Femmes dévoilées

Femmes dévoilées

-

Livres
380 pages

Description

Depuis les années 1990 le voile cristallise les débats politiques sur l’identité nationale et livre des femmes musulmanes une image partielle. Cet ouvrage cherche à donner plus d’épaisseur à leur présence dans la société française en s’intéressant aux premières d’entre elles : les Algériennes venues au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Qui sont ces femmes ? Pourquoi traversent-elles la Méditerranée aux pires moments de la répression du nationalisme algérien ? Comment trouvent-elles leur place dans la société qui les entoure et leur rôle dans la guerre d’indépendance menée aussi en métropole ? Grâce à une enquête orale approfondie, on les entend répondre à ces questions, on les découvre également au détour d’un fonds photographique public ou privé, dans le secret des archives judiciaires et policières, administratives et médiatiques. Leur mémoire inspire une parole vive et permet aux archives de parler à leur tour. On comprend alors l’histoire partagée qui les amène à prendre parti dans une guerre souvent fratricide, à s’attacher à l’Algérie naissante autant qu’à trouver la forme d’une intégration singulière, loin des débats actuels qui les méconnaissent obstinément. L’écriture de cette histoire résulte ainsi d’une écoute, d’une patience et d’une réflexion sur les outils, sur les méthodes aptes à rendre visible la matière complexe des parcours de ces Algériennes pendant cinquante ans, en s’efforçant d’en préserver la vie. Illustration de couverture : Archives privées © Fatma Malagouen


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 janvier 2017
Nombre de visites sur la page 15
EAN13 9782847888423
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Femmes dévoilées Des Algériennes en France à l’heure de la décolonisation
Women unveiled. Algerian women in France in the age of decolonisation
Marc André
Éditeur : ENS Éditions Lieu d'édition : Lyon Année d'édition : 2016 Date de mise en ligne : 4 janvier 2017 Collection : Sociétés, Espaces, Temps ISBN électronique : 9782847888423
http://books.openedition.org
Édition imprimée ISBN : 9782847888409 Nombre de pages : 380
Référence électronique ANDRÉ, Marc.Femmes dévoilées : Des Algériennes en France à l’heure de la décolonisation. Nouvelle édition [en ligne]. Lyon : ENS Éditions, 2016 (généré le 04 janvier 2017). Disponible sur Internet : . ISBN : 9782847888423.
Ce document a été généré automatiquement le 4 janvier 2017.
© ENS Éditions, 2016 Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540
Depuis les années 1990 le voile cristallise les débats politiques sur l’identité nationale et livre des femmes musulmanes une image partielle. Cet ouvrage cherche à donner plus d’épaisseur à leur présence dans la société française en s’inté ressant aux premières d’entre elles : les Algériennes venues au lendemain de la Seconde Guerr e mondiale. Qui sont ces femmes ? Pourquoi traversent-elles la Méditerranée aux pires moments de la répression du nationalisme algérien ? Comment trouvent-elles leur place dans la société qui les entoure et leur rôle dans la guerre d’indépendance menée aussi en métropole ? Grâce à une enquête orale approfondie, on les enten d répondre à ces questions, on les découvre également au détour d’un fonds photographique public ou privé, dans le secret des archives judiciaires et policières, administratives et médiatiques. Leur mémoire inspire une parole vive et permet aux archives de parler à leur tour. On comprend alors l’histoire partagée qui les amène à prendre parti dans une guerre souvent fratricide, à s’attacher à l’Algérie naissa nte autant qu’à trouver la forme d’une intégration singulière, loin des débats actuels qui les méconnaissent obstinément. L’écriture de cette histoire résulte ainsi d’une écoute, d’une patience et d’une réflexion sur les outils, sur les méthodes aptes à rendre visible la matière complexe des parcours de ces Algériennes pendant cinquante ans, en s’efforçant d’en préserver la vie. Illustration de couverture :Archives privées © Fatma Malagouen
Since the 1990’s, political debate on national identity has crystallised around the issue of the veil and has provided only a partial image of Muslim women. The purpose of this book is to study their presence in French Society more thoroughly by focusing on the Algerian women who came to France immediately after World War II. Who were these women? Why did they cross the Mediterranean at a time when the repressi on of Algerian nationalism was at its worst? What place did they manage to find within society and what role did they play in the War of Independence which was also being waged in mainland France? In-depth interviews provide their side of the story and enable them to answer all these questions. An extensive series of private and public photographs, together with legal, media and police archives and administrative records, enable us to rediscover these women. Their memories shed new light on history and, in turn, al low for a new interpretation of the archives. Only then can we appreciate the shared history whic h led them to take sides in an often fratricidal war, to maintain an attachment with an emerging Algeria whilst seeking out a unique form of inclusiveness, far-removed from the current debates which remain stubbornly misinformed on the subject. It is only by listening, by showing patience and by carefully analysing the tools and the methods which reveal the complex lives which these Algerian women lived for over fifty years, that their history can fully be told.
MARC ANDRÉ
Agrégé et docteur en histoire, Marc André est chercheur associé au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (Larhra) et enseigne à la Cité scolaire internationale de Lyon.
SOMMAIRE
Remerciements
Liste des abréviations
Introduction
Partie I. Anonymats
Chapitre 1 Méconnaissances Les petits nombres Femmes inadaptées Femmes amorphes ou fanatiques Fatmas farouches ou femmes ordinaires Femmes qui marchent
Chapitre 2 Discrétion Une diaspora discrète « Lost in translation » « Celles de la rue Mercière » La médina : masculin, féminin ? Une colonie familiale
Partie II. Rencontres
Chapitre 3 Sympathies Premiers pas, premiers contacts Accueillir Instruire Soigner Dialoguer Face à l’assistance sociale Entre Algériennes
Chapitre 4 Liens
Portrait de groupe Maris et épouses, concubins et concubines Camaraderies Femmes algériennes au travail Désordres dans les familles L’archipel messaliste
Partie III. Engagements
Chapitre 5 Effacements Tribunaux sans tribunes Géographie de la détention Des Algériennes au creux des affaires Non-lieux Défensesféminines
Chapitre 6 Clandestinités Troubles dans le genre Refuges Liaisons Aux origines de l’engagement Exposition à la violence Deuils, enterrements, réparations Fuites Surgissements
Partie IV. Les conditions d'une double présence
Chapitre 7 Désengagements Fêter l’indépendance L’Amicale des femmes algériennes Fin de partie politique Moudjahidatesnon reconnues
Chapitre 8 Devenir plurielles L’Algérie ou la France Françaises ou Algériennes Vie métropolitaine Mort algérienne
Conclusion
Annexes cartographiques
Notices biographiques
Sources et bibliographie
Remerciements
Ce livre est la version remaniée d’une thèse de doctorat soutenue à Paris-Sorbonne le 4 avril 2014. Mes premiers remerciements s’adressent aux me mbres du jury (Jacques Frémeaux, mon directeur de recherche, Sylvie Thénault, Olivier Dard, Benjamin Stora et Jim House) qui, par leurs remarques et conseils, ont impulsé ce travail de réécriture. Un simple survol du livre montre qu’il fourmille d’images, extraites de différentes archives, donnant corps à l’histoire racontée. Leur publication a été rendue possible grâce à toutes ces femmes et hommes qui, derrière les institutions, m’ont accordé leur confiance. Je remercie donc le personnel des Archives de la justice milita ire qui a fait preuve d’une disponibilité exceptionnelle : le lieutenant Cianea, les adjudant -chefs Bertin et Destrumelle, l’adjudant me Caille, M Perrault et M. Erault ont permis des séjours aux archives fructueux et agréables et ont facilité mes démarches en vue d’obtenir les dérogations souhaitées. Aux Archives municipales de Lyon, Anne-Catherine Marin et Catherine Dormont ont mis à ma disposition de nombreux documents qui avaient échappé à mes req uêtes. Je remercie également toute l’équipe du journalLe Progrès, et notamment Philippe Pitaud, rédacteur en chef a djoint, Thierry Chouet, secrétaire général de la rédaction, Julien Iaboni, Pascale Martin et Vincent Bourbotte de la documentation photographique, pour leur soutien tout au long de mes recherches et pour le prêt à titre gracieux des photographies d’époque sans lesquelles cette publication n’aurait pas la même richesse éditoriale et scientifique. Je remercie également les dessinateurs du journalDernière Heure Lyonnaise pour la reproduction de dessins à peine jaunis par le temps. De nombreuses photographies proviennent d’albums de famille : les Algériennes, les Algériens, ainsi que les autres témoins rencontrés (souvent à plusieurs reprises) m’ont autorisé à reproduire des photographies qui relèven t du privé et de l’intime. Tous ont ma reconnaissance la plus fraternelle. Ces images, tout commes les paroles recueillies, ont été essentielles à l’écriture de ce livre et j’espère avoir été fidèle à l’histoire qu’elles montrent. Je suis également très reconnaissant envers celles et ceux qui m’ont accordé généreusement de leur temps : Raphaëlle Branche, Marion Deschamp, Lise et François André pour leurs méticuleuses relectures, Jean-Luc Pinol et Thomas Ansart pour l’initiation à la cartographie et la réalisation de quelques cartes, Denis Dupas p our la vérification de toutes les données statistiques, Jai Ryung Choi pour son talent dans le traitement des images, Dalila Berbagui pour quelques échanges de données, mais aussi Soraya Moumen, Patrick Longuet, Yasmine Flitti, Madjid et Zakhlia Khiat, Frédéric Abécassis , Gilbert Meynier, Samira et Abdesselem Bouras, Mounira B’Chir et l’équipe du Patio des Aînés, pour l’aide apportée durant toutes ces années. Robert Vial, Christian Delorme et Michel Chomarat ( pour le prix Émir Abd-el Kader), Florence Rochefort, les membres de l’Institut Émilie du Châtelet et la Ville de Paris (pour le prix des études de genre), m’ont offert la possibilité d’envisager une suite à cette histoire des femmes algériennes.
Je remercie encore Christine Détrez, Guillaume Garn er et Yves-François Lelay d’avoir accepté que ce livre figure dans la collection « So ciétés, Espaces, Temps » de ENS Éditions, Céline Rohard et Catherine Bouvard pour avoir toujo urs répondu patiemment à mes questions souvent impatientes, et Afifa Zenati pour l’impulsion décisive. Enfin, Lise, Pierre, Chantal et François André méritent à présent de souffler un peu après mes sollicitations tous azimuts.
Liste des abréviations
Dans le texte
AAE : Amicale des Algériens en Europe ACA : Amicale des commerçants algériens ACFAL : Association de coopération franco-algérienne du Lyonnais ADAF : Amicale des Algériens en France AGEL : Association générale des étudiants de Lyon AGJA : Amicale générale des jeunes algériens AGTA : Amicale générale des travailleurs algériens AITN : Atteinte à l’intégrité du territoire national ALHNA : Association lyonnaise pour l’hébergement des Nord-Africains ALN : Armée de libération nationale ASEE : Atteinte à la sécurité extérieure de l’État ATNA : Association d’aide aux travailleurs nord-africains CIMADE : Comité inter-mouvements pour les évacués CSF : Confédération syndicale des familles CTAM : Conseiller technique aux affaires musulmanes DDASS : Direction départementale des Affaires sanitaires et sociales ESSANA : Études sociales et service d’accueil pour les Nord-Africains FLN : Front de libération nationale FSNA : Français de souche nord-africaine GPRA : Gouvernement provisoire de la République algérienne JEC : Jeunesse étudiante chrétienne JOC : Jeunesse ouvrière chrétienne INED : Institut national des études démographiques INSEE : Institut national de la statistique et des études économiques MEC : Maison des étudiants catholiques MNA : Mouvement national algérien MTLD : Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques OPAC : Office public d’aménagement et de construction PJ : Police judiciaire PPA : Parti du peuple algérien TPFA : Tribunal permanent des forces armées SAS : Section administrative spécialisée SAT : Service d’assistance technique SAU : Section administrative urbaine SRPJ : Service régional de la police judiciaire SSFNA : Service social familial des Nord-Africains UDMA : Union démocratique du manifeste algérien