154 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Dystonies : nos corps en désaccord

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
154 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Dystonie ? Oui, dystonie ! Tel fut le diagnostic qui nous fut un jour asséné dans un cabinet médical après de longs mois, voire de nombreuses années d’errance.
Cette maladie méconnue nous a tous frappés les uns après les autres : l’un ne pouvait plus tourner la tête, un autre ne parvenait plus à écrire, les paupières d’une troisième s’obstinaient à rester closes. Bref, nos muscles nous jouaient des tours et certaines parties de notre corps étaient affectées par des mouvements involontaires totalement incontrôlables.
La maladie nous a réunis et nous avons fait le constat que beaucoup de patients dystoniques se terrent dans leur coin à l’abri des regards condescendants d’autrui et dans l’attente de nouvelles avancées de la médecine. Dans la faible mesure de nos moyens, nous avons décidé d’agir : nous sommes neuf à avoir transcrit nos témoignages dans l’espoir que nos expériences pourront vous aider ainsi que votre entourage.
Les droits d'auteur de ce livre seront versés à l'Unité de Recherche sur les Comportements et Mouvements Anormaux (URCMA).

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 juillet 2014
Nombre de lectures 14
EAN13 9782849932292
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

5omm=EHA
Introduction : la genèse du livre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15 La dystonie, cette maladie méconnue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19
Patrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26 « 7nA LEA @\AIFoEHI AJ @A @é>oEHAI »
Mathilde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34 « 3K=n@ A ?oHFI IA HéLoJA »
Manu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46 « 8oE?E \DEIJoEHA @A mon Lé?K, @A m= LEA, @A m= @OIJonEA »
Bertrand . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .58 « 2=H?oKHI @A LEA ?D=DKJé »
Agnès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .81 « )CnèI, AnBEn =HHELéA =K >oKJ @\Kn onC F=H?oKHI ?D=oJEGKA ! »
Dalisa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87 « ÊJHA =?JAKH @A Ion >EAn-êJHA »
Line . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .102 « l\EmF=?J @A = nAKHoF=IJE?EJé néC=JELA AJ FoIEJELA IKH \éJ=J @OIJonEGKA »
Pascale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121 « l= @oKAKH @=nI = @OIJonEA =NE=A »
Nicole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .134 « À \=LAKCAJJA »
Associations et bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
1
3
1nJHo@K?JEon : l= CAnèIA @K lELHA
F=H 1HEI
Cet ouvrage est né du désir d’un des narrateurs, que son médecin avait convaincu d’écrire. Il s’en est ouvert à une personne atteinte de dystonie comme lui, mais d’une forme différente de la sienne, car il en existe plusieurs. De proche en proche, le tissu social des sympathies entre malades a permis de réunir quelques personnes autour d’un projet de rédac-tion conjointe. Ce petit groupe, dont le nombre de membres a fluctué autour de la dizaine, s’est nommé « les amis du livre ». En fait de dystonie, qui connaît cette maladie rare, sinon orpheline ? Bien peu de gens, y compris parmi les professionnels de la santé. Mais aucun des narrateurs n’en avait la moindre idée non plus avant d’en être personnellement atteint et d’en souffrir psychologiquement autant que physiquement. L’angoisse de ne pas comprendre ce qui leur arrivait, l’incompréhension d’autrui, leur difficulté à gérer ces événements nouveaux impactant leur vie et, à des degrés très variables, leur handicap, les ont plongés dans une spirale insup-portable. Chaque expérience de la maladie, bien que différente de celle des autres coauteurs, comprend des similitudes avec celle des autres : la souffrance endurée, la perception du handicap et la repré-sentation que chacun s’est faite au moins au départ de la maladie. La dystonie qui les a pénalisés plus ou moins lourdement, a évolué ou évolue encore, elle a pu régresser « spontanément », parfois jusqu’à
1
5
une « rémission temporaire » ou une amélioration jusqu’à 90 % des symptômes sous l’effet de traitements nouveaux mais aussi grâce à un énorme travail sur soi, car tous la combattent, chacun à sa façon et comme il peut.
Dispersés géographiquement, entre la France, la Belgique, la Suisse et le Québec, les membres du groupe ont rapidement décidé de créer un forum qui serait leur plate-forme d’échanges, de débats et de prises de décision concernant leur projet d’écriture, qui d’indi-viduel était devenu commun. L’un d’eux, féru d’informatique, s’est improvisé dans le rôle de webmaster. C’est ainsi qu’à partir de février 2011, les amis du livre se sont retrouvés chaque semaine. Il ne leur a pas été si facile de se mettre au diapason les uns des autres. Les affinités n’existaient guère qu’entre deux ou trois membres avant leur rassemblement. Les autres ne se connaissaient pas. Il leur a fallu accepter de se dévoiler, se jauger, apprendre à se faire confiance, sympathiser et puis se rencontrer physiquement, harmoniser leurs discours et trouver des consensus.
Compagne d’un des narrateurs, j’ai suivi pas à pas l’évolution de ce livre qui a motivé l’enthousiasme de ces néophytes de l’écriture, car à deux exceptions près, personne ne s’y était jamais vraiment essayé. Leur liberté d’expression a été entière. Chacun s’était engagé à rédiger un texte autour de la dystonie. Les uns ont vécu ce temps d’écriture comme un bilan, les autres comme un soulagement, certains ont peiné à se remémorer des épisodes difficiles de leur vie, aucun n’en est sorti indemne. Un comité de lecture en interne a été validé pour que chaque texte soit lu et corrigé dans la forme et reçoive d’éventuels commentaires quant au fond. Un membre a proposé l’idée de réaliser un portrait de chaque participant à la rédaction du livre, sous la forme d’un poème, ce qui a été unanimement approuvé. L’enthousiasme des débuts s’est émoussé, pincé de découragement, de doute et de démobilisation au rythme d’événements personnels qui fragiliseraient n’importe quel bien portant mais qui sont ressentis toujours plus intensément par ces
1
6
êtres à l’émotionnel parfois exacerbé, qualifié par une narratrice de « labilité ». La composition du groupe des amis du livre a évolué. Des membres se sont mis en retrait pour des durées parfois longues, parfois ponctuelles, des nouveaux sont arrivés. Il y en a toujours eu quelques-uns pour garder confiance, maintenir le cap et remotiver le groupe. Les questions pragmatiques comme de savoir comment s’y prendre pour la recherche d’un préfacier et comment négocier avec l’éditeur, ou plus subjectives voire oniriques, comme de choisir l’illustration de la première de couverture et déterminer la destination des bénéfices des ventes le cas échéant, ces questions ont dynamisé les membres et elles ont fait l’objet de débats parfois intenses et même de sondages assortis de mises aux voix.
L’investissement de chacun des membres du groupe a été impor-tant, car chacun souhaitait témoigner de son expérience face à la dystonie. Quel objectif poursuivaient-ils dans cette démarche d’écri-ture ? Eh bien, l’objectif était pluriel ! Les uns s’adressaient prioritairement au plus large public afin de faire connaître cette maladie ignorée du plus grand nombre, les autres voulaient informer les malades et apporter le message d’espoir de leurs expériences à ceux qui souffrent sans savoir ce qu’ils ont, à ceux qui viennent de recevoir de plein fouet l’annonce du diagnostic et à ceux qui ne savent plus vers qui se tourner. Il est vrai que les récits de relations malade-médecin sont parfois émaillés d’exemples qui font désespérer du serment d’Hippocrate. Mais pour faire bonne mesure, il convient de constater en contre-champ la qualité de l’accompagnement personnalisé et presque dévoué d’autres thérapeutes spécialisés ou généralistes, en médecine conventionnelle ou alternative. Certes, la recherche scientifique a déjà permis de belles avancées thérapeutiques pour améliorer la qualité de vie de certains malades, mais la dystonie demeure actuellement une maladie incurable et, dans sa forme généralisée, elle est encore un calvaire.
1
7
Ce livre ne prétend pas apporter de solutions, mais ses auteurs espèrent qu’il contribuera à mieux faire connaître la dystonie à travers leurs témoignages de personnes malades.
1
8