De l

De l'âge de raison à l'adolescence : quelles turbulences à découvrir ?

-

Livres
272 pages

Description

Pour regarder l’adolescence en face, les auteurs,spécialistes reconnus dans le domaine de la psychologie de l’enfant et de l’adolescent, nous entraînent quelques années avant, chez les 7 à 12 ans, pour analyser ce qui oeuvre et s’élabore en sourdine – la période de latence n’est pas forcément aussi calme que nos théories nous le font croire – et pour tenter de découvrir les turbulences de l’adolescence depuis l’âge de raison. Catherine Bergeret-Amselek, psychanalyste, Paris.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 janvier 2005
Nombre de visites sur la page 33
EAN13 9782749225197
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
De l’âge de raison à l’adolescence
Ouvrages de Catherine Bergeret-Amselek
La femme en crise, ou la ménopause dans tous ses éclats,2005.
Sous sa direction : Naître et grandir… autrement Desclée de Brouwer, 2001
Devenir parent en l’an 2000 Desclée de Brouwer, 1999
Sous la direction de Catherine Bergeret-Amselek
De l’âge de raison à l’adolescence
Quelles turbulences à découvrir ?
Préface de Claire Brisset
Conception de la couverture : Anne Hébert
Version PDF © Éditions érès 2012 CF - ISBN PDF : 978-2-7492-2520-3 Première édition © Éditions érès 2005 33, avenue Marcel-Dassault, 31500 Toulouse, France www.editions-eres.com
Aux termes du Code de la propriété intellectuelle, toute reproduction ou représentation, intégrale ou partielle de la présente publication, faite par quelque procédé que ce soit (r eprographie, microfilmage, scannérisation, numérisation…) sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’autorisation d’effectuer des r eproductions par reprographie doit être obtenue auprès du Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC), 20, rue des G rands-Augustins, 75006 Paris, tél. 01 44 07 47 70, fax 01 46 34 67 19.
Table des matières
Préface,Claire Brisset . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Introduction,Catherine Bergeret-Amselek. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les nouveaux espaces de jeu : espoir ou inquiétude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Devenir adolescent aujourd’hui. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Devenir adolescent autrement : ici et ailleurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
CONSIDÉRATIONS HISTORIQUES ET LITTÉRAIRES
Lorsque l’enfant grandit : perspectives historiques, Marie-France Morel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les âges de la vie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La mise au travail précoce des enfants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La fin de l’enfance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Que faire des adolescents ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De l’enfant sauvé des contes de fées à l’enfant sauveur des contes modernes,Isabelle Smadja . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
LA PÉRIODE DE LATENCE:MYTHE OU RÉALITÉ?
Enfants d’hier et d’aujourd’hui : la sexualité infantile entre permanence et changements,Christine Arbisio . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le cas d’Arthur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9 13 16 19 21
27 28 34 40 44 54
57
69 74
Le résistible isolement de l’enfant lecteur de bandes dessinées, Paul Denis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le dessin de la dame de Fay : une nouvelle approche clinique de la période de latence,Danielle Rapoport. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’appropriation des images violentes chez les 11-13 ans, Serge Tisseron . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Images violentes, violence des images. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le bébé et les images . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le stress émotionnel des images violentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le risque de la grégarité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mimésisetcatharsis,deux théories également fausses. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pourquoi recherche-t-on des images violentes ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’éducation aux images . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
LES NOUVEAUX ESPACES DE JEU:ESPOIR OU INQUIÉTUDE?
Winnicott aurait-il joué aux Sim’s ?,Laura Dethiville. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’identité et les interrelations modifiées par les technologies numériques, Serge Tisseron . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le jeu avec la télécommande. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le zapping des identifications. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le zapping des identités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les mondes virtuels entre simulation et apprentissage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . De l’identité réelle à l’identité virtuelle, et vice versa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les nouvelles technologies seraient-elles un remède contre l’échec scolaire ?,Serge Boimare. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le constat affligeant de l’échec scolaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les nouvelles technologies, un outil intéressant qui trouve ses limites avec les phobiques du temps de suspension…. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pour une pédagogie qui accepte de tenir compte des craintes profondes . . En partant d’une médiation cultur elle…. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De la lecture aux jeux vidéo : vers une modification de la relation à autrui,Isabelle Smadja. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
77
83
91 92 94 95 96 97 99 101
105
113 113 115 115 117 119
123 123
124 126 127
131
DEVENIR ADOLESCENT AUJOURDHUI
Les pères convoqués par les fils à l’adolescence, Roger Teboul. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’interaction père-fils. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les conditions de la convocation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les thèmes de la convocation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les effets de la convocation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les nouveaux parents face aux nouveaux enfants, Philippe Jeammet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Devenir parent d’adolescent,Catherine Bergeret-Amselek. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La crise de la ménopause. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La crise existentielle de la masculinité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pourquoi ce duel parent-adolescent ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Devenir adolescent. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les corps à corps de l’adolescence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Expériences limites. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un laissez-passer pour l’adolescence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Accordage des parents. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Du psychodrame individuel à la psychanalyse, Patrick Delaroche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
« Remarque-moi ». Le corps en puberté,Patrick Ben Soussan. . . . . . . . . . . . . . L’hommage aux monstres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les objets du culte des monstr es. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DEVENIR ADOLESCENT AUTREMENT:ICI ET AILLEURS
Devenir adolescent dans une famille homopar entale, Serge Hefez. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adolescences plurielles : de Kaboul à la banlieue parisienne, Marie Rose Moro. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Fragments de rencontre à Kaboul. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Fragments de rencontre dans la banlieue parisienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
145 147 151 155 160
165
175 179 181 182 183 185 185 186 189 190
193
201 201 206
217
231 232 233
Survenir adolescent dans l’entre-deux culturel desbangas de Mayotte,Régis Airault . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mais qu’est-ce qu’unbangaexactement ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le voyage initiatique dubanga . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . «Ben Laden » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LeMaki . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Promenade au pays de la lune à l’envers : lesbangasdu Mont Choungui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mayotte-Paris/Paris-Mayotte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Bangasthérapeutiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Conclusion et perspectives,Catherine Bergeret-Amselek. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le soutien aux enseignants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pour une réalisation de nos beaux discours. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
237 239 241 242 244
247 248 249 249
251 257 259
261
« Un enfant, ce n’est pas un vase qu’on remplit, c’est un feu qu’on allume. »
Montaigne
Préface
Réfléchir sur l’adolescence, c’est s’interroger sur le fil de la vie, su r la notion de passage, le passage du témoin, l’adieu à l’enfance, la façon dont les adole scents nous menacent, nous les adultes, tout simplement parce qu’ils vont nous remplacer. Penser aux adolescents, c’est réfléchir sur les sentiments m êlés qu’ils nous inspirent, nous qui voyons encore en eux les enfants qu’ils ne sont plus, sans parvenir à penser aux adultes qu’ils deviendront, nous qui voudrions les gra tifier d’un amour inchangé alors qu’ils ont, eux, changé. Les adolescents sont diff iciles, a-t-on coutume de dire. Certes, ils le sont, mais les adultes aussi sont diffici les à leur égard, ces adultes qui peinent à conserver en eux l’adolescent qu’il s ont été, à se remémorer l’âge du tumulte, de l’espoir, de l’irrévérence, qui est aussi celui d’un immense besoin d’amour. Aime-moi comme je suis, nous dit l’adolescent. Comme je suis maintenan t, avec mes questions sans réponses, mes contradictions, mon besoin de t’é prouver. Les pages qui suivent déroulent tous les aspects de ce cheminement complexe, c e besoin d’identification jumelé à l’exigence de différenciation. Au fi l des chapitres, se découvrent les difficultés propres à cette construction et la manière do nt notre société, souvent animée des meilleures intentions, sème des embûches n ouvelles sous les pas des adolescents. Tout en leur offrant mille perspectives, y com pris technologiques, elle rend leurs choix parfois plus complexes encore, aggravant leur solitude, augmentant leur angoisse. En cela, diront certains, les temps n’ont guère changé. De tout temps, les adolescents ont joué les trublions, perturbé les familles, contesté l’ ordre établi,