Chronique du 19 juillet
42 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Chronique du 19 juillet

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
42 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !



Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l’Histoire.


Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.



Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 janvier 2014
Nombre de lectures 3
EAN13 9782366023220
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

PETITECHRONIQUEDU19JUILLET
Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.
Éditions Chronique
© Éditions Chronique, Paris 2013, pour la présente édition.
L'œuvre présente sur le fichier que vous venez d'ac quérir est protégée par le droit d'auteur.
Toute copie ou utilisation autre que personnelle co nstituera une contrefaçon et sera susceptible d'entraîner des poursuites civiles et p énales.
EAN : 9782366023220
Éditions Chronique Mediatoon Licensing 15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris E-mail :contact@editions-chronique.com Site Internet :http://www.editions-chronique.com
1799 - DÉCOUVERTEDUNEPIERREPASORDINAIRE DANSUNVIEUXFORT. DUTRAVAILPOURCHAMPOLLION!
Rachid (Rosette), Egypte
C’est clair, l’Angleterre ne sera jamais l’allié de la France. La preuve, alors que le jeune général Bonaparte court l’Europe et se forge son de stin de victoires en victoires, les Anglais refusent de signer le traité de paix avec l a France. Plutôt que de les affronter directement, les Français décident alors d'attaquer leurs lignes commerciales. Et en mai 1798, l'armée française, menée par Bonaparte tout a uréolé de sa campagne d’Italie, envahit l'Égypte. Elle est accompagnée d'une commis sion des Sciences et des Arts, un corps de 167 « savants » (ingénieurs et scientifiqu es) destiné à étudier la civilisation égyptienne. Le 1er août 1798, la flotte anglaise dé truit son homologue française à Aboukir et les Français sont contraints de se déplo yer à l'intérieur des terres. En 1799, l'armée ottomane, alliée de l'Angleterre, débarque à Aboukir. A l'est de la baie d'Aboukir, non loin de la ville de Rosette (nom français de la ville de Rachid), se trouve un fort en ruines, Fort Julien, qui permet de contrôler le Nil . Les troupes françaises en renforcent les défenses. Les combats peuvent commencer… Mais i ls vont être éclipsés par une formidable découverte. En plein travaux, ce 19 juillet, le lieutenant Pier re-François-Xavier Bouchard, polytechnicien et membre de la Commission des Scien ces et des Arts, remarque une dalle comportant des inscriptions. De dimension de 112 cm x 76 cm x 28 cm, la stèle est en granodiorite, un matériau fréquemment assimi lé à du basalte ou du granite. Elle pèse environ 760 kg et est couverte de trois textes : 14 lignes de hiéroglyphes, 32 lignes de démotique (écriture cursive et rapide de l’ancienne Egypte) et 54 lignes de grec. Autrement dit, respectivement, la « langue de s dieux », la « langue des documents » et la « langue des Grecs ». Les Françai s lisent le texte en grec – à cette époque, certains en étaient encore capables - et co mprennent immédiatement l’intérêt scientifique de cette découverte. Après l’avoir ann oncée à l'Institut d'Égypte du Caire, Bouchard conduit la pierre au Caire, où elle jouit immédiatement d'un grand succès auprès des savants français. Loin de cette agitatio n scientifico-égyptienne, Bonaparte en profite pour terrasser les Ottomans à Aboukir. Tout ce que la science compte d’égyptologues averti s se lance alors dans l’étude des textes figurant sur la pierre dite de Rosette à par tir de copies et moulages circulant parmi les musées et les savants européens. En 1799, il est établi que la pierre comporte trois versions d’un même texte. Puis en 18 02, il est acquis que le texte en démotique retranscrit phonétiquement des noms étran gers et que le texte en hiéroglyphes fait de même et comporte d'importantes ressemblances avec le démotique. Et, enfin, à partir de 1822, arrive Cham pollion qui va, lui, déchiffrer les hiéroglyphes. Leurs différents travaux - une fois l es erreurs et les interprétations personnelles corrigées - permettent de conclure que le bloc a été gravé en mars 196 avant J.-C. Le texte inscrit sur la pierre est un d écret évoquant les décisions prises par l’assemblée des prêtres égyptiens réunis à Memphis pour honorer le roi Ptolémée V Épiphane et la reine Cléopâtre Ière. Le décret reco nnaît Ptolémée V, 14 ans, comme roi de Haute-Egypte et de Basse-Égypte. Exposée à l'ori gine dans un temple, la stèle a probablement été déplacée au début de l'ère chrétie nne ou durant le Moyen Âge, puis utilisée comme matériau de construction pour des fo rtifications dans la ville de Rosette.
...