Art-thérapie, autisme et dyslexie

-

Livres
190 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les enfants lucioles, ce sont ces enfants, autistes, psychotiques, dyslexiques… dont il faut mobiliser les capacités psychiques pour baliser la voie qui pourra les conduire sur le chemin de la résilience et ainsi ouvrir une fenêtre sur leur pays intérieur.
L'art-thérapie est une aide sur ce chemin, grâce à des médiations diverses…
Après un historique de l'art-thérapie et de l'aléatoire dans l'art, Maryse du Souchet-Robert présente son expérience d'orthophoniste et d'art-thérapeute auprès d'enfants autistes, psychotiques ou dyslexiques avec qui elle a utilisé l'aquagraphie-écriture comme médiation.
D'autres art-thérapeutes – Élisabeth Guérin, orthophoniste ; Nicole Conejero, danse-thérapeute ; Anne-Marie Masson et Valérie Bor, sculptrices – rendent également compte de leurs expériences en art-thérapie.
Dans sa préface, Jean-Luc Sudres, professeur à l'Université Toulouse-Jean-Jaurès, Secrétaire général de la Société internationale de psychopathologie de l'expression et d'art-thérapie, souligne la place de la créativité dans l'advenue de la résilience.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2014
Nombre de visites sur la page 13
EAN13 9782849243732
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,015 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Art-thérapie, autisme et dyslexie
Les enfants lucioles
Collection C-Psy
dirigée par Roseline Davido
The Davido-CHaD Test in Clinical Practice,Roseline Davido L’éthique dans les pratiques de la psychologie et de la relation d’aide, S. Trinquier Comprendre les gribouillis : un miroir de l’Inconscient,Roseline Davido La féminité dévoilée dans les rêves,Sylvie Trinquier Le dyslexique et l’aquagraphie,Maryse du Souchet-Robert Et l’émotion se fait chair, Marie-Jeanne Trouchaud Le corps humain dans les rêves, Sylvie Trinquier
Image de couverture :Les enfants lucioles- May - peinture aléatoire et poudre d’or. © Éditions du Cygne, Paris, 2014
www.editionsducygne.com ISBN : 978-2-84924-373-2
Maryse du Souchet-Robert
avec la collaboration de Valérie Bor, Nicole Conejero, Élisabeth Guérin et Anne-Marie Masson
Art-thérapie, autisme et dyslexie
Les enfants lucioles
Éditions du Cygne
Du même auteur
Souchet-Robert M.& al., Le dyslexique et l’aquagraphie. Cet enfant au pays des brumes,Paris, Cygne, 2011, préface de Dominique Bertrand. Souchet-Robert M. du& al., Le clavecin oculaire ou l’aquagraphie peinture magique et médiation thérapeutique, Paris, L’Harmattan, 2001, Préface de Jean-Pierre Klein. Souchet-Robert M. du,Eliezer ou la descente aux enfers, L’initiation de la mort à la vie,Rouvray, Prieuré, 1995, préface de Jacques Donnars. Morel D., Souchet-Robert M. du,Le pays de l’étrange,Paris, Papyrus, 1989. Souchet-Robert M. du, Mémoire pour le diplôme de réédu-catrice de dyslexiques,Rééducation,1969, 25, 223-224, Numéro spécial, préface de Gilles Ferry..
À Philippe
Avec mes remerciements affectueux pour sa relecture attentive et patiente de ce manuscrit
Préface
Art de l’entrée en « Matières », la réalisation d’une Préface n’est jamais un exercice anodin, a fortiori lorsque nous découvrons que nombre de nos ainés (Gilles Ferry, Jacques Donnars, Jean-Pierre Klein, Dominique Bertrand) ont prêté leurs plumes aux précédents ouvrages de Maryse de Souchet-Robert. Mais dépassons cette rationalisation toute universi-taire et empruntons le ‘je’ ; lejeu sérieuxDonald Wood de Winnicott. Maryse est pugnace... Elle a beaucoup attendue cette préface mettant en tension souple ma procrastination, davantage que ma culpabilité névrotique ‘à ne pas faire’. La traversée de l’ou-vrage m’a amené à un brin d’auto-analyse. Maryse me connaît peu…dans les carrefours routiers juste des congrès et des partages d’écrits.Maryse se risque... à laisser l’opérationnalité de ce que j’appelle ‘le détecteur de sensorialité affectivo-culturelle’ se déployer. Résultat de cette gageure, votre serviteur s’est replongé au l des pages dans une identité ancienne, celle de Psychomotricien (Psycho-rééducateur comme l’on disait jusqu’au début des années quatre-vingt) avec un Mémoire de n d’études sur l’écriture de l’enfant et sa rééducation. ‘Curieusement’ l’écho avec le travail ponctuant, quelques années plus tôt la formation d’orthophonie de Maryse du Souchet-Robert, est manifeste. Collusions de références, collusions de point de vue, collu-sions de principes d’authenticité ; voilà une alchimie en laquelle chaines et trames du métier se tissent gaiement. Aujourd’hui (davantage qu’hier) ‘autisme’, ‘psychose’, ‘dyslexie’, ‘dyspraxie’, ‘dysphasie’, ‘hyperactivité’, ‘surdoué’ et
7
bien d’autres entités et/ou souffrances sont passées à la mouli-nette catégorielle (a théorique bien entendu et donc ‘scienti-que’) des ‘troubles du spectre autistique’, des ‘troubles du langage de type mixte réactif-expressif ’, des ‘troubles dé-citaires de l’attention avec ou sans hyperactivité’, etc. le tout mâtiné de quelques acronymes (TAS, TED, HPI, TDA/H, TOC, TAG, etc.) réservés aux initiés dépositaires des glos-sairesad hoc. Le bon sens clinique, l’intuition, la conviction seraient devenus de viles positions de soins ? À tout ce fatras,Maryse répond indirectement... par la restaura-tion de la surprise, de l’écoute poétique, de la place du regard et du transfert pour accompagner l’autre dans la différence de ses chemins de traverse. ‘Ça tangue’, mais ça tient et contient pour se transformer. Les spécialistes de la neuropsychologie (développemen-tale ou non) des hautes sphères cognitives, tout comme les instrumentalistes d’opportunismes clinico-scientiques peu/ mal à l’aise avec ‘la psychologie des profondeurs’ taquineront au l des pages la juste place des angoisses archaïques et des potentialités créatives du petit d’homme. Davantage encore, ils découvriront (comme beaucoup d’entre nous) une illustration magistrale d’une modélisation de la symbolisation étayée, dans une sorte de crescendo ouvert, sur l’aquagraphie, l’écriture, la peinture, la musique et la danse. D’un processus de mise en matières à un processus de mise en voix/voie, prend place un processus de mise en formes (gestaltung), de mise en corps, de mise en sens. Maryse déroule ses expériences et ses évolutions… Maryse théorise… Tout cela transpire de page en page L’art-thérapie, que certains se plaisent à décerveler par de multiples découpages et néologismes (ex : ‘art-thérapie traditionnelle’ versus ‘art-thérapie moderne’, ‘psychothérapie à médiations’, ‘Music-art-somato-thérapie’, ‘art-thérapie somatique’…), rencontre dans l’œuvre de Maryse du Souchet-Robert une légitimation effective avec une pensée en mouvements.
8