//img.uscri.be/pth/39d57eb4f612b82856f65838262f29cf4a6054bd
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Autoportrait du professeur en territoire difficile

De
114 pages
Quelles sont les consignes que l'on donne aux professeurs dont le premier poste est situé dans un collège de 'zone sensible'? Maintenir les élèves en classe, avant toute chose, et prévenir les incidents. La transmission des savoirs, elle, devient accessoire.
Insultes, humiliation, solitude... L'auteur témoigne de la détresse qu'il a vécue, jeune professeur, en découvrant la déliquescence d'une partie du système scolaire. Les victimes en sont les élèves, que l'on abandonne, et les professeurs, relégués dans un quotidien misérable.
Construit comme un récit, ce vigoureux essai ne s'embarrasse pas de langue de bois. Constatant un terrible approfondissement des gouffres sociaux, l'auteur renvoie chaque bord politique à ses contradictions, tout en s'interrogeant sur la place qu'il occupe lui-même dans une société française en plein bouleversement. Il évoque aussi les beautés d'un métier qui se durcit, mais dont l'importance reste cruciale.
Voir plus Voir moins
D U M Ê M E A U T E U R
AZIMA LA ROUGE, Flammarion,roman, 2006. SUICIDE GIRLS, Léo Scheer,roman, 2010.
au t op or t r a i t du p r o f e s s e u r e n t e r r i t oi r e di f f ic i l e
AY M ER IC PAT R ICOT
A U T O P O R T R A I T D U P R O F E S S E U R E N T E R R I T O I R E D I F F I C I L E
G A L L I M A R D
© Éditions Gallimard, 2011.
Avec l’école, comme avec d’autres insti tutions de la République, à l’évidence, une cassure s’est opérée pour les classes populaires.
DI DI E R L A PEY RON N I E, Ghettourbain
« À l’école, j’ai perdu l’habitude de réfléchir… » Cette phrase d’une étudiante m’a semblé révélatrice de l’atmosphère qui règne désormais dans un grand nombre d’établissements scolaires. Il m’arrive sou vent de penser au véritable gâchis humain que cela représente — du côté des élèves comme des profes seurs —, orchestré par une étrange démobilisation politique (malgré de récentes prises de conscience et des évolutions balbutiantes, cependant contredi tes par une effarante diminution du nombre de pos tes). J’aimerais en donner ici quelques aperçus. Ancien élève des établissements publics d’un cen treville normand, c’est avec une redoutable can deur et une absence criante de préparation que j’ai débarqué, au seuil des années 2000, en tant que professeur de lettres, dans une banlieue parisienne dont j’ignorais à peu près tout. J’y ai vécu des expé
11
riences brutales, d’autres lumineuses, au terme des quelles les perceptions que j’avais du monde et de moimême ont été bouleversées. Je me contenterai dans ce livre d’évoquer ce que j’ai ressenti, pendant quelques années dans ces éta blissements difficiles, et le lien que j’établis entre ce travail et ma propre écriture. Bien sûr, il ne s’agira pas de minimiser les souffrances des élèves eux mêmes et de tous ceux qui gravitent autour du sys tème. Mais elles ne constituent qu’en partie l’objet de ce texte. Forcément partial, forcément partiel, il vaut surtout par sa dimension d’autoportrait — j’y parlerai davantage de mes faiblesses ou de mes obsessions que des élèves ou de l’institution.