//img.uscri.be/pth/d6a05386e58d9ff042e6768478480be9e7100122
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Cathédrale de Chartres - Recherches sur l'époque à laquelle l'édifice actuel a été construit

De
44 pages

L’incendie qui a consumé les combles de la Cathédrale de Chartres au mois de juin 1836, en causant un deuil général, a attiré d’une manière toute particulière l’attention des amateurs d’archéologie, et de ceux qui s’occupent de recherches historiques, sur ce superbe monument, type de l’architecture religieuse au moyen âge.

Des gens de l’art furent envoyés par le Gouvernement, soit pour apprécier l’étendue du désastre, soit pour jeter de premières idées sur la possibilité de le réparer.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIX est liothèque nationaleéditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bib de France. Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigi eux fonds de la BnF, Collection XIXsiques et moins a pour ambition de faire découvrir des textes clas classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
L.-M.-A. Rossard de Mianville, Michel Chasles
Cathédrale de Chartres
Recherches sur l'époque à laquelle l'édifice actuel a été construit
CATHÉDRALE DE CHARTRES
RECHERCHES SUR L’ÉPOQUE A LAQUELLE L’ÉDIFICE ACTUEL A ÉTÉ CONSTRUIT ; PAR MM. ROSSARD DE MIANVILLE ET CHASLES
* * *
L’incendie qui a consumé les combles de la Cathédra le de Chartres au mois de juin 1836, en causant un deuil général, a attiré d’une m anière toute particulière l’attention des amateurs d’archéologie, et de ceux qui s’occupe nt de recherches historiques, sur ce superbe monument, type de l’architecture religie use au moyen âge. Des gens de l’art furent envoyés par le Gouvernemen t, soit pour apprécier l’étendue du désastre, soit pour jeter de premières idées sur la possibilité de le réparer. Le Ministre de l’Instruction publique annonça même l’i ntention de faire publier une monographie de l’église de Chartres. En conséquence accoururent une foule de dessinateurs et d’antiquaires, soit délégués, soit simples amateurs. Tous, en recueillant la tradition du pays, qui veut que l’église actuelle soit celle dont l’Évêque Fulbert entreprit la reconstruction après un incendie qui a eu lieu en 1020, tous témoignèrent hautement leur incrédulité à cet égard. Tous affirmèrent que, soit dans le style de l’architecture, soit dans le carac tère de l’ornementation, ils ne pouvaient rien reconnaître qui annonçât un monument antérieur au treizième siècle. Cette opinion, uniformément émise par des hommes ac coutumés à traiter des questions d’art et d’archéologie, a dû naturellemen t faire naître l’idée de recourir aux sources de la tradition, et de rechercher dans les documents écrits ce qui pouvait ou l’appuyer ou la détruire. Tous les historiens spéciaux du pays, Souchet, Chal ine, Pintard, dont les ouvrages existent manuscrits dans la Bibliothèque de Chartre s, Rouillard, dans sa Parthénie, Sablon, dans son histoire de l’église de Chartres, Doyen, Chevard, Ozerai, dans leurs histoires du pays Chartrain, ont reçu et propagé, m ais sans discussion, l’opinion résultant de la tradition. Ils ont admis que l’égli se actuelle est celle que fit élever l’Évêque Fulbert, mort en 1029, dont il est dit dan s la liste des Évêques insérée à la suite du poème des Miracles de la Vierge,Sed postmodum idem Fulbertus adhibita diligentia sua magna industria dictam ecclesiam afu ndamento usque ad summum ejus 1 in decore quo nunc est fere totaliter continuavit . C’est-à-dire qu’ils ont admis implicitement que cette église fut presque entièrem ent achevée dans le court espace de huit années. Il faut au surplus faire préalablem ent observer que tous ces historiens sont modernes, et que le plus ancien d’eux, Souchet , écrivait au commencement du e 17 siècle, c’est-à-dire à plus de six cents ans de di stance du temps de Fulbert. Mais de nombreux écrivains, bien plus voisins que c eux-ci de l’époque, quelle qu’elle soit, de la construction de l’église actuel le, ont rapporté un fait qui, s’il est incontestable, ruine de fond en comble la tradition vulgaire sur l’ancienneté de cet édifice ; car ils font mention d’un incendie qui, e n 1194, aurait détruit une partie de la ville de Chartres, et notamment l’église dédiée à l a Vierge Marie. Cette église serait donc du commencement du 13e siè cle, comme le pensent les
archéologues. Cependant, malgré l’autorité de témoignages qui sem blaient mériter d’autant plus de confiance, que plusieurs des écrivains dont il s’ag it étaient contemporains de l’événement qu’ils racontent, l’opinion qui attribu e à Fulbert l’église actuelle, a pris naissance et nous a été transmise par le concours u nanime des historiens modernes. De nos jours encore, dans les écrits les plus récen ts, cette opinion n’a eu que des partisans et des défenseurs qui ont cru pouvoir réf uter ou récuser toutes preuves contraires à la tradition vulgaire, et maintenir l’ antiquité du monument. C’est dans ces circonstances que nous nous sommes p roposé d’éclairer cette question singulière, très-propre à piquer la curios ité. Nos recherches n’ont point tardé à nous convaincre de la réalité de l’incendie de 11 94, et à justifier à nos yeux le sentiment émis par les architectes sur l’époque de la construction de l’église actuelle. Nos preuves reposent sur divers ordres de faits qui concourront tous à la même conclusion.
Preuves tirées des historiens anciens
Parmi les historiens anciens qui font mention d’un incendie arrivé en 1194, on en distingue quatre qui vivaient à celle époque même, et dont le témoignage mérite de figurer en première ligne dans cette dissertation ; ce sont Rigord, Guillaume-le-Breton, Robert d’Auxerre, et Guillaume de Newbridge.
e 1partie, n° 18.Mss. de la Bibliothèque de Chartres ; 2