EnVie et Intuition

EnVie et Intuition

-

Français
80 pages

Description

Guidée par une voix intérieure depuis son enfance, l'auteur a foi en une puissance divine protectrice. Un jour, elle a la révélation que ce qui compte le plus est de prendre soin de son équilibre corporel et spirituel. La prière, la méditation et plus généralement une attention accrue au monde qui nous entoure permettent de vivre harmonieusement avec soi-même et les autres. En toute humilité, elle nous invite à suivre notre intuition, afin d'accéder au vrai sens de la vie. Mieux vaut renoncer aux futiles plaisirs matériels pour privilégier l'essentiel qui nous unit autour des valeurs d'amour, d'entraide, d'écoute et de partage. Bonheur et épanouissement en découleront tout naturellement.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 novembre 2017
Nombre de lectures 0
EAN13 9782414149162
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Couverture
Copyright
Cet ouvrage a été composér Edilivre 175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50 Mail : client@edilivre.com www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-414-14914-8
© Edilivre, 2017
À maman, qui nous a quittés il y a peu de temps et qui me manque terriblement. Elle nous a aimés profondément et nous a inculqué l es valeurs fondamentales de la vie telles que l’honnêteté, la sincérité et l’amour du prochain.
À papa, qui était un homme d’exception, et sans qui nous ne serions pas, ma sœur, mon frère et moi, ce que nous sommes aujourd’hui.
À Sandro et Mélissa, Ornella et Marco, mes enfants et beaux-enfants, qui chaque jour, de par leurs actions et leur présence à mes c ôtés, me procurent une joie et un bonheur immenses.
À mon époux, qui partage ma vie depuis plus de tren te ans, et à toute ma famille que j’aime profondément.
À vous tous, lecteurs ou non lecteurs, qui faites d éjà partie de mon existence.
« Nous portons en nous des merveilles que nous cher chons en dehors de nous. » Sir Thomas Browne
Introduction
J’étais loin de m’imaginer il y a quelques années s eulement qu’un jour j’écrirais ce livre. Je n’ai d’ailleurs jamais été portée sur la lecture, ni dans ma plus tendre enfance ni pendant mon adolescence. Alors, devenir l’auteur d’un bouquin n’était surtout pas à l’ordre du jour pour moi. Pourtant, aujourd’hui, j’ai envie de vous transmett re mes émotions et mes sentiments qui sont ancrés dans le plus profond de mon âme. Je voudrais vous faire partager mon ressenti et tout ce quiest. Mais avant cela, permettez-moi de me présenter quelque peu. Je suis née dans une famille très modeste, mon père ayant quitté son pays natal, l’Italie, en 1948 dans le seul but de travailler. I l s’est installé en Belgique en espérant y trouver fortune, et comme beaucoup d’autres immigré s de l’époque, c’est comme mineur qu’il commença sa carrière professionnelle. Cependant, après la catastrophe de Marcinelle survenue en 1956, il prit peur d’être enseveli sous les mines et décida alors de quitter ce travail pour se diriger vers le secteur du bâtiment. Il trouva un emploi de grutier, métier qu’il effectua jusqu’à sa retrai te bien méritée. Je n’étais encore qu’une enfant lorsque je compris que ma vie sur terre avait très certainement un sens bien précis, et je devais avoi r environ 6 ou 7 ans lorsque pour la première fois je me suis posé des questions sur ma raison d’être ici-bas, sur cette magnifique planète qu’est la Terre. Qui suis-je rée llement ? Pourquoi moi ? Qu’est-ce qui me permet de penser, de raisonner, de ressentir des émotions telles que la joie, la tristesse, l’amour pour mon prochain ? Quel est cet esprit qui est relié à mon corps, ou plutôt quel est ce corps qui est relié à l’esprit ? Et surtout, quelle est cette petite voix intérieure qui, lorsque je lui prête attention, me prodigue les meilleurs conseils ? Je peux dire en toute sincérité que mon enfance et mon adolescence ont été harmonieuses. Nous n’étions pas riches, bien sûr et , comme dans la plupart des familles de l’époque, les fins de mois étaient très difficiles. Nous étions cependant si heureux que, même si notre pouvoir d’achat était bi en limité, nous ne ressentions nullement le besoin de posséder toutes ces choses m atérielles que beaucoup de personnes identifient comme étant des objets indisp ensables au bonheur. Ce bonheur, nous l’avons trouvé ailleurs. Papa nous a souvent répété qu’il n’y a rien de plus important que l’amour et le respect d’ autrui. Nous avons appris à apprécier chaque petite chose de la vie quotidienne et savons depuis toujours que tant que nous possédons une bonne santé et l’indispensable pour v ivre, nous n’avons besoin de rien d’autre pour être pleinement heureux. En rédigeant ce livre, j’ai voulu avant tout mettre l’accent sur ce qui est important à mes yeux, sur ce qui, à mon humble avis, est la partie essentielle de notre vie sur terre. Pourquoi sommes-nous ici et dans quel but ? Je ne p rétends nullement détenir les réponses à ce sujet, mais je reste persuadée que be aucoup d’entre vous se sont déjà posé ces mêmes questions. Je vais donc essayer de m anière très humble de vous faire partager mon point de vue et d’y apporter mes réponses, celles qui sont ancrées au plus profond de mon être. Je termine cette introduction par une phrase qui ré sume très bien ces propos, tirée d’« Un Cours en Miracles » FOUNDATION FOR INNER PEACE – Editions Octave. « Les yeux du corps ne sont pas le moyen par lequel le monde réel doit être vu. »
Chapitre I L’ego
1. LES PREMIERS QUESTIONNEMENTS
Mais retournons un peu, si vous le voulez bien, dan s mes souvenirs d’enfance. Je me rappelle que déjà très jeune je compris que je n ’étais pas seule mais qu’une petite voix intérieure me guidait continuellement dans les nombreux choix que j’avais à accomplir au cours de mon existence. Bien sûr, je savais pertinemment bien que j’étais e ntourée de mes parents, ma sœur, mon frère, ma famille et de tous mes amis, ma is je réalisai très tôt que quelque chose, ou plutôt quelqu’un, que je ne vois pas mais que je peux parfaitement bien percevoir, m’accompagne nuit et jour. Chacun de nou s peut le nommer de façon différente. Nous pouvons l’appeler l’ange gardien, le ressenti, l’intuition, le sixième sens ou encore le compagnon intérieur, ou tout autr e qualificatif pour certains d’entre vous ! Moi, je l’appelle Dieu, la conscience pure e t la vie. C’est à l’âge de 10 ans que j’ai connu ma première expérience de foi et d’amour profonds. J’avoue que même si presque un demi-siècl e s’est écoulé depuis ce moment-là, mes souvenirs sont encore si nets qu’en écrivant ces phrases je ressens encore aujourd’hui les profondes émotions qui m’ont envahie à cette époque. Je ne sais toujours pas à l’heure actuelle vous en donner la vraie raison, peut-être une peur enfouie dans mon subconscient ou encore un cauchemar de petite fille, ou pour tout autre motif que je ne peux toujours pas m ’expliquer à ce jour, je vivais dans une angoisse permanente que quelqu’un puisse me fai re du mal. J’avais si peur que lorsqu’il était l’heure d’aller dormir, je n’osais pas me rendre seule au premier étage, où se trouvaient les chambres à coucher. Peut-être y a vait-il quelqu’un en dessous de mon lit ! Ou peut-être que quelqu’un allait pouvoir s’introduire par la fenêtre et me faire du mal. La crainte et la peur étaient si fortes que je ne savais plus que faire pour qu’elles disparaissent. Je restais figée et même le s encouragements et les mots réconfortants de mes parents n’y changeaient rien. Cela durait depuis quelques mois et j’étais si apeu rée que je ne savais plus que faire pour ne plus ressentir ce profond sentiment d e crainte. Je ne vis d’autre solution que de commencer à prier… prier… Et encore prier. T ous les soirs et cela pendant quelques jours, peut-être quelques semaines – j’avo ue que je ne me souviens pas du temps que cela a pris –, je priai avec une foi si p uissante et si forte que, croyez-moi, je vous le certifie, du jour au lendemain la peur disp arut, comme par enchantement. Plus aucune crainte, plus aucune peur ! Je n’en revenais pas ! Comment pouvais-je donner une explication à tout ce la ? Comment cette peur qui m’avait envahie pendant des semaines, voire des moi s, cette même peur qui me tétanisait, s’était-elle éclipsée d’un coup ? Par m iracle. Du jour au lendemain ! Rien qu’en priant ! Sans psychothérapie, sans aucune aid e médicale ! À l’époque, d’ailleurs, peu de personnes se rendaient en visite chez un psy chologue, ce n’était pas encore très reconnu par le monde médical. Il est peut-être difficile pour certains d’entre vo us de le croire, mais je peux vous assurer que lorsque cela vous arrive, il n’y a aucu n doute dans votre esprit. Vous savez parfaitement bien qu’un être supérieur existe et que lorsque vous le sollicitez, il répond à vos appels. C’est ce jour-là que je compris qu’il nous suffit d ’avoir la foi pour déplacer des
montagnes, une foi pure et profonde, et soyez-en sû rs, c’est à partir de ce moment-là que tout ce qui nous semble impossible et inimagina ble devient réalisable pour chacun d’entre nous.
2. LE SENS DE LA VIE
C’est à partir de cet instant précis que je réalisa i que le vrai sens de la vie ne consiste pas en ce que l’on a coutume de penser, c’ est-à-dire au seul côté visible et matériel de notre vie sur terre. Quel sens pouvons-nous donner à notre vie si celle- ci ne se résume qu’à vivre notre propre existence d’une façon plus ou moins tr anquille, poursuivre le chemin que nous avons choisi, exercer un métier pour ensuite t erminer une carrière professionnelle, profiter de notre pension quelques années et arriver en fin de parcours à ce que chacun d’entre nous appelle la mort ? Avou ez que cela n’aurait pas beaucoup de sens. Ce serait triste d’ailleurs de croire que nous ne naissons que pour mourir quelques années plus tard sans qu’il n’y ait une ra ison profonde à notre venue sur terre. Albert Einstein s’était déjà posé cette question et sa phrase résume très bien ce que je veux dire et ce que je pense : « En apparenc e, la vie n’a aucun sens, et pourtant, il est impossible qu’il n’y en ait pas un ! » Je partage cette opinion. Il est impossible que la vie n’ait aucun sens. Ne pensez-vous pas que cela soit vrai ? Peut-être n’y avez-vo us pas encore pensé ou alors, tout comme moi, vous vous êtes déjà posé la question de savoir le pourquoi de notre naissance et surtout quel en est son but. Je peux p arfaitement comprendre qu’il est difficile pour beaucoup d’entre nous de croire qu’i l y ait un autre sens à notre vie, un sens bien plus profond que celui auquel notre entou rage nous fait croire lorsque nous sommes enfants.
Certains d’entre nous sont certainement convaincus que la vie ne se limite qu’à tout ce qui est visible et que nous ne faisons que passe r ici-bas. Chacun de nous a son vécu et son ressenti et a le droit de le penser. Ma is comment peut-on affirmer que toutes ces années de lutte incessante pour devenir riches pour certains, pour exceller dans un domaine bien précis pour d’autres, ou tout simplement pour tenir la tête hors de l’eau pour les moins bien nantis, soient le seul but de notre venue sur terre ? Nul n’a la preuve que notre vie ne se limite qu’au visible. Je suis intimement convaincue que la vie est bien p lus que cela. Elle ne peut pas exister sans le côté spirituel. Pour moi, elle...