//img.uscri.be/pth/cee7c97d1b4ef34ee38f0d8fbcfa20404390f7ce
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

De la domination coloniale au rejet des migrants

De
225 pages
L'Europe se déchire aujourd'hui face à l'arrivée de migrants venus d'Afrique et du Moyen-Orient. Cet ouvrage dénonce les motivations coloniales, à peine remises en cause, par les puissances mondiales, poussant les ex-colonies à toujours garder un lien de subordination. L'ouvrage met en lumière le refus de ces mêmes grandes nations d'assumer leurs responsabilités historiques et géopolitiques.
Voir plus Voir moins
q
ES
Michel Jouard ns contemporaines QEssais politiques DE LA DOMINATION COLONIALE AU REJET DES MIGRANTS De l’indigène à l’immigré
Questions contemporaines
De la domination coloniale au rejet des migrants
Questions contemporaines Collection dirigée par B. Péquignot, D. Rolland et Jean-Paul Chagnollaud Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les « questions contemporaines » n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à appréhender. Le pari de la collection « Questions contempo-raines » est d’offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autre-ment, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective. Dernières parutions Jean-Charles HUCHET,En finir avec l’Ecole de la République, 2017. Florence SAMSON,Agriculture. Un monde à plusieurs vitesses et sous pression, 2017. Max MEMMI,Être ou ne pas être Juif. Telle est la question. Pourquoi ?,2017. José COHEN-AKNINE,Déliquescence et renaissance de l’Etat, 2017. Olivier PIACENTINI,Le crépuscule de l’Occident. Chronique d’une décadence, 2017. Noël JOUENNE,L’expérience corbuséenne d’un habitat collec-tif sous contrôle, 2017. Michel DUPEUX,L’université 2.0. La réussir – y réussir, 2017. Michel JOUARD,Les naufragés de Perrache. Les souffrances et la révolte des réfugiés de Lyon 2012 – 2013. Chronique sociale, 2017. Érik LESCAR,Le discours de Poutine :Métamorphoses et con-tinuité,2017. Laurène RENAUT,Le président qui voulait être normal, 2017. Jean-Christophe TORRES,L’esprit démocrate, 2017. Ado-Dieumerci BONYANGA BOKELE,Le défi de l’autodétermination africaine. Problème d’organisation, 2017. Jean-François KESLER,Institutions et politique française, 2017. Eric AGBESSI,la loi sur les droits civiques deEtats-Unis : 1964, 2017.
Michel Jouard De la domination coloniale au rejet des migrants
De l’indigène à l’immigréEssais politiques
DU MÊME AUTEURLes naufragés de Perrache.Les souffrances et la révolte des réfugiés de Lyon. 2012 - 2013. Chronique sociale, L’Harmattan, 2017 © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-12146-8 EAN : 9782343121468
1 « De l’indigène à l’immigré » Il peut sembler surprenant de revenir encore sur la coloni-2 sation, quarante ans après son achèvement « officiel » , après la publication à l’échelle mondiale de centaines d’ouvrages et, de surcroît, d’établir un lien historique et politique avec la gestion des mouvements de migrants, de e réfugiés au début du XXI siècle. Pourtant, l’explication est assez simple, à la fois personnelle, philosophique et politique. En premier lieu, après des décennies de fréquentation d’immigrés, de réfugiés de toutes origines et de coopéra-tion locale dans plusieurs pays d’Afrique, j’ai voulu faire le point sur la colonisation, dans le cadre d’une réflexion plus vaste sur les graves inégalités Nord/Sud qui subsistent encore aujourd’hui. Il s’agit d’un phénomène historique complexe et de très longue durée que je ne connaissais qu’assez superficiellement. J’ai eu à cœur de rétablir, de clarifier certaines réalités historiques et d’en proposer une nouvelle interprétation, ouvrant la voie à un infléchisse-ment politique radical de nos relations avec les pays en développement. J’ai donc été amené, naturellement, à aborder la question de la poursuite des relations « spé-ciales » maintenues entre les anciennes métropoles et leurs ex-colonies. Cette relation hypocrite et perverse a été qua-1 Titre de l’ouvrage de Pascal Blanchard et Nicolas Bancel, paru chez Gallimard en 1998, qui traite à peu près du même sujet que moi, avec une illustration abondante et tellement significative ! Ouvrage malheu-reusement épuisé… 2  Je retiens comme date de référence, pour cette évaluation, 1975, celle de l’indépendance des colonies portugaises en Afrique.
7
lifiée, à juste titre, par certains auteurs européens et diri-geants africains, de néocolonialisme, poursuite de la colo-nisation sous des formes déguisées et, pour cette raison même, sévèrement critiquée. Quelques mois plus tard, la rédaction d’un autre essai, sur les réfugiés cette fois, m’a été inspirée spontanément par l’indignation et la réaction critique que j’ai éprouvées en observant, jour après jour, le scénario dramatique et inhu-main de cette pseudo « crise » dont les points névralgiques se situaient alors dans la mer Égée et se focalisent encore dans la Méditerranée. J’ai donc rédigé ces deux essais, successivement, fin 2015 et début 2016, sans établir à l’époque de lien explicite. C’est alors qu’une opportunité éditoriale m’a donné l’idée de les relier, de les assembler et j’ai aussitôt imaginé un titre possible : « De la domina-tion coloniale au rejet des migrants », qui a été approuvé. Dès le départ, un premier lien historique et politique m’est apparu clairement. Il se situe dans la perpétuation de la domination multiforme que les principales puissances eu-ropéennes, l’Angleterre, la France et accessoirement l’Allemagne, l’Espagne, le Portugal, les Pays-Bas, l’Italie, la Belgique, etc. exercent toujours sur les autres conti-nents, en particulier l’Afrique et le Moyen-Orient, depuis plus de deux siècles et selon des modalités évolutives. Il me semble en effet clair que ces pays, certains plus que d’autres, avec l’irruption plus récente, mais non moins violente des États-Unis et de l’URSS redevenue Russie, ont une lourde responsabilité historique et politique dans le sous-développement, la pauvreté et la violence qui frap-pent de nombreux pays africains ou moyen-orientaux. Après l’extraordinaire dureté de la colonisation, de l’esclavage et du travail forcé, sur le plan économique, sur le plan politique et sur le plan culturel et psychologique,
8
qui a marqué profondément, durablement ces peuples, les anciennes métropoles ont toutes plus ou moins cherché à conserver un maximum d’avantages, économiques, poli-tiques et stratégiques, en manipulant certaines élites, sur-tout africaines, à leur entier et dévoué service. Cette poli-tique a donc à la fois contribué au sous-développement, à la désarticulation sociale et culturelle de ces pays, et retar-dé l’avènement de formes plus adaptées et plus authen-tiques de démocratie. Je reconnais néanmoins qu’il existe également d’autres facteurs. On peut également affirmer que plusieurs pays européens, en particulier la Grande-Bretagne, la France, la Russie ainsi que les États-Unis, ont une responsabilité importante dans le soutien historique à tous les dictateurs d’Afrique et du Moyen-Orient. Ils ont joué également un rôle décisif dans les conflits qui ont éclaté à la suite du soulèvement des peuples (Libye, Syrie) ou du fait de leurs incursions extérieures intempestives (américaines en Afghanistan, en Irak et en Somalie, françaises en Libye, russe en Syrie). Un grand nombre de conflits armés, plus ou moins locali-sés, se sont déclenchés au cours des dernières décennies et s’éternisent, dont les exemples les plus graves sont ceux qui déchirent l’Irak et la Syrie, mais également la Libye, l’Égypte, le Yémen, l’Afghanistan, le Pakistan, la Soma-lie, le Mali, le Nigeria, l’Érythrée, le Soudan, la Centra-frique, la République « démocratique » du Congo, et qui rejaillissent collatéralement sur les pays voisins, le Burki-na-Faso, la Côte d’Ivoire, le Niger, le Tchad, le Cameroun, le Kenya, l’Éthiopie, le Liban, la Turquie. Sans parler des conflits encore plus anciens qui, eux, se retrouvent com-plètement ensablés dans les pesanteurs de l’histoire, comme celui du Sahara occidental, impactant également le Maroc, l’Algérie et la Mauritanie et celui, interminable, entre Israël et les Palestiniens qui dure bientôt depuis 60
9