//img.uscri.be/pth/6c41e16e812a6bd6f6da2b98aaf2b7c62b5007e0
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Dévotion à la terre vivante

De
400 pages
Soyez à l’écoute de la nature, prenez soin de la terre sacrée et ouvrez-vous à la croissance spirituelle grâce à ces 365 activités respectueuses de l’environnement qui approfondiront votre lien à la nature. Dévotion à la terre vivante propose autant de gestes pratiques pour nourrir l’âme sous forme de méditations, d’activités manuelles, d’activités de jardinage et de plein air, de thèmes de réflexion pour le journal intime et autres. Tout au long de la Roue de l’Année, ce guide journalier vous aidera à capter l’énergie des saisons et du passage de l’une à l’autre et vous sensibilisera à la beauté de la terre, à sa force comme à sa sagesse. Réduisez votre empreinte carbone, réveillez votre créativité et votre intuition et cultivez un lien avec le monde, qui inspire la croissance spirituelle et la transformation personnelle.
Voir plus Voir moins

Éloges pour
Dévotion à la terre vivante
« Je chéris les livres comme celui-ci qui renouvellent nos façons de voir et de penser, qui nous
poussent continûment hors de notre zone de confort pour nous prodiguer plus de joie et de
sagesse que jamais. Comment mieux occuper son année qu’en explorant 365 façons de
communier avec Gaïa ? »
Tess Whitehurst,auteure de Magical Housekeeping et The Good Energy Book
« Avec ce merveilleux petit guide pour une vie et une spiritualité vertes, Clea Danaan nous
offre un compagnon fidèle, qui nous aidera chaque jour de l’année à retrouver ce qui est notre
droit fondamental : notre sentiment d’appartenance dans la grande toile de la vie sur terre. »
Marian Van Eyk McCain,éditrice de GreenSpirit: Path to a New Consciousness
Copyright © 2013 Clea Danaan
Titre original anglais : Living Earth Devotional: 365 Green Practices For Sacred Connection
Copyright © 2015 Éditions AdA Inc. pour la traduction française
Cette publication est publiée en accord avec Llewellyn Publications, Woodbury, MN,
www.llewellyn.com
Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que
ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.

Éditeur : François Doucet
Traduction : Marianne Champagne
Révision linguistique : Féminin pluriel
Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Catherine Vallée-Dumas
Conception de la couverture : Mathieu C. Dandurand
Photo de la couverture : © Thinkstock
Mise en pages : Sylvie Valois, Sébastien Michaud
Conception de l’intérieur : Sylvie Valois
ISBN papier 978-2-89752-330-5
ISBN PDF numérique 978-2-89752-331-2
ISBN ePub 978-2-89752-332-9
Première impression : 2015
Dépôt légal : 2015
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque Nationale du Canada

Éditions AdA Inc.
1385, boul. Lionel-Boulet
Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7
Téléphone : 450-929-0296
Télécopieur : 450-929-0220
www.ada-inc.com
info@ada-inc.com

Imprimé en Chine


Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du
livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion
SODEC.

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque
et Archives Canada

Danaan, Clea

[Living Earth Devotional. Français]
Dévotion à la terre vivante : 365 pratiques vertes pour un lien sacré à la terre
Traduction de : Living Earth Devotional.
ISBN 978-2-89752-330-5
1. Nature - Aspect religieux. 2. Nature - Aspect psychique. 3. Almanachs spirituels. I.
Titre. II. Titre : Living Earth Devotional. Français.
BL65.N35D3614 2015 201’.77 C2014-942363-2



Diffusion
Canada : Éditions AdA Inc.
France : D.G. Diffusion
Z.I. des Bogues
31750 Escalquens — France
Téléphone : 05.61.00.09.99
Suisse : Transat — 23.42.77.40
Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99
Conversion au format ePub par:
www.laburbain.comI n t r o d u c t i o n
J’ai récemment demandé à un groupe de personnes pourquoi elles recherchaient un lien
profond et intuitif avec la nature. Toutes m’ont dit avoir perdu leur capacité intuitive qui les
guidait auparavant. La nature était pour elles source de consolation et de beauté ; elles en
percevaient la sensibilité et la puissance, mais ne savaient comment puiser dans cette
conscience ou se fier à ce qui émergeait lorsqu’elles parvenaient à entrer en contact avec la
nature. Elles aspiraient à établir un lien et à comprendre.
De nombreuses personnes se demandent aussi comment amorcer la réparation des
dommages que nous avons causés à notre planète. Nous savons que le changement climatique
est une réalité, mais c’est une réalité terriblement écrasante sur laquelle l’individu moyen n’a
apparemment pas de pouvoir. Une petite voix en nous pourrait même se demander s’il vaut la
peine d’adopter un mode de vie écologique face à une telle destruction et à la puissance de
l’industrie pétrolière.
Ce livre offre des solutions créatives à ces questions : Comment entrer en harmonie avec la
nature ? Que faire lorsqu’on entend la voix de la terre ? Pourquoi sauver la matière sacrée de la
terre ? Quels petits gestes poser au quotidien pour aider la planète ? Dans l’espoir de vous aider
à trouver l’harmonie avec les rythmes naturels de la terre à la fois dans la vie pratique et dans la
spiritua-lité — et savoir quoi faire de cette harmonisation —, ce livre vous guidera au fil de
365 activités orientées vers une spiritualité verte, suivant la chronologie de la roue de l’année.
Dans la spiritualité celte et wiccane, la roue de l’année est une série de huit jours fériés, ou
sabbats, qui correspondent aux solstices et aux équinoxes ainsi qu’à quatre jours fériés, à la
miparcours de ces dates clés du calendrier solaire. Il y a un sabbat toutes les six à six semaines et
demie ; ces journées ponctuent les saisons, la trajectoire de la Terre autour du Soleil. Lorsqu’on
vit en accord avec ces rythmes, notre existence s’ancre dans la terre et trouve sa place dans le
cosmos. On revient à la Source. Ontrouve dans la nature un pont vers l’Esprit, la nature et
l’Esprit nous ramenant tous deux au travail de l’âme. La nature, l’Esprit et l’âme forment un
puissant amalgame celte, source d’éveil et de vie sacrée.
Les pratiques quotidiennes présentées dans ce livre sont conçues de façon à ce que
s’imbriquent tous ces éléments complémentaires : la nature, l’âme, le sens, la créativité, la terre,
l’Esprit. Elles incluent la tenue d’un journal, de petits projets d’artisanat, quelques méditations et
prières, des gestes pour la défense de l’environnement et des idées pour fonder notre vie sur
une spiritualité ancrée dans la nature. Ces activités visent à découvrir notre propre spiritualité et
à approfondir notre rapport à la terre, en plus d’enrichir nos rapports mutuels.
Nous jouerons et prierons avec la nature de multiples façons. Ces pratiques qui favorisent un
lien profond avec la nature conjuguent une spiritualité du monde naturel, la permaculture et le
jardinage biologique, la chrétienté mystique, l’expression artistique, la sensibilisation, l’éducation
en plein air et la bonne vieille tradition du jeu. La spiritualité centrée sur la terre ne se rattache
pas nécessairement à une seule et unique religion. Elle a pour pierres angulaires le cœur, la
conscience et la vie sacrée. Elle est intérieure et intime en même temps qu’elle incite à agir
dans le monde, appelant un équilibre entre le travail intérieur et le travail extérieur. Nous
aborderons toutes ces approches.
Les saisons et les caractéristiques de chaque sabbat varieront en fonction du lieu de vie de
chacun. Après avoir grandi sur la côte Pacifique du Nord-Ouest américain, je vis aujourd’hui
dans l’aride Colorado : ces climats influencent ma vision. N’hésitez pas à adapter une activité
pour l’endroit où vous vivez. Vous pourrez aussi reporter une activité à une date ultérieure,
lorsque le temps de votre région conviendra davantage au thème du jour, ou que vous vous
sentirez prêt à l’aborder. L’idée n’est pas de suivre à la lettre mes consignes, mais d’adapter cespratiques spirituelles et concrètes à la réalité de votre lieu de vie. Elles peuvent se faire aussi
bien en ville qu’en banlieue ou dans des régions plus sauvages. La nature est partout. Si vous
pouvez vous évader en montagne ou à la mer pour la fin de semaine, tant mieux, mais ce n’est
pas nécessaire pour accomplir les activités présentées ici.
Il n’est pas non plus requis de les commencer à la fête de Samain (Halloween). Amorcez la
démarche quand bon vous semble et suivez dès lors le calendrier. Faites les activités en groupe
ou seul, ou optez pour l’une ou l’autre formule selon le cas.
Il vous faudra un journal, un support sur lequel noter vos réflexions et vos observations. Je
vous encourage à écrire, mais aussi à dessiner. Ne craignez pas de manquer d’habileté dans
les projets manuels et artistiques : amusez-vous tout simplement. C’est le rapport au Divin et la
découverte qui importent. Les méditations peuvent se faire en silence, à voix haute, ou encore
vous pouvez les mettre en scène sous forme de rituels.
Adaptez ces activités à votre style et à vos besoins. Certaines pourraient ne pas vous
enthousiasmer et d’autres vous forceront à explorer des zones d’inconfort, comme le chant, la
création artistique ou l’aide bénévole auprès de personnes dans le besoin. Essayez-les et voyez
ce qui se produit. Il ne s’agit pas de vous mettre à l’épreuve ni de vous faire sentir honteux. Si
vous éprouvez des difficultés physiques, vous aurez peut-être à adapter certaines acti-vités ;
dansez comme vous aimez danser. Chaque façon de faire est bienvenue ici.
Lorsque nous nous rassemblons en tant qu’êtres humains sur une même planète, en tant
qu’âmes manifestées sur cette terre ici et maintenant, nous pouvons changer les choses. Nous
pouvons grandir ensemble. Nous pouvons modifier le rapport de notre espèce à la terre, aux
animaux, à l’eau et à l’air.
Commençons.
S a m a i n
La fête de Samain, ou Halloween dans le monde laïque, marque le Nouvel An des sorcières. Le
mythe de Samain raconte l’arrivée de la Déesse dans le Monde souterrain et sa confrontation
avec le Seigneur de la Mort et de la Renaissance. Dans d’autres traditions, le Dieu descend
dans le Monde souterrain et la Déesse se transforme en une vieille et savante sorcière.
L’énergie du sabbat reflète l’entrée dans le rêve, la matrice ou la grotte sacrée, et la danse dans
l’obscurité transformatrice. Dans les régions tempérées, les récoltes du jardin ont été faites et
entreposées pour l’hiver à venir. Le tas de bois est haut. Nous nous tournons vers l’intérieur,
dans notre foyer, à l’abri du froid et de l’obscurité. Dans la société contemporaine, nous
commençons à planifier les prochaines vacances de fin d’année. Cette période de l’année nous
invite à conter nos histoires et à transmettre nos traditions. Nous honorons nos ancêtres et
accueillons leur guidance au fil de notre voyage dans le monde manifeste.31 octobre
Samain évoque la mort et la libération : nous renonçons à ce qui était pour nous préparer au
retour de la lumière à la fête de Yule. J. J. Bachofen écrit : « Sans mort, il n’y a pas de
régénération possible […] la puissance positive ne peut exister un seul instant sans puissance
1négative. Dès lors, la mort ne s’oppose pas à la vie, mais y contribue . » Pour avancer dans
votre vie, vous devez renoncer au passé et être en paix avec lui ; vous devez laisser mourir
cette ancienne facette de vous-même.
Si le temps le permet, partez à la recherche de diverses évocations de la mort au-dehors :
des feuilles séchées, des baies flétries, des os, etc. Assoyez-vous avec les objets collectés et
demandez-leur de vous transmettre un message. Laissez les sentiments et les images monter
en vous. Lentement, laissez venir à l’esprit un élément du passé que vous devez abandonner
pour avancer et devenir pleinement vous-même. Quelle guidance trouvez-vous dans le
message de ces symboles ? Consignez l’expérience dans votre journal.
1. J. J. Bachofen, Myth, Religion and, Mother Right, trad. Ralph Manheim, Bollingen Series 84,
Princeton University Press, 1976, p. 34 ; cité dans Barbara G. Walker, The Women’s
Encyclopedia of Myths and Secrets, New York, HarperSanFrancisco, 1983, p. 215.er1 novembre
Faites une promenade aujourd’hui, quel que soit le temps. Habillez-vous en conséquence et
restez dehors tant et aussi longtemps que vous êtes bien. Soyez attentif. Marchez avec lenteur.
Écoutez, regardez. Quels animaux et insectes sont sortis aujourd’hui ? Que font-ils ? Percevez
leur présence en agrandissant votre bulle de conscience et voyez les images et les impressions
qui vous viennent. Que font les arbres ? Sous bien des climats, ils feront descendre l’énergie
dans leurs racines. Percevez-vous une telle énergie dans votre corps ? Si vous n’avez pas
l’habitude de percevoir l’énergie, concentrez-vous simplement sur vos cinq sens. Comment est
la lumière aujourd’hui ? Où est le soleil à l’horizon ? Est-ce qu’il y a du vent, de la pluie, de la
neige ? Le ciel est-il dégagé ? Fermez les yeux un instant et sentez votre corps réagir à la
lumière et au temps. Consignez vos observations dans votre journal, y compris les
interrogations que vous nourrissez peut-être, ou encore, dessinez votre expérience.2 novembre
Aujourd’hui, c’est le jour ou la fête des Morts, el Día de los Muertos. On y associe
communément l’image du squelette, comme pour Samain et Halloween. Étendez-vous, à terre
de préférence (vous pouvez le faire à l’intérieur). Fermez les yeux et concentrez-vous sur vos
os. Sentez leur poids. Des os vivants sont légèrement flexibles et très forts. Sentez l’énergie
circuler le long de votre ossature. Sentez la terre au-dessous de vous ; percevez-en les
minéraux. Sentez les minéraux de vos os s’accorder à ceux de la terre. Prenez le temps de
sentir le lien entre votre squelette et la terre pierreuse.3 novembre
« Ce n’est qu’à condition de comprendre le côté obscur de la lune que nous apprécierons la
lumière sans la tenir pour acquise. Ce n’est qu’à condition d’affronter nos propres ombres, ces
méchants recoins cachés que nous craignons, que nous serons entiers. »
2Dianne Sylvan
Sortez et trouvez un arbre qui vous inspire la guérison et la force. Demandez-lui s’il veut bien
vous aider à guérir. Si vous sentez qu’il vous accueille, assoyez-vous, adossé à son tronc, les
os des fesses solidement posés sur le sol. S’il pleut ou s’il neige, faites l’exercice à l’intérieur
sous forme de méditation, en vous assurant toutefois de le refaire plus tard à l’extérieur avec un
arbre vivant.
Respirez. Laissez votre conscience imprégner l’arbre et la terre. Sentez l’arbre qui s’élance
haut dans les airs et plonge loin dans la terre. Laissez l’une de vos ombres, ces facettes
obscures de vous-même qui cherchent à guérir, émerger dans votre conscience.
Présentez doucement cette ombre à l’arbre pour y puiser soutien et force. Laissez l’arbre
vous aider à affronter l’ombre. Notez l’immense puissance de l’arbre et son absence de
jugement, de peur ou de condamnation. Demeurez assis avec le grand esprit de l’arbre aussi
longtemps que nécessaire.
2. Dianne Sylvan, The Circle Within: Creating a Wiccan Spiritual Practice, Saint Paul (MN),
Llewellyn Publications, 2004, p. 29.4 novembre
Le soleil est bas à l’horizon et les journées sont courtes. Le vent froid balaye les feuilles mortes.
Si vous êtes comme moi, vous aurez envie d’une soupe chaude et d’un bon pain consistant. Les
aliments concentrés, énergétiques et les légumes racines épaississent le sang en prévision du
temps froid à venir. Les aliments aigres comme les cornichons, les olives et le pain au levain
favorisent la structuration et la condensation de l’énergie qui s’est éparpillée durant la belle
saison. Une cuisson prolongée avec moins d’eau et à température basse (sortez la mijoteuse !)
3aide à intérioriser notre attention, ce à quoi l’automne nous invite . Préparez à la mijoteuse (ou
dans un chaudron sur le poêle) un ragoût de légumes racines et de bons légumes verts, comme
du chou frisé, cultivés dans la région. Ajoutez un peu de sel, car cet élément nous ramène à la
terre. Servez avec du pain au levain ainsi qu’un accompagnement fermenté et acidulé.
Remerciez la terre de ses dons et sentez comme il est nourrissant de puiser l’énergie de la
saison grâce aux aliments.
3. Paul Pitchford, Healing with Whole Foods: Oriental Tradition and Modern Medicine, Berkley
(CA), North Atlantic Books, 1993, p. 307.5 novembre
En cette période de l’année, nous honorons nos ancêtres. Si ce n’est déjà fait, sondez un peu
(ou en profondeur) l’histoire de votre famille. Les arbres généalogiques, les albums photo, les
discussions avec les proches âgés et même la cartographie génétique offrent une quantité
importante d’informations sur ceux qui vous ont précédé. En même temps que vous découvrez
vos ancêtres et revoyez ce que vous saviez déjà, pensez à la terre sur laquelle ils ont vécu. Le
climat nous façonne, il donne forme à nos intérêts et à notre devenir. Le temps et le terrain ont
influencé l’émigration de votre famille, son alimentation et ses valeurs. De quelle manière la terre
a-t-elle modelé votre famille ? Vos ancêtres étaient-ils bergers ou fermiers ? Ont-ils déménagé
pour se rapprocher de l’eau, ou à la suite de catastrophes comme l’ouragan Katrina ou le d u s t
b o w l, cette série de tempêtes de poussière des années 1930 ? Notez par écrit en quoi ces
facteurs terrestres ont contribué à vous façonner, y compris dans vos valeurs, vos expériences
d’enfant et votre appartenance ethnique.6 novembre
Aujourd’hui, une méditation :
Imaginez que vous marchez dans une forêt au crépuscule. Une brise légère murmure à
travers les feuilles sèches des chênes et fait doucement danser les branches des sapins. Vous
levez les yeux, là où la lune descendante vous regarde elle aussi. Vous voyez se découper dans
le ciel le papillonnement des chauves-souris. Vous percevez un frisson d’excitation dans votre
dos.
Le sentier forestier tourne et descend pour finalement déboucher sur l’entrée d’une grotte
sombre. Vous plongez dans l’obscurité, sentant l’air froid sur votre visage. Vous vous enfoncez
dans la grotte avec l’assurance d’y être bienvenu et en sécurité. La nuit vous enveloppe. Vous
vous sentez entouré et soutenu par l’obscurité froide.
Laissez la grotte vous parler. Qu’a-t-elle à vous dire ? Quelles leçons peuvent vous offrir
l’obscurité à cette heure de la nuit ?7 novembre
Rassemblez les messages que vous avez reçus des objets naturels symbolisant la mort
(31 octobre) et de la grotte (hier), ainsi que toute image vue en rêve ou révélation survenue
dans la dernière semaine. Notez ces messages par écrit ou dessinez-les sur de petits bouts de
papier. Sortez dehors et trouvez un arbre qui a perdu ses feuilles. Glissez les mots et les
images dans des creux ou des fentes de l’arbre. Demandez à l’arbre s’il veut bien vous assister
dans votre cheminement vers l’éveil. Vous pouvez faire appel à un autre être naturel, comme un
affleurement rocheux ou une autre sorte de végétal. Remarquez ce qui se produit sur le
moment et dans les semaines à venir. Soyez attentif à vos rêves, cette autre voie par laquelle
l’Esprit nous parle. Consignez le moindre message de l’arbre ou de vos rêves dans votre journal.8 novembre
De nombreuses cultures traditionnelles ont créé des abris ou des huttes où s’adonner à
l’introspection et à la réflexion lorsque le moment s’y prêtait. Dans les tribus juives, la tente
rouge était un lieu dédié aux femmes qui ont leurs règles, un lieu où se reposer et rétablir
l’énergie sacrée. Dans la culture amérindienne, une hutte mortuaire était un endroit où affronter
sa propre fin, réfléchir sur soi, aller à la rencontre de ses démons et se préparer pour l’avenir.
De nos jours, bien des gens se ressourcent dans la tranquillité d’une église éclairée aux
chandelles.
Confectionnez votre propre abri. Passez-y du temps seul lorsque vous en avez besoin. Ce
peut être un fauteuil dans un coin sombre légèrement encensé de sauge blanche, une grotte
temporaire faite d’une couverture posée sur des chaises, à l’image des abris que se font les
enfants, ou même simplement, à titre de rituel hebdomadaire, un soin du visage à la vapeur
d’herbes, une serviette sur la tête. Visitez régulièrement votre abri pour renouer avec le calme
et retrouver votre être véritable.9 novembre
« Chacun de nos rêves nocturnes est une brève descente dans le Grand Monde du Rêve,
comme si nous nous trempions les orteils dans la rivière de l’âme, un exposé sur un ou deux
points de la vie profonde qui nous attend et qui aspire à être vécue. »
4Bill Plotkin, Soulcraft
Faites-vous un rêve récurrent ou visitez-vous régulièrement en rêve un lieu particulier ?
Décrivez-les dans votre journal. Repensez aussi par écrit aux premiers rêves nocturnes dont
vous avez eu souvenir enfant. Quelles images apparaissent ? Y a-t-il des animaux, des alliés,
des arbres ou des paysages qui vous inspirent ? Nombre d’entre nous retrouveront en rêve le
même paysage onirique. Décrivez le vôtre. Que disent ces rêves de votre chemin de vie, de
votre mission d’âme et de la vie que vous aspirez à vivre ?
4. Bill Plotkin, Soulcraft: Crossing into the Mysteries of Nature and Psyche, Novato (CA), New
World Library, 2003, p. 135.10 novembre
Les oiseaux symbolisent souvent les enseignements du Monde souterrain ou du royaume
spirituel, puisqu’ils vivent à la fois sur terre et dans les airs. Certains oiseaux en particulier nous
prodiguent des leçons sur le rêve, la transition et l’exploration de l’obscurité. Citons ainsi le
merle, qui chante dans l’entre-deux du crépuscule, la chouette et les autres oiseaux nocturnes,
qui voient dans le noir, le corbeau et la corneille au plumage sombre, rusés et fins. Si le temps
le permet, partez à l’affût des oiseaux au-dehors. Ramassez une plume tombée au sol et
assoyez-vous pour méditer sur votre trouvaille, lui demander guidance et lui rendre grâce.
Laissez le message des oiseaux vous rappeler que vous êtes, vous aussi, à la fois du monde
physique et du monde spirituel. Pour en savoir plus sur la médecine et les enseignements des
oiseaux de toutes sortes, voir Animal Speak de Ted Andrews ; L’oracle des druides de
Philip Carr-Gomm, Stephanie Carr-Gomm et Bill Worthington ; et The Healing Wisdom of Birds
de Lesley Morrison.11 novembre
D’un climat à l’autre, les feuilles tombent à différentes périodes. Aujourd’hui, voyez quels arbres
perdent ou ont perdu leurs feuilles. Lequel est complètement nu ? Lequel retient ses feuilles
sèches et craquantes ? Certains arbres ont-ils encore leurs feuilles, là où vous habitez ? Même
dans un climat tempéré où l’automne n’est pas très prononcé, les arbres perdent leurs feuilles
pour faire place à une nouvelle croissance. Notez le rythme de la nature dans votre région.
Choisissez un arbre qui vous inspire et écoutez-le. Voyez comment il s’intègre à son
environnement.
Dans une perspective spirituelle, les arbres relient la terre au ciel, transportant d’immenses
quantités d’eau de l’un à l’autre. Ils transforment le feu — le soleil — en vie. Ils s’insèrent dans
de complexes communautés de vie au-dessus du sol et dans la terre. Ils peuvent nous inspirer
à vivre une vie plus ancrée et fluide. Pour découvrir l’énergie de l’arbre que vous avez choisi,
voir Flower and Tree Magic de Richard Webster ou Tree Medicine, Tree Magic
d’Ellen Evert Hopman.12 novembre
Pensez à une personne décédée qui se passionnait pour une cause en particulier. Agissez
aujourd’hui en l’honneur de cette passion. Par exemple, mon père se préoccupait beaucoup du
réchauffement climatique avant même l’avènement du mouvement populaire qui cherche à
l’enrayer. Je pourrais donner aujourd’hui un peu d’argent à un organisme sans but lucratif qui
combat les changements climatiques, comme 350.org. Ou je pourrais éviter d’allumer les
lumières jusqu’à ce soir, ne pas faire sécher mon linge à la sécheuse, ni utiliser le four. Ou
encore, je pourrais me déplacer à vélo plutôt qu’en auto. Aux États-Unis, il est aussi possible de
limiter son empreinte carbone par l’achat de crédits en énergie éolienne ou solaire auprès du
fournisseur d’électricité. Voyez par quelles actions vous pourriez honorer votre cher disparu.13 novembre
Dans bien des régions tempérées, c’est à cette époque de l’année que tombe la première neige.
Allez dehors et recevez les flocons sur votre visage offert au ciel. Votre chaleur intérieure les
fera fondre rapidement. Tandis que la terre se refroidit dehors, nous nous blottissons sous les
couvertures, une tasse de thé bien chaud entre les mains. Nous nous tournons vers l’intérieur.
Lorsque vous rentrez après avoir joué dans la neige, mélangez une cuillerée de neige dans
votre thé, pour littéralement absorber le temps froid. Fermez les yeux tandis que le thé vous
réchauffe. Sentez l’énergie circuler dans votre corps. Rendez grâce, par une prière, au cycle de
l’eau qui nous prodigue la neige et nos bonnes tasses de thé.
S’il n’y a pas de neige là où vous vivez, sortez à la recherche d’une autre forme d’eau.
Plongez les mains dans l’eau et restez là un moment, à écouter avec vos mains. Cette eau est
reliée à toute l’eau de la terre, constamment en mouvement, fluide et purifiante. Intégrez un peu
de cette eau à votre corps en vous léchant les doigts.14 novembre
Pour communiquer avec le monde naturel, nous devons faire taire notre bavardage intérieur et
écouter nos messages profonds. L’observation méditative bouddhiste nous aide à prendre
conscience de ce bavardage intérieur afin de le distinguer des autres données que nous
percevons. Pratiquez cette méditation de la pleine conscience assis, en marchant, ou même en
faisant la vaisselle. Assoyez-vous sur une chaise à dossier droit, les pieds bien à plat sur le sol.
Réglez un minuteur à cinq minutes. À mesure que vous apprivoiserez cette technique, allongez
la durée de vos séances à 10, puis à 20 minutes. Il s’agit simplement de rester assis et
d’observer votre cycle d’inspiration et d’expiration. Lorsqu’une pensée surgit ou que vous vous
surprenez à penser, contentez-vous de le remarquer (vous pouvez vous dire « pensée ») et
ramenez votre attention à votre respiration. Cette méditation se pratique aussi en marchant, à
l’intérieur comme à l’extérieur. Remarquez alors le mouvement de vos pieds sur la terre.
Ramenez votre attention lorsqu’elle s’égare.15 novembre
Une autre façon d’entendre sa voix intérieure consiste à l’amplifier grâce à l’art divinatoire.
Aujourd’hui, sortez un jeu de tarot ou l’un de vos jeux de cartes divinatoires favoris. Avant de
poser vos questions, prenez le temps d’apaiser votre esprit. Concentrez-vous sur le point
d’ancrage en vous qui vous rattache à la Déesse, peut-être près du cœur. Respirez avec elle
quelques instants. Sachez que ces cartes reflètent votre lien au Divin ; elles forment un pont qui
aide à mettre en mots les énergies fluides du mystère. Vous pouvez poser une question précise
sur une relation, une dépendance, un rêve ou sur autre chose, ou simplement demander une
guidance de façon générale. Souvenez-vous néanmoins que les cartes ne puisent pas toute leur
puissance à l’extérieur, pas plus qu’elles ne s’inspirent uniquement de votre esprit humain. Vous
faites partie du Divin, et le Divin fait partie de vous.16 novembre
La prière est une communion avec le Divin. Il y a bien des façons de prier : certaines
s’apparentent à une quête de guidance, d’autres à une méditation. Marcher dans la forêt est
pour moi une prière. Le chant est une forme de prière répandue chez les catholiques et les
bouddhistes. Une bénédiction au début d’un repas nous rappelle que la nourriture sur la table
est un don de la Déesse et de la terre. Aujourd’hui, avant de manger, prenez le temps de sentir
l’énergie des aliments devant vous. Pouvez-vous en percevoir l’origine ? Pensez à la route qu’ils
ont faite pour arriver à votre table, ressentez ce parcours. Dégagent-ils une force vitale, prêts à
transmuer le manteau de la Déesse en une forme nouvelle ? Laissez ces sensations et ces
images vous inspirer une prière. Pendant que vous mangez, considérez ces bouchées de
nourriture comme une énergie transformée. La terre, la lumière du soleil et l’eau qui ont produit
cette nourriture, lors de la transformation des semences en plantes, lui donnent encore une
nouvelle forme : vous. Faites de l’acte de manger une prière.17 novembre
Dans la médecine chinoise des éléments, l’hiver est la saison de l’eau, des rêves et de l’Ouest.
L’eau est une préoccupation majeure dans notre monde d’aujourd’hui : nous disposons d’une
quantité limitée d’eau douce, que notre population croissante a tendance à gaspiller et à polluer.
Aujourd’hui, pratiquez la transmutation, un moyen de purifier l’eau. Remplissez un verre d’eau
au robinet, ou recueillez l’eau d’une rivière ou d’un étang. Respirez profondément, plongez-vous
dans un état méditatif. Ressentez le centre de votre cœur pour entrer en communion avec le
Divin. Laissez cette étincelle de divinité irradier dans votre être tout entier jusqu’à ce que vous
ressentiez votre propre divinité. Lorsque vous percevez en vous une conscience accrue et un
sentiment d’unité, concentrez-vous sur le verre d’eau. Prenez le temps d’en ressentir la nature.
Invitez l’eau à refléter sa divinité naturelle, à vibrer à son plus haut degré d’existence. Lorsque
vous percevrez un changement dans l’eau, c’est que vous l’aurez transmuée, lavée et purifiée.
Il s’agit d’une pratique très avancée, qu’il vous faudra répéter plusieurs fois. Elle permet de
transformer une eau réellement polluée en même temps qu’elle renouvellera votre rapport au
Divin. Pour en savoir plus, voir Médicine pour la terre de Sandra Ingerman.18 novembre
Qu’est-ce qui pousse dans votre jardin en cette saison ? Si vous vivez sous un climat chaud,
comme dans les zones de rusticité 9 à 11, vous aurez ces jours-ci un jardin magnifique. Mais
même si vous vivez dans une région plus froide, vous y trouverez peut-être encore des légumes
de saison fraîche qui ont persisté à l’automne, que vous ayez ou non une serre ou un châssis
froid (voir le 10 septembre). Le chou frisé, par exemple, supporte très bien le froid et
transpercera souvent vaillamment la nouvelle neige. Certaines mauvaises herbes ainsi que
plusieurs plantes aromati-ques et sauvages résistent encore en cette saison de l’année.
Promenez-vous dans un jardin ou dans la campagne pour dénicher quelques plantes
comestibles et ajoutez-les à votre salade d’hiver de ce soir.19 novembre
Descendre dans l’ombre, c’est plonger au plus profond du voyage de l’âme. L’une des
méditations qui représentent ce voyage consiste à parcourir un labyrinthe. Un labyrinthe n’est
pas un dédale ; on ne peut pas s’y perdre à mesure que l’on s’y enfonce en approchant du
centre avant de revenir à son entrée. On peut toutefois y être désorienté, tout comme nous le
sommes parfois dans les voyages de l’existence. Parcourir un labyrinthe est une puissante
méditation de guérison, de prière, de réflexion et de régénération. On trouve des labyrinthes
ouverts au public rattachés à certaines églises ; sinon, faites le vôtre au moyen de ruban adhésif
posé au sol, de bâtons plantés dans le sable mouillé, de cailloux parsemés dans l’herbe ou de
peinture sur une terrasse. Donnez-lui la forme simple d’une spirale, ou encore, trouvez sur
Internet ou dans des livres (comme ceux de Lauren Artress) les instructions qui vous
permettront de lui donner une forme traditionnelle. Le labyrinthe nous relie à la médecine
créatrice de l’araignée et au pouvoir transformateur du serpent. Au cours de notre marche, nous
entrons dans le monde des morts et revenons dans le monde des vivants entiers mais
transformés.20 novembre
Aujourd’hui, plongez au cœur du rêve. Remémorez-vous un rêve récent qui était chargé de sens
ou que vous avez trouvé étrange, ou même effrayant. Installez-vous confortablement, puis
trouvez votre ancrage et votre centre. Fermez les yeux. Voyez-vous en train de réintégrer le
rêve. Votre être conscient replonge dans le rêve ; vous ne vous contentez pas d’y repenser.
Maintenant, demandez à ce qu’un guide onirique vienne à vous. Il se peut que vous deviez
attendre un peu ou réitérer votre demande, toutefois un esprit animal se présentera à vous tôt
ou tard. Demandez-lui de vous guider dans le monde des rêves, et de vous aider à apprendre
de vos rêves. Lorsque vous serez prêts, revenez à l’état normal de veille. Dès lors que vous
éprouvez le besoin de travailler en profondeur, replongez dans un rêve (un rêve que vous avez
déjà fait, ou laissez simplement les images affluer dans les profondeurs de votre imagination) et
demandez l’aide de votre guide onirique. Vous pouvez aussi faire appel à lui lorsque vous êtes
dans l’espace du rituel.21 novembre
Il y a quatre voies de l’Esprit, tout aussi importantes les unes que les autres, que le théologien
Matthew Fox nomme la via positiva, la via negativa, la via creativa et la via transformativa. En
cette période de l’année, nous sommes souvent attirés par la via negativa, cherchant la Déesse
« dans l’obscurité et le néant, dans le silence et l’acte de faire le vide, dans le lâcher-prise et le
renoncement, dans la douleur et la souffrance, qui constituent une partie tout aussi réelle de
5notre voyage spirituel ». Aujourd’hui, restez assis dans l’immobilité. Remarquez votre désir
d’inonder l’obscurité de lumière et l’immobilité, de mouvement ou de pensée. Revenez
constamment au vide, à la foi et à l’être. Posément, prenez conscience d’une éventuelle
souffrance ressentie récemment. Laissez-la s’asseoir avec vous dans l’immobilité. Observez.
5. Matthew Fox, Creation Spirituality: Liberating Gifts for the Peoples of the Earth, New York,
Harper Collins, 1991, p. 18.22 novembre
Une prière de gratitude :
Assis devant toi, Déesse (Dieu), je m’émerveille du don de mon corps. Mon souffle qui entre
et qui sort, un échange entre le monde en moi et le monde tout autour. Mon cœur qui pompe le
sang et l’oxygène. Mon cerveau qui traite et pense, et coordonne tout ce que je fais. Mes nerfs
qui absorbent les sensations. Mes sentiments qui me bouleversent et m’enchantent.
Mon corps change avec le temps, mais c’est le même depuis ma conception et il sera mon
temple, mon avatar jusqu’à ma mort. Ce corps danse comme lui seul peut le faire, il me
transporte d’un lieu à un autre, il pleure, il savoure le goût des fraises, il fait l’amour. Tout ce que
je peux ressentir dans cette vie, je le dois à ce corps. Toute limite à laquelle je me heurte dans
cette vie, dans ce corps, est à la fois un défi et un bienfait. Pour tout cela, pour mon corps
unique, je te rends grâce.23 novembre
Aujourd’hui, le Soleil entre dans le signe astrologique du Sagittaire. Les Sagittaire sont
généralement optimistes, honnêtes et philosophes. Ils s’éparpillent parfois dans de trop
nombreux projets, dans une énergie à laquelle on succombe aisément en cette période de
l’année. Pendant qu’on célèbre les fêtes saintes et laïques de la saison, prenez le temps de
ralentir. Soyez conscient de votre énergie et rappelez-vous la véritable signification des fêtes : la
gratitude, la communauté, le calme et la famille.
On associe le chêne au Sagittaire. Pour renouer avec les énergies terrestres de la saison et
échapper à la frénésie que favorise notre culture en cette période de l’année, allez dehors,
prenez dans la main une feuille de chêne et tournez-vous vers le soleil. Respirez. Renouez avec
le rythme simple de l’automne, qui est maintenant aux portes de l’hiver.24 novembre
En hiver, nous recherchons la chaleur de notre foyer, en quête d’un abri, à l’instar des animaux
dans leur terrier et des racines bien cachées sous la terre. Pour certains, c’est une période de
retour au foyer, de chaleur et de rapprochement. Pour d’autres, toutefois, c’est une période de
l’année frustrante et stressante, où l’idéal familial se heurte à la réalité. Renoncer à ce qui était
autrefois, ou à ce qui n’a jamais été et ne sera jamais, est une étape importante du passage à
l’âge adulte. Elle est loin d’être facile, néanmoins, d’autant plus que notre culture ne nous
apprend pas vraiment à devenir adultes. De nombreux rituels adolescents dans lesquels il y a
des risques ou une expérience d’état altéré sont en fait des tentatives par lesquelles, sans
qu’elles soient approuvées par notre culture, les jeunes cherchent à grandir en se différenciant
de leur famille, et à traverser l’obscurité transformatrice.
Établissez un rituel de renoncement à l’enfance, comme un passage au bout duquel vous
embrasserez votre mission d’âme. Peu importe votre âge chronologique, vous vous accrochez
probablement à des aspects du « foyer » rattachés à l’ego. Le rituel est un moyen efficace de
lâcher prise et d’avancer. Il peut consister à donner des objets et des vêtements issus de votre
passé, à détruire des symboles de votre personnalité d’adolescent ou de jeune adulte, à faire le
deuil, à faire vœu de « consacrer la prochaine phase de la vie au mystère, à la découverte de
6l’âme et au voyage dans le Monde souterrain ». Ce rituel se prolongera dans les jours et les
mois à venir, selon que vous êtes plus ou moins prêt à avancer. Donnez-vous du temps, et
sachez que vous êtes sur la bonne voie.
6. Bill Plotkin, Nature and the Human Soul: Cultivating Wholeness and Community in a
Fragmented World, Novato (CA), New World Library, 2008, p. 238.25 novembre
C’est aujourd’hui que commence le mois celte de r u i s. L’année druidique, portant le nom des
arbres que les anciens druides celtes considéraient comme sacrés, commence en décembre,
autour du solstice d’hiver. Elle compte 13 lunes, ou mois, qui renvoient toutefois à des dates
fixes et non aux lunes, dans notre calendrier grégorien. Chaque mois s’imprègne de l’énergie et
des enseignements d’un arbre sacré pour les Celtes. Ce mois-ci se rattache au r u i s, que nous
appelons le « sureau ».
À mesure que s’écoule l’année celtique, comme l’année calendaire, examinez l’énergie de r u i s
associée aux sorcières, aux fées, à la Déesse et à la protection. Le sirop de baie de sureau est
l’un des meilleurs agents protec-teurs contre les rhumes de l’hiver et, si les reniflements
commencent, il accélérera la guérison. Confectionnez votre propre sirop en achetant des baies
séchées dans un magasin de produits naturels ou une herboristerie (ou encore, demandez l’aide
d’un herboriste de votre région pour les identifier sans danger dans la nature). Faites frémir une
poignée de baies séchées dans quelques tasses d’eau à feu très bas pendant environ
20 minutes. Filtrez à la passoire, compostez les baies et édulcorez le sirop avec plusieurs
cuillerées à soupe de miel (attention : pas de miel pour les enfants de moins d’un an).
Conservez ce sirop au réfrigérateur et prenez-en quelques cuillerées au fil de la journée pour
soutenir votre système immunitaire.26 novembre
Lorsque nous nous sentons dissociés de celui ou celle que nous pensions être, nous pouvons
nous tourner vers la terre pour obtenir sa guidance et sa confirmation. Aujourd’hui, allez faire
une promenade et arrêtez-vous sur la première chose qui attire votre attention. Ce peut être
une feuille suspendue à une branche, une série de cailloux, une mare. Que vous viviez en ville,
au bord de la mer, près d’une forêt ou dans le désert, la nature vous parlera si vous vous
montrez ouvert et à l’écoute. Elle vous aidera à cheminer sur ce sentier mystérieux.
Assoyezvous avec l’objet de votre attention et laissez venir ce qui doit se produire. Imaginez que vous
rêvez avec la nature. Quels rêves apparaissent ?
S’il fait trop froid ou trop maussade pour sortir, remettez votre promenade à un autre jour,
mais accordez-vous le temps de regarder par la fenêtre. La nature s’exprime de mille manières,
aussi trouverez-vous peut-être une guidance dans les murs de votre maison : une plante
d’intérieur, un animal de compagnie, même dans la vapeur qui perle sur votre tasse de thé.
Permettez-vous de rêver avec le mystère.27 novembre
Parfois, nous nous sentons productifs, extravertis et débordants d’énergie. Les idées fusent
avec fluidité et l’on sait exactement comment les mettre en pratique dans la vie.
Et parfois, nous ne nous sentons pas du tout comme cela.
Une société capitaliste valorise ce qui a une valeur économique, privilégiant avant tout les
activités dépourvues d’autres influences. On oublie facilement qu’il y a d’autres façons de vivre
que d’être actifs et productifs. Au fil du cycle des saisons, de la lune, du temps, du jour et du
métabolisme corporel, nous allons et venons entre le dehors et le dedans, entre la vitesse et la
lenteur, entre la lumière et l’obscurité. Remarquez vos pics et vos creux et respectez-les le plus
possible.28 novembre
« Mon sang est nourriture sacrée. Mon sang nourrit le fœtus qui grandit. Mon sang se
transforme en lait pour le nourrisson. Mon sang coule dans la terre comme nourriture sacrée
pour la Grande Déesse, Gaïa, la Terre mère. »
7Susun Weed
Faites un don à la mère qui nous nourrit tous en versant un peu de votre sang menstruel ou de
votre urine sur la terre. L’urine diluée à raison de 20 mesures d’eau pour 1 mesure d’urine
constitue un fertilisant riche en azote (qui repoussera les écureuils à coup sûr), et le sang est
riche en fer comme en azote (tout aussi efficace contre les écureuils !). Vous pouvez aussi
verser dans la terre le sang du sac d’abats de votre dinde de l’Action de grâces, un rituel par
lequel vous remerciez la nature de vous avoir offert la vie de cet oiseau. Si vous n’avez pas de
menstruations, que vous êtes végétarien ou qu’il fait trop froid pour uriner dehors, prenez
l’habitude de mettre vos copeaux d’ongles et vos cheveux restés sur la brosse dans le tas de
compost. Rendez ce que vous pouvez à la terre.
7. Susun Weed, Healing Wise: A Wise Woman Herbal, Woodstock (NY), Ash Tree Publishing,
1989, p. 16.29 novembre
Toujours sur le thème du sang menstruel, il est temps d’adopter des protections menstruelles
réutilisables, si ce n’est déjà fait. Ne laissez pas l’industrie des serviettes et tampons
hygiéniques prendre tout votre argent pour produire des résidus plastiques. Les linges de tissu
durent longtemps, ils sont faciles à utiliser et faciles à laver. GladRags et Lunapads offrent des
serviettes et protège-dessous jolis et confortables (voir gladrags.com/faq.htme et
lunapads.com/media/image/media-articles/a planet friendly period.pdf). Avec un mètre de
flanelle, des boutons pression et une machine à surjeter, vous pourrez facilement les faire
vousmême.
Si vous n’aimez pas les serviettes, procurez-vous une coupe menstruelle réutilisable pour
recueillir votre sang (que vous verserez ensuite dans le jardin ou dans le compost extérieur).
Il est agréable de pouvoir choisir l’une ou l’autre de ces solutions ; vous n’achèterez plus
jamais de ces produits pollueurs vendus dans le commerce.