B comme Homère

B comme Homère

-

Livres
258 pages

Description

Victor Bérard (1864-1931), illustre savant, helléniste en barbe à pointe et cheveux au vent, consacra une bonne partie de son existence à l’Odyssée, en offrit une traduction inoxydable et sillonna la Méditerranée sur les traces d’Ulysse.
Il s’est ainsi fabriqué d’un tome l’autre une œuvre foisonnante, son odyssée propre. De même que Victor Bérard a réinventé l’Odyssée, Sophie Rabau invente ici Victor Bérard en Victor B., son double créatif, figure de l’imagination en train de pratiquer l’enchantement du monde.
Dans cet essai romanesque plein d’une joie – d’une gaieté – dangereusement contagieuse et d’une érudition sans faille et sans complexe, elle nous pousse ainsi d’une main assurée au bord des abîmes de l’interprétation littéraire et offre de nouvelles couleurs à l’un des plus beaux poèmes qui soit.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2017
Nombre de visites sur la page 7
EAN13 9791027901982
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
À propos de la jouissance
Les livres numériques préparés par les éditions Ana charsis sont commercialisés sans protection spécifique, autrement appelés DRM ou « verrous numériques ». Pour Anacharsis, il est essentiel que le lecteur dispose avec sa copie numérique de droits de jouissance similaires à ceux d’un livre papier. Pourtant, si vous achetez votre copie directement à partir de votre périphérique de lecture, au sein de la librairie en ligne associée à la marque de votre liseuse ou tablette, vous ne pourrez sans doute jamais transférer votre livre ailleurs, sur un appareil qui dispose d’un environnement de lecture différent. Acheter vos livres numériques dans les magasins intégrés à chaque plate-forme de lecture est une démarche facilitée par les fabricants. Ils espè rent de cette manière faire de vous une clientèle captive et soumise, qui ne peut d’aucune manière transférer sa bibliothèque dans un autre environnement de lecture. Les éditions Anacharsis considèrent que les droits concédés sur une copie numérique ne doivent pas être limités au seul droit d’accès à partir d’un environnement de lecture particulier, déterminé par la marque d’une tablette ou d’une liseuse. À l’heure actuelle, il existe des dizaines de libra iries indépendantes françaises qui vous permettent, via leur site Internet, d’acheter les livres numériques du catalogue Anacharsis. Dans ce cas, aucune restriction de lecture ne vous est imposée. Vous voilà libre.
Victor Bérard (1864-1931), illustre savant, helléniste en barbe à pointe et cheveux au vent, consacra une bonne partie de son existence à l’Odyssée, en offrit une traduction inoxydable et sillonna la Méditerranée sur les traces d’Ulysse. Il s’est ainsi fabriqué d’un tome l’autre une œuvre foisonnante, son odyssée propre. De même que Victor Bérard a réinventé l’Odyssée, Sophie Rabau invente ici Victor Bérard en Victor B., son double créatif, figure de l’imagination en train de pratiquer l’enchantement du monde. Dans cet essai romanesque plein d’une joie – d’une gaieté – dangereusement contagieuse et d’une érudition sans faille et sans complexe, elle nous pousse ainsi d’une main assurée au bord des abîmes de l’interprétation littéraire et offre de nouvelles couleurs à l’un des plus beaux poèmes qui soit.
Sophie Rabau est enseignante-chercheuse en littérature générale et comparée à l’université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle. Théoricienne de la littérature, elle travaille sur la poétique de la philologie classique, la critique créative et la li récriture. Elle est notamment l’auteure de Quinze (brèves) rencontres avec Homère2012). Elle est également membre du comité (Belin, de rédaction de la revueVacarme, où elle publie régulièrement. Laurent Calvié est directeur de la série « philologie » aux éditions Anacharsis.
Ouvrage soutenu dans le cadre du contrat de filière CNL-DRAC-Région Occitanie. Photographie de couverture d’après F. Boissonnas, « L’île de Circé » (Dans le sillage d’Ulysse). © Anacharsis éditions, 2016 43 rue de Bayard, 31000 Toulouse www.editions-anacharsis.com
ISBN (papier) : 979-10-92011-34-0 ISBN (ePub) : 979-10-279-0198-2 Préparation du format ePub :LEKTI
COLLECTIONESSAIS
Série « Libre pensée »
Sophie Rabau
B. COMME HOMÈRE
L’invention de Victor B.
ANACHARSIS
Pour Véronique Rabau
Victor Bérard : 1864-1931. Helléniste, diplomate ethomme politique. Traducteur de l’Odyssée d’Homère.Connu pour avoir tenté de reconstituer les voyagesd’Ulysse en Méditerranée.
PRÉFACE
Quand lire, c’est écrire…
B. comme Homèreabau, maître den’est nullement la première publication de Sophie R conférences de littérature générale et comparée à l’université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle, habilitée depuis 2012 à diriger des recherches scientifiques. Sans compter la trentaine d’articles 1 parus dans des revues scientifiques à comité de lec ture (1990-2016) , ses deux douzaines de 2 contributions à des recueils universitaires collectifs (1994-2015) et ses récentes incursions 3 dans le genre pamphlétaire imprimées dans la revueVacarme, elle a déjà donné quatre livres au public, chez des éditeurs aussi différents que C hampion, GF-Flammarion, Belin et Kimé : 4 une version remaniée de sa thèse parue dans une col lection universitaire (2000) , une 5 anthologie scolaire illustrant sa conception de l’intertextualité (2002) , un recueil d’études sur les rencontres imaginaires entre Homère et d’autres auteurs destiné à un public distingué 6 (2012) et un savant ouvrage de théorie littéraire écrit à deux mains (avec Marc Escola, professeur de littérature française de l’âge classique et de théorie littéraire à l’université de Lausanne) et consacré aux accointances entre commen taires et réécritures des classiques 7 8 (2015) .B. comme Homère(« à mi-chemin entre le roman policier et l’autobiographie ») n’en 9 est pas moins la première œuvre pleinement littérai re publiée par S. Rabau : celle que les futurs adeptes de salecture inventive(tournée vers l’avenir) considéreront un jour, sino n comme la première pièceanthumed’unDossier R. à venir, du moins comme la source première d’un futurR. comme Bérard. Mais pour l’heure,B. comme Homèreson auteur devront se et satisfaire de la lecture philologique (tournée vers le passé) d’un préfacier un peuold schoolCe qui frappe d’emblée le lecteur de cet ouvrage d’ un genre assez neuf, ce qui stimule sa réflexion tout en provoquant sa jubilation –gaya scienza! –, c’est l’alliance paradoxale, provocante et émancipatrice de la rigueur conceptuelle qui l’informe et de la fantaisie verbale qui l’anime. Son titre apparemment facétieux(B. comme Homère), qui est de l’auteur, transgresse ainsi l’ordre simple et implacable de l’abécédaire pédagogique et choque lesens commun, alors même qu’il est absolument conforme à son co ntenu. Victor B. est en effet à S. Rabau ce que Homère était à l’homériste Victor Bérard (1864-1931) : B. (= Victor B[érard]) est l’objet de son étude et, finalement, de son inv ention, tout comme Homère était celui de l’homériste. Autrement dit, dansB. comme Homère, B. est biencomme Homère, car l’auteur y envisage non seulement les études de V. Bérard comm e des classiques tels que l’Iliadeet l’Odyssée, mais elle leur applique également, avec une logique implacable, la méthode même que le philologue a mise en œuvre dans son édition et son interprétation d’Homère. Quant au sous-titre de l’ouvrage(L’Invention de Victor B.), qui était à l’origine son titre, il désoriente le 10 11 lecteur candide auquel il rappelle les innombrables fictions et essais d’histoire ou 12 d’histoire littéraire intituléesL’Invention de…, en même temps qu’il lui évoqueLe Dossier H .d’Ismaïl Kadaré etMoi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée…de Kai Hermann et 13 Horst Rieck . Mais sa forme grammaticale en signale d’emblée au classiciste (rompu à l’exercice de la version grecque et latine) l’organ isation bipartite et symétrique (ou chiasmatique). Dans l’expression latineInventio Victoris B. ou dans son équivalent grec Εὕρεσις τοῦ Νικήτου Β.,Victoris B. etτοῦ ΝικήτουΒ. peuvent être interprétés soit comme des génitifs subjectifs (Victor B. est alors le sujet d e l’invention, c’est-à-dire l’inventeur), soit comme des génitifs objectifs (Victor B. est alors l ’objet de l’invention, c’est-à-dire un être 14 imaginaire) . Or, la première partie deB. comme Homères’intitule « Victor B., l’inventif » et traite de l’invention d’Homère par V. Bérard ; tand is que la seconde est intitulée « Inventer Victor B. » et a pour objet l’invention de Victor B . par S. Rabau. Chez cette dernière, la