//img.uscri.be/pth/a1e40850bfceda36cbd89ad94f6bc4c9734af8d5
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Doit-on aller au Tonkin ? - Réponses à l'enquête du Comité Dupleix sur l'émigration aux colonies

De
68 pages

1° — Convient-il d’envoyer des émigrants dans votre ville ? — Non.

2° — Peut-on y faire de la grande ou de la petite colonisationagricole ? — Non.

7° — Serait-il avantageux de fonder des maisons de commerce dans votre ville ? — Oui.

8° — Y a-t-il lieud’y créer des commerces spéciaux pour lavente au détail, et quel serait approximativement le capital nécessaire ?

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIX est liothèque nationaleéditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bib de France. Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigi eux fonds de la BnF, Collection XIXsiques et moins a pour ambition de faire découvrir des textes clas classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Robert Doucet
Doit-on aller au Tonkin ?
Réponses à l'enquête du Comité Dupleix sur l'émigration aux colonies
INTRODUCTION
Lorsque nous avons publié sous le titre :Doit-on aller aux Coloniesles résultats ? de l’enquête organisée par leComité Dupleixsur le problème de l’émigration dans les possessions françaises, il y avait un an que nous a vions expédié notre questionnaire dans les différentes colonies, et les dernières rép onses reçues dataient de deux ou trois mois. Nous n’espérions donc plus recevoir de renseignements nouveaux et nous croyions notre enquête définitivement close, quand un récent courrier d’Indo-Chine nous a apporté un volumineux dossier que nous adres sait M. Fourès, résident supérieur au Tonkin. Comme M. Augagneur, gouverneur général de Madagasca r, M. le résident supérieur Fourès, a pris le soin d’envoyer notre questionnair e à MM. les Maires d’Hanoï et d’Haïphong, aux résidents chefs de province et aux commandants des territoires militaires. Ces fonctionnaires ont tous donné les d étails les plus précis sur les ressources offertes par leurs circonscriptions aux points de vue agricole, commercial, industriel, etc. Nous exprimions, dans notre ouvrageDoit-on aller aux Coloniesle regret d’avoir ? peu de détails à publier sur l’Indo-Chine. Grâce à M. Fourès et à ses collaborateurs, nous sommes aujourd’hui en mesure de combler cette lacune, et de mettre à la disposition des futurs colons du Tonkin une sorte d e guide extrêmement complet et dans lequel ils trouveront des renseignements qui n ’avaient pas encore été réunis sous une forme aussi précise. Les réponses que nous publions aujourd’hui appellen t peu de commentaires. Nous nous contenterons de les reproduirein-extenso et nous rappellerons, en manière de conclusion, ce que nous disions de la colonisation européenne en Indo-Chine dans Doit-on aller aux Colonies?
I— Ville d’Hanoi
1° —e ?Convient-il d’envoyer des émigrants dans votre vill — Non. 2° —sationPeut-on y faire de la grande ou de la petite coloni agricole ?— Non. 7° —rce dans votreSerait-il avantageux de fonder des maisons de comme ville ?— Oui. 8° —Y a-t-il lieud’y créer des commerces spéciaux pour lavente au détail, et quel serait approximativement le capital nécessaire ?— Trente mille francs. 9° —Quelle est l’importance des profits que peut espére r un commerçant ?De — 12 à 15 0/0. 10° —aces dans votre ville etLes employés de commerce peuvent-ils trouver des pl à quelles conditions ?— Difficilement. 11° —Peut-on trouver dans votre ville des emplois dans l ’industrie minière et forestière ?— Non. 13° —es professeurs libres, desY a-t-il place dans votre ville pour des avocats, d architectes, des médecins, des pharmaciens, des sag e-femmes, des vétérinaires, etc. ?— Oui. 14° —L’émigration des capitaux dans votre ville est-elle désirable ?— Oui. 15° —Sous quelle forme et àquel objet doivent-ils être employés ? — Banque, Commerce, Industrie. 16° —Le prix moyen de la vie dans votre ville est-il inf érieur ou supérieur à cequ’il est en France et dans quelle mesure ?— Supérieur d’un tiers. Appréciations personnelles sur ceque les Sociétés de propagande coloniale peuvent faire pour votre colonie : Engager vivement les personnes sans capitaux à ne p as venir actuellement à Hanoï ; il y a pléthore d’employés. Engager par contre les personnes munies de capitaux même modestes à venir y tenter le commerce : il y a encore bien des places à prendre. Surtoutporter leur concours conseiller aux capitalistes de ne pas hésiter à ap financier le plus large aux entreprises déjà exista ntes et qui ont donné des preuves de vitalité.
II — Ville d’Haïphong
1° —Convient-il d’envoyer des émigrants dans votre régi on ? Non, car la colonie ne convient pas au peuplement e t les émigrants ne trouveraient que très difficilement à s’y employer. 2° —Peut-on y faire de la grande ou de la petite coloni sation agricole ? Il peut être fait, dans une certaine mesure, de la colonisation agricole, mais le recrutement de la main-d’œuvre est difficile. 3° —Quel genre de Culture Convient-il d’y pratiquer ? Culture du thé, du café, du maïs, de la canne à suc re, produits pouvant donner un bon rendement. La culture des céréales telles que l e blé, l’avoine, tentée au Tonkin. n’a donné aucun résultat. 4° —Quelle est l’importanCe des Capitauxdont devra disposer le Colon agriCulteur ? Il est difficile de fixer l’importance des capitaux ; toutefois, il n’est guère possible d’entreprendre de la colonisation avec succès, sans avoir une centaine de mille francs. 5° —Quel revenu peut-il espérer obtenir de Ces Capitaux ? Tout dépend de la nature des travaux entrepris, de la région où ils sont exécutés. 6° —Trouve-t-on dans votre Colonie des emplois agriCole s subalterneset dans quellesConditions ?— Non. 7° —Serait-il avantageux de fonder des maisons de Comme rCedans votre Colonie ? Oui, mais à condition de ne pas s’en tenir au comme rce local et de faire de l’exportation et de l’importation. 8° —Y a-t-il lieu d’y Créer des CommerCes spéCiaux pour la vente au détail et quel serait approximativement le Capital néCessaire ? — Non, la concurrence est trop considérable. 10° —aCes dans votreLes employés de CommerCe peuvent-ils trouver des pl Colonie et àquelles Conditions ? Oui, la solde de début peut êtred’environ3.000 fr. 11° —Peut-on trouver dans votre Colonie des emplois dans l’industrie minière et forestière ?— Non. 13° —Y a-t-il plaCe dans votre Colonie pour des avoCats, des professeurs libres, des arChiteCtes, des médeCins, des pharmaCiens, des sage-femmes, des vétérinaires, etC. ? Des médecins, sage-femmes et vétérinaires auraient des chances de réussir. 14° —L’émigration des Capitaux dans votre Colonie est-el le désirable ? — Oui, à tous les points de vue. 15° —Sous quelle forme et à quel objet doivent-ils être employés ? Les capitaux peuvent être employés à la grande colo nisation, à l’exploitation minière, au commerce d’exportation. 16° —Le prix moyen de la vie dans votre Colonie est-il i nférieur ou supérieur à Ce qu’il est en FranCe et dans quelle mesure ? Le prix moyen de la vie est sensiblement supérieur à ce qu’il est en France, environ 5 0/0. AppréCiations personnelles: N’invitez à venir au Tonkin que les personnes de 28 à 40 ans, bien portantes, sans tares, et possédant les capitaux suffisants pour vi vre en attendant que leur exploitation donne des résultats suffisants.
Invitez les gens sans ressources à s’abstenir de ve nir au Tonkin.
III. — Province de Thai-Binh
1° —Convient-il d’envoyer des émigrants dans votreprovince ? Il ne faut pas songer à envoyer des émigrants dans la province de Thai-Binh. La population très dense, 475 habitants au kilomètre c arré (760.000 habitants environ pour 1.600 kilomètres carrés) ne laisse pas place à la colonisation. 2° —Peut-on y fairede la grande oude la petite colonisation agricole ? — Ni l’une ni l’autre. 6° —es subalternes et dansTrouve-t-on dans votre province des emplois agricol quelles conditions ?— Aucun. 7° —Serait-il avantageux defonder des maisons de commerce dans votre province ?— Pour le moment ce n’est pas possible. 8° —Y a-t-il lieu d’y créer des commerces spéciaux pour lavente au détail et quel serait approximativement le capital nécessaire ? Il y a déjà 3 épiciers chinois ou annamites. La plu s importante de ces maisons fait environ 300 piastres d’affaires par mois. Il serait impossible à un européen de vivre dans ces conditions. 11° —Peut-on trouver dans votre province des emplois dan s l’industrie minière et forestière ? Il n’y a ni mines ni forêts dans la province de Tha i-Binh. 16° —Le prix moyen de la vie dans votre province est-il inférieur ou supérieur à ce qu’il est en France et dans quelle mesure ?— Il est certainement supérieur.
IV. — Province de Nam-Dinh
1° —Convient-il d’envoyer des émigrants dans votreprovince ?— Non. 2° —Peut-on y faire de la grande ou dela petite colonisationagricole ? La colonisation dans le sens où elle est entendue i ci n’est possible ni en Annam ni au Tonkin. Il peut y avoir des chefs d’exploitation s agricoles disposant de capitaux plus ou moins considérables, mais l’Européen ne pou vant travailler lui-même, il ne peut y avoir de colons proprement dits. 3° —Quel genre de culture convient-il d’y pratiquer ? Riz, maïs, coton, jute, cultures maraîchères. 4° —Quelle est l’importance des capitaux dont devra disposer le colon agriculteur ?— Trente mille francs est un minimum. 5° —Quel revenu peut-il espérer obtenir de ces capitaux? Un capital n’est pas rémunérateur en ce pays s’il rapporte moins de 10 0/0. 6° —Trouve-t-on dans votre province des emplois agricoles subalternes et dans quelles conditions ? Ce ne pourraient être que des emplois de surveillan ts de cultures. 7° —Serait-il avantageux defonder des maisons de commerce dans votre province ? Oui, à la condition que les maisons de commerce ne soient pas spécialisées, mais s’occupent d’une façon très générale de tout ce qui peut être importé ou exporté. 8° —Y a-t-il lieu d’y créer des commerces spéciauxpour la venteau détail etquel serait approximativement le capital nécessaire ?— Non. 1° —aces dans votre* es employés de commerce peuvent-ils trouver des pl province et +quelles conditions ? Oui, ils peuvent s’adresser pour cela soit, aux com merçants eux-mêmes, soit aux diverses Chambres de commerce existant dans la colo nie.