//img.uscri.be/pth/f6bddd90d8e4f39606d5b11f0a558d06bcaac1f4
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Enfants abandonnés en Algérie

De
160 pages
Parmi les différents champs de l'enfance, celui des enfants abandonnés représente, pour le cas de l'Algérie, un contexte spécifique d'investigation et d'analyse en raison de sa densité humaine et de ses nombreuses articulations politiques, psychosociales et psychopathologiques. Le problème de l'enfance abandonnée se pose en terme de conséquences et de signification symbolique.
Voir plus Voir moins

Enfants abandonnés en Algérie
Une clinique des origines

Histoire et Perspectives Méditerranéennes Collection dirigée par Jean-Paul Chagnollaud
Dans le cadre de cette collection, créée en 1985, les éditions L'Harmattan se proposent de publier un ensemble de travaux concernant le monde méditerranéen des origines à nos jours.

Déjà parus Ahmed MOATASSIME, ltinérances humaines et confluences culturelles en Méditerranée, 2006. François CLÉMENT, Culture Arabe et Culture Européenne, 2006. Vincent STAUB, La Libye et les migrations subsahariennes, 2006. Ahmed MOA TASSIME, Langages du Maghreb face aux enjeux culturels euro-méditerranéens, 2006. Ahmed MOA TASSIME, Dialogue de sourds et communication langagière en Méditerranée, 2006. Serge LA BARBERA, Les Français de Tunisie (1930-1950), 2006. Pierre-Alban THOMAS, Pour l 'honneur de l'armée. Réponse au général Schmitt sur la guerre d'Algérie, 2006. Maâmar BENGUERBA, L'Algérie en péril, 2006. Abderrahim LAMCHICHI, Femmes et islam: l'impératif universel d'égalité,2006. Abderrahim LAMCHICHI, Jihad: un concept polysémique, et
autres essais, 2006. Jean-Charles DUCENE, De Grenade à Bagdad, 2006. Philippe SENAC, Le monde carolingien et l'islam, 2006. Isabelle SAINE, Le mouvement Goush Emounim et la colonisation de la Cisjordanie, 2006. Colette WILLIARD, Le Coran au féminin, 2006. René DOMERGUE, L'intégration des Pieds-Noirs dans les villages du Midi, 2005. Kamel KATEB, Ecole, population et société en Algérie, 2005. Ahmed B. BERKANI, Le Maroc à la croisée des chemins, 2005. Melica OUENNOUGHI, Les déportés algériens en No uve lleCalédonie et la culture du palmier dattier, 2005. Anne SAVERY, Amos Oz, écrire Israël, 2005. R. CLAISSE et B. de FOUCAULT, Essai sur les cultes féminins au Maroc, 2005.

Mourad MERDACI

Enfants abandonnés en Algérie
Une clinique des origines

L'Harmattan

Du même auteur ColI. Pluriel Organisations psychiques et psychopathologies, Constantine, fi, éditeur, 2005 ColI. Méthodes Enfance et drogues. Stratégies préventives, Constantine, fi, éditeur, 2005 ColI. Pluriel Enfance et violences. Psychopathologies, Constantine, fi, éditeur, 2006

@ L'HARMATTAN, 2007 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattanl@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-02760-2 EAN:9782296027602

Tout ce que nous aimons étant périssable, nous nous trouvons ainsi, par notre amour, continuellement exposés à souffrir. Il faudrait donc ne rien aimer pour ne pas souffrir. Mais ne rien aimer est la mort de notre âme, la mort la plus affreuse, la véritable mort. Pierre Leroux. 1787-1871.

Pour la mémoire de mes parents

Introduction

..

Votre honneur vis-à-vis d'autrui vous dicte d'effacer la honte. Mais votre devoir envers Dieu vous interdit de vous attaquer à la vie de n'importe laquelle de ses créatures. Conjiez-nous donc votre jille, si elle constitue la source de votre déshonneur: elle pourrait ainsi préserver la vie, et vous, vous auriez sauvegardé l'honneur. Princesses mortes. Sentinelles, E. Kaiser, 1982.

De nombreuses femmes, souvent adolescentes, portent des enfants, douloureusement, mortellement. La mort est présente à chaque naissance d'enfant sans filiation établie et reconnue, sans reconnaissance en paternité, sans nom, illégitime. Elle est présente dans la sanction envisagée par la société pour les femmes impures; elle est encore promise dans le destin d'enfants séparés de corps et d'émotions maternels, placés en institution, abandonnés. Il est pénible de parler de naissances secrétées, d'êtres qui ne peuvent se dire, partagés dans les angoisses et les silences. Ce travail, comme une monographie de la vie, désigne le devenir des pulsions infantiles, l'inachèvement des rêves, la perte des maturités, les entours de la mort. Dans un contexte d'émergence d'une clinique sociale dans le champ algérien, il est question de possibles à créer pour que le sentiment

Enfants

abandonnés en Algérie

d'enfance ne soit plus une illusion et que le meurtre n'advienne pas, pour ne pas se perdre. Parmi les différents champs de l'enfance, celui des enfants abandonnés représente un contexte spécifique d'investigation et d'analyse en raison de sa densité humaine et de ses nombreuses articulations politiques, psychosociales et psychopathologiques. La situation dramatique des conjonctures d'abandon s'inscrit dans la difficulté, pour des milliers d'enfants, d'habiter une identité fondatrice. Le problème de l'enfance abandonnée se pose également en terme de conséquences et de signification symbolique. La réalité des naissances hors mariage s'est développée à l'encontre de mesures aléatoires imposées aux cadres familiaux et sociaux. Les effets qui s'y rattachent concernent, principalement, le statut de l'enfant aux plans des possibilités d'intégration psychosociale et des organisations affective, mentale et de la personnalité. En Algérie, la notion d'abandon demeure entachée d'opprobre, de rupture et de condamnation encore inspirée par la croissance des naissances marginales et illégitimes car non consacrées au plan spirituel et du droit. Mais il ne s'agit que de l'aspect explicite d'une situation paradoxale devant laquelle manque l'imaginaire de perspectives et d'ouvertures. La question du devenir des enfants abandonnés ou en état d'assistance institutionnelle et juridique se pose en terme de suppléance humaine, nourricière et identitaire. La mission déléguée aux institutions de substitution, sanitaires et sociales, s'est révélée restrictive et préjudiciable à la continuité du processus progrédient d'enfants et d'adolescents sans alternative symbolique. Dans ce travail, il est question des effets de l'absence d'un contexte fiable et de l'inexistence d'un prolongement biologique et affectif de la fonction maternelle et parentale. L'instabilité des repères structuraux dans le champ
10

Une clinique des origines

psychosocial, la déconstruction du champ familial et la perte de liens fondateurs, dans les systèmes de représentation et de discours, déterminent davantage la recherche d'exutoires libidinaux dans les contextes de l'enfance où la décroyance affective, identitaire et politique est source d'angoisses et de dépersonnal isati on. La pratique clinique du premier âge situe les risques récurrents de pathogénies institutionnelles ou interactives où s'élaborent, de manière égale, l'immaturité et la morbidité de l'enfant ainsi que la problématique des procédés de substitution.

Il

Chapitre 1.
Contextes généraux de l'enfance
Garder en soi

..........

abandonnée
la représentation

potentielle d'un enfant avec ses pulsions dans de telles situations tragiques, c'est garder la vie, ce qui lutte contre cette autre représentation de l'enfant déjà mort, du deuil anticipé. C'est une tâche psychique considérable pour tout soignant, mais la seule véritablement accompagnante. M.Ody, 1986.

Référents institutionnels, psychosociaux et politiques de l'enfance abandonnée
La discussion du premier âge introduit, invariablement, la considération de paramètres modulateurs liés aux facteurs biologiques de la gestation, du patrimoine génétique, des conditionnements psychologiques et sociaux et, au seuil des recherches actuelles, du déterminisme de la dynamique psychique consciente et inconsciente de la mère, du couple et de la structure familiale. Ainsi, le fait de la naissance s'inscrit dans une continuité historique de conceptions et d'attentes elles mêmes présidées par des élaborations complexes de vocations humaines et récurrentes qui inscrivent l'enfant, dès avant sa naissance, dans le discours et l'imaginaire de la famille (Hurtig M., Rondal J.A., 1981). Dans le contexte socioculturel algérien, la naissance d'un enfant fonde,

Enfants

abandonnés

en Algérie

souvent, des mutations diverses de l'ordre relationnel, structurel et dynamique qui caractérisent et modélisent les réactions, ainsi que la compréhension des phénomènes produits par cet être qui vient se joindre à la communauté. Dans ce biais même, s'opère la distinction fondamentale entre populations d'enfants perçus dans un cadre socio-familial stable et normalisé et celles qui vivent dans un contexte institutionnel transitoire ou durable. Ainsi, la connaissance de l'enfant n'implique pas toujours l'unité de l'objet, l'enfant dans sa totalité, mais s'infère à la saisie des problèmes qui se posent en des lieux différents. Parmi les dispositions retenues à l'égard de l'enfance abandonnée en Algérie, le maintien et la création de centres d'accueil (cités de l'enfance, foyers et pouponnières) est une mesure transitoire qui vise, principalement, la réalisation d'un équilibre social, familial, et individuel. Ces dispositions sont relatives à la problématique des naissances qui ne peuvent se concevoir ouvertement, car incompatibles avec les règles qui sacralisent les fondements de la famille, du mariage et de la filiation. Dans ce sens, l'effort législatif est notable par les aménagements qu'il conserve, en droit, aux plans sanitaires et sociaux, aux mères célibataires (accueil hospitalier anonyme, prise en charge de la parturiente dès le 7ème mois de la gestation) et aux nouveau-nés (services hospitaliers de néonatologie, de nurseries et d'accueil en pouponnière). Ces démarches ne libéralisent pas les naissances en dehors du mariage. Cependant, leur impact est considérable sur la modification des conséquences habituelles (infanticides, suicides, divorces, éclatement de la structure familiale). Toutefois, l'évolution du statut social des mères célibataires demeure relative en l'absence, aujourd'hui encore, de foyers d'accueil et maisons maternelles au bénéfice des parturientes ou accouchées. Il existe encore moins de recours possible à une aide socioéconomique qui favoriserait la réinsertion de la mère et de son enfant dans les circuits de la vie communautaire. La volonté politique tente de rejoindre 14

Une clinique des origines l'intention législative, promulguée aux différentes versions du code de la famille, et de focaliser les données d'un problème de communication sociale où priment les résistances et les interdits multiples. Le seul avantage législatif demeure l'option institutionnelle de garde proportionnelle aux âges respectifs des enfants. Cette solution n'est pas idéale, mais elle résout partiellement, artificiellement et en les déplaçant, des problématiques qui éclateront à d'autres niveaux (cursus institutionnel de l'enfant, éjection relative ou définitive de la mère et de son enfant, absence de projet social et d'attaches individuelles, vulnérabilité psychique et organique, précarité et risques divers). La décision d'abandon d'un enfant est recueillie par un service qui s'occupe exclusivement de l'aide sociale à l'enfance abandonnée et des mères en difficulté dès l'admission de celles-ci en institution hospitalière. Le placement de l'enfant en institution est modulé, selon la situation de la mère et de son enfant, en trois formules distinctes: 1. Placement transitoire (demande sociale). 2. Placement d'observation Gudiciaire). 3. Placement définitif (abandon). Dans les deux premiers cas, la mère garde le recours d'une reprise de l'enfant, même quand il y a dépassement du délai imparti au placement fixé à six mois. Cependant, l'alternative d'une reprise de l'enfant n'est pas toujours établie ni envisageable: les rapports d'observations indiquent que sur un nombre de cent placements à filiation biologique reconnue, un tiers seulement peut-être réinséré dans le milieu parental d'origine. Dans la majorité des cas, la finalité du séjour institutionnel de l'enfant abandonné consiste en un placement familial conçu sous deux modes essentiels. L'adoption plénière étant interdite en Algérie, il s'agit surtout de placements nourriciers ou définitifs: -placement familial en nourrice, (probatoire ou définitif à la charge de l'Etat) ; 15

Enfants

abandonnés

en Algérie

-placement définitif auprès de couples et de familles sans enfants (l'institution garde seulement un rapport de consultation) . Ces mesures, qui peuvent signifier un engagement de tiers dans le travail des institutions d'accueil, ne sont pas opérantes en raison de la modification des règles juridiques d'accueil et de transition de l'enfant. La pratique du placement ne répond pas, systématiquement, à un aménagement institutionnel ou législatif, au plan de la demande et des motivations d'accueil exprimées par le couple. Le projet d'accueil est généralement entériné par une démarche d'enquête, qui apporte peu d'éléments d'appréciation sur la future position de l'enfant aux plans spécifiques de sa structuration affective et socioéducative. Il est alors difficile d'envisager le devenir d'une majorité d'enfants placés en milieu familial ou nourricier. La réglementation et les lois sociales, concernant les placements d'enfants abandonnés, ont pu être singulièrement imprécises, qui autorisaient la restitution de l'enfant par simple désengagement verbal des familles accueillantes et on retrouve là, le référent de l'abandon à la vie initial. Dans divers cas, il y a une absence de maturation du projet d'accueil et de nombreux empêchements de la dynamique éducative et des fonctions parentales. Dans la société algérienne il n'existe pas de schème intermédiaire à l'identité et il est dramatique pour l'individu de se concevoir en dehors des critères qui définissent ses pairs et ses semblables. Les observations recueillies à travers le champ institutionnel et psychosocial, indiquent des incidences contenues dans le questionnement identita ire qui caractérise le vécu psychique de ces enfants à certaines périodes de leur évolution personnelle. C'est une manifestation cruelle du roman familial à laquelle s'articule, toujours et invariablement, la position parentale culpabilisée fondée par 16

Une clinique des origines une rationalité défensive et récurrente « on te le dira quand tu seras grand ». Initialement, la démarche d'accueil recoupe des problématiques diverses dans l'histoire du couple et de son environnement. Elle réalise un recours, souvent induit par la conjoncture: deuil, séparation, conflits conjugaux. A ce titre, elle constitue aussi un événement de rupture et de restructuration, qui finalise un processus complexe de mentalisation et de socialisation du manque: l'enfant confère alors un statut social spécifique et le sentiment d'élévation à la catégorie de sujet. Le projet d'accueil engage aussi un plan de vie différencié (triangulaire, familial et social) où ne manqueront pas les manifestations de doute et d'ambivalence, qui caractérisent le processus d'attachement et d'identification. Dans ce sens, les risques sont nombreux, dans la dimension existentielle du groupe familial, qui précipitent l'éclatement, la dilution des imagos et la perte des repères habituels de l'enfant. Le plan préventif de l'analyse des inconvénients imputables aux placements a toujours manqué dans la procédure instituée. De ce fait, la pratique du placement continue de souffrir de vide juridique, définitionnel, conceptuel et méthodologique aux plans de l'organisation, du suivi et de la maîtrise des facteurs institutionnels et psychosociaux et du fondement du désir d'enfant. En conséquence, le champ de l'enfance abandonnée en Algérie se situe dans une pluralité d'options indécidables et doublement incidentes: 1. Au niveau de la modélisation interne de la guidance, du fonctionnement et de la prévention caractérisée notamment par: a. l'absence ou l'inadaptation de l'encadrement psychosocial, technique et médical et des réseaux d'accompagnement; 17

Enfants

abandonnés

en Algérie

b. l'inadéquation des référents habituels de compréhension des problématiques de l'enfant. 2. Au niveau des positions externes de conception de lieux et de modalités d'intégration individuelle et collective.
L'enfance abandonnée constitue ainsi, un microcosme social doté de ses propres mécanismes desquels se trouvent exclus les pouvoirs publics, l'opinion de recherche et l'intervention spécialisée. De nombreuses expériences de pratique psychologique du premier âge se situent à des moments où l'ensemble structurel et organisationnel relatif à la prise en charge de l'enfance abandonnée parait essentiellement formel. Ces expériences interviennent sur un territoire social, institutionnel et clinique, non balisé et où les différents actes psychologiques ou spécialisés demeurent l'objet d'une introduction nouvelle et controversée. L'existence de structures d'accueil de populations d'enfants abandonnés favorise de fait l'encrage d'un problème qui s'inscrit dans la mémoire commune: celui des naissances illégitimes.

Contextes de l'abandon
La situation qui conduit des enfants à être adoptables est déjà marquée de nombreux éléments sinon péjoratifs, du moins suffisamment pesants pour constituer un fardeau lourd à porter. Les conditions de la conception et de la grossesse, l'accouchement et la période immédiatement postnatale, sont déjà entachées de multiples questions. Ainsi est constitué, dès le départ, un manque fondamental qui, toute sa vie, pèsera sur l'enfant, non pas comme quelque chose d'enfoui, de refoulé dans l'oubli, mais présent constamment et toujours susceptible de ressortir. L'enfant va y vivre toutes les expériences primaires de son existence 18