Arts et sociétés numéro 1

Arts et sociétés numéro 1

Livres
282 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La revue Arts & sociétés est promue par l'IBA (Institut des Beaux-Arts à Nkongsamba, Université de Douala) pour diffuser et valoriser les résultats des recherches universitaires. Elle a une vocation pluridisciplinaire, relevant des Beaux-arts et des Lettres, Sciences sociales et humaines.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 15 novembre 2017
Nombre de lectures 12
EAN13 9782140051074
Langue Français
Signaler un abus
Numéro 1
A R T S & S O C I É T É S
REVUE ARTS & SOCIÉTÉS
Revue Arts & Sociétés Revue à comité de lecture de l’Institut des Beaux Arts de l’Université de Douala à Nkongsamba, CamerounLaRevue Arts & Sociétésest promue par l’IBA (Institut des Beaux Arts à Nkongsamba, établissement de l’Université de Douala) en vue de permettre aux Enseignants-Chercheurs, Enseignants associés et jeunes Chercheurs, de diffuser et valoriser les résultats de leurs recherches. La revue a une vocation pluridisciplinaire eu égard à la mise à contribution, dans la formation et la recherche à l’IBA, des disciplines relevant des Beaux Arts (Architecture et urbanisme, Arts plastiques et histoire de l’art, Cinéma et audiovisuel, Études théâtrales, Gestion et conservation du patrimoine culturel, Muséologie, Musicologie et chorégraphie), Lettres, Sciences sociales et humaines (anthropologie, management, philosophie, psychologie, sociologie). LaRevue Arts & Sociétésest une revue scientifique à comité de lecture. Ce dernier est constitué d’éminents universitaires camerounais et étrangers. Les appels sont ouverts aux contributions de qualité entrant en droite ligne de l’objet des disciplines sus-évoquées. Les thématiques abordées doivent traiter des questions d’actualité ayant un rapport avec le développement des sociétés africaines. Toutefois, des contributions relevant d’autres disciplines telles que l’Histoire, la Géographie, les Sciences politiques, le Droit, sont recevables, à condition qu’elles participent de la promotion des Beaux Arts en Afrique en général, et au Cameroun en particulier. L’ambition de l’IBA est de faire très rapidement de laRevue Arts & Sociétésune revue scientifique de référence.
REVUE ARTS & SOCIÉTÉS
N°1
COMITÉ SCIENTIFIQUE Amana Evelyne (Psychologie, Université de Yaoundé I) Abwa Daniel (Histoire, Université de Yaoundé I) Amougou Jean Bertrand (Philosophie, Université de Yaoundé I) Angoua Nguéa Annette (Économie du cinéma, Université de Douala) Ayissi Lucien (Philosophie, Université de Yaoundé I) Bela Bienvenu Cyrille (Histoire de l’Art, Université de Yaoundé I Biakolo Komo Louis Dominique (Sociologie, Université de Maroua) Dimi Charles Robert (Philosophie, Université de Dschang) Ebalé Monezé Chandel (Philosophie, Université de Yaoundé I) Efoua Mbozo'o Samuel (Histoire, Université de Douala) Ella Ella Samuel Béni (Sociologie, Université de Yaoundé I) Fofié Jacques Raymond (Études théâtrales, Université de Yaoundé I) Kenmogne Emile (Philosophie, Université de Yaoundé I) Koufan Jean Menkene (Histoire, Université de Yaoundé I) Kpwam Kpwam (Histoire, Université de Douala) Mboa Pierre Célestin (Psychologie, Université de Dschang) Mebenga Tamba Luc (Anthropologie, Université de Yaoundé I) Messanga Gustave Adolf (Psychologie, Université de Dschang) Mimché Honoré (Sociologie, Université de Yaoundé II) Motaze Akam (Sociologie, Université de Ngaoundéré) Mouliom Ibrahim Bienvenu (Sociologie, Université de Maroua) Nga Ndongo Valentin (Sociologie, Université de Douala) Ngadifna Charles (Sociologie, Université de Douala) Ngima Mawoung Godefroy (Anthropologie, Université de Ngaoundéré)Ngueutsa Robert (Psychologie des organisations, Université de Franche-Comté (France) Njengoué Ngamaleu Henri Rodrigue (Psychologie, Université de Yaoundé I)Zambo Belinga Joseph Marie (Sociologie, Université de Yaoundé I) Nkelzok Valère (Psychologie, Université de Douala) Npoché Kizitus Université de Douala) Pangop Kameni Alain Cyr (Littérature orale africaine, Université de Dschang) Socpa Antoine (Anthropologie, Université de Yaoundé I) Tami Yoba Guy Francis (Études théâtrales, Université de Yaoundé I) Teke Charles (Littérature anglaise, Université de Buéa) dé I Tsala Christian (Histoire,Université de Yaoun ) © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11754-6 EAN : 9782343117546
SOMMAIRE
Le Cameroun et la commercialisation des films via Internet : logiques actuelles de distribution et perspectives d’exploitation optimale d’un potentiel numérique grandissant Annette Angoua Nguea & Jacques Merlin Bell Yembel..........................................................7........
L’auto-emploi à travers l’agriculture : évaluation attitudinale de l’étudiant camerounais Henri Rodrigue Njengoué Ngamaleu & Van Noort Fotié Kamdem................................................................... 23
Les désastres sanitaires des Baka : une conséquence de la déforestation Ignace Bertrand Ndzana......................................................................... 41
La critique de la théorie de l’identité de Marcien Towa Louis Dominique Biakolo Komo............................................................. 67
L’Afrique et le retour aux racines pour son devenir face à la mondialisation Alain Roger Pegha & Hanse Gilbert Mbeng Dang................................................................ 93
Redevance forestière annuelle et développement local dans les communes de Messamena et de Somalomo (Est-Cameroun). Bilan et perspectives sociologiques Samuel-Béni Ella Ella & Samuel Patrick Pang......................................................................... 111
Les non-dits de l’inefficacité de la politique de l’« immigration choisie ». Contribution à la sociologie de l’émigration africaine vers la France Samuel-Béni Ella Ella........................................................................... 137
Language Policy and Practice : The Case of English in the Cameroon Civil Service Mpoche Kizitus Nformi & James Wung Zeh......................................... 155
5
L’industrialisation des arts de la parole en Afrique contemporaine : quelles opportunités pour le Cameroun ? Marius Yannick Binyou-Bi-Homb......................................................... 187
La sorcellerie au miroir de la science : problématique de la méthode comme élément d’épistémologie Emile Kenmogne................................................................................... 209
Analyse critique du non-épanouissement du dramaturge camerounais Ibrahim Aliloulay Moungande.............................................................. 227
Culture de la modernité et développement : régénérescence de la culture camerounaise et africaine dans le théâtre et lutte contre l’impérialisme culturel Jacques Raymond Fofié........................................................................ 249
6
Le Cameroun et la commercialisation des films via Internet : logiques actuelles de distribution et perspectives d’exploitation optimale d’un potentiel numérique grandissant 1 Annette Angoua Nguea 2 & Jacques Merlin Bell Yembel Résumé Depuis la fermeture des trois dernières salles de cinéma du Cameroun en 2009, seules deux tentatives de distribution des films via Internet ont été enregistrées dans ce pays. Motivé par cette constatation, le présent travail est une réflexion dont la finalité est de comprendre les raisons pour lesquelles, malgré son potentiel numérique en pleine expansion, le Cameroun demeure à la traîne dans la vente en ligne des films. Partis de l’hypothèse principale que la distribution des films via Internet tarde à être effective parce que toutes les conditions nécessaires à sa mise en œuvre ne sont pas encore réunies, nous avons, prenant appui sur le structuro-fonctionnalisme de Talcott Parsons, essayé de faire la lumière sur les raisons qui entravent la distribution des films sur Internet au Cameroun. Pour atteindre cet objectif, nous avons recouru à une méthodologie syncrétique (sondage par questionnaire, exploitation des documents, observation et interviews). Considérant les résultats de notre recherche qui ont révélé que le retard du Cameroun dans le domaine de la e-commercialisation des films est la conséquence (i) d’une communication insuffisante des promoteurs des sites de vente en ligne des films, (ii) de la complexité du processus d’achat des films en ligne, et (iii) de la mauvaise qualité du débit de l’offre Internet au Cameroun, nous avons fait quelques suggestions pour la mise sur pied d’un système de distribution des films via Internet au Cameroun. Mots-clés: commercialisation, films, Internet, distribution, exploitation, optimalisation. 1  Maître de Conférences, Institut des Beaux-Arts, Université de Douala, Cameroun, Téléphone : (00237) 677 862 852 / (00237) 699 603 266, E-mail : anangoua@yahoo.fr 2 Doctorant, FALSH, Université de Yaoundé I, Cameroun, Téléphone : (00237) 696 698 155 / (00237) 694 366 511, E-mail : bikpem@yahoo.fr
Abstract Since the closure of the three last cinema halls of Cameroon in 2009, only two attempts in view to distribute movies on-line have been registered in this country. Motivated by this observation, our objective is to understand the reasons why Cameroon, in spite of the expansion of his digital potential, remains in tow in the domain of movies e-selling. To achieve this aim, the current work has been done on the basis of a main hypothesis which supposes that the movies e-distribution is not yet effective in Cameroon because all the conditions for its implementation are not yet set up. In view to verify this hypothesis, we have lean on the Talcott Parsons structuro-functionalism. Apart from this theoretical approach, we have, as regards to the methodology, use the drilling, the documents exploitation, observations and interviews. Considering the results of our research, which have reveal that the backwardness of Cameroon in movies e-distribution is due (i) to the poor communication of the movies e-selling website promoters (ii) to the complexity of the purchase process of movies on-line, (iii) and to the wrong quality of the Internet rate in the country, we have done some suggestions for the setting up of an on-line films distribution system in Cameroon. Keywords :movies, Internet, distribution, exploitation, selling, optimalization. 1. INTRODUCTION
Après la timidité qu’il a affichée au cours des premières années (1997, 1998), le secteur des Technologies de l’information et de la communication (TIC) au Cameroun connaît actuellement une mutation sans précédent. En effet, outre le fait qu’il se soit enrichi en 2015 d’un quatrième opérateur de téléphonie mobile (Nexttel), le Cameroun est également le théâtre d’une révolution numérique : les cybercafés qui constituaient il y a encore quelque temps les lieux par excellence où il fallait se rendre pour pouvoir bénéficier des nombreux services de l’internet, sont progressivement en train de disparaître tandis qu’à l’opposé, on assiste à l’augmentation du nombre d’abonnés Internet par domicile. En 2010, ce nombre a crû d’environ 8%, passant ainsi de 8 473 3 492 à 9 180 678 abonnés respectivement en 2009 et 2010 . Cette progression du nombre d’abonnés est due à une augmentation de 7,8% 3 Institut National de la Statistique,Annuaire Statistique du Cameroun, 2011, p. 295.
8
des abonnés dans la téléphonie mobile (MTN et Orange) et de plus de 5% d’abonnés chez l’opérateur Camtel. Ces tendances, qui sont confirmées 4 par le Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (DSCE ), sont la preuve du dynamisme qui caractérise présentement le secteur des TIC. À ce jour, ce domaine est, et c’est incontestable, l’un de ceux pour lesquels le Cameroun a connu une évolution significative au cours de ces dernières années.
Sur la base de cette constatation, nul doute que le Cameroun, même s’il a encore des efforts à faire pour se hisser au niveau de certains pays, avance sûrement vers la réalisation des objectifs relatifs au secteur des TIC tels que définis dans le DSCE. Malgré ce potentiel numérique en pleine expansion, le Cameroun, à l’opposé des pays comme la France, les États-Unis ou encore la Grande-Bretagne, pour ne prendre que ces exemples (qui ont su capitaliser l’énorme potentiel de l’internet), reste à la traîne dans le domaine du e-commerce. Cette constatation qui se vérifie pour tous les produits marchands l’est davantage encore pour les biens culturels et notamment pour les produits filmiques. De fait, depuis la fermeture des trois dernières salles de cinéma du Cameroun en 2009, et en dépit des nombreuses opportunités qui s’offraient aux hommes d’affaires avec le développement de l’internet, seules deux tentatives de distribution en ligne des films ont été enregistrées dans ce pays d’Afrique centrale.
La première a vu le jour à l’initiative du cinéaste camerounais Gervais Djimeli Lekpa. Entré en activité le 28 mars 2010, ce site (www.cinemaducameroun.com) était consacré à la promotion des films et cinéastes locaux. Malheureusement, et pour des raisons qui restent floues, cette vitrine du cinéma camerounais en ligne ferma dix-huit mois après sa création, et ce malgré son important taux de fréquentation (plus 5 de 1 026 259 visiteurs en un an ). Trois ans après cette première tentative, et précisément le 21 février 2013, le Cameroun a vu émerger une autre initiative de distribution des films via la « toile » dénommée www.cvraimentbien.com. Encore en activité, ce site est une plateforme de vidéos à la demande (VàD) qui s’adresse uniquement au marché
4  Selon le DSCE du Cameroun, le nombre d’utilisateurs d’internet pour 100 habitants est de 5,2 (2006) tandis que le nombre de micro-ordinateurs pour 100 habitants est de 10 (2006). 5 Blog de Stéphanie NDOGMO, « Cinemaducameroun.com ferme ses portes », consulté le 05/12/2011.
9