//img.uscri.be/pth/7f4b0263f8b92706cfc71cdaeea004118979077a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Développement de l'agriculture en RDC Opportunités et contraintes

De
146 pages
Ce numéro de Dounia prend clairement le parti de considérer l'agriculture comme un secteur à potentialité élevée, susceptible de générer une croissance globale durable. Les auteurs abordent, dans le cadre de l'économie de la RDC, différentes contraintes et opportunités relatives à la productivité, à la réduction de la pauvreté et à la nutrition.
Voir plus Voir moins

Développement 6
de l’agriculture en RDC Dounia
Revue d’intelligence stratégique et des relations internationales
opportunités et contraintes
Ce volume de Dounia, Développement de l’agriculture en RDC  :
opportunités et contraintes, prend clairement le parti de considérer
l’agriculture comme un secteur à potentialité élevée, susceptible de
générer une croissance globale durable, pour autant que les exigences
de productivité, comprise dans sa globalité, soient rencontrées. Les
diférents auteurs abordent, dans le cadre de l’économie de la République
démocratique du Congo, diférentes contraintes et opportunités relatives
à la productivité, à la réduction de la pauvreté et à la nutrition. Les
auteurs dégagent plusieurs recommandations susceptibles de contribuer
au développement de l’agriculture en RDC et d’en faire un moteur
de la croissance de l’économie et du développement global à travers,
notamment, la réduction de la pauvreté et la malnutrition.
Ce numéro a été coordonné
par Taddée Badibanga et John Ulimwengo
Développement
de l’agriculture en RDC
Dounia est la revue d'analyse et de recherche
opportunités et contraintesdu Centre d’Intelligence Stratégique et des Relations Internationales (CISRI)
Development of agriculture in DRC
ooppppoorrtutunniittiiees ans and cd coonnsstrtraaiintntss
Co De
Prix : XX
15,50 € ISBN : 978-2-296XXXBa RReISBN : 978-2-xxx-xxxxx-x CISRI978-2-343-01838-6 CISRICode barre H
Maquette de couverture : Serge Lauret / Illustration : Dynamic World © phecsone
Développement de l’agriculture en RDC : opportunités et contraintes
DouniaDounia
Revue d’intelligence stratégique
et des relations internationales
B
Kinshasa, Bruxelles, Paris
B
Août 2013
B
Une publication du Centre d’Intelligence Stratégique
et des Relations Internationales
Numéro 6 – Août 2013 1Directeur général du cisri
et directeur de publication de la revue Dounia
Henri MOVA Sakanyi
r édacteur en chef
Eddie TAMBWE
r édacteurs en chef adjoints
Jean-Claude MWEWA ; Jok OGA UKELO ;
Claude BUSE ; KALOMBO N’SWAN
r esponsable des publications
Patrice KAMANDA
secrétaires de rédaction
Moïse LUMANDE ; Placide TSHIBAKA ; ADAMSWARE
r éalisation et suivi éditorial
Serge LAURET
Marketing et développement international
Jean-Jacques DURé
comité scientifque
BANYAKU LUAPE (Université de Kinshasa)
BONGELI Emile (Université de Kinshasa)
EKAMBO Jean-Chrétien (IFASIC, Kinshasa)
ESTIVALS Robert (Association Internationale de Bibliologie, France)
KABUYA LUMUNA SANDO (Université de Kinshasa)
KASONGO NUMBI (Universités de Lubumbashi et de Kinshasa)
LABANA LASAY’ABAR (Université de Kinshasa)
MABI MULUMBA Evarise (Université de Kinshasa)
MATANGILA MUSADILA Léon (Université de Kinshasa)
MBAYO NGOIE (Université de Lubumbashi)
MOVA Sakanyi Henri (Université de Kinshasa)
MPASI MAKENGA B. (Université Pédagogique Nationale de Kinshasa)
NTUMBA LUABA (Université de Kinshasa)
OKANA N’SIAWI LEBUN (Université de Kinshasa)
SHOMBA KINYAMBA (Université de Kinshasa)
STRUYE de SWIELANDE Tanguy (Université catholique de Louvain)
TAMBWE KITENGE Eddie (Paris VII Denis Diderot et IFASIC)
TSHIBAMBE NGOIE Germain (Université de Lubumbashi)
TSHIMPANGA MATALA (Université de Lubumbashi et Complutense, Madrid)
TSHIYEMBE MWAYILA (Paris 9, Nancy et Insitut Panafricain de Géopolitique)
© L2 ’H a rmattaDno, 2un0ia1, r3. 5ev-u7e d, rue d'intee l lli’géce onlece s-Potlrya tteé cghniqiquue ee, 7 t d5 0 es r05e Plaartiios.n Is iSBnN : 9tern7a8t-i2o-343-01838-6nales Développement de l'agriculture en RDC :
contraintes et opportunités
Agricultural Development in DR C:
Consraints and Opportunities
Numéro coordonné
par Thaddée Badibanga et John Ulimwengo
© L’Harmattan, 2013. 5-7, rue de l’école-Polytechnique, 75 005 Paris. ISBN : 978-2-XXX-XXXXX-X Numéro 6 – Août 2013 3Qualité des auteurs
Biographical notes
Taddée BADIBANGA p joined IFPRI in 2010 as a Posdocoral fellow and has
been since 2011 the Coordinator of IFPRI’s DRC Strategy Support Program. Before joi-
ning IFPRI, He worked as Adjunc Professor at the College of Saint Benedic and Saint
John University and at Hamline University (Minnesota). He also worked for DRC In-
ternal Revenue Service and was a Fiscal Advisor to the DRC Miniser of Treasury.
He received his Ph.D. in Applied Economics from the University of Minnesota. He is
involved in research and policy advisory on secoral policy and srategy issues related to
the implementation of the Comprehensive Africa Agricultural Development Program.
Antoine BOLAKONGA ILYE p professeur à l'Insitut facultaire des sciences
agronomiques de Yangambi et à l'Université Shalom de Bunia. Il a obtenu son doc-
torat en Sciences agronomiques et Ingénierie biologique à l'Université de Liège
Gembloux Agro-Bio Tech. Il s'intéresse à la Socio-économie, aux problématiques
foncières et environnementales. Il a contribué aux enquêtes socioéconomiques du
PNUD en Ituri, aux études de filières agricoles dans le disric de la Tshopo.
Boubacar Mamadou DIARRA p titulaire d’un docorat en sciences économiques,
es rattaché au Cenétrude de's et de Recherche en Gesion d'Aix-Marseille - Centre
d'analéysce ono mique (CERGAM-CAE). Ses travaux portent sur le développement
économique et insitutionnel.
Michel DISONAMA p Professeur à l'Université Pédagogique de Kinshasa.
Andrianasy Angelo DJISTERA p titulaire d’un docorat en sciences économiques
de l’Université Montesquieu Bordeaux IV, es maître de conférences à l’Université de
Toamasina. Ses travaux portent principalement sur le capital humain et le dévelop-
pement économique.
Philippe LEBAILLY p professeur à l'Université de Liège, Gembloux Agro-Bio
Tech où il es chef de département de l'Unité d'économie et développement rural. Il
intervient dans l’évaluation des acions de coopération, particulièrement en Afrique et
en Asie du Sud-Es dans le domaine agricole et du développement rural. Il es égale-
ment spécialisé dans l’étude de filières-produits et dans la mesure de leur compétitivité.
Il es le coordonnateur du GRAP 3A (Groupe de Recherche en Appui à la Politique
pour l’Alimentation et l’Agriculture en Afrique) financé par la CUD depuis 2009.
4 Dounia, revue d'intelligence stratégique et des relations internationalesBaudouin MICHEL p Direceur de l'ERAIFT et Chargé des cours à Gembloux
Agro-Bio Tech, Université de Liège.
Patience MPANZU BALOMBA p Doceur en économie agricole de l’Université
de Liège/Gembloux Agro Bio-Tech et Professeur Associé à l’Université de Kinshasa
(Faculté des sciences agronomiques/ Département d’économie agricole).
Dr. Zéphyrin M’PENE NGA LULEY p Doceur en sciences du développement
de l'Université Catholique de Louvain. Spécialise des quesions des transports, de
l'intégration économique et de la décentralisation. Expert-consultant international et
auteur de plusieurs publications sur les transports et la décentralisation. Il a travaillé
entre autre à l'Union Internationale des Transports Publics à Bruxelles et au Musée
de Tervuren. Il es acuellement chercheur au Centre Interuniversitaire d'études de
la mobilité à Bruxelles.
Josee RANDRIAMAMONJY p is a Senior Research Analys at the International
Food Policy Research Insitute. Her current research is on Agricultural Development
Strategies and Insitutional Capacity Strengthening in the Democratic Republic of
Congo.  She received her M.S. in Agricultural Economics from Cornell University.
Cleo ROBERTS p Senior Research Assisant at the International Food Policy
Research Insitute. Prior to working at IFPRI, Ms. Roberts sudied the effecs of
heating sove subsidies for the impac evaluation of the Millennium Challenge Ac-
count-Mongolia's Energy and Environment Projec. She received her M.A. in Inter-
national Development/Development Economics from American University
John ULIMWENGU p is a Research Fellow at the International Food Policy Re-
search Insitute.  He received his PhD in agricultural economics from Ohio State
University. He is involved in research and policy advisory work on secor policy and
srategy issues related to the implementation of the AU/NEPAD’s Comprehensive
Africa Agricultural Development Program (CAADP). He is currently advising the
Prime Miniser of the Democratic Republic of Congo in Agricultural and Rural
Development.
Numéro 6 – Août 2013 5Sommaire
Contents
IntroductIon : L’agrIcuLture est un enjeu stratégIque
pour La répubLIque démocratIque du congo
Taddée Badibanga & John Ulimwengu ................................................................8
agrIcuLturaL deveLopment In the democratIc repubLIc of the congo:
constraInts and opportunItIes
Taddée Badibanga .............................................................................................. 12
fILIère vIvrIère paysanne du bas-congo : acteurs, fonctIonnement
et performance
Patience Mpanzu Balomba ................................................................................26
systèmes de productIon, économIe ruraLe et accès au marché en mILIeu
mboLe, terrItoIre d'opaLa, répubLIque démocratIque du congo
Antoine Bolakonga Ilye, Michel Disonama,
Baudouin Michel & Philippe Lebailly ................................................................42
L’entrepreneurIat comme mécanIsme de déveLoppement agrIcoLe
en répubLIque démocratIque du congo
Andrianasy Angelo Djisera & Boubacar Mamadou Diarr a...........................63
6 Dounia, revue d'intelligence stratégique et des relations internationalesLes routes d’Intérêt agrIcoLe : appuI au déveLoppement des mILIeux
ruraux en répubLIque démocratIque du congo, terrItoIre d'opaLa
Zéphyrin M’pene N ga Luley ...............................................................................76
resource-rIch yet maLnourIshed: anaLysIs of the demand
for food nutrIents In the democratIc repubLIc of congo
John Ulimwengu, Cleo Roberts & Josee Randriamamonj ..................................y 90
curbIng food nutrIent defIcIency: a search for cost effectIve dIets
John Ulimwengu, Cleo Roberts, & Josee Randriamamonj .................................y 121
af
Numéro 6 – Août 2013 7Introduction :
L’agriculture est un enjeu stratégique
pour la République Démocratique du Congo
Thaddée Badibanga & John Ulimwengu
l y a plusieurs raisons pour jusifseecr eurs utilisant une faible proportion
le choix du seceur agricole comm de la population. Il es évident que le Ipilier de l’éveil économique de lga ouvernement congolais ne dispose pas
République Démocratique du Congeo ncore de capacités pour mettre en place
(RDC). Premièrement, en dépit de la des tels mécanismes  ; d’où la nécessité
croissance soutenue que réalise ld’é’acon-crer l’économie à un seceur ayant
nomie congolaise depuis quelques aun n-potentiel élevé en termes d’efets
nées, l’incidence sur la réducion de dl’ea ntraînement non seulement sur les
pauvreté et de l’insécurité alimenmtaéniareg, es, mais aussi sur les autres sec-
es à peine perceptible. En majeure teurs de l’économie nationale.
partie, ceci s’explique par le fait que La la deuxième raison tient à l’impé-
croissance acuelle provient essentriealleti-f de transformation de l’économie
ment des Mines, de la Consrucion et congolaise à l’insar des pays émergents.
des Services (Banques, TélécommunEicn a e-fet, dans la plus part des économies
tions, etc.) qui emploient une proportiosoun s-développées, l’agriculture es prati-
plutôt faible de la population conqguemola einse t le seceur le plus important, car
limitant ainsi les efets en termes edle le rec-ontribue entre 40 et 60% du revenu
venu. Le gouvernement ne peut donc national et emploie entre 40 et 80% de
compter que sur des mécanismes dle a population acive. La transformation
transfert pour arriver à redisribuesrr ucleus relle dans ce cas doit être axée
efets d’une croissance provenant sudr es l’agriculture, à condition bien en-
8 Dounia, revue d'intelligence stratégique et des relations internationalesL’agriculture est un enjeu stratégique pour la République Démocratique du Congo
tendu que la principale contrainte tà uasotn ion socio-économique en dépend
développement, à savoir, l’utilisation que des de celui des potentialités agricoles
ressources à des niveaux de produciviétné ormes dont le pays es doté. Le carac-
très faibles soit éliminée. En efet, tuèrne e sratégique de l’agriculture pour le
croissance accélérée de la producdiévviteé loppement (RDC) peut aussi être
agricole es capable de booser l’insdiutsué - en rapport avec le débat sur le rôle
trialisation de l’ensemble de l’éconqoue miej, oue l’agriculture dans le dévelop-
car non seulement elle facilite le pemtreant ns-socio-économique. L’approche
fert de ressources vers d’autres sec« eudrusa, le  » des économies en développe-
mais favorise également l’accélérma etnit on a de considéré l’agriculture comme
la croissance dans d’autres seceurusn , psaecr eur traditionnel, à faible produc-
son intégration verticale et horizonttivaitleé, .desiné à contribuer passivement
En RDC, le choix du seceur agricole au développement. Elle es censée y
comme le porte étendard de l’éveil éccoon-tribuer à travers un approvisionne-
nomique relève aussi de la nécessité medne t de main d’œuvre et de capital au
répondre à l’insécurité alimentaire sdeecveeu-r indusriel qui exhiberait une
nue chronique en RDC. Selon les résuplr-oducivité supérieure et des rende-
tats de l’analyse IPC (Integrated mPehnats sée ventuellement croissants. Cette
Classifcation) conduite en ocobre 2a01p2p, roche « duale » es compatible avec le
la situation alimentaire et nutritf ioanint eqlle ue l’importance du seceur agricole
s’es considérablement dégradée sur ld’éecnl-ine avec le niveau croissant du dé-
semble du pays. Le nombre de personnevs eloppement. Au début du processus de
en crise alimentaire avec un besoidn évuerl-oppement, l’agriculture fournirait
gent d’assisance humanitaire es pleas ssfé aceurs travail et capital au seceur
de 5,4 millions en juin 2012 à 6,3 millions moderne, l’indusrialisation demeurant
en ocobre 2012, soit une augmentatile on veceur principal du développement.
de 17%. La recrudescence des confJiotns hson et Mellor (1961, pp.590-591)1,
armés exacerbe une situation de sécpuarir tté isans de ce courant de pensée, af-
alimentaire déjà précaire. Strucufrerlmlea -ient d’ailleursIt : i« s …our conten-
ment, l’insécurité alimentaire en RtiDon C that “balanced growth” is needed in
es le résultat de la faible producivthite é sdenu se of simultaneous eforts to promote
seceur agricole. L’agriculture empalgorie cultural and indusrial development.
plus de tiers de la population en RWDe Cr. ecognize that there are severe limita-
Malheureusement, sa producivité teios ns on the capacity of an underdeveloped
tellement faible qu’elle ne permet copuants ry to do everything at once. But it is
à ceux qui y travaillent de générepr rescuifse-ly this consideration which under-
fsamment de revenu pour couvrir lesucros res the importance of developing agri-
dépenses alimentaires. culture in such a way as to both minimize
Comme il sera rappelé plusieurs fits oids emands upon resources mos needed for
et de diverses manières dans ce voluin mde usrial development and maximize its
de Dounia, l’agriculture représente
donc un seceur majeur pour l’écono-
1. Bruce F. Jonhson and John W. Mellor , Te Role of
mie congolaise tant du point de vue de Agriculture in Economic DevelopmAment, erican Eco-
la portion de la population dont nolma ic Rsevi-iew , Vol. 51, No. 4 (Sep., 1961), pp. 566-593.
Numéro 6 – Août 2013 9Introduction
net contribution to the capital required for contraintes qui pèsent sur la producivité
general economic growth. » agricole et les opportunités qui s’ofrent
Un nouveau paradigme a vu le pjour son amélioration. Il trace les op-
avec la révolution verte qu’a connu tlio’A nss ie sratégiques pour cette améliora-
dans les années 60 et 70. De veceur pta iosn - ainsi que pour la réducion de la pau-
sif, l’agriculture es considérée comvmree té et l’insécurité alimentaire. Patience
un veceur acif du développement glMo-panzu B. choisit de se pencher sur la
bal d’une économie. La révolution veprobte lématique de la commercialisation
a ainsi démontré l’importance du qudi ée-s un chaînon important du proces-
veloppement rural dans le processuss uds e du développement agricole et rural.
croissance basée sur l’agricultureS, otn ou a t rticle F« ilière vivrière paysanne
en insisant sur le rôle majeur du pasdsu a B gae s-Congo : aceurs, foncionnement et
à une agriculture intensive, à produpceri-formance » explore les contraintes que
vité élevée. Les performances en terle mecs ircuit producion-commercialisation
de croissance du seceur agricole rdens contre dans le Bas-Congo, une des
pays ayant connu cette révolution prvoervtinec, es de la RDC. Il met en lumière
sont en efet liées à l’utilisation de lenous m-oyens mis en place dans les zones
velles variétés de semences, l’irrigarutrioan les pour contourner les obsacles,
et l’utilisation massive d’engrais, a éveac luue n l’efcacité du sysème avant de
support insitutionnel conséquent.. Vpu roposer des recommandations pour
les énormes potentialités agricole us ne dpe olitique agricole efcace. Dans une
la RDC, la promotion de l’agricuoltptuirq e ue plus locale, Antoine Bolakonga
comme base d’un développement globaIlyl e et alii ajoutent une analyse du circuit
es donc une option sratégique plus que producion-commercialisation dans un
raisonnable. territoire d’une autre province du pays.
Certes, il rese plusieurs débats tLeelus r article, intiStyu slé èmes de produc-
que sur l’applicabilité contemportaionin, e économie rurale et accès au marché en
des théories traditionnelles de dmilévieu - Mbole, Territoire d’Opala, Répu-
loppement aujourd’hui ou encore sur bllia que Démocratique du Congo, pose le
capacité de l’agriculture à généredr iasugf n -osic des sysèmes de producion
samment de croissance en Afrique psouubr - mieux défnir les axes sratégiques
saharienne. Ce volum De od ue nia prend prioritaires pertinents et favorables pour
clairement le parti de considérer lel’aur grai-mélioration. Ils mettent un accent
culture comme un seceur à potentialpitaé rticulier sur la localisation comme
élevée, susceptible de générer une croéiléms- ent majeur car les contraintes qui y
sance globale durable, pour autasonnt t qlue iées ont un impac subsantiel sur
les exigences de producivité, comprise l’économie rurale. Andrianasy A. Djis-
dans sa globalité, soient rencontréteesr. a et Boubacar M. Diarra se focalisent
Dans l’article intAitgurlé icultural sur la problématique de l’entrepreneuriat.
Development in the Democratic Republic Leur contribution, L’entrepreneu-
of the Congo: Consraints and Opportuni- riat comme mécanisme de développement
ties, Taddée Badibanga propose à ajugsrie cole en République Démocratique du
titre de centrer la quesion du déveClonpg-o, es un essai sur le contexte socio-
pement de l’agriculture en RDC sur cleuls turel et économique de l’entrepreneu-
10 Dounia, revue d'intelligence stratégique et des relations internationalesL’agriculture est un enjeu stratégique pour la République Démocratique du Congo
riat en RDC, et en particulier l’eent true-raux. Ils fournissent d’abord une in-
preneuriat agricole. Après avoir sou f loigrnmé ation géographique sur les carences
les contraintes auxquelles celui-cni uters itionnelles selon les provinces. Leur
soumis, elle propose les implications éetn ude, après avoir esimé les élasicités
termes de politiques favorables à sda es prdoé-penses alimentaires, suggère que
motion. Zéphyrin M’pene Nga Luleley s sratégies pour améliorer la nutri-
met l’accent sur une des contraitn itoen s dans les milieux ruraux devraient
majeures à la producivité de l’agraicdoulp-ter les insruments qui attaquent
ture en RDC à savoir, la faiblesdse irdecu ement la malnutrition plutôt que
réseau des routes d’intérêt agricole v. isSeo r n l’accroissement des revenus. Dans
article, intitLues lé routes d’intérêt agri- un second papier, les mêmes auteurs
cole: appui au développement des milieux proposent également une esimation du
ruraux en République démocratique du coût d’un régime alimentaire quotidien
Congo, analyse l’interdépendance eonptrime al dans les diférentes provinces
le développement du seceur agricodle e la RDC, étant donné l’objecif de
et ces routes d’intérêt agricole. L’amrit nicimle isation des coûts et les sandards
suggère, recommandations à l’apepn uci, alories et nutriments. A travers cette
que développer ces routes mérite unée tudeC, urbing Food Nutrient Defciency:
attention particulière. Ce dével A oppS ee-arch for Cos Efecive Diets, il es
ment devrait se faire en foncion ddo ’unc e possible de connaître la composi-
intégration avec les routes nationtaiolen s de et l’assiette qui propose un régime
provinciales. John Ulimwengu et a llii imentaire équilibré au coût le plus bas
mesurent dans leur contribuRtieo-n,  selon les provinces mais aussi en fonc-
source-Rich yet Malnourished: Ana-tion d’autres critères comme l’âge. Cette
lysis of the Demand for Food Nutrients information peut alors, argumentent-ils,
in the Democratic Republic of Congo , la revêtir une importance majeure dans
carence nutritionnelle qui afece la ’opptoiq-ue d’une politique visant à com-
pulation congolaise en milieux urbba ints tre la malnutrition.
af
Numéro 6 – Août 2013 11Agricultural Development
in the Democratic Republic of the Congo:
Constraints and Opportunities
Thaddée Badibanga
1. IntroductIon remained sagnant thereafter until 1989.
From 1990 to 2008, the average yield per
1Te Democratic Republic of tha de ecreased by 1 1%.
Congo (DRC) is experiencing the afterT- e bad performance of the agricul-
math of a long period of political turarmoli sl ecor is refeced by alarming indi-
and economic mismanagement followcaetd ors of food security and nutrition and
by a decade of armed confics thpaovt era tfy. -According to the IFPRI’s Global
feced negatively the performance Houf nga erl l Index (2011), the DRC ranked as
secors of the economy. Te agricultutrh ae l country with the larges number of
secor in particular has been expesraiernv-ing people in the world. Seventy-
cing a drop in its producivity whethefr ivt e percent of the population is malnou-
is assessed by through labor producirviisthy ed and 16 Million people are exposed
or yield per ha. In terms of labor prto o d ua c -critical food shortage (World Bank,
tivity, the esimate of the value a20d0d6e).d In 2008, 72 percent of population
per worker during 1970 to 1990 wa ws as esimated to be food insecure (FAO,
between 60% and 70% of its 1960’s leve20ls0, 8). Te average dietary energy supply
and dropped to 50% of its 1960’s levels isi n approximately 1,500 kcal per day, way
2000 (World Bank, 2006). In terms obf elow the FAO norm of 2,500 kcal per
the yield per crop, the trends are almos
the same. Indeed, average yield per ha 1. Calculated from the agricultural output data reported
increased by 16% from 1960 to 1975, ainn F d AOSTAT (2010)
12 Dounia, revue d'intelligence stratégique et des relations internationalesAgricultural Development in the Democratic Republic of the Congo: Constraints and Opportunities
day (FAOSTAT, 2010). Tis under supf -ood supply shortfall makes food less
ply of dietary energy worsens the scahovoal ilable and worsen food insecurity.
performance of children, impairs tAhge ricultural development in DRC
cognitive ability of the Congolese iins aimlpl eded by many consraints which
segments of the population, and rehsaulvte s caused the producivity of the sec-
in diseases. As a result of the higtho r int-o remain very low. What are these
cidence of disease, the mortality racontser ais ints and how do they afec
very high, 5 times the norm of sub-Sapro-ducivity? Further, the country has
haran Africa, according to Worlad bBunadna k nt resources which if efciently
(2006). Also, access to basic services suexch ploited can allow signifcant improve-
as health, education, and inframsreunct uir n e agricultural producivity. What
is very limited in urban areas ando pepvoern tunities can these resources create
inexisent in the rural areas. for agricultural development in DRC?
Te extreme poverty and the seveTre is note analyses the consraints to and
food insecurity in DRC can be conospip-ortunities for agricultural produci-
dered to some extent as the result vs ito y f growth in DRC and devises a long
a very weak agricultural produtceirvm itay gricultural srategy for improving
which has impeded agricultural adegvreic-ultural producivity, and reducing
lopment. Agricultural producivity grpoew verty and food insecurity.
on average at a negative rate of -7 per-
cent between 1990 and 2000, at a rate of
2 percent between 2000 and 2005, an2 . d evIdence of weak agrIcuLturaL
at a rate of 3 percent between 200p6 roadnucd tIvIty In drc
2010 (World Bank, 2011). During the
same period, population grew on aveA -gricultural producivity in major
1-2rage at a rate of 3.3 percent per caronpns uin m. DRC is relatively l(owTable 1).
A rate of growth of agriculturaAl cpuraodl ucy-ields in these major crops were
tivity below that of population im14p-l22 ies percent of potential yield. Tere-
less food for everybody and thus ftohree , yield gaps are very high, ranging
aggravation of food insecurity. fT re om in7-8 percent for maize and rice and
teracion between agricultural p8r6 podeurcc-ent for cassava and plantain.
tivity, poverty, and food insecurity caT n is implies that there exiss a huge
also be assessed through two chapnon teelnst. ial for improving susainably agri-
Since the agricultural secor empcluolyts ural producivity (i.e. land produci-
the majority of the population in DRC
(more than 70 percent of the population),
1. Te IFAD (2001) documents an average yield 0.91 ton/
a weak agricultural producivity implies ha for maize of and that of 8.5 tons/ha for cassava for
Wesern and African countries over the period 1990-low agricultural incomes which in tur
1995. During the same period, the corresponding fgures make access to food very difcult. Fur-
for the DRC were below these averages, that is, 0.8 tons/
ther, a weak agricultural producivity ha for maize and 8.1 tons/ha for cassava. Cameroon had
the highes yield as concern maize (1.9 tons/ha) as well makes the domesic agricultural produc-
as concern cassava (18.3 tons). tion unable to cover food needs. Unless
2. Oerke and Dehne (2004) report an average yield of rice
other sources of incomes exis and thus of 3.76 tons/ha for Wesern African countries and a yield of
can be used to cover food imports, t7.8h tios ns/ha to 8.3 tons/ha for Egypt for the period 1996-1998.
Numéro 6 – Août 2013 13