//img.uscri.be/pth/e3beb1ce6bc0bf966dcb1df969cff17e053f5cf0
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF - MOBI - EPUB

sans DRM

Faire de chaque jour une nouvelle vie

De
52 pages

Ce manuel s'adresse aux personnes en souffrance psychique, dans le but de leur fournir quelques pistes d'auto-guérison.
Chaque chapitre, volontairement condensé, propose un chemin d'accès au soulagement et des outils pour le suivre.

L'auteur est coach certifié et professionnel de santé, mais sa contribution est avant tout celle d'un « revenant » de l'enfer psychologique.


Voir plus Voir moins
Copyright
Cet ouvrage a été composér Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-414-06643-8
© Edilivre, 2017
A mes Fils
Avec ma Gratitude envers Sabrina M. Elodie H.
Souffrance
Nous le savons tous : la vie fœtale, la petite enfance et l’adolescence sont les périodes les plus importantes pour la construction de notre identité psycho-corporelle et de notre personnalité.
Adultes nous marchons encore sur le sol de notre enfance.
Malheureusement la terre n’a pas toujours été fertile pour certains d’entre nous. Parfois elle a été désertique. Parfois elle a été volcanique. Parfois elle a été mouvante. Parfois elle a été sismique.
Alors nous avons déposé le sable de nos mécanismes de survie sur le sol pour continuer à avancer. Chaque pas laisse parfois l’empreinte de notre souffrance, aujourd’hui encore.
Nous sommes nombreux à avoir emprunté le chemin arrosé de larmes que nous ont proposé les aidants : coach de vie, psychothérapeute voire psychiatre. Même si cela a permis de déposer certains pans de notre souffrance, nos pas sortent de ce chemin plombés par les questionnements non résolus. Fort heureusement nous pouvons choisir de porter des chaussures plus légères en mettant en place des mesures de mieux être pour nous-mêmes. Celles qui suivent ne sont que les miennes, non professionnel de la psychologie, mais « revenant » de l’enfer psychique dans lequel j’ai été emprisonné pendant d’innombrables années. Puissent ces quelques pages apporter, à celles et ceux qui les parcourront, un peu de blé à moudre pour enrayer la souffrance, ne serait-ce que le temps de la lecture d’un chapitre ou de l’utilisation d’un des dix-sept outils originaux proposés.
Regards déformants
Les postures psychologiques inverses de refoulement de la souffrance ou de ruminations incessantes sont délétères pour notre équilibre émotionnel au point de mettre en péril notre relation à nous-même et aux autres.
Le refoulement-se forcer à penser à autre chose que la souffrance et tenter de l’enfouir – revient à déposer un champ de mines à l’intérieur de nous-même. Lorsqu’elle est niée, ni reconnue ni nommée, la blessure psychologique pourrit notre terre intérieure. Les germes de la souffrance s’y installent, prêts à une éclosion explosive lors de chaque futur évènement de vie, même insignifiant. Cette explosion peut prendre la forme d’un ouragan de colère, d’une noyade dans une tristesse abyssale, d’un ligotage par une angoisse généralisée.
L’envahissement – laisser la douleur prendre toute la place en nous sous forme de ruminations incessantes – nous fige dans l’émotion ou le sentiment indésirable que nous ressentons. Dans ce cas, la souffrance ramenée sans cesse du passé dans le présent pourrit notre avenir. L’incapacité à envisager de voir apparaître autre chose que la douleur est le plus sûr moyen de plonger dans la dépression. La bonne nouvelle est que nous pouvons être les auteurs de notre libération. Le plus difficile n’est pas de le comprendre. Le plus difficile est de s’essayer à passer la tête entre les barreaux de notre prison de douleur pour regarder avec toute notre attention la beauté d’un coucher de soleil. Apprécier ne serait-ce que deux ou trois secondes ce moment-là, c’est s’apercevoir qu’il y a de la lumière en nous. Entre refoulement et envahissement, il y a un endroit pour accueillir et déposer sa souffrance, pour regarder aussi ce qu’il y a autour.
Outil 1 – Météo intérieure
Sur un quart de feuille A4 à garder à portée de main où que vous soyez, faites une croix chaque fois qu’une pensée ou une sensation indésirable apparaît. En fin de journée comptez les croix. Il y en a beaucoup, ce n’est pas étonnant. Le cerveau fonctionne très majoritairement sur un mode négatif y compris lorsque l’individu n’est pas...