Comprendre la croissance économique

Comprendre la croissance économique

-

Livres

Description

Cet ouvrage est un instrument très précieux d’analyse de la croissance économique dans les pays de l’OCDE : il est particulièrement riche en données factuelles et chiffrées. Il examine le profil de croissance des pays de l’OCDE cette dernière décennie et identifie les facteurs fondamentaux de la croissance. Il montre en quoi (et pourquoi) les réactions de chaque économie diffèrent face à l’évolution de ces facteurs. Cet ouvrage étudie la croissance au niveau macroéconomique, au niveau sectoriel et au niveau de l’entreprise. Il analyse également la contribution des technologies de l’information (TI) à chacun de ces niveaux.

Etayé par plus de 50 tableaux et graphiques, cet ouvrage permet de mieux comprendre la véritable nature de la croissance économique. En 2000, à l’apogée de la nouvelle économie, on encensait les TI qui, croyait-on, transformeraient radicalement les économies de l’OCDE et auraient des effets bénéfiques considérables. Mais le récent ralentissement économique a détruit plusieurs des mythes qu’avaient suscités les TI. Quelle est la véritable contribution des TI à la croissance économique ? Comprendre la croissance économique traite ces questions en profondeur et apporte un nouvel éclairage sur la croissance économique.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2004
Nombre de visites sur la page 4
EAN13 9264020403
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Aperçu général
Analyse au niveau macroéconomique
Utilisation de la mainduvre
Progrès technologique
Politique macroéconomique
Analyse au niveau sectoriel
Rigueur de la réglementation
Relations et droit du travail
Analyse au niveau de lentreprise Réglementation et activité entreprenariale Technologie
10
Aperçu général
Les disparités de croissance entre les pays de lOCDE dans les années 90 ont relancé le débat sur les sources fondamentales de la croissance économique. Ce débat a conduit lOCDE à entreprendre une série détudes approfondies à ce sujet. Leur thème principal peut être formulé par une question simple : à quoi la croissance économique des pays de lOCDE estelle due ces dernières décennies ? Dans le même ordre didées, quels effets dautres facteurs  en particulier la diffusion des technologies de linformation et des communications (TIC)  ontils éventuellement pu exercer sur les déterminants de la croissance économique globale ? Comment, et dans quelle mesure, laction des pouvoirs publics et les autres composantes de lenvironnement des entreprises contribuentelles à la croissance à long terme, et quelles politiques devraient donc être préconisées ? Enfin, quel impact la restructuration intrasectorielle et intersectorielle atelle eu sur les performances économiques densemble ?
Analyse au niveau macroéconomique
La croissance du PIB par habitant diverge de plus en plus entre les pays de lOCDE. Ces disparités tiennent au fait que les pays en situation de rattrapage (la Corée et lIrlande, par exemple) ont des taux de croissance supérieurs à la moyenne, mais aussi au fait que certains pays comparativement riches (notamment les ÉtatsUnis, le Canada, lAustralie, les PaysBas et la Norvège) ont des taux de croissance élevés, et que les taux de croissance sont faibles dans la majeure partie de lEurope continentale et au Japon.
Utilisation de la mainduvre
Ces disparités sont dues, au moins en partie, à des différences de profil dans lutilisation de la mainduvre et lamélioration des qualifications des travailleurs. On note en particulier une utilisation accrue de la mainduvre dans la plupart des pays où la croissance du PIB par habitant sest accélérée. À linverse, la croissance sest dégradée dans la plupart des pays où lemploi a stagné, voire diminué, les gains de productivité du travail nayant pu compenser les mauvaises performances en matière demploi. De plus, dans la plupart des pays lamélioration des qualifications a largement contribué à laccélération de la productivité du travail. Toutefois, dans les pays qui ont connu de mauvaises performances en matière demploi, cette accélération a en partie résulté dune aggravation du chômage chez les travailleurs faiblement qualifiés.
Comprendre la croissance économique © OCDE 2004
Progrès technologique
Ces disparités en matière de croissance sexpliquent aussi par un certain nombre de facteurs nouveaux. En particulier, la productivité multifactorielle (PMF), indicateur du changement technologique immatériel (cestàdire non incorporé dans lamélioration de la qualité du stock de capital), sest accélérée dans plusieurs pays de lOCDE, surtout aux ÉtatsUnis et au Canada, mais aussi dans certaines économies de plus faible dimension (lAustralie et lIrlande, par exemple). La contribution des TIC à la croissance globale de la productivité a dabord semblé avoir un caractère immatériel, en raison du progrès technologique rapide qua connu le secteur même de la production de TIC. Depuis le milieu ou la fin des années 90, lutilisation accrue dans les autres secteurs déquipements très productifs reposant sur les TIC semble avoir contribué de plus en plus à la croissance de la productivité incorporée. Comme on pouvait sy attendre, la croissance de la PMF sest accélérée un peu plus tardivement dans les pays ne disposant pas dun secteur de la production de TIC dune certaine dimension.
Au total, les disparités des tendances de croissance de plus en plus marquées au cours des années 90 semblent tenir à une conjonction de facteurs « traditionnels »  se rattachant pour la plupart à lefficience des mécanismes du marché du travail  et déléments de la « nouvelle économie » reflétant la taille du secteur des TIC, mais aussi le rythme dadoption des TIC par les autres secteurs. Les données observées tendent à montrer que la capacité des pays à innover dans les activités en expansion et à adopter les technologies de pointe dépend également de lenvironnement de politique économique et du cadre institutionnel au niveau national : cet environnement influe sur les conditions dans lesquelles les entreprises existantes opèrent, ainsi que sur les possibilités de créer de nouvelles activités.
Politique macroéconomique
Les observations empiriques révèlent quune politique macroéconomique axée sur la stabilité peut avoir des répercussions importantes sur la production. Une moindre variabilité de linflation tend à avoir un effet positif direct sur la croissance, et le principal effet du niveau de linflation sexerce à travers linvestissement. De même, une lourde fiscalité et de fortes dépenses publiques semblent se répercuter sur la croissance, à la fois directement et indirectement, à travers linvestissement. Lanalyse montre quune lourde fiscalité tend à ralentir la croissance de la production, une hausse de 1 % du taux global dimposition se traduisant au total par une baisse du niveau de la production de lordre de 0.6 à 0.7 %. De plus, comme latteste cette étude, les dépenses de RD peuvent avoir un effet sensible sur le niveau et sur le rythme de croissance de la production totale, léducation et la formation expliquant dans une large mesure les disparités des performances en matière de croissance. Dernier constat, une forte exposition aux échanges extérieurs est nettement positive pour la croissance de la production.
© OCDE 2004
Comprendre la croissance économique
11
Aperçu général
Analyse au niveau macroéconomique
Progrès technologique
Politique macroéconomique
Productivité multifactorielle (PMF) La croissance de la productivité multifactorielle est la croissance résiduelle après prise en compte des gains de productivité dus aux modifications quantitatives et qualitatives des facteurs de production.Théoriquement, surtout lorsquelle est calculée en moyenne sur plusieurs années, la PMF reflète les gains de productivité dus au changement technologique « immatériel », cest àdire au changement technologique qui ne provient pas directement du progrès technologique des équipements utilisés pour produire les biens et services, mais résulte dautres facteurs. Par exemple, linterconnexion des ordinateurs via lInternet et le courrier électronique a débouché sur de nouveaux modes de travail plus productifs. Plus les individus sont nombreux à être connectés, plus le réseau est à même daccroître la productivité (cest ce quon appelle les « économies de réseau »).
Aperçu général
Analyse au niveau sectoriel
Rigueur de la réglementation
Relations et droit du travail
12
Analyse au niveau sectoriel
Après avoir examiné les performances comparatives en matière de croissance au niveau global, il est essentiel de déterminer le rôle joué par lévolution des différents secteurs et par le redéploiement des ressources dun secteur et dune entreprise à lautre. Cette analyse au niveau sectoriel éclaire plusieurs aspects que lanalyse macroéconomique ne pouvait sans doute pas prendre en compte, notamment les effets de certaines mesures  telles que la réglementation des marchés de produits et les restrictions aux échanges  sur les performances sectorielles. De même, les différences de profil de croissance au niveau sectoriel peuvent également agir sur la façon dont les pays tirent profit dévolutions économiques plus larges ou des possibilités quoffrent les nouvelles technologies.
Rigueur de la réglementation
Les observations empiriques montrent que la réglementation des marchés de produits a un effet négatif direct sur la productivité. De plus, si lon prend en considération linteraction entre la réglementation et le retard technologique, on constate un effet indirect encore plus prononcé, dû à une adoption plus lente des technologies existantes. Plus un pays est éloigné de la frontière technologique, plus les effets dune réglementation rigoureuse semblent être dommageables pour la productivité, peutêtre parce quune telle réglementation limite les possibilités de retombées en matière de connaissances. Létude permet en outre de mieux cerner les effets que peuvent avoir les réformes sur le niveau de la PMF à long terme. En particulier, une réglementation moins rigoureuse des marchés de produits pourrait, selon les données observées, réduire dans le long terme le retard de productivité dans des pays comme lEspagne, la Grèce et le Portugal.
Relations et droit du travail
Létude montre que la nature des relations du travail importe peu en elle même, mais quelle peut influer négativement sur la productivité à travers ses interactions avec la législation sur la protection de lemploi (LPE). De fait, limpact négatif de la LPE sur la productivité ne vaut que pour les pays à degré intermédiaire de centralisation/coordination, cestà dire ceux où prédomine la négociation sectorielle des salaires, mais où il ny a pas de coordination au niveau national. En revanche, on constate que la LPE ninflue pas sur la productivité dans les pays caractérisés par une forte centralisation/coordination ou une forte décentralisation.
Comprendre la croissance économique © OCDE 2004
Analyse au niveau de lentreprise
Enfin, on doit examiner les déterminants microéconomiques de la croissance en sattachant au redéploiement des ressources dans des secteurs étroitement définis, ce redéploiement étant dû à lexpansion des entreprises les plus productives, à lentrée de nouvelles entreprises et à la sortie dentreprises obsolètes. Lun des principaux résultats de cette analyse au niveau de lentreprise est que la croissance globale de la productivité du travail tient pour une large part à lévolution de chaque entreprise, alors que laugmentation des parts de marché des entreprises très productives au détriment de celles qui ne le sont pas ne semble jouer quun faible rôle. De plus, lanalyse fait apparaître un taux élevé de rotation des entreprises très similaire dans les différents pays de lOCDE. Plus précisément, la forte corrélation entre les taux dentrée et de sortie dans les divers secteurs témoigne dun processus de « destruction créatrice» par lequel un grand nombre de nouvelles entreprises remplacent un grand nombre dentreprises inefficientes. Toutefois, les nouvelles entreprises connaissent un taux déchec élevé, surtout celles de petite dimension, ce qui laisse penser que la « destruction créatrice » fait également intervenir un large phénomène dexpérimentation du marché. Mais les entreprises qui survivent ont tendance à atteindre rapidement la taille efficiente moyenne.
Réglementation et activité entreprenariale
Létude montre quune réglementation flexible favorise lactivité entreprenariale aussi bien aux ÉtatsUnis quen Europe. Les nouvelles entreprises américaines paraissent plus petites et moins productives que leurs homologues de lUE, mais elles connaissent une expansion plus rapide en cas de succès. Les résultats économétriques présentés dans cette étude expliquent dans une certaine mesure ces différences. Ils tendent à montrer quune réglementation stricte de lactivité entreprenariale et un coût élevé dajustement de la mainduvre ont un effet négatif sur la création dentreprises. Ainsi, aux ÉtatsUnis, le coût administratif de création dune entreprise est faible et la réglementation des ajustements deffectifs nest pas dune rigueur excessive. Ces deux facteurs encouragent probablement les entrepreneurs potentiels à démarrer à petite échelle, à tester le marché et, si leur plan dactivité réussit, à croître rapidement pour atteindre léchelle minimale defficience. En revanche, le niveau plus élevé des coûts dentrée et dajustement en Europe incite peut être à sélectionner les plans dactivité avant lentrée sur le marché et freine lexpérimentation. En outre, le système financier américain laisse davantage jouer les mécanismes du marché, ce qui entraîne peutêtre une moindre aversion au risque pour le financement de projets, ouvrant ainsi plus de possibilités financières aux entrepreneurs pour les projets de petite dimension ou novateurs, souvent caractérisés par une trésorerie limitée et labsence de garanties.
© OCDE 2004 Comprendre la croissance économique
13
Aperçu général
Analyse au niveau de lentreprise
Réglementation et activité entreprenariale
Aperçu général
Analyse au niveau de lentreprise Technologie
14
Technologie Les données disponibles ne permettent pas de conclure quun modèle est globalement plus performant quun autre. Mais, dans une période de diffusion rapide des nouvelles technologies, davantage dexpérimentation peut faciliter lapparition plus rapide de nouvelles idées et de nouveaux modes de production, accélérant ainsi ladoption dinnovations et de technologies de pointe. Cela semble confirmé par le fait que les nouvelles entreprises des secteurs liés aux TIC contribuent fortement à la productivité densemble. Dans ce contexte, lassouplissement des réglementations peut encourager lentrée dentreprises sur le marché, ouvrant ainsi la voie à une plus forte croissance de la productivité.
Comprendre la croissance économique © OCDE 2004