Culture de gouvernance et développement

Culture de gouvernance et développement

-

Livres

Description

Les scandales et faillites qui ont ébranlé le monde des entreprises, conjugués à des préoccupations économiques plus larges, ont incité les pays de l'OCDE à accorder une attention plus soutenue au gouvernement d'entreprise, désormais reconnu comme un élément fondamental de la croissance économique et de la stabilité financière. Les pays les plus touchés par les scandales ont pris de vigoureuses initiatives de réforme de l'action publique, tandis que d'autres étaient contraints de se pencher sur leur régime de gouvernement d'entreprise pour y repérer d'éventuelles lacunes systémiques.

Cette étude se penche sur les problèmes systémiques qui sont au coeur du débat sur le gouvernement d'entreprise et examine les réponses que les pays de l'OCDE y ont apportées. Elle présente ainsi une large palette d'expériences dont d'autres pays pourraient souhaiter s'inspirer lorsqu'ils envisageront les différentes options s'ouvrant à eux en matière d'action publique.

L'étude confirme par ailleurs la pertinence des Principes de gouvernement d'entreprise de l'OCDE lorsqu'il s'agit d'envisager les mesures qui doivent être prises par les autorités et par les sociétés pour améliorer la répartition des pouvoirs dans l'entreprise. Elle met également en lumière les difficultés rencontrées pour traduire les Principes en actions concrètes et aide à recenser les domaines qui, dans le cadre de la révision actuellement en cours, mériteraient d'être approfondis.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2004
Nombre de visites sur la page 7
EAN13 9264017283
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Études du Centre de développement de l’OCDE
Resumé
L’essentiel des critères utilisés pour évaluer les institutions de gouvernance des entreprises dans les pays en développement émanent d’analyses de l’expérience des États-Unis et du Royaume-Uni. A l’aune de ces critères, le jugement porté sur la qualité des institutions de gouvernance d’entreprise en Asie de l’Est et du Sud-Est au cours du ‘Miracle asiatique’ (des années 1960 à 1990) ne saurait être que négatif. Le même jugement pourrait être appliqué aux institutions de gouvernance des entreprises dans la France des Trente Glorieuses (1945-1973). Or c’est au cours de cette période que la France connaît l’épisode de croissance le plus spectaculaire de son histoire, ce qui soulève une interrogation. De deux choses l’une : ou bien la qualité des institutions de gouvernance des entreprises d’un pays ne joue pas un rôle majeur dans son processus de développement à long terme, ou bien ce sont les critères communément employés qui sont à revoir.
Cette étude s’appuie sur l’expérience historique du développement français pour questionner ces critères et proposer un nouvel éclairage sur les transformations récentes et à venir de la gouvernance des entreprises dans les pays en développement. Pour ce faire, elle examine les dynamiques conjointes du développement économique et des institutions de gouvernance des entreprises en France depuis la fin du XIXe siècle, c’est-à-dire depuis l’émergence du capitalisme des grandes sociétés anonymes. Après avoir été dominée par le jeu oligopolistique des rentes et des intérêts privés pendant la IIIe République, laculture de gouvernancefrançaise change d’aspect à partir de la Seconde Guerre mondiale, en ce sens que l’État s’impose comme point focal unique et incontesté — établissant unmonopole focal public de gouvernancequi coordonne efficacement et à moindre coût les intérêts et les anticipations des acteurs. Néanmoins, à partir des années 1970, les mutations du contexte national, régional et international viennent amoindrir l’efficacité du monopole
© OCDE 2004
9
Culture de gouvernance et développement
10
focal public, obligeant les institutions de gouvernance des entreprises déstabilisées par une complexité, des incertitudes et des acteurs nouveaux à se transformer. Cette évolution ne va pas sans générer de fortes résistances, notamment parmi certaines élites attachées à une culture de gouvernance qui précisément les a consacrées comme élites.
Tirant profit de l’expérience de la France et de plusieurs pays en développement, cette étude propose une analyse systématique des mécanismes institutionnels de production et de partage de la confiance, du pouvoir et de l’information. Elle élabore ainsi une nouvelle grille de lecture des options ouvertes aux pays en développement et aux économies émergentes en matière de cultures de gouvernance et de réformes institutionnelles.
Cette grille de lecture souligne l’importance de ne pas regarder les institutions de gouvernance d’entreprise indépendamment de la culture de gouvernance dans laquelle s’inscrit et prend sens leur évolution. Elle éclaire également sous un jour nouveau les cultures de gouvernance existantes, leurs trajectoires, leurs logiques et les ‘pièges’ dans lesquels elles peuvent tomber. Elle précise enfin un défi majeur pour les institutions de gouvernance de tous les pays engagés dans un processus de rattrapage économique : assurer la qualité de leur transition de stratégies de développement ‘extensives’ fondées sur la mobilisation des facteurs de production (humains, physiques et financiers), vers des stratégies plus ‘intensives’ fondées sur l’innovation.
© OCDE 2004