//img.uscri.be/pth/9608cf6121257e6c5e50b0409592163132015049

C'est pas ma faute

-

Livres
144 pages

Description

Qu'ont en commun François Hollande qui accuse Bruxelles de ses revers, Thomas Thévenoud qui incrimine sa phobie administrative, Jo-Wilfried Tsonga qui blâme ses supporters, Jérôme Kerviel qui se déclare victime du système ? Ou le président de région qui impute à Paris l'explosion des impôts locaux, le fonctionnaire de la Poste qui se défausse sur le règlement, le journaliste qui s'exonère d'un faux scoop, le dépanneur qui argue de l'horaire et la boulangère qui charge son employé absent ? « C'est pas ma faute ! » s'exclament-ils en choeur. Petits et grands reprennent le refrain avec entrain. Ils stigmatisent le mal français de la désinvolture, de l'irresponsabilité et de la démission. Il y a pire ailleurs ? C'était mieux avant ? Non... État providence maternant, principe de précaution pavlovien, naufrage du système scolaire, déontologie médiatique à géométrie variable, politiques longtemps responsables mais pas coupables et désormais coupables irresponsables... De juin 1940 à aujourd'hui, en passant par mai 1968, ce livre retrace notre dégringolade. Et détaille les conditions de notre sortie de l'infantilisation. Un libelle féroce et tendre sur la France et les Français. Un petit traité de la force d'âme.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 27 octobre 2015
EAN13 9782204108225
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus
Qu'ont en commun François Hollande qui accuse Bruxelles de ses revers, Thomas Thévenoud qui incrimine sa phobie administrative, Jo-Wilfried Tsonga qui blâme ses supporters, Jérôme Kerviel qui se déclare victime du système ? Ou le président de région qui impute à Paris l'explosion des impôts locaux, le fonctionnaire de la Poste qui se défausse sur le règlement, le journaliste qui s'exonère d'un faux scoop, le dépanneur qui argue de l'horaire et la boulangère qui charge son employé absent ? « C'est pas ma faute ! » s'exclament-ils en choeur. Petits et grands reprennent le refrain avec entrain. Ils stigmatisent le mal français de la désinvolture, de l'irresponsabilité et de la démission. Il y a pire ailleurs ? C'était mieux avant ? Non... État providence maternant, principe de précaution pavlovien, naufrage du système scolaire, déontologie médiatique à géométrie variable, politiques longtemps responsables mais pas coupables et désormais coupables irresponsables... De juin 1940 à aujourd'hui, en passant par mai 1968, ce livre retrace notre dégringolade. Et détaille les conditions de notre sortie de l'infantilisation. Un libelle féroce et tendre sur la France et les Français. Un petit traité de la force d'âme.