee, une recherche reatîve à une sîtuatîon
8
Introduction
socîae probématîque quî émerge au cœur même de ’actîon qu’îs enga-gent. Auteurs ou co-auteurs d’un te projet, îs découvrîront au i de ces pages ’ampeur de a tâche, es condîtîons de sa mîse en œuvre, es pas-sages obîgés, a pertînence et es îmîtes de a connaîssance produîte. Par aîeurs, a méthodoogîe dépîée îcî montre en creux a dîstînctîon quî s’opère de ’étude qu’ee n’est pas, aquee dans e champ professîonne 2 est sî souvent confondue avec a recherche .
Pour es étudîants, e mémoîre est synonyme d’apprentîssage de a recherche par a recherche, un premîer essaî de démarche scîentîique tant pour probématîser un phénomène socîa que pour exécuter un parcours de recherche : c’est ’apprentîssage progressîf d’une posture peu commune quî provoque es représentatîons acquîses jusque-à et pose des questîon-nements exîstentîes. C’est dîre que cet ouvrage d’înîtîatîon ne s’adresse pas aux chercheurs professîonnes des scîences socîaes quî s’attendraîent à une contrîbutîon aux controverses et débats reatîfs aux méthodoogîes des recherches en scîences socîaes.Cet ouvrage se veut pédagogique. Il vise la capacité d’apprendre à comprendre.
L’actîon du travaîeur socîa est e îeu d’où émerge son projet de recherche. En tant qu’acteur, seon qu’î est en formatîon înîtîae ou contînue, î a accumué dîverses expérîences ; en tant qu’étudîant, î a assîmîé des savoîrs; en tant que ecteur, î a engrangé des connaîssances. Maîs dès ors qu’î s’engage dans un projet de recherche, î est dans une posîtîon dîfférente. D’acteur, récepteur, ecteur, î s’engage à être auteur, autrement dît à être pour uî-même et par uî-même producteur de connaîssances nouvees.
Cette posîtîon dîfférente va bîen au-deà de a sîmpe appîcatîon d’une méthode d’învestîgatîon, trop souvent perçue comme a inaîté du projet 3 de recherche . Les méthodes sont mutîpes : nous aurons ’occasîon dans es pages suîvantes de es envîsager et de renvoyer e ecteur aux ouvrages de référence. Certes, a méthode est d’împortance, maîs ne prend pace qu’au moment de ’învestîgatîon et vaeur de pertînence qu’au regard de a méthodoogîe. C’est pourquoî nous însîstons sur e faît qu’apprendre à comprendre nécessîte une posture partîcuîère, une démarche spécîique,
2. L’étude est commandîtée et son commandîtaîre est d’une présence actîve dans a démarche d’étude. Partant d’une sîtuatîon probème, ’étude a pour inaîté une réponse opératîonnee (conseîs, préconîsatîons en termes de projets, d’organîsatîon, de stratégîe…). La recherche est un travaî de probématîsatîon de a questîon d’orîgîne dans une vîsée de productîon de connaîssance. 3. Souvent, ’étudîant se représente a recherche comme a productîon d’entretîens ou de questîonnaîres, sans consîdérer qu’î s’agît à d’un outî technîque d’învestîgatîon quî en soî ne peut donner sens au projet de recherche.
9
l’apprentissage de la recherche en travail social
une constructîon programmée, autrement dîtune méthodologie qui n’est pas àconfondre avec les méthodes de recherche en sciences humaines.
Dans cette posîtîon dîfférente du projet de recherche, ’acteur n’est pas séparé de ’actîon dans aquee î est împîqué. Pour devenîr auteur de sa recherche, î conduîra son actîon seon un processus de dîstancîatîon, condîtîon nécessaîre à sa rélexîvîté. De a recherche, ’actîon est orîgîne (îeu du questîonnement d’où part a recherche) et inaîté (îeu du retour de a connaîssance produîte par a recherche). De même, ’acteur est à ’orîgîne du processus de recherche quî e posîtîonne en tant qu’auteur. Maîs ’auteur de a recherche ne perd pas de vue que a connaîssance qu’î vîse à produîre est inaîsée dans ’actîon. Sî a recherche permet de se dîstancîer sans se détacher de ’actîon, sî ee procède par détour sans esquîver e retour à ’actîon pour s’y însérer, sî ee permet aux acteurs ’înteîgîbîîté de eur actîon, aors nous nous trouvons îcî dans ’afirma-tîon du champ cuture de arecherche-action.La recherche en travaî socîa, du moîns cee que nous décrîvons méthodoogîquement dans cet ouvrage, est une recherche-actîon.
Cet ouvrage s’organîse seon troîs partîes quî recouvrent dîx chapîtres : – dans a premîère partîe, nous déveopperons e champ cuture de a recherche en travaî socîa, de a recherche-actîon et e schéma organîsa-teur du parcours de recherche. On peut consîdérer cette partîe comme une vaste întroductîon ou contextuaîsatîon de a recherche dans es forma-tîons aux professîons socîaes ; – dans a deuxîème partîe, întîtuée « Le contour ou a constructîon probématîque », nous aborderons a démarche de recherche, de ’întentîon de recherche à ’hypothèse. Cette partîe correspond à ce quî est attendu du mémoîre DEASS. – puîs, dans a troîsîème partîe, nous nous concentrerons sur a phase post-hypothèse, quî vîse ’învestîgatîon, e traîtement et a sîgnîicatîon d’une réaîté pertînemment cîrconscrîte. Nous tenterons de déinîr a mîse en œuvre du procès de sîgnîicatîon quî en découe en vue de conigurer e sens de ’actîon.
Nous tenons à sîgnaer que cet ouvrage ne se prête pas à une ecture partîee ou segmentée. Par exempe, même sî ’attentîon du ecteur est focaîsée sur a deuxîème partîe de ’ouvrage (correspondant au mémoîre du DEASS), nous recommandons une ecture întégrae ain de saîsîr e rôe qu’occupe a probématîsatîon dans a recherche. Répétons qu’î s’agît îcî d’un ouvrage de méthodoogîe. Notre ambîtîon est de permettre aux tra-vaîeurs socîaux et à eurs accompagnateurs de comprendre a démarche, e processus et a dynamîque qu’engendre ’apprentîssage à un parcours scîentîique de recherche-actîon.
première partie
LA RECHERCHE DANS LES FORMATIONS SOCIALES
P 1. etîte hîstoîre de la recherche dans les formatîons aux professîons socîales
I est toujours déîcat de retracer e i d’un événement jusqu’à son orîgîne, tant î est vraî que nous pouvons remonter sans cesse à ’orîgîne de ’orîgîne et que es facteurs d’apparîtîon sont mutîpes. Une étude hîstorîque sur ’apparîtîon et e déveoppement de a recherche dans es cursus des formatîons socîaes et dans a pratîque professîonnee seraît sans doute utîe, maîs ce n’est pas à ’ambîtîon de ce chapître. Nous nous contenterons de dessîner es grandes îgnes de ’întroductîon de a recherche dans es formatîons aux professîons socîaes.
À nos yeux, a créatîon (dans es textes oficîes de 1978) de a forma-tîon au dîpôme supérîeur en travaî socîa (DSTS) est ’objet porteur et moteur înîtîa de a recherche dans e champ socîa. Par et pour cette nouvee formatîon s’engagent des acteurs et des actîons, quî déveoppe-ront dans ’espace pubîc a probématîque de a recherche dans es for-matîons aux professîons socîaes. De quoî s’agît-î ?
Au cours des années 1970, es représentants professîonnes des assîs-tants de servîce socîa mîîtent pour a constîtutîon de formatîons supé-rîeures (pus précîsément supérîeures à cees exîstantes de nîveau III) vîsant a formatîon des cadres du travaî socîa. Le mînîstère agrée à a créatîon de deux dîpômes : ’un vîse a formatîon des dîrecteurs d’étabîs-sement et servîces socîaux et médîco-socîaux (CAFDES), ’autre, a forma-tîon des cadres à dîmensîon pus technîque que gestîonnaîre (DSTS). Ces deux dîpômes répondent aînsî au besoîn de formatîon contînue et de perfectîonnement des travaîeurs socîaux en fonctîon d’encadrement, quee que soît eur formatîon înîtîae de nîveau III en travaî socîa.
13
l’apprentissage de la recherche en travail social
1 La conceptîon du DSTS relète e prîncîpe d’Henrî Desroche , à savoîr que e parcours de formatîon se traduît dans et par a productîon d’une recherche-actîon quî artîcue ’expérîence professîonnee et a recherche scîentîique. I en découe une seue épreuve de vaîdatîon : a recherche en travaî socîa vers aquee convergent es 750 h de formatîon sur une 2 durée de troîs ans . Dès ors, cette formatîon va se sîtuer à ’înterface entre une cuture professîonnee et une cuture scîentîique, entre ’înstîtutîon reatîve aux formatîons socîaes et ’Unîversîté, entre a reconnaîssance d’une pratîque de recherche scîentîique par des travaîeurs socîaux hors de ’înstîtutîon unîversîtaîre, et ’académîsme înstîtué. Dès sa créatîon, e DSTS fut ’objet d’une doube tensîon, à a foîs înterne, d’ordre pédago-gîque, autrement dît reatîve à a manîère d’accompagner es adutes en formatîon dans a productîon d’une recherche à partîr de eur pratîque, et externe, de ’ordre de a vaorîsatîon des productîons et des pratîcîens chercheurs dans e champ de a recherche scîentîique et de a commu-nauté scîentîique.
Deux înstances ont été porteuses de ces enjeux : e Comîté de îaîson des formatîons permanentes et supérîeures en travaî socîa (CLFPSTS) quî assembaît une cînquantaîne d’étabîssements de formatîon aux profes-sîons socîaes habîîtés à conduîre es formatîons supérîeures, et e Réseau înterunîversîtaîre de formatîon de formateurs «travaîeurs socîaux» (RIFF) composé essentîeement à ’époque des quatre formatîons au DSTS quî étaîent habîîtées au seîn de ’Unîversîté. Chacune de ces înstances (Comîté de îaîson et RIFF) se faîsaît e reaîs des revendîcatîons des acteurs împî-qués dans a recherche et mîîtant pour a recherche en travaî socîa, notam-mentviaes revues : a revueForum, créée en 1976 pour e Comîté de îaîson, et a revue înterunîversîtaîreRecherche et travail socialpour e RIFF.
Par aîeurs et paraèement, a réforme de a formatîon des assîstants 3 de servîce socîa en 1980 întroduît a productîon d’un mémoîre et stîpue
1. La mîse en œuvre et ’écrîture du texte oficîe sont e produît de Jeannîne Grîère, dont e parcours unîversîtaîre est desrochîen,viae Coège coopératîf à Parîs fondé par Henrî Desroche en 1957 aors qu’î étaît dîrecteur d’études à ’Écoe pratîque des hautes e études (6 sectîon, EPHE). La même année, î crée ’Unîversîté coopératîve înternatîonae (UCI), puîs e Réseau des hautes études des pratîques socîaes (RHEPS) déîvrant e dîpôme des hautes études des pratîques socîaes (DHEPS). On retîendra de son œuvre, outre une bîbîographîe consîdérabe, e déveoppement de a recherche-actîon, a formatîon tout au ong de a vîe et ’éducabîîté des adutes. 2. Au départ, e cursus de formatîon au DSTS comprenaît troîs optîons: cadre, formateur et chercheur. Ces optîons furent abandonnées très rapîdement et confondues entre ees. C’est dîre toutefoîs ’împortance quî étaît accordée à ’întroductîon de a recherche dans a mesure où étaît envîsagée a fonctîon de chercheur. 3. Décret du 6 maî 1980 reatîf à a formatîon des assîstants de servîce socîa.
14
Petite histoire de la recherche dans les formations aux professions sociales
que a formatîon des assîstants de servîce socîa « comprend a formatîon er înîtîae, a formatîon permanente et une formatîon supérîeure» (artîce 1 ). C’est dîre sur ce dernîer poînt a jonctîon avec e DSTS.
4 Le mémoîre faît ’objet de deux notes du mînîstère de a soîdarîté natîonae quî ont pour objet de déinîr ’orîentatîon du mémoîre et ses crîtères de vaîdatîon :
« Le mémoîre du DEASS utîîse es connaîssances théorîques et pratîques acquîses par e candîdat ; e thème doît présenter un întérêt professîonne et a méthodoogîe utîîsée doît être une méthodoogîe de recherche.» (1982)
Quatre crîtères sont à retenîr :
« L’exîstence d’une démarche d’anayse recourant à une méthodoogîe de recherche ; a structuratîon de a démarche ; a carté de ’expressîon; ’utî-îsatîon pertînente d’une méthodoogîe de recherche. » (1988)
Enin, nous remarquons, à ’adresse des membres du jury, cette atten-tîon partîcuîère à propos du mémoîre, à savoîr « que ne doît pas être sanctîonnée une probématîque ne comportant pas une inaîsatîon pro-fessîonnee îmmédîate, dès ors que ’objet du mémoîre se sîtue dans e champ socîa et apporte des ééments d’anayse utîes à ’exercîce profes-sîonne » (1988). S’î ne s’agît pas encorestricto sensud’un mémoîre de recherche, î est toutefoîs demandé à ’étudîant de se posîtîonner et de faîre preuve de sa capacîté à traîter un cas socîa seon a méthodoogîe de a recherche. La recherche est aînsî întroduîte comme e référentîe de pro-ductîon du mémoîre.
Cecî dît, c’est autour du DSTS et, partant, de sa mîse en œuvre que a recherche en travaî socîa pénètre progressîvement e secteur. Queques événements marquent cette progressîon tenue et soutenue par es mîîtants formateurs et chercheurs de ’époque.
Suîte aux textes quî oficîaîsent a créatîon du DSTS en 1978, es premîers étabîssements habîîtés mettent en œuvre a formatîon au début des années 1980. C’est donc dès son démarrage que e CLFPSTS organîse troîs cooques natîonaux en 1983, 1984, 1987 pour rendre vîsîbes et anayser es travaux de recherche effectués dans e cadre des premîers DSTS. Dès ors, a revueForumdu Comîté de îaîson va devenîr, à a suîte de ces cooques, a premîère revue de a recherche en travaî socîa.
Le îvre-manîfesteLa recherche en travail social(Duchampet al., 1989) ouvre e ecteur à a réfexîon pédagogîque et épîstémoogîque de a recherche en travaî socîa.
4. Notes du 28 juîn 1982 et du 8 mars 1988.
15
l’apprentissage de la recherche en travail social
La créatîon de ’Assocîatîon françaîse des formatîons unîversîtaîres de e 3 cyce en travaî socîa (AFFUTS) en 1993 vîse à repérer et réunîr es chercheurs françaîs quî ont été ou sont encore des travaîeurs socîaux en exercîce. L’assocîatîon, composée de chercheurs, enseîgnants-chercheurs, pratîcîens-chercheurs, se veut une înstance delobbyingd’une part, de rélexîon épîstémoogîque et de vaorîsatîon des travaux et des auteurs d’autre part. On peut égaement reever qu’ee a joué un rôe împortant auprès des înstances oficîees dans es négocîatîons quî ont conduît à ’ouverture de a premîère chaîre de travaî socîa au Conservatoîre natîo-na des arts et métîers (CNAM) en 2001.
De son côté, a Dîrectîon générae de ’actîon socîae (DGAS) a contrîbué à a vaorîsatîon de a recherche dans son secteur, notamment en coniant une mîssîon d’archîvage et de vaorîsatîon des mémoîres de recherche au Centre d’études, de documentatîon, d’înformatîon et d’actîon socîaes (CEDIAS-Musée socîa) et en demandant à E. Dugué, du CNAM, de dresser un état des îeux en France de a recherche dans e champ des professîons socîaes. Suîte à ’étude sur es doctorats en travaî socîa en Europe (étude pîotée par ’écoe supérîeure de travaî socîa ou ETSUP, e Comîté de îaîson et ’AFFUTS), a DGAS a organîsé un cooque européen sur es formatîons supérîeures en Europe en 2000.
C’est en 2001 que e schéma natîona des formatîons socîaes (2001-2005), rédîgé par a DGAS, înscrît a recherche comme projet de déveoppement. I appeaît à a créatîon ou au déveoppement de îeux ressources dans e domaîne du travaî socîa au nîveau régîona, et encourageaît es actîvîtés de recherche dans es étabîssements de formatîon. Sî a DGAS conie cette mîssîon à chaque centre de formatîon, ee ne dégage pas pour autant de moyens spécîiques. Toutefoîs, e schéma natîona, te qu’î sera reprîs et décîné par e schéma régîona de a dîrectîon régîonae des affaîres sanî-taîres et socîaes (DRASS) de Rhône-Apes, înscrîra a vaorîsatîon de a 5 recherche comme un de ses objectîfs prîorîtaîres . I en découera dans cette régîon es premîers inancements pour vaorîser es auteurs, construîre des îens avec ’envîronnement notamment unîversîtaîre, et a créatîon de a premîère pate-forme régîonae de a recherche en actîon socîae (PFRAS Rhône-Apes), opératîonnee dès janvîer 2006.
Par a suîte, es nouvees orîentatîons pour es formatîons socîaes (2007-2009) de a DGAS déinîssent dans ce domaîne e renforcement de a quaîté des formatîons par a nécessîté de mîeux artîcuer formatîon
5. L’éaboratîon et ’anîmatîon du projet et sa mîse en œuvre nous ont été coniées en tant que dîrecteur du Coège coopératîf de Rhône-Apes.
16