//img.uscri.be/pth/f2bea81fab49e5acb3faf0e4944e875632d6f268
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Cahiers congolais de communication vol. XII

De
202 pages
Ce douzième volume des Cahiers congolais de communication comprend cinq parties : Recherches sur la communication écrite (Bibliologie) en RD Congo ; Communication, Enjeux sociaux et politiques ; Communication et Enjeux d'entreprises ; Communication interpersonnelle et Enjeux sociaux ; Regards complémentaires : SIC et sciences sociales.
Voir plus Voir moins

CahiCearhs cieonrs cgolon agisol ais
de cdome c momunmicuantioncation
CCe d oouuzzièièmCme de v oolulzumimèe dme vees s oClCauahmhiee diersr coses nCngagoholialeairsis ds co dee congommulais dnniecai co titommuionn c comnicapprterieonndd c comininqpq pr pearnar tdiet ciesin.s .q parties.
La premièLre ra pernemd c ièore rmpete dnd c e domeputx re d ee dcheercuhx res eechn bercibhleis eolon bgie (ibla siolocgieie (nce dla s e lciae nce de la Lremièrnompteuechrcheibliologilcenca
ccoom mm muunnicicacatoitmoion émn éucncriirctiaette) : i) : on écrite) :
• Interroga• Itinotnes crrorgaititqiuoens es ct mritiéqtuheos edot mlogéiqtuheos sdoluor ugiqnue (es spousr usibnlee () e pxoissstiebnlec) ee dx’uisntee nce d’une • Interrogations critiques et méthodologiques sur une (possible) existence d’une CCEECCOCOE COMM M
« école » b«i bélcioloe » bgiquie cbliolnogoilqauise ce ( oEndgdoile Taisae (mbEwdde Kie Titaemngbew)e K. itenge).« écolibliologiquongolaisEdiambwitenge).
CCeennttre dre d 'éC'étetunudtderee ds s 'études • • L L’é ’édditiitoion a• Lu C’édoiontngiogo en a t eu C n Aon fgrfio erqiquut ee f n Araranfncrcoioqppuhhe foonnre : hancois ispthotorirnqie : hquuee, eis n tnjoejreuiuqx euet d, e énéfs (jeu Ex eEm mt dmaanénufs (ueel El mmanuel
een cn c oomm mm ueun cnini ccaoatmtioimon dun dnie mce mataiaossn dsseee masseMateso LocM hata)e.so Locha).Me Locha).
La deuxièmLe pa daerutxiie – cème pomarmtuie – cnicatoimonm , eunnijceautx siono, ecianujex eux st p oocliiatuiqx euet ps – c oliotmiqpurees – cnd troomis prend trois La deuxième partie – communication, enjeux sociaux et politiques – comprend trois
articles : articles :articles :
• • L L ees s trtarat •ét Léggieis ses dteraes mtégéiédedis daias iens mnteterénrdnaiatits ioionnataueux frnaatcice à onalu’léx f’émmeaercgre à geennclce d’émees mrgeénédcde diaias s eas mafrfirciécadainians s africains
(Elite Ipon(dElito Elie Ikpao).ndo Elika).(e Ipondoka).
• • Opppoossititi•oi Oon dppe osli’let’eixoxtn détérireie euur lr ’exet etérxixtertuarr avveert esrsioioxn dtrae lvera csioon domme lmuuna cnicicaoattimoiomn uanau Cicaataimomen eroraouu Cunn ameroun
(Antoine W (oAngtoi Anehan Wodang).o Ahanda).(Antoineongo).
• Communi •c Catoimon pmuunbicliaq tuioe en p t nubulisiqaune eces st nounis oarnecs à Kes sionnsohra e ss à Ka (Phinilsihpapse Na (tP oh nidlia Kppe Nileutokan)d.a Kileuka).• ComunicatioubliquuisanceonoreishasPhiliptondileuka). CaChaiehrise crson congol gaolisa is Cahiers congolais
La troisièmLe pa tarortisie – Cième pom amrtuie – Cnicatoimon emut Enicnajetiuox dn e ’et Entnrejepurx dise’s – centroepmrpis rens – cd deoum x aprertnid dclees :ux articles :Lroisièmartomunicationjeu’entrprisompreneurticl
• • L Le f oonncctit•oi Lonne fneemomnecentnt mionanarekrmkeeteitnint mg d eaes erkentntinrterg depprisreiss eees à Kntreinpinsrishshaeass à Ksa ( PPieniersrhe Arasa (lalaiPn Niierdrdee Aekke Alailn Neleyy)d.).eke Aley).
• Le projet • Lbance pablroje et bt lanc’esablpriet d et l’en’etsrepprirt dise d’enu dtreiprlisôme d e eu dn S ipclôiemne eces dn S e lci’einfcoers dmae ltio’in nformation • Lrojet be e’espri’entreprisiplômcience’informatio
et de la coemt dmue lnia ccatoimon (muAnliocïs Tatiohn (amAbla Noïs T kehnagmeb).a Nkenge). ded ceom commumnuicnaitciaontioneomunicatioAlohambkenge). de communication
La quatrièmLa qe puaarttriie nèmoe pus earntite nraînoe dus e anns ltraa Cîne domamnus lnia Ccatoimon imunntiecrapteiorsn ionnnteelrlpe :ersonnelle :La quatrième partie nous entraîne dans la Communication interpersonnelle :
• • L Lees « os « o sst •et Lennsesis « ogignnees » rss » rteneseliilggignieieeus » rux ex e t let llia fga fieraruacx ectuturt le dre da f e le lra’ec’estpsuparae dcce pe pe luub’eblsilpc (ic (acKe pKiningugh Fbh Fliac (arerKel)li.)n.gh Farel). Vol.Vo XlI.I XIIVol. XII• Les traits d• Le les t a sraéitds ducte lioa sn (éJdouséc-tAiodn (olpJh Voséo-tAo Tdoolpnh Vgbao)t.o Tongba).• LeraitéductioJosé-Adolpotongba).
LLa c ininqquuièiLèma cme pinaqarturite rièmee pennd carotoime rmpptee dtnd ce domeeupux éte d tute duddees cux éoommtpuprdisrisees ces coomomprmise des cees « Rommee dega redrs « Rds s egards
complémenctoamirpels » :émentaires » :complémentaire
• • L La ta traraçça •ab Lbiliia tltié dté drau gçu gabeilenrinrté de de du gaanns ls lenrees te ds thahénéos lorireiees ds ts dehes oés oorrigaregas dnnisiseas oatitoionrngas : qs : qnisautueiesostnits : qoionnnneemumeeesntnt it onnement
épistémoloégpiisqutée emot plorgaixqéuoe elogt piqruae (xéForlaongçiqouis Ee (lFikraa Ançtouis Ebollo eika At Staunbdorla Io ett Sela Landorma Ipotnelda La) omponda)épistémologique et praxéologique (François Elika Atubolo et Sandra Itela Lomponda)
• Régional •is Rmée pgionlaitliisqmue ee pt eolintijqeue ex cot emnmjuenuax cutoamirems eunn RautD Caireos engn Ro (JD Custoinn Kgo (abJuasntga in Kabuanga •égionalismolitiqunjeuomnautaireongJustiabuanRevueR ientvueer idntisceirpldiisncaiiplreinaireRevue interdisciplinaire
KumankandaKu)man. kanda).Kuk). de l'Instdite lut f'Inasctuilttuat fire dacuels staicre diencees ss ciences de l'Institut facultaire des sciences
de l'infodrme la'tiniofno erm ta d teio lna e cot dmmue lan coica mmutionnicationde l'information et de la communication
Vol. Vol. Vol.
21,50 € XII XIIXII IIFAFASSIICICFASICISBN : 978-2-343-06725-4 XX € XX € €
ISBN : 978-2-343-xxxxx-x ISBN : 978-2-343-xxxxx-xPublication dPubu Cliceantitorn de du C’étuednets ere d n c’étoum dmes eunin ccatoimon dmue mnicatsisoe n de masse Publicatioentr’étudeomunicatioase
(CECOM) d(e lCE’ICnOsMti) dtut fe la’Icnusltiatiure dt faecs sultcaieirne dces des s e lci’einfcoers dmae ltio’in nformation (CECOM’Instituacultairecenc’informatio
eet dt d e le l a ca c ooem t dmm mue lunnia ccicaatoitmoion (mn (uInFIiFAcAaSStICiIoC)n (()(RRD CID CFAoSonIngCgo)o()R)..D Congo).

Maquette de couverture : Serge Lauret / Illustration : © 2567394 - Fotolia.com
Maquette de couverture : Serge Lauret / Illustration : © 2567394 - Fotolia.com
Cahiers congolais de communication
C E CO M
Cahiers congolais de communication
Maquette de couverture : Serge Lauret / Illustration : © 2567394 - Fotolia.com
C E CO M
Cahiers congolais de communication
C E CO MCahiers congolais de communication
Revue interdisciplinaire


Publication du Centre d’Etudes en Communication de
Masse (CECOM) de l’Institut Facultaire des Sciences de
l’Information et de la Communication (IFASIC)

101, Avenue Colonel Ebeya, Commune de la Gombe, Kinshasa,
République Démocratique du Congo.


Comité d’édition de la revue

Professeur Eddie TAMBWE, directeur ;
Edouard NOSA MATUMONA, chargé de publication ;
Heustache NAMUNANAIKA KAMIRA, secrétaire de
rédaction ;
MASUMBUKO MUNUNGURI, secrétaire de rédaction ;
Jiji MUJINGA MWAMBA, secrétaire administrative


Conseil scientifique de la revue

Jean Lucien KITIMA KASSENDWE, Emmanuel MWANGILWA
LUSSU, Espérance BAYEDILA BAKANDA, Georges Jérémie
WAWA MOZANIMU, Eddie TAMBWE Kitenge, Aimé
KAYEMBE TSHIBAMBA MALU, François Xavier BUDIM’BANI
YAMBU, Philippe NTONDA, Godefroid ELITE IPONDO.

?/?+DUPDWWDQ
OH3RO\ eFR HGHO?3DULVUXHWHFKQLTX
GLIIXVLRQKDUPDWWDQ#ZDQDGRR IU
KDUPDWWDQ#ZDQDGRRIU
,6%1 6725-4
($1 067254
KWWSZZZKDUPDWWDQIUCahiers congolais de communication
Revue interdisciplinaire

Volume XII

Kinshasa, Paris, Mai 2015

Sommaire

Introduction
Eddie TAMBWE KITENGE 5

Première Partie:
Recherches sur la communication écrite (Bibliologie) en RD
Congo

Une école bibliologique en RD Congo ? Interrogations critiques et
méthodologiques sur une (possible) existence d’une « école »
congolaise
Eddie TAMBWE KITENGE 9

L’édition au Congo et en Afrique francophone : historique, enjeux et
défis
Emmanuel MATESO LOCHA 21

Deuxième Partie :
Communication, Enjeux sociaux et politiques

Les stratégies des médias internationaux face à l’émergence des
médias africains
ELITE IPONDO ELIKA 43

Opposition de l’extérieur et extraversion de la communication au
Cameroun
Antoine WONGO AHANDA 65

Communication publique et nuisances sonores à Kinshasa
Philippe NTONDA KILEUKA 87

Troisième Partie :
Communication et Enjeux d’entreprises

Le fonctionnement marketing des entreprises à Kinshasa
Pierre Alain NDEKE ALEY 103

Le projet bancable et l’esprit d’entreprise du diplôme en Sciences de
l’Information et de la Communication
Aloïs THAMBA NKENGE 115

Quatrième Partie :
Communication interpersonnelle et Enjeux sociaux

Les « ostensignes » religieux et la fracture de l’espace public
KINGH FAREL 137

Les traits de la séduction
José-Adolph VOTO TONGBA 153

Cinquième Partie :
Regards complémentaires : SIC et sciences sociales

La traçabilité du genre dans les théories des organisations :
questionnement épistémologique. et praxéologique
François ELIKA ATUBOLO et Sandra ITELA LOMPONDA 167

Régionalisme politique et enjeux communautaires en RD Congo
Justin KABUANGA KUMANKANDA 183


Introduction

1Eddie TAMBWE KITENGE

En RD Congo, l’enseignement des sciences de l’information et de la
communication (Sic en sigle et dans la suite du texte) est assuré par
2une vingtaine d’institutions universitaires, publiques et privées .
Disséminées dans un espace géographique (la RD Congo) presque
aussi grand que l’Union européenne, ces institutions demeurent
confrontées à certaines difficultés dans leur fonctionnement général.
La première difficulté est d’ordre historique : la « jeunesse » des Sic
en tant que domaine d’enseignement. A ce propos, il faut rappeler
que l’IFASIC, qui est la toute première institution, ne fut fondée qu’en
1973, soit vingt ans après l’institutionnalisation de l’université dans
le pays (1954). Les « Sic » en RD Congo souffrent également de leur
caractère « pluridisciplinaire ». Mais ce retard n’est plus justifié
puisque sur le plan international, les Sic ont déjà acquis leur
autonomie, avec des parcelles d’objectivation claires et bien
singulières.
On pourrait relever, en troisième lieu, l’absence d’autonomie
administrative, comme une conséquence de deux faits déjà relevés.
La plupart des départements de communication dépendent encore
d’autres disciplines. C’est le cas de l’Université de Kinshasa où le
département de communication dépend complètement de
« Philosophie et Lettres » ! On finirait cette liste de « difficultés » par
relever la question d’intégration professionnelle, dans la formation :
il s’agit notamment de l’organisation du partenariat entre universités
et entreprises…

1 Professeur des Universités, directeur du Cecom et de la revue Cahiers congolais de
communication.
2 Les plus significatives de ces institutions sont : l’Institut facultaires des sciences de
l’information et de la communication (IFASIC, Kinshasa) fondé en 1973 ;
l’Université catholique de Kinshasa (UCC, Kinshasa) ; l’Université de Kinshasa
(Unikin, Kinshasa) ; Université pédagogique nationale (Upn, Kinshasa) ; Université
salutiste William Boothe (privée, Kinshasa) ; Université Kongo (province du
BasCongo) ; Université Malembe Tamandiak (Kinshasa), Université Révérend Kim
(Kinshasa) ; Université officielle de Mbuji Mayi (Kasai Oriental) ; Université de
Lubumbashi (Unilu, province du Katanga) ; l’Université de Kisangani (province
Orientale; l’Université de Goma ; l’Université de Butembo (province du Nord Kivu).
5 En tant que principale revue scientifique de communication de la
RD Congo, les Cahiers congolais de communication portait à sa façon
toutes ces carences, toutes ces limites. Pour mieux analyser la
situation, et pour aller de l’avant, il faut sans doute s’appuyer sur la
conviction que la vie institutionnelle, est marquée par des cycles. Le
premier étant forcément celui de la jeunesse. C’est le cycle de la
consolidation. Donc de la modération, et forcément du besoin de
rassemblement. La revue dut accueillir dans ses pages des travaux
« pluridisciplinaires» fournis par des collègues d’univers différents,
parfois en intelligence avec les thématiques des Sic, parfois sans
rapport évident avec les Sic.
Ce douzième numéro porte une ambition : celle de marquer un
tournant, dans l’histoire de la revue. Le tournant du retour aux
fondamentaux : c’est l’idée – bien simple - de revenir à une « revue de
recherche en communication ». Les articles devant être publiés
devront désormais avoir des liens évidents avec les champs de la
communication ! L’option est salutaire pour une revue qui est
publiée désormais sur la scène internationale. La nouvelle option
éditoriale faciliterait la visibilité des articles acceptés. Le présent
numéro préfigure déjà de cette ambition. Le présent numéro a, en
effet, reçu une cinquantaine de « propositions de textes ». Seuls onze
textes ont été acceptés, parmi lesquels neuf en liens directs avec le
champ de la communication et deux autres constituant des « regards
complémentaires » aux faits de la communication.

6








Première partie :
Recherches sur la communication écrite
(Bibliologie) en RD Congo


Une école bibliologique en RD Congo ?
Interrogations critiques et méthodologiques
sur la (possible) existence d’une « école » congolaise

Eddie TAMBWE KITENGE

Résumé : Le développement de ce propos va s’articuler autour de
trois axes. Nous commençons par rappeler quelques « écoles » dans
l’histoire des SIC, afin d’en tirer quelque enseignement. Dans un
deuxième moment, nous examinerons les conditions historiques du
développement de la recherche en communication écrite en RDC, avant
de s’interroger sur les conditions de constitution d’une « école
bibliologique congolaise ».

Introduction

De prime abord, il nous paraît utile de clarifier la notion même
d’« école », telle que comprise dans les sciences en général, et,
spécifiquement, dans le champ des sciences de l’information et de la
communication (SIC en sigle, et dans la suite du texte) - la bibliologie
étant, comme on le sait, une branche des SIC. L’histoire des sciences
fixe, en effet, le concept d’école comme un groupe (ou suite) de
chercheurs qui se réclame d’un même maître et/ou poursuit des
recherches sur une (des) problématique (s) commune (s). Si nous
convenons de ce préalable, des questions méthodologiques et de
principe peuvent alors se poser, en sens divers. Existe-t-il une « école
bibliologique congolaise » ? Existe-t-il, en bibliologie, un cursus
(congolais) de formation en bibliologie qui permettrait de construire
et de « standardiser » une école (bibliologique) congolaise ?
L’appartenance à un même pays (la RDC) ou à une même institution
(universitaire, notamment) suffissent-elles aux bibliologues congolais
pour instituer l’existence d’une école ?
Le développement de ce propos va s’articuler autour de trois axes.
Nous commençons par rappeler quelques « écoles » dans l’histoire
des SIC, afin de tirer quelque enseignement. Dans un deuxième
moment, nous examinerons les conditions historiques du
développement de la bibliologie en RDC, avant de s’interroger sur les
conditions de constitution d’une « école bibliologique congolaise ».

9 1. Les « écoles » dans l’histoire des SIC

ème Les SIC tirent leur naissance au XIX siècle, siècle de la
« Révolution industrielle ». Celle-ci est, au total, marquée par deux
préoccupations. La première est relative à la nécessité du
raffermissement de « l’esprit scientifique » : elle est par conséquent
marquée par la production des diverses approches épistémologiques
d’où allaient naître la sociologie et la plupart des sciences. La seconde
préoccupation est la prise en compte par la communauté scientifique
ème du phénomène des médias de masse qui prend, au cours du XIX
siècle, une ampleur sociologique inédite (à la suite notamment du
développement de la presse d’information à grand tirage).
Cette époque qui marque la naissance de la sociologie voit donc la
communication de « masse » devenir « un problème social évident. Le
phénomène résulte lui-même des faits conjugués de
l’industrialisation, de l’accroissement du phénomène urbain, de
l’explosion démographique, de la diversification des flux migratoires.
Nombre de chercheurs allaient, dans ce contexte, esquisser les bases
théoriques sur lesquelles s’appuieront les premières études sur les
médias, sur la société de masse : les SIC en demeurent redevables.
Cette prise en compte historique des « problèmes de la
communication » allait s’accompagner tout de suite de l’apparition
des « écoles » scientifiques pour étudier justement ces « problèmes »
(ou les phénomènes) de la communication. Les « écoles » seront d’un
apport essentiel dans le développement de la recherche en SIC. La
première école est sans conteste celle dite de « Chicago », qui se
ème siècle (1892) et au cours de la développa vers la fin du 19
èmepremière décennie du 20 siècle, avec des chercheurs d’univers
scientifiques différents (sociologues, psychologues) (Charles Horton
COOLEY, Georges Herbert MEAD et John DEWEY, etc.) mais réunis
par une même problématique. Malgré la diversité de leurs profils
scientifiques, les chercheurs de l’école de Chicago travaillent sur un
matériau commun : les phénomènes de l’industrialisation et de
l’urbanisation. La ville s’imposait à eux comme un véritable
laboratoire social, un poste d’observation, avec l’accroissement des
phénomènes afférents à l’industrialisation : explosion
démographique, diversification des flux migratoires, effritement des
normes morales et sociales traditionnelles, développement des
logiques de désorganisation sociale, la place prépondérante des
médias dans cette (nouvelle) sociologie.
10 Une autre « école » allait surgir, dès le début des années 1920,
autour du sociologue allemand Max HORKHEÏMER de « Frankfurt
Institut Für Sozialforschung ». C’est l’école de « Francfort ». Elle sera
appuyée par ARDONNO et MARCUSSE, principalement. Ces
chercheurs allemands, dans le contexte de la tristement célèbre
« République de Weimar », entreprirent un travail critique sur la
communication de masse. L’école (américaine) dite de « puissants
effets », dès les années 1930, sera constituée également de chercheurs
des horizons scientifiques et intellectuels fort variés (LIPPMANN,
LASSWELL, HOVLAND, LAZARSFELD, BERELSON, MERTON), mais
réunis par un intérêt commun : « l’influence et les effets des médias
de masse sur le public ».
La célèbre école de Palo Alto (Clinique Langley Porter de San
Francisco), dont le projet théorique, procédant de la systémique
(Norbert Wienner) envisagée dans la perspective antithétique au
modèle canonique (Weaver et Shannon), donna lieu au modèle
théorique dit « modèle orchestral » et à la « pragmatique » (la nouvelle
communication). Ici aussi, même constat : malgré une forte diversité
disciplinaire, les chercheurs se réclamant de cette « école »,
historiquement constituée autour de l’anthropologue (et ethnologue)
Gregory BATESON, travailla sur une même problématique. Ces auteurs
ont nom : Ray BIRDWISTELL (le théoricien de la gestualité comme
système de communication ou la kinésique), Edward T. HALL (l'espace
interpersonnel ou la proxémique), GOFFMAN, Don JACKSON,
WATZLAWICK, SIGMAN, etc.
Il y eut bien d’autres écoles. Comme « l’école anglaise » ou
« cultural studies », dont les sources remontent aux années 1930,
dans les études de critique littéraire de l’Anglais Frank Raymond
1. La tradition est assumée dans les années 1960 LEAVIS (1895-1978)
par une équipe de recherche regroupée dans le « Centre for
Contemporary Cultural Studies de l’Université de Birmingham »
(CCCS). Le centre est dirigé, à sa naissance en 1964, par Richard
2HOGGART auquel succédera Stuart HALL, un chercheur d’origine
jamaïcaine. En fait, les « Cultural studies » ne constituent pas
vraiment une théorie de la société, de la communication ou des
médias. Cependant, la problématisation qu’elles proposent des
rapports entre les industries culturelles et leurs publics s’inscrivent

1 LEAVIS, F.R., Mass Civilisation and Minority Culture, 1930.
2 Le livre de référence du courant des études culturelles est écrit par HOGGART, R.,
The uses of litteracy. (Traduit en français sous le titre La culture du pauvre, Paris :
Minuit, 1970).
11 dans une vision théorique qui permet de les opposer à des courants
tels que le fonctionnalisme (LAZARSFELD) ou l’école de Francfort.
Pour clore ce premier point, on voit bien que ce passage en revue
des « écoles » dans l’histoire générale des SIC permet de tirer un
principal enseignement : l’existence d’une école ne dépend pas
uniquement de la présence des chercheurs dans un contexte historique
donné (même pays, ou même génération), mais elle est plutôt
subordonnée par la production et le partage d’un même paradigme,
d’un même cadre épistémique de référence. Celui-ci détermine ensuite
les principes et les concepts fondamentaux du courant, ou de l’école à
constituer.

2. L’émergence de la bibliologie en RDC

S’il faut formaliser « une histoire de la bibliologie en RDC », il me
semble, toutes précautions (d’usage) réunies, partir des années
1980 : le vocable « bibliologie » n’y est connu, en effet, du moins de
façon formelle, qu’à partir de ces années. Il faudrait, ici, avancer les
faits avec prudence. Si, nous datons ainsi l’émergence de la bibliologie
dans le pays, il est évidemment possible que bien avant ces années
quelque étude – sur la matière – ait été produite : d’une manière ou
d’une autre, en RDC, on a dû faire de la bibliologie sans le savoir, sans
s’en rendre compte, sans s’en revendiquer expressément, puisque dès
son introduction dans l’univers socioculturel congolais, à la suite du
phénomène colonial, l’écrit, à l’instar de tous les médias de masse
modernes, a été diversement objectivé. Ce propos voudrait évoquer
la production scientifique, la recherche scientifique, se définissant
expressément, se reconnaissant formellement comme relevant de la
bibliologie telle que celle-ci se déploie aujourd’hui.
Ă la lumière des matériaux fournis par l’histoire des sciences en
1RDC , la bibliologie telle qu’elle se comprend et se pratique de nos
jours émerge dans le pays sous le masque des «études des problèmes
du livre ». Les chercheurs qui prennent en charge « ces problèmes »
sont des philosophes, des philologues, des économistes, des critiques
littéraires liés soit au « Centre des Littératures africaines » de la
Faculté des Lettres de l’Université de Kinshasa, soit à la revue

1 Sur le sujet, on pourra se référer avec fruit à diverses études de V.Y. MUDIMBE, sur
ce que l’auteur appelle « la grammaire des sciences sociales au Zaïre», in Du Congo
au Zaïre, Essai de bilan. 1960-1980, Bruxelles, CRISP, 1980, pp.310-406.
12 universitaire « Zaïre-Afrique » appartenant à la Compagnie de Jésus
(jésuite - église catholique).
Au total, les travaux produits accompagnent des phénomènes
sociaux connexes, caractéristiques de la fin des années 1960 et du
début des années 1970. Comme nous le notions dans un ouvrage
1précédent , les années précitées sont marquées par la convergence
de deux phénomènes : politique (une prise de conscience politique
quant à l’importance du livre dans le développement culturel
national) et littéraire (regain dans la production éditoriale livresque ale).

2.1. Les premiers travaux d’essence « bibliologique »

Les premières études sur « la situation du livre » sont produites
dans des perspectives qui ne sont pas forcément
« bibliologiques ». On pourrait parler ici de la « phase préhistorique »
de cette discipline en RDC tant ces études ont d’une manière ou d’une
autre posé des bases pour sa pratique. Des recherches plus poussées
pourraient être initiées dans cette direction pour planter plus
solidement les jalons de l’histoire de la pratique de la bibliologie qui
n’est évidemment pas à confondre avec l’histoire de l’écrit qui, elle,
dans le pays, remonte à la période précoloniale puisque – comme le
2démontrent clairement les travaux de KIBANDA MUTUNGILA - nos
ancêtres ont développé des systèmes d’écriture, et des formes d’écrit.
Trois textes d’universitaires du pays semblent préfigurer ce que
l’on pourrait fixer comme la « préhistoire de la bibliologie en RDC ».
D’aucuns relèveront la coïncidence historique : les trois textes sont
publiés la même année (1979). Il est dommage que les bibliologues
congolais d’aujourd’hui fassent peu d’écho aux trois textes, qui sont à
divers regards fondateurs de cette discipline dans le pays. Le premier
3texte est le livre de Pius NGANDU N’KASHAMA , sur le phénomène
littéraire au Zaïre. Les travaux de cet auteur - qui relèvent
formellement de la critique littéraire – ouvrent cependant des

1 Lire cet ouvrage : Eddie TAMBWE KITENGE BIN KITOKO, Écrit et Pouvoir au
Congo-Zaïre. 1885-1990. Un siècle d’analyse bibliologique, Paris, L’Harmattan, 2001,
320 p.
2 KIBANDA MUTUNGIMA a consacré une thèse de doctorat sur le sujet. On lira
également avec profit son cours de « Histoire du livre », Kinshasa, IFASIC,
19881989.
3 NGANDU N’KASHAMA, P., Comprendre la littérature africaine écrite en langue
française, Paris, 1979, 126 p.
13 perspectives pour l’étude systématique de l’écrit tant ils objectivent
d’une certaine manière « le livre » en tant que matériau à analyser.
Cette conception conduit Pius NGANDU N’KASHAMA, alors
professeur de littérature à l’Université de Lubumbashi, à s’intéresser
à « la situation de l’édition du livre au Zaïre ». Sur la base des données
à notre disposition, Pius NGANDU N’KASHAMA est le premier
universitaire congolais à formuler des thématiques de cette nature.
1Le deuxième texte est de KANGAFU GUDUMBANGANA , chercheur
de l’Université de Kinshasa, et directeur de l’Institut MAKANDA
KABOBI (qui est l’école du parti unique, le Mouvement Populaire de
la Révolution). KANGAFU GUDUMBANGANA – qui cite constamment
Pius NGANDU N’KASHAMA - consacre son étude, à l’instar de ce
dernier, à « l’édition zaïroise du livre ». L’étude de KANGAFU
GUDUMBANGANA débute par un répertoire des livres publiés dans le
pays, depuis l’époque coloniale jusqu’aux années de la publication de
l’étude (1979). Au travers des titres publiés, KANGAFU
GUDUMBANGANA put identifier les principaux foyers éditoriaux du
livre au Zaïre. Dans sa conclusion, l’étude tente de hiérarchiser « les
problèmes de l’édition au Zaïre », qui sont – « nombreux et
inextricables » : ils tiennent « au circuit de la distribution du livre, à la
politique de commercialisation, à l’aspect technique de l’impression
(papiers, machines, personnel qualifié) mais aussi à tout un contexte
social de la diffusion de la culture ».
Le troisième texte est le livre de LUKOMO BIVUATU NSUNDI.
Chercheur en économie (au moment où il publie le livre, il préparait
une thèse de doctorat), fondateur et patron depuis 1976 des éditions
SOCEDI, LUKOMO BIVUATU NSUNDI propose « une étude
importante consacrée aux problèmes du financement de la culture et
de l’industrie du livre au Zaïre ». Il s’appesantit alors sur « les
problèmes du marché du livre », selon la classique confrontation
offre/demande. L’étude montre que si la demande du livre dans le
pays s’est développée rapidement à la faveur de la croissance
démographique et d’une scolarisation intensive, les structures de
l’offre et de la production demeuraient rigides. D’où la situation de
déséquilibre structurel permanent que l’on connaissait sur le marché
du livre au Zaïre. La critique principale que l’on pourrait porter à

1 Ce texte de KANGAFU GUDUMBANGANA a été publié dans le document intitulé
« 20 ans de littérature zaïroise » publié par le CCFL (Centre culturel français de
Lubumbashi), en 1979. Trois ans après, on trouvera un extrait de ce texte dans la
revue française Notre Librairie, sous un autre titre : « L’édition zaïroise », In Notre
Librairie, n°63, Avril 1982, pp.83-86.
14 l’étude de LUKOMO BIVUATU NSUNDI serait la tentation permanente
à noyer les faits décrits dans des théorisations macro-économiques,
au risque d’éloigner le propos de la réalité sociale locale. Le livre fut
en tout cas d’un éclairage nouveau sur les problèmes de l’édition du
livre dans le pays. Les données produites par l’étude de LUKOMO
BIVUATU sont de toute évidence nombreuses, bien agencées et
systématisées, généralement d’une belle information. Il est enfin utile
de relever à l’intention des institutions organisant aujourd’hui
quelque enseignement dans le domaine de la bibliologie que, dans
son étude, LUKOMO BIVUATU NSUNDI relève que « le fond du
problème se trouve au niveau de la formation d’un personnel qualifié,
maîtrisant parfaitement les techniques de l’édition ».

2.2. L’organisation institutionnelle de la bibliologie

Les trois études précitées esquisseront, pour les années 1980, les
grandes interrogations sur « le sort du livre » dans le pays. Celles-ci
sont alors prises en charge par des organismes internationaux qui
commandent rapports et études dans le but de « faire le point sur la
situation du livre ». La mode est de considérer le livre comme « un
outil de développement » au même titre que l’agriculture, l’industrie,
etc. On pensait alors qu’il n’était pas possible de concevoir quelque
politique cohérente de développement sans y intégrer une politique
culturelle de la communication écrite. Et on rappelait les rôles
d'instrument privilégié joués par l'écrit, dans les activités
intellectuelles, dans la vie sociale (éducation, culture, santé publique),
politique, économique, etc.
C’est dans ce contexte que, sous l'action de l'UNESCO, deux
rapports seront publiés : l'un (dirigé par l'Américain Datus SMITH)
sur l'ensemble des pays africains, l'autre (établi par le Français
JeanMichel SIVRY) consacré spécifiquement au Zaïre. Les conclusions
auxquelles aboutissent les deux « experts » sont on ne peut plus
alarmistes. Pour Datus SMITH, « dans les pays africains, les
problèmes de l'édition des livres ne relèvent pas nécessairement et
directement de l'économie. Des facteurs de caractère social, politique,
idéologique, psychologique entrent également en jeu qui, dans bien
des cas, exercent sur l'industrie du livre une influence plus grande
1 1que des facteurs économiques classiques» . Pour Jean-Michel SIVRY ,

1SMITH, D., Les problèmes économiques de l'édition des livres dans les pays en voie de
développement, Paris, UNESCO, 1986, p.32.
15 les obstacles auxquels l'industrie zaïroise du livre est confrontée
concernent la quasi-totalité du processus de la communication écrite:
l'analphabétisme ; la faiblesse du pouvoir d'achat des populations; le
désintérêt de l'Etat à l'égard du livre; le manque de qualification du
personnel; l'insuffisance et la désorganisation des circuits de
diffusion, etc.
La fin des années 1980 est marquée par des rencontres d'experts
africains, appelés à réfléchir sur la situation du livre sur le continent.
Les rencontres donnèrent lieu au « Colloque International sur
2l'édition du livre en Afrique » (Bamako, Mali) . Comme prolongement
du colloque, un groupe de travail, constitué d'experts et chercheurs
africains projetait la création d'un Centre africain de formation aux
métiers du livre. L'Association Nationale des Editeurs zaïrois du Livre
(ANEDIL, en sigle), dont le président participa activement à ces
3rencontres, allait en publier le document de travail . On peut y lire
que «en 1960, sur un nombre total mondial de 332.000 titres,
l'Afrique avait produit seulement 5.000, soit 1,5 %, (alors que) en
1985, l'édition mondiale du livre s'élevait à 798.500 titres dont
13.500 pour l'Afrique, soit 1,7 %, pourtant, à cette dernière année, le
continent africain représentait 11,5 % de la population mondiale».
Selon la même source, «alors qu'en 1985 la production mondiale du
livre est estimée à environ 9 milliards d'exemplaires, l'Afrique (n'en)
a produit que 11 millions par an, soit 1,22 % du taux mondial".

2.3. L’Association Internationale de Bibliologie et son
incidence sur la RDC

Les faits sociaux sont rarement isolés. Au plan institutionnel, les
années 1980 sont marquées par le renouvellement scientifique de la
bibliologie, sous la houlette de l’Association Internationale de
Bibliologie (1988). Une importante évolution épistémologique eut
lieu : la bibliologie passait des limites étriquées de la science du livre

1SIVRY, J.M., Examen des besoins et analyse des possibilités de formation et de
développement des ressources humaines de l'industrie du livre au Zaïre, Paris,
UNESCO, 1986.
2Le Colloque International sur l'édition du livre en Afrique avait eu lieu, à Bamako,
la capitale du Mali, du 28 novembre au 2 décembre 1988, sous l'initiative de
l'éditeur hollandais Jan KEES Van De WERK. Il réunit "des professionnels du livre (...)
des pays africains, francophones et anglophones, et des représentants d'institutions et
associations scientifiques africaines intéressées au livre".
3 BONG'ILANGA, L'édition du livre en Afrique et au Zaïre, Kinshasa, S.N., 1989, p.3.
16 à une conception plus large de la science de l’écrit, la science de la
communication écrite. Elle rejoignait formellement le grand
ensemble des sciences de l’information et de la communication qui, à
leur tour, se constituaient aux plans académique, institutionnel et
universitaire.
Dans ces conditions, le gouvernement zaïrois proposera (en 1988)
(notez la coïncidence historique !) « une formation universitaire dans
le domaine du livre et de la bibliologie », en partenariat avec
l'UNESCO (qui en assura le financement) ; le Centre Wallonie -
Bruxelles (institution diplomatique et culturelle représentant la
communauté francophone de Belgique) (qui fournit l'appui
académique, en permettant, notamment, dans le corps enseignant de
la nouvelle option, la présence des professeurs de l'Université de
l'Etat de Liège).
Sous la direction d’Etienne NGANGURA KASOLE, comme chef de
département, la formation débute à la rentrée universitaire
19881989, au sein de l'Institut Facultaire des Sciences de l'Information et
de la Communication (IFASIC, en sigle) de Kinshasa. Le nouveau
cursus venait compléter d'autres formations en sciences et
techniques de la communication (Journalisme, Presse écrite, Presse
audiovisuelle, et Relations publiques) que cette université organisait
depuis sa création, en 1973. Ouverte à partir de l'année universitaire
1988/1989, l'option s'articulait comme spécialisation en bibliologie,
après trois années (le diplôme dit de Graduat, bac+3) d'études
générales en sciences et techniques de l'information et de la
communication. L'objectif global étant de fournir, au terme du bac+5,
des "Techniciens et chercheurs dans les domaines du livre et de la
bibliologie".
Au total, les objectifs fixés par les promoteurs de cette formation
étaient de trois ordres. Le premier était purement « académique » : il
s'agissait de former rapidement, au plus haut niveau (notamment
celui du doctorat), des chercheurs/enseignants nationaux dans le
domaine de la bibliologie, afin qu'ils remplacent, ultérieurement, les
enseignants belges. Le deuxième objectif fut qualifié de
« scientifique » : il fallait aider à l'émergence, au Zaïre, d'une tradition
de recherche en bibliologie, celle-ci n'existait pas ou était simplement
embryonnaire, par la constitution d'une première documentation. Il
fallait fonder le créneau de recherche en bibliologie, à côté des filières
de la communication sociale déjà existantes (radio, télévision,
relations publiques, etc.) et où des traditions de recherche existaient,
en dépit des difficultés structurelles. Enfin, un dernier objectif,
17 particulièrement encouragé par l'UNESCO, se situait sur un plan
pratique, « professionnel ». On espérait, au travers des recherches
empiriques à entreprendre, fournir aux professionnels du livre, et de
l'ensemble de l'industrie nationale de la communication écrite
(presse périodique, édition du livre, bibliothèques, etc.), des éléments
d'appréciation du marché. Les recherches ainsi visées devaient
fournir des données techniques susceptibles de déboucher sur des
applications concrètes, et, éventuellement, aider à surmonter, à l'aide
des principes dégagés, les obstacles auxquels se heurte l'essor de la
communication de masse par l'écrit, dans ce pays.
En mettant en place une formation en la matière, l’IFASIC allait
créer une dynamique générale autour de la bibliologie et permettre la
propagation du concept dans les milieux universitaires. Des
mimétismes se produisirent en sens divers. Il y eut une (re) prise en
compte du concept par des institutions organisant l’enseignement de
la bibliothéconomie et/ou des sciences documentaires : les cas de
l’Université de Kinshasa (UNIKIN), de l’Université protestante du
Congo (UPC), de l’Institut supérieur des statistiques (ISS) qui
introduisirent des cours de bibliologie dans leurs programmes. Il y
eut également des créations des filières « bibliologiques », même si le
cursus ne couvre que partiellement le champ bibliologique : c’est le
cas de l’Université Catholique de Kinshasa (UCC, dès 1993).
Sur un mode plus anecdotique, on relèvera le phénomène de
création des centres de recherche et des sociétés savantes arborant le
concept de bibliologie : le CAB (Centre africain de bibliologie) créé
par le professeur KIBANDA MUTINGILA ; le Comité zaïrois de
l’Association Internationale de Bibliologie, sous la direction du
professeur Etienne NGANGURA KASOLE ; les Cahiers de la bibliologie,
etc.

3. Une « école » bibliologique congolaise ?

1980-2014. Trois décennies de bibliologie. Plus de trente ans
après son émergence dans le milieu universitaire congolais, on peut
avancer que la RDC constitue un champ propice au développement de
la science de la communication écrite tant au plan institutionnel (avec
des universités qui organisent de manière expresse des cours de
bibliologie) qu’à celui, plus personnalisé, de la production
scientifique par des chercheurs isolés, de plus en plus nombreux.

18 Ces chercheurs se revendiquent expressément « bibliologues ». Pour
la seule ville de Kinshasa, d’après nos observations, ces
« bibliologues » sont évaluables à plus d’une centaine. Ils sont
disséminés dans quatre principales institutions universitaires :
Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la
Communication, Université de Kinshasa, Institut Supérieure des
Statistiques, Université catholique du Congo.
A la lumière des travaux produits par ces bibliologues, au regard
de leurs diplômes, des constats peuvent être effectués, faute d’une
vraie étude de « sociologie des bibliologues congolais ». Le premier
constat est le suivant : il apparaît que la recherche bibliologique est
plutôt dominée par les chercheurs issus du monde des bibliothèques
(spécialistes en bibliothéconomie, en sciences documentaires, etc.).
Or ce milieu évolue, nous semble-t-il, dans une sorte d’autarcie, loin
des autres chercheurs directement sortis des études en
communication ; tout se passe comme si ces chercheurs ne faisaient
pas partie de l’ensemble SIC. Or si la bibliologie est une part
intégrante des SIC, tout chercheur se réclamant de ce champ est
obligé de prendre en compte les acquis épistémologiques des SIC ;
plus concrètement, il faudrait s’imprégner de l’ensemble des acquis
théoriques généraux de ce domaine. Il nous faut sortir de nos
1chapelles pour poser entre nous des ponts, des points de ralliement .
Faut-il rappeler, à ce niveau du développement, que la
bibliothéconomie, tout comme les autres sciences documentaires, ne
constitue qu’une partie de la bibliologie ?
Mais cette prédominance de la bibliothéconomie n’est pas un
travers typiquement congolais : elle trahirait un travers
historique général que connaissent la plupart des pays (France,
Belgique, Canada, pays du Maghreb, etc.) : les sciences de
l’information et de la communication étant – du point de vue de leur
organisation et formulation institutionnelle – encore bien récentes.
Dans tous ces pays, la bibliologie est majoritairement investie par les
spécialistes de la bibliothéconomie, de la documentologie, et, dans
une moindre mesure, par les historiens du livre.
Un second constat est lié à l’existence d’une « sociologie de
l’écrit », avec un souci assumé de s’inscrire dans l’optique générale
des SIC. Une orientation qui prolonge la base historique de la

1 ème Constat vérifié lors de mes enseignements en 3 cycle (pourtant !), à l’Université
de Kinshasa, pour une classe d’une trentaine de doctorants en « STD » (sciences et
techniques documentaires) se réclamant « bibliologues » mais culturellement et
historiquement coupés des fondamentaux en SIC.
19