Atlas des inégalités. Les Français face à la crise
99 pages
Français

Atlas des inégalités. Les Français face à la crise

-

Description

Atlas numérique optimisé pour une lecture sur tablette. 
Le format EPUB3 permet de profiter de toutes les fonctionnalités de la lecture interactive : zoom HD sur les cartes, indexation, recherche in texte, navigation hypertextuelle, tables des matières interactives, textes en POP-UP, environnement ergonomique personnalisable.
Plus de 120 cartes et infographies pour dresser l’état des inégalités en France.
- Densité démographique, mortalité, fécondité : un portrait de la population française.
- Les territoires de l’inégalité : chômage, éducation, revenus.
- Les facteurs déterminants de l’exclusion.
- La géographie du vote : l’expression politique d’un désarroi.
Les cartes inédites soulignent crûment les différences de patrimoine, d’éducation, de réseau de relations, de sexe, de mentalité, qui fabriquent l’inégalité des chances et des revenus. Un ouvrage essentiel pour comprendre la France contemporaine et envisager les moyens de son redressement.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 10 septembre 2014
Nombre de lectures 19
EAN13 9782746740914
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 13 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

 Hervé Le Bras esAtlas d inégalités Atlas des inégalités Hervé Le Bras Les Français face à la crise
Atas des înégaîtés
Auteur et cartographe
Hervé Le Bras. Démographe et hîstorîen, dîrecteur de recherches émérîte à ’INED, Hervé Le Bras est aussî dîrecteur d’étude à ’EHESS. I est ’auteur de nombreux ouvrages dont :L’invention de la France(avec Emmanue Todd), Hachette, 1981 ; Les Trois France, Odîe Jacob-Le Seuî, 1985 (rééd. Opus, 1995) ;Les limites de la planète : mythes de la nature et de la population, Fammarîon, 1994 ; Les 4 mystères de la population française, Odîe Jacob, 2007 ;The Nature of Population, Prînceton Unîversîty Press, 2008 ;Le Retour de la race – Contre les « statistiques ethniques »(coectîf), Édîtîons de ’Aube, 2009 ;L’invention de la France(avec Emmanue Todd), Édîtîons Gaîmard, 2012 ; Le mystère français(avec Emmanue Todd), Le Seuî, co. « La Répubîque des îdées », 2013.
Adaptatîon graphîque des cartes : Cécîe Marîn Maquette : Vîanney Chupîn et Raphaëe Faguer Conceptîon et réaîsatîon : Edîre Coordînatîon édîtorîae : Marîe-Pîerre Lajot
ISBN : 9782746737266
© 2014, Éditions Autrement. 17, rue de l’Université – 75007 Paris. Tél. : 01 44 73 80 00 Fax : 01 44 73 00 12
Atas des înégaîtés Les Français face à la crise
Hervé Le Bras
Édîtîons Autrement coectîon Atas/Monde
4
Atas des înégaîtés
Partd’ouvriers dansla population active enpourcentage
Introduction 7L’enchevêtrement des înégaîtés
en 1982
9L’homo demographicus 10’attractîon des leuvesDensîté : 12:Croîssance démographîque un mouvement assez récent 14de grands contrastesFécondîté : 16sanceevsraîdîasstenteMatésîtrn hors marîage 18e paradoxe de a fécondîtéEurope : 20Baîsse de a mortaîté des personnes âgées
en 2010
23Les territoires de ’inégaité 24cadres massîvement Les dans es métropoes 26ouvrîers oîn des vîes Les 28 Les empoyés, es artîsans et petîts commerçants : a reégatîon 30 Le es jeunes et es moînschômage : dîpômés 32 Les femmes au travaî, maîs souvent à temps partîe 34Les revenus : contrastes régîonaux 36: es jeunes et es autresLa pauvreté 38Les dîpômes et e chômage 40sefmmseeLpôméespusdî que es hommes 42Ségrégatîon à a françaîse 44Terrîtoîres des casses popuaîres dîpômées
47Soidarités : ’ancienneté des iens 48Les jeunes, un monde urbaîn 50La géographîe des âgés 52L’enjeu du vîeîîssement de a popuatîon 54Puîssance de a famîe 56Derrîère es structures famîîaes 58Les soîdarîtés de voîsînage 60Mutatîon des famîes 62Quî sont es proprîétaîres en France ? 64La mobîîté contre a mîgratîon 66150 ans d’hîstoîreImmîgratîon : 68en compétîtîon et opportunîtés« Mîgrants rencontrées » 70es deux FranceCathoîcîsme : 72La géographîe des autres reîgîons
R ecu ld eJea n M a rie Le P e n àlap résid en tielle d e 2 0 0 7 en%deson score de 2 0 0 2
R ecu leta va n cée d e M a rin e Le P e n àlap résid en tielle d e 2 0 1 2 en%duscore de son père etdeceluide Bruno M égret en 2 0 0 2
faces sont déformées tionnellement aux voix xtrême droite en et Bruno Mégret)
SOMMAIRE •5
75Le vote : crises et aspirations 76:PC-démocratîe chrétîenne une opposîtîon poîtîque quasî-sécuaîre 78: e séîsme de 2002Partî socîaîste 80Droîte conservatrîce et droîte réformîste 82Le Front natîona : refuge des excus 84Européennes 2014 : a gauche et a droîte à a peîne
Concusion 86L’înégaîté et es înégaîtés
Annexes 90Repères géographîques 92À propos des cartes 93Bîbîographîe et source des cartes
6 • INTRODUCTION
L’enchevêtrem des înégaîtés
e
L’înégaîté, quî est une donnée de a nature, précède ’égaîté, quî est une voonté d’ordre poîtîque et socîa. Pour cette raîson, ’înégaîté a trouvé de nombreuses justîica-tîons. Troîs d’entre ees mérîtent ’examen et a crîtîque : cee, naturaîste, de Margaret Thatcher ; cee, économîque, des îbéraux et cee, phîosophîque, de John Raws. Margaret Thatcher décara en 1970 : « Sî nous donnons de a vaeur aux îndîvîdus, ce n’est pas parce qu’îs sont tous pareîs, maîs parce qu’îs sont tous dîfférents… Nous devons bâtîr une socîété dans aquee chaque cîtoyen sera à même de déveopper tout son potentîe, à a foîs pour son propre bénéice et pour ceuî de ’ensembe de a commu-nauté. » L’înégaîté des condîtîons reléteraît aors ’înéga-îté des dons. Le rôe de ’État seraît de aîsser es dons s’épanouîr en pratîquant ’égaîté des chances. C’est une partîe du programme de a mérîtocratîe dont a France est ’un des pus fervents adeptes. I est peu probabe que es dons înnés aîent beaucoup évoué au cours des cînquante dernîères années. Or, es înégaîtés se sont creusées dans des proportîons énormes, sans commune mesure avec un changement de répartîtîon des dons natures. En 1960, e saaîre moyen du dîrîgeant d’une grande entreprîse amérî-caîne étaît 12 foîs supérîeur au saaîre moyen d’un de ses ouvrîers. En 1974, î étaît 36 foîs supérîeur et en 2000, 531 foîs. La vîsîon éîtîste de Thatcher ne rend absoument pas compte de a réaîté. La seconde versîon vîent des théorîcîens de ’économîe îbérae. L’înégaîté des revenus résute de ’înégaîté de a réussîte. Les grands îndustrîes sont récompensés parce qu’îs ont procuré de ’empoî en ouvrant de nouvees fabrî-ques et qu’îs ont augmenté a rîchesse natîonae avec eurs nouveaux produîts. Leur rétrîbutîon éevée récompense eur réussîte, quî a proité à tous et stîmue ’énergîe de ceux quî veuent réussîr. Sî cette bee hîstoîre étaît vraîe, es saaîres des dîrîgeants seraîent proportîonnés à a réussîte de eurs entreprîses. Or, à tître d’exempe, î n’y a aucune corréatîon entre ’augmentatîon des saaîres des dîrîgeants du CAC 40 et ’augmentatîon des bénéices de eur entreprîse, comme
nt
on ’a montré. En outre, depuîs a crîse de 2008, cîngant démentî à ’îdéoogîe îbérae, es revenus des grands patrons ont contînué d’augmenter. La troîsîème versîon a été proposée par John Raws dans sa céèbreThéorie de la justice. I y afirme que ’on doît préférer non pas a coniguratîon socîae a pus égaî-taîre, maîs cee dans aquee e pus pauvre est e mîeux otî. Aînsî, un état socîa dans eque e pus rîche gagne 1 mîîon et e pus pauvre 1 000 sera préférabe à un état socîa dans eque tous touchent 500. Ce raîsonnement séduîsant omet cependant es conséquences de ’înéga-îté. À revenu éga, une pus grande înégaîté sera défavo-rabe, comme ’ont montré Rîchard Wîkînson et Kate Pîckett, pour des aspects aussî dîfférents que a mortaîté înfantîe, e nombre de prîsonnîers par habîtant, e taux d’homîcîde, e degré de coniance envers es autres, etc.
La vîsîon purement monétaîre de ’înégaîté, en partîe împosée par ’înstrument de mesure commode qu’est e revenu, est încapabe de saîsîr a nature gobae de ’îné-gaîté. L’approche de Wîkînson et Pîckett, pus générae, rend cependant ’înégaîté des revenus responsabe de toutes es autres formes d’înégaîté. Or, seon ’adage bîen connu, corréatîon n’est pas causaîté. L’înégaîté des revenus n’est que ’une des mutîpes facettes de ’înéga-îté en généra, ou pus exactement des înégaîtés de tou-tes sortes quî înteragîssent es unes avec es autres. La preuve ? Supposons que, subîtement, tous es revenus devîennent es mêmes. En ’espace de queques années, ’înégaîté ressurgîraît dans tous es domaînes. Ee tîen-draît à a possessîon d’un patrîmoîne, à un nîveau d’édu-catîon ou de compétence pus éevé, à a chance, au réseau des reatîons, etc. Poussant à ’extrême cette hypo-thèse, e phîosophe poîtîque Rîchard Dworkîn a proposé que toutes es sources d’înégaîté quî ne dépendent pas de a voonté îndîvîduee soîent compensées par ’État. Maîs, a voonté n’est ee-même pas égaement répartîe entre es îndîvîdus.
L’înégaîté n’est pas seuement jaugée à ’échee d’un pays. Ses dîfférents aspects s’entraïnant es uns es autres, ee crée de fortes dîfférences ocaes : a faî-be éducatîon favorîse e chômage, quî rend pus pro-babe ’écatement des famîes quî est source de pau-vreté, quî à son tour reproduît a faîbe éducatîon, etc. Autrement dît, ’înégaîté doît être pensée et étudîée comme un système de causes. De pus, ee se renforce par une ségrégatîon voontaîre. Ceux quî veuent vîvre avec eurs pareîs tendant à se grouper et ceux quî ne e peuvent se retrouvent aussî groupés par séectîon négatîve. Le prîx Nobe d’économîe Thomas Scheîng a montré que de tees tendances aboutîssent à une ségrégatîon forte, même sî ees sont peu accentuées. L’atas des înégaîtés est donc ’un des moyens es pus eficaces de saîsîr es înégaîtés de dîfférentes sortes et eur înteractîon dans ’espace françaîs. On y constatera a montée de a ségrégatîon « métropoîtaîne », c’est-à-dîre de a tendance des pus fortunés, des pus édu-qués, des pus jeunes, à se concentrer dans es gran-des aggomératîons. Au contraîre, es casses popuaîres, es sans dîpômes et es personnes âgées devîennent pus présentes à mesure que ’on s’éoîgne des grands centres. Pour reprendre a formue d’un autre prîx Nobe d’économîe, Joseph Stîgîtz, a socîété se sépare de pus en pus en deux mondes, en termes de revenus comme en termes de ocaîsatîon.
De eur côté, es casses popuaîres se protègent contre ’înégaîté en utîîsant des soîdarîtés tradîtîon-nees, cees des famîes et cees quî ont été favorî-sées par ’Égîse cathoîque au temps de sa vîgueur. Avec e recu de ’État provîdence, ces « couches pro-tectrîces », pour reprendre ’expressîon qu’utîîse Joseph Schumpeter dans son maïtre ouvrage,Capitalisme, socialisme et démocratie, accentuent es înégaîtés ter-rîtorîaes. Les cartes de ’atas montrent qu’à ’opposî-tîon entre métropoes et zones ruraes s’ajoute un fort
L’ENCHEVÊTREMENT DES INÉGALITÉS •7
contraste entre zones dotées de couches protectrîces et zones quî dépendent prîorîtaîrement de a redîstrî-butîon étatîque.
Une tee sîtuatîon a des conséquences poîtîques graves, auxquees a dernîère partîe de ’atas est consacrée. Les partîs tradîtîonnes, dont a cîentèe s’est constîtuée au i des génératîons en fonctîon de dîfférences hîstorîques et anthropoogîques, cees quî régîssent aussî a répartîtîon des couches protectrîces, sont încapabes de coer à ce dépoîement des înéga-îtés. En bonne ogîque poîtîque, îs proposent des îdéaux et des aspîratîons, maîs îs n’încarnent pus e mécontentement des pus défavorîsés, quî se tournent aors vers ’extrême droîte. La montée des înégaîtés agît aînsî comme un venîn quî affaîbît progressîvement a démocratîe.
8