Faites vos vœux !

-

Livres
92 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Offrir ses vœux est au cœur de la tradition. L’auteur s’est interrogée sur les motivations et le sens caché sous nos mots et sur les vertus possibles des vœux que nous formulons tous et sur les bonnes résolutions que nous nous proposons de suivre. Elle a décidé de recueillir nos rêves et nos souhaits, et d’analyser les subtilités enfouies sous nos déclarations. Avec humour, ce texte dépeint notre société au travers de ces démarches traditionnelles. Ce texte repère nos travers et nos secrets et les décortique allègrement, mais il sait aussi nous émouvoir par des rêves aussi bouleversants qu’inattendus.



Un livre à lire, à offrir, à souhaiter !

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 8
EAN13 9791034810253
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Faites vos vœux !














Martine Magnin


Faites vos vœux !


Couverture : Maïka


Publié dans la Collection Samsara




© Evidence Editions 2018%
3

Mot de l’éditeur :

Evidence Editions a été créée dans le but de rendre accessible la lecture pour tous, à tout âge et partout.
Nous accordons une grande importance à ce que chacun puisse accéder à la littérature actuelle sans barrière
de handicap. C’est pourquoi nos ouvrages sont disponibles en format papier, numérique, dyslexique,
malvoyant, braille et audio.
Tout notre professionnalisme est mis en œuvre pour que votre lecture soit des plus confortables.

En tant que lecteur, vous découvrirez dans nos di érentes collections de la littérature jeunesse, de la
littérature générale, des témoignages, des livres historiques, des livres sur la santé et le bien-être, du policier,
du thriller, de la littérature de l’imaginaire, de la romance sous toutes ses formes et de la littérature érotique.
Nous proposons également des ouvrages de la vie pratique tels que : agendas, cahiers de dédicaces, Bullet
journal, DIY (Do It Yourself).

Pour prolonger le plaisir de votre lecture, dans notre boutique vous trouverez des goodies à collectionner
ainsi que des boxes livresques disponibles toute l’année.

Ouvrir un livre Evidence, c’est aller à la rencontre d’émotions exceptionnelles.

Vous désirez être informés de nos publications. Pour cela, il vous su t de nous adresser un courrier
électronique à l’adresse suivante :

Email : contact@evidence-editions.com
Site internet : www.evidence-boutique.com



Encore un premier jour de l’an
Que le temps nous apporte !
Cette date donne l’élan
Aux vœux de toutes sortes.
Puissiez-vous, gais et bien portants
Quand reviendra la fête,
En faire encore après cent ans…
Oui, je vous le souhaite !

Agénor Altaroche (1811-1884)

0
0



Préface



Tous les philosophes du langage vous le diront : chacun y va de son petit sentiment dès qu’il ouvre la
bouche.
Donc, si votre pharmacienne vous souhaite une bonne santé quelques jours après le réveillon ?
Mon père était pharmacien, une bonne épidémie de grippe était pour nous pain bénit et je suppose qu’il
présentait ses vœux à ses clients, chaque année. Quelle est la part de convention dans ces formules que
nous employons, quelle est leur part d’humanité ? Où est le vide et où est le plein ? Voilà le point de
départ de cet essai, qui s’engage dans le postulat suivant (et plutôt rassurant) : et si à l’intérieur des vœux,
même ceux qu’une équipe de marketing a récupérés pour vendre ses séjours aux Antilles, se cachait un
espoir, c’est-à-dire ce qu’il y a de plus beau et de plus tendre, de plus humain ?
Et si nos vœux étaient nos dernières volontés ?
Avec malice et bonhomie, avec brio aussi, Martine Magnin se lance dans la collecte de nos souhaits : Nous
allons faire vivre nos mots pour que vivent nos rêves à n’en plus nir. Telle est l’ambition de ce petit livre plein
d’humour, de fantaisie, d’optimisme et d’humilité. Tel est le dé de ces pages : lancer au ciel (ou dans le nuage
d’Internet, mais on peut rêver) une boule de souhaits, une boule de neige de désirs plus ou moins fous – un
grand cri d’humanité imparfaite, mais si aimable, entre nous.
Vous allez donc lire ce livre et vous y reconnaître, forcément. Vous tomberez nez à nez avec des vœux que
vous connaissez bien : que votre banque arrête de vous appeler, que votre époux arrête de râler, que votre
voisin fasse la grasse matinée. Vous verrez passer aussi quelques bons vieux rêves : la résurrection de l’abbé
Pierre, devenir en n votre meilleur ami, mourir comme ça, sans préavis. Vous souriez ? Vous allez pleurer
aussi, car certains vœux sont bouleversants. Vous vous souvenez d’Ulysse ?
Elle dit, et moi, l’esprit troublé, je veux saisir l’âme de ma mère  ; trois fois, je m’élance, et mon cœur désire
la saisir, trois fois elle s’échappe de mes mains comme une ombre ou comme un songe.
Mais vous vous en remettrez, ce livre n’est pas là pour vous attrister, il est là pour vous proposer quelques
jolies phrases à porter à votre cou, comme disait le poète. Celle-là, par exemple : Chanter a capella nos
aspirations jusqu’à ce que Jupiter se retourne.
Et en attendant, parce que pour Jupiter, ce n’est pas demain la veille – en attendant, mais où est passé le
vœu de chasteté ?

Voilà pour cette présentation, je vous laisse en compagnie de la pétillante Martine Magnin, qui vous
propose là une leçon de vie originale – et pas exaspérante. Je m’en vais courir après le carpe diem et lancer à la
mer mon vœu le plus secret, qui ne regarde que moi.

Quant à vous, attention, croyez en vos rêves à n’en plus finir, on vous a à l’œil !

Dominique Lebel



NB : Sauf grossières erreurs de ma part, toutes les libertés orthographiques contenues dans ce texte sont
conscientes, voulues, et je l’espère, tolérables…
Merci à vous.



5







Faites vos vœux !



Bonne année, bonne santé, tous mes vœux !

Tout a commencé un jour banal du début janvier, entre bourrasques cruelles et pluie glaciale : c’est ma
pharmacienne, avec son sourire le plus commercial, qui vient de me lancer à son tour cette phrase déjà trop
entendue.
Oui, bon d’accord, c’est fort aimable de sa part, mais en n j’y pense : si je suis en bonne santé l’année
prochaine, ce sera un vrai manque à gagner pour elle. Et, si elle souhaite la même chose à tous ses clients, ça
lui promet une vraie bérézina financière !
Tous MES vœux, me dit-elle ? Mais lesquels ? Qu’en sait-elle ? Tous les Siens ou tous les Miens ? Ce ne
sont certainement pas les mêmes. Je ne vœux pas de SES vœux, ils ne me concernent pas, et que connaît-elle
en vérité des miens ?
D’accord, je pinaille, je sais très bien qu’il s’agit d’une formule elliptique et passe partout pour faciliter les
échanges et qui n’a rien d’intrusive. Mais c’est lassant à la n, récurrent et du coup, totalement inutile. La
plupart du temps, les gens que je croise se chent totalement de ce que je vis ou de ce que je m’apprête à vivre,
et si j’accepte d’être honnête, eh bien… moi aussi, presque toujours !

Bonne année à vous aussi ! Voilà, j’ai dit ce qu’elle attendait de moi. Je lui ai répondu sans originalité, mais
avec un sourire de circonstance, et je peux continuer ma journée sans honte. J’ai respecté les convenances
comme une grande et c’était la moindre des courtoisies. Je ne suis pas plus sincère ni plus impliquée qu’elle,
j’ai seulement joué le jeu convenu en ce début d’année et tout est donc socialement correct. Ouf !
Les vœux s’échangent, mais ne changent rien. Cette habitude banalisée m’agace. Pour moi, les mots sont
importants. Pourquoi dire n’importe quoi à n’importe qui, sous prétexte que c’est la coutume, si cet usage est
d’évidence vide d’intentions, d’attentions, de contenu et uniquement consensuel ?
Un délicieux proverbe yiddish l’exprime avec humour : Quand un médecin et un fossoyeur vous souhaitent
une bonne année, à quoi pensent-ils vraiment ?

À l’origine des vœux
Di cile de savoir vraiment à quand remonte la tradition qui consiste à se souhaiter le meilleur et
d’échanger des vœux pour le début de l’année. On sait en revanche qu’à l’époque de la Rome antique, cette
coutume existait déjà. Dans ses Fastes, Ovide fait mention des «  paroles joyeuses  » prononcées par les
citoyens de la capitale et des «  prières  » adressées au dieu Janus, le dieu des commencements et des ns.
Cette divinité à deux têtes, à qui est consacrée une colline de Rome, est célébrée le premier jour de januarius,
le premier mois de l’année. Pour les Romains, célébrer Janus était une manière de revenir en arrière, pour faire
le bilan de l’année écoulée, mais aussi de se projeter dans l’année à venir.
Les Fastes d’Ovide contiennent la prière adressée à Janus à cette occasion :
Dieu à double visage, c’est de toi que part l’année qui va s’écouler sans bruit, toi qui, sans tourner la tête, vois