//img.uscri.be/pth/3d092157b174fc17d3f969a8358e0d043ae3c469
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 22,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

De la haine à l'amour

De
286 pages
Fernando Cuevas s'attache à décrire les différentes relations humaines que nous mettons tous en jeu les uns envers les autres, que ce soit au sein de notre vie privée, ou bien dans le cadre de notre vie professionnelle. Cet ouvrage explore différentes modalités de la relation humaine allant du refus à la fusion avec l'autre.
Voir plus Voir moins
Fernando Cuevas
DE LA HAINE À L’AMOUR Les relations humaines dans la vie privée et professionnelle
PERSPECTIVES
ORGANISATIONNELLES
L’amour
L’altérité
La sympathie
L’empathie
La compassion
L’altruisme
La considération
La tolérance
L’égoïsme
La haine
Préfaced’EugèneEnriquez
De la haine à l’amour
Perspectives organisationnelles Collection dirigée par Yvon Pesqueux et Gilles Teneau
C’est depuis l’apparition de la grande organisation comme phénomène social suffisamment important que se pose la question de la construction d’un champ de savoir qui lui soit spécifique, celui des sciences des organisations, la grande entreprise en étant la manifestation concrète majeure. C’est l’action organisée dans cet endroit spécifique qui constitue le matériau empirique et conceptuel et l’enjeu de la création de savoir, ceci venant justifier l’existence de la collection « Perspectives organisationnelles ».
L’organisation est à la fois organisée et organisante c’est-à-dire qu’elle cherche à maintenir la socialisation qui lui est inhérente ce qui lui permet en même temps de se maintenir ; elle cherche à relier les agents organisationnels et à se relier, c’est-à-dire à relier les agents organisationnels avec les autres ; elle cherche à produire des biens et des liens ce qui lui vaut d’assurer sa pérennité. L’organisation matérialise l’existence d’un « équilibre » entre des logiques structurelles et celles des agents qui les animent. L’organisation est donc une construction sociale contingente qui prend en compte des objectifs, des conditions d’environnement et la mentalité des agents qui s’y trouvent.
Dernières parutions
Sous la direction deSophie AGULHON, Franck GUARNIERI, Sonny PERSEIL&Yvon PESQUEUX,La confiance en questions,2016. Sous la direction d’Olivier CRETTE et Anne MARCHAIS-ROUBELAT, Analyse critique de l’expertise et des normes : théorie et pratique, 2015. Sous la direction de Walter AMEDZRO ST-HILAIRE,Perspective stratégique et gestion opérationnelle de l’économie bancaire, 2015 Sous la direction de Sonny PERSEIL et Yvon PESQUEUX,Faire l’économie de la dénonciation,2015. Gilles TENEAU,L’erreur humaine. Modèles et représentations,2014. Société de Philosophie des Sciences de Gestion (SPSG),Penser le management et les sciences de gestion avec Hannah Arendt, 2014. Marie-Caroline MOULIN,La gestion des crises « hors cadre », 2014. Société de Philosophie des Sciences de Gestion (SPSG),Le prêt-à-penser en épistémologie des sciences de gestion, 2014. Sous la direction de Sonny PERSEIL et Yvon PESQUEUX,L’organisation de la transgression. Formaliser l’informel ?,2014.
Fernando Cuevas De la haine à l’amour
Les relations humaines dans la vie privée et professionnelle
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr
ISBN : 978-2-343-11107-0 EAN : 9782343111070
A la mémoire de notre très regretté Albert Jacquard, qui a largement inspiré ce livre.
Sommaire
PREFACE du Professeur Eugène ENRIQUEZ........................................... 9
INTRODUCTION...................................................................................... 13
Chapitre 1 : La haine .................................................................................. 29
Chapitre 2 : L’égoïsme ............................................................................... 57
Chapitre 3 : La tolérance ............................................................................ 77
Chapitre 4 : La considération ..................................................................... 97
Chapitre 5 : L’altruisme ........................................................................... 119
Chapitre 6 : La compassion ...................................................................... 135
Chapitre 7 : L’empathie............................................................................ 147
Chapitre 8 : La sympathie ........................................................................ 165
Chapitre 9 : L’altérité ............................................................................... 185
Chapitre 10 : L’amour .............................................................................. 221
Chapitre 11 : Le rôle de l’éducation dans l’amélioration des relations humaines .............................................................................. 243
CONCLUSION ........................................................................................ 263
BIBLIOGRAPHIE ................................................................................... 275
7
PREFACE Certains des lecteurs habituels de mes travaux seront peut-être étonnés de me voir préfacer le livre de Fernando CUEVAS « De la haine à l’amour ». En effet la plupart de mes textes sont centrés sur des sujets circonscrits que je tente d’explorer même si je sais bien qu’ils ne peuvent jamais rendre compte de l’ensemble du phénomène étudié. Je fais référence à tous les écrits importants existants (naturellement certains ouvrages échappent à mon attention) que j’analyse prudemment. Enfin dans mes remarques terminales (et non dans mes conclusions, car comme l’écrivait FLAUBERT : « la bêtise, c’est de vouloir conclure »), je me garde bien d’énoncer la moindre recommandation ou de prononcer la moindre prescription. Fernando CUEVAS, quant à lui, avec une intrépidité et une fougue étonnantes, procède d’une manière opposée. Il étudie un problème immense « De la haine à l’amour » sur lequel s’est pénétrée une myriade de penseurs remarquables (citons seulement EMPEDOCLE et FREUD), et non content de cela, il veut rendre compte de toutes les relations humaines aussi bien « dans la vie privée que dans la vie professionnelle ». Une belle audace qui risque de laisser pantois n’importe quel lecteur. S’il fait état d’une documentation énor-me, il semble s’en servir avec quelque désinvolture ou au moins comme « une boîte à outils » (suivant en cela les prescriptions de Michel FOUCAULT) en citant des auteurs qui seraient stupéfaits de se retrouver ensemble tant leurs approches des phénomènes sont différents. Enfin il ne se gêne pas pour énumérer, à la fin de chaque chapitre, les points qui lui semblent importants et de dire ce que lui semble juste et bon. Son livre se présente, enfin de compte, comme « un manuel » de « philo-sophie pratique » à l’usage des « honnêtes gens » (ce qui n’a rien en soi de répréhensible, mais qui est rare de la part d’un universitaire) ; philosophie affirmative et tintée fortement d’optimisme. Je ne devrais donc pas être la personne idoine pour préfacer un tel travail. Et pourtant je le fais avec plaisir. Il faut donc expliquer ce petit mystère.
a)Je connais Fernando CUEVAS depuis près de trente ans. Il a été un de mes étudiants et j’ai orienté sa thèse. Il est maintenant professeur à l’Ecole Supérieure de Commerce de Pau où il essaie, souvent avec succès, d’amener ses étudiants à s’intéresser à la réflexion philosophique.
9