Ces enfants qui vivent le cancer d

Ces enfants qui vivent le cancer d'un parent

-

Livres
160 pages

Description

Lire l'entretien avec l'auteur (propos recueillis par Audrey Minart)
Auprès de ceux qu’elle accueille et accompagne tous les jours dans le cadre de sa consultation, Nicole Landry-Dattée a appris que les enfants font preuve de réelles capacités à penser les questions existentielles. Ils nous donnent de grandes leçons de vie et d’amour. Cet ouvrage relate une expérience pionnière acquise au sein du groupe de soutien aux enfants de parents atteints de cancer. A l’écoute de ce qu’ils expriment, l’auteur tente de répondre aux questionnements des adultes : pourquoi ? quand ? comment parler aux enfants de ce qui arrive à leurs parents malades ?
 « Ce livre d’expérience et de réflexion prend la dimension d’un témoignage philosophique. Il nous permet de puiser dans ces échanges avec les enfants la capacité d’assumer autrement nos responsabilités humaines et sociales  auprès et au service de la personne malade ainsi que de ses proches. Pour celles et ceux qui sont confrontés personnellement au cancer ou à d’autres maladies graves, ce document constituera également une source d’inspiration, un savoir, un mode d’accompagnement et peut-être de réconfort, dotés de la valeur d’un acte de vie. » Emmanuel Hirsch

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 octobre 2018
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9782749256047
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Ces enfants qui vivent le cancer d’un parent
DUMÊMEAUTEUR
Hôpital silence. Parents malades : l’enfant et la vérité (avec MarieFrance DelaigueCosset), CalmannLévy, 2001
NicoleLandryDattée
Ces enfants qui viventle cancer d’un parent Préface de Emmanuel Hirsch
Première édition : MarieFrance DelaigueCosset et Nicole LandryDattée, Ces enfants qui vivent le cancer d’un parent © Vuibert, 2005.
Conception de la couverture : Anne Hébert
Version PDF © Éditions érès 2017 CF  ISBN PDF : 9782749256054 Première édition © Éditions érès 2017 33, avenue MarcelDassault, 31500 Toulouse, France www.editionseres.com
Aux termes du Code de la propriété intellectuelle, toute reproduction ou représentation, intégrale ou partielle de la présente publication, faite par quelque procédé que ce soit (reprographie, microfilmage, scannérisation, numérisation…) sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’autorisation d’effectuer des reproductions par reprographie doit être obtenue auprès du Centre français d’exploitation du droit de copie (cfc), 20, rue des GrandsAugustins, 75006 Paris, tél. : 01 44 07 47 70 / Fax : 01 46 34 67 19
Table des matières
PRÉFACE,Emmanuel Hirsch . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un acte de vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1. LACONSPIRATIONDUSILENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les enfants savent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’histoire amputée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La maladie, un traumatisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un silence assourdissant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La « mère morte » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un imaginaire peuplé d’angoisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parler pour ne pas entendre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2. LAMORTENFACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La difficulté à communiquer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La parentalité défaillante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le statut du savoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des changements qui font peur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’épreuve maturante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11 11
17
25 25 27 31 33 36 38 41
45 45 47 50 51 55
Ces enfants qui vivent le cancer d’un parent
3. LEFANTASMEETLATHÉORIEMÉDICALEINFANTILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le besoin de savoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le statut du corps malade . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le langage symbolique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les informations médicales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4. LASOUFFRANCECACHÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des affects inexprimables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les troubles somatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les troubles du comportement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Conte du petit raton qui ne se sentait pas le droit de vivre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les difficultés scolaires et les troubles alimentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’inquiétante incertitude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5. CHANTAGEETABUSDEPOUVOIR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les termes du chantage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’ambivalence de l’entourage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La confiance perdue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6. COMMENTLEDIRE? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des étapes à respecter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . En début ou en cours de maladie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lorsque le parent est en rechute . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quand la mort est très proche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Comment dire la mort ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’histoire d’Adrien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7. LAMISEENSCÈNEDELAVIEPSYCHIQUE. . . . . . . Le groupe, lieu de rencontre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
57 57 61 65 67
71 71 73 75
80
83 84
87 87 89 93
97 97 101 102 103 105 106
111 111
Table des matières
L’identification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le groupe, une fonction maternante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’information médicale, un levier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le rôle des animateurs : une fonction paternante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . À la rencontre de l’enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le groupe, une situation à risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’effet rebond du groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8. DUDEUILACCEPTÉÀLAVIERETROUVÉE. . . . . . Soutenir les adultes pour aider l’enfant . . . . . . . . . . . . . . . . La nécessité de voir pour croire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La culpabilité du survivant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Aménager le deuil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Répétition et sublimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9. UN«APRÈSCOUP»PERCUTANT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’impossible à penser, l’impossible à énoncer . . . . L’effet thérapeutique du groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’effet du groupe sur la communication . . . . . . . . . . . . . . L’effet du groupe dans le déroulement de la maladie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le devenir du groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CONCLUSION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . BIBLIOGRAPHIE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
114 116 120
121 124 126 128
131 132 133 137 138 141
143 144 146 148
148 149 151 155
À Amélie Nothomb
Que soient ici remerciés toutes celles et tous ceux qui ont permis au groupe de soutien aux enfants de parents malades de voir le jour, et celles et ceux qui, d’une façon ou d’une autre, contribuent à la poursuite de ces rencontres. Nous voudrions les assurer, en notre nom et en celui de tous les enfants, de notre très sincère gratitude.
« Ceux qui évitent le combat sont plus grièvement blessés que ceux qui y participent. » Oscar Wilde