Chronique du 17 octobre

-

Français
26 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !



Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l’Histoire.


Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.



Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 janvier 2014
Nombre de lectures 5
EAN13 9782366020861
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
P 17 ETITE CHRONIQUE DU OCTOBRE
Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.
Éditions Chronique
© Éditions Chronique, Paris 2013, pour la présente édition.
L'œuvre présente sur le fichier que vous venez d'acquérir est protégée par le droit d'auteur.
Toute copie ou utilisation autre que personnelle constituera une contrefaçon et sera susceptible d'entraîner des poursuites civiles et pénales.
EAN : 9782366020861
Éditions Chronique Mediatoon Licensing 15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris E-mail :contact@editions-chronique.com Site Internet :http://www.editions-chronique.com
1793 - L C I A OMPAGNIE DES NDES EST LIQUIDÉE
Paris, France
Une obscure énigme trouble le monde politique. Un décret voté le 8 octobre et qui prévoit la dissolution de la Compagnie des Indes vient de paraître auBulletin. Rien que de très normal jusque-là. Cette Compagnie spécialisée dans l'assurance et l'escompte était accusée d'escroquerie fiscale, car elle dissimulait ses bénéfices en investissements fictifs. Le 16 juillet dernier, le député montagnard Delaunay a été le premier à dénoncer ces agissements à la Convention. La Compagnie des Indes a donc été mise en liquidation. Mais Fabre d'Églantine révélait le 3 août qu'elle continuait malgré cela à se livrer à des spéculations frauduleuses. Les députés ont donc décidé de dissoudre une fois pour toutes la Compagnie et, pour plus de sûreté, ils ont chargé des commissaires de l'État de surveiller cette opération. Lors du vote, on avait cependant été surpris de constater que celui qui s'y opposait avec le plus de violence était Delaunay. En outre, le texte du décret publié aujourd'hui différerait de celui qui a été voté en octobre. « On » y aurait stipulé que la liquidation était confiée à la Compagnie elle-même et non pas à l'État. Si l'existence de ce faux est avérée, le faussaire a forcément bénéficié de la complicité du secrétaire du Comité des finances, Fabre d'Églantine, qui a signé le décret. En novembre, ce dernier déclare tout ignorer des manœuvres des faussaires et proteste de son innocence. Mais Fabre est un dantoniste adversaire de la Terreur, un de...