//img.uscri.be/pth/09e435befda7eaf60912267b6b589f3fbb620896
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,5 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Frontières de l'humour

De
224 pages
L'humour a-t-il des formes propres à une culture ? Comment les décrire ? Comment définir et délimiter l'humour, l'ironie, la parodie ou l'insolite ? Quels sont les problèmes spécifiques posés par l'image humoristique ? Il s'agit d'explorer les différentes frontières qui se trouvent impliquées dans la problématique de l'humour : frontières interculturelles (entre l'humour français, danois, espagnol), mais également catégorielles et discursives.
Voir plus Voir moins
Frontières de lhmuuoLrhmuuo rt-a- dil fesmeorrp serpo à s enuure cultmmen? Co séd tel e ?rcrit enmmCo eirndéimiléd tuhl retrinoei ,omru ,lie ou lla parodQ ? sleuosnietilprs lèobon slet sep iuqpscéem smage li parosés ? euqitsiromuh esqus cet on sCeuq sobanedrel tontiets a dreuto vuaregc loeltcs auteurs de cetmmoc fitd tse nuntdo, ifecbjo lneetffrénoit srfloreexps dir lequlis éentvemp i es uortserèiuq  lhumoutique derpboélamadsnl  as leelurltcuernti serèitnorf : r framourlhutre ( neobdrd aottumelega éégat cntselleirocsid te s, dnçais etanoigaone psamsi)l ,esnrnt iroers.géiL rétne têl tursives, liées axud fiéfertn seg étéirav al snadquux ausrpcos deedc ti énilarogiide  réslumee vo snapalq isd eutrontiasocpr chenorfnoetle sesc rie, ain la théo sdahpmsec téduppelit aes c à derianilpaf iuq ,plt  eveciisidur,es cooiolig,es ours, pragmatiquana esyl ud csidplomenémirta :ess Vilorea DoMaríri.eétarl tiqieuorétrht  eueiqstilyts ,eigoloiméadrid, ooma de MdaA tunóinevsrdi àurU lofprsees aíc tseorevraG la lans et dsse  nrFere aruttiétagsp Eent  ecean àjéd a ellE .enoordonneù elle cted  eeru  nrpjor suhulerche chal serp ruomnad psgaecE-LaHen( tan,rmat1).I 20179 : NBS-343-2-8722-67002 idirégl ovuareg Humour et criseos slaic .seageRs rdoicrs séanFré s «
«
s
Frontières de l’humour
s a c    maía d Vv Gacía
a n t i q
u
é
m
»
e
s
s »  u e i q n t m a
Frontières 
       de                         
lhumour
Sémantiques Collection dirigée par Thierry Ponchon  Déjà parus  Aviv AMIT, Continuité et changements dans les contacts linguistiques à travers lhistoire de la langue française, 2013 Christiane MORINET, Du parlé à lécrit dans les études , 2012. Jonas Makamina BENA, Terminologie grammaticale et nomenclature des formes verbales , 2011. André ROMAN, Grammaire systématique de la langue arabe , 2011. Julien LONGHI, Visées discursives et dynamiques du sens commun , 2011. Boris LOBATCHEV, L'autrement-vu, l'axe central des langues , 2011. Fred HAILON, Idéologie par voix/e de presse , 2011. Jean-Claude CHEVALIER, Marie-France DELPORT, Jérômiades. Problèmes linguistiques de la traduction, II , 2010. Rita CAROL, Apprendre en classe d'immersion, quels concepts, quelle théorie ? , 2010. Bénédicte LAURENT, Nom de marque, nom de produit: sémantique du nom déposé , 2010. Sabine HUYNH, Les mécanismes dintégration des mots d emprunt français en vietnamien , 2010. Alexandru MARDALE, Les prépositions fonctionnelles du roumain, 2009. Yves BARDIÈRE, La traduction du passé en anglais et en français , 2009. Gerhard SCHADEN, Composés et surcomposés , 2009. Danh Thành DO-HURINVILLE, Temps, aspects et modalité en vietnamien. Etude contrastive avec le français , 2009. Odile LE GUERN et Hugues de CHANAY (dir.), Signes du corps, corps du signe , 2009. Aude GREZKA, La polysémie des verbes de perception visuelle , 2009.
Sous la direction de María Dolores V IVERO G ARCÍA       Frontières de lhumour               LHarmattan
       
 
        
         
© LHarmattan, 2013 5-7, rue de lÉcole-Polytechnique ; 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-343-00672-7 EAN : 9782343006727  
Avant-propos
Par María Dolores V IVERO G ARCÍA  Universidad Autónoma de Madrid dolores.vivero@uam.es   La diversité des formes de lhumour, de ses mécanismes et de ses effets dans les discours mérite une étude approfondie, quune approche de type contrastif ne peut que favoriser. En effet, la comparaison des modes dapparition de lhumour dans des contextes socio-culturels différents est un moyen non seulement de cerner ce qui les distingue et ce qui les rapproche, mais encore de mieux comprendre et de mieux décrire les fonctionnements de la parole humoristique. Entre 2000 et 2003, un groupe de recherche franco-espagnol essayait, en adoptant une perspective comparative, détablir des catégories permettant de décrire et de contraster lhumour en France et en Espagne. Ses résultats ont donné lieu à un ensemble darticles réunis en 2006 dans le dossier « Humour et médias » de la revue Questions de communication 10, dont celui dAnne-Marie Houdebine-Gravaud et Mae Pozas sur les dessins de presse espagnols et français traitant du 11-Septembre, celui de Manuel Fernandez et María Dolores Vivero García sur les chroniques journalistiques ou celui de Patrick Charaudeau, sur les catégories de lhumour. Celui-ci 1  propose de distinguer les catégories énonciatives (lironie, le sarcasme et la parodie) et celles qui portent sur la façon de représenter le monde (linsolite, labsurde et le paradoxe) ; ces six catégories, combinées entre elles et associées à des thèmes et à des effets de connivence variables (critique, ludique ou cynique), permettent de décrire les diverses formes dhumour.
                                                     1 « Des catégories pour l'humour ? », article téléchargeable sur le site <patrick-charaudeau.com>. 
6 María Dolores Vivero García  
Sappuyant sur ces premiers résultats, deux nouveaux projets de recherche (« Humor e interrogación de la doxa en tiempos de conflicto o de crisis. Estudio comparativo (francés-español) del humor en la prensa y en la literatura contemporánea » 2  et « Humor y sociedad. Artes, prensa, internet. Estudio contrastivo Francia-España » 3 )  prolongent et approfondissent la réflexion sur lhumour en linscrivant dans lactualité sociale. Un premier volume collectif issu de ce travail et intitulé Humour et crises so Re rds croisés France-Espagne est paru en 2011 4 ciales. ga  . Cest dans le cadre de ces projets que sinscrit le présent ouvrage collectif, dont lobjet commun est dexplorer, dans une approche pluridisciplinaire (analyse du discours, pragmatique, sociologie, sémiologie, stylistique et rhétorique littéraire), différentes frontières qui se trouvent impliquées dans la problématique de lhumour : frontières intercultu-abor a-t-il des formes propres à une rceulllteusr et 5 o u?t) , dmais d é(lgahleummeonutr  discursives (liées aux diffé-rents genres interrogés), et catégorielles (comment définir et délimiter, dans les contextes étudiés, lhumour, lironie, la parodie ou linsolite ?). Louvrage est composé de 9 chapitres. Le premier, rédigé par Patrick Charaudeau, « De lironie à labsurde et des catégories aux effets » propose une réflexion sur les diffé-rentes catégories de lhumour et sur les effets quelles produisent selon le type de connivence proposée au lecteur. Cette réflexion conduit lauteur à reprendre la notion générique dhumour en apportant de nouveaux arguments, puis les catégories quil appelle « descriptives » et les types d « effets », en en montrant certaines des combinaisons possibles.                                                      2 Projet FFI2009-08499 et action complémentaire FFI2010-12037-E, financés par le Ministerio de Ciencia e Innovación espagnol. 3 Projet FFI2012-33068, financé par le Ministerio de Economía y Competitividad espagnol. 4 M. D., Vivero García (dir.) (2011). 5 La question est posée à partir du cas des cultures française, danoise et espagnole. 
Avant-propos  7
Le deuxième chapitre, intitulé « Lironie : problèmes de frontière et étude de cas. Sarkozy face à Royal (2 mai 2007) » est entièrement consacré à la question de lironie. Catherine Kerbrat-Orecchioni sintéresse essentiellement à lironie « au sens strict », définie comme « une manière de se moquer » (composante pragmatique) « en disant le contraire de ce que lon veut faire entendre » (composante sémantique), défini-tion qui soulève un certain nombre de problèmes (relation avec la litote, traitement polyphonique). Elle analyse ensuite le fonctionnement de lironie telle quelle est pratiquée par Nicolas Sarkozy à lencontre de Ségolène Royal dans le débat de lentre-deux-tours des élections présidentielles de 2007. Elle sinterroge sur les effets interactionnels du procédé dans un tel contexte, et revient en conclusion sur la question de lélasticité de la notion dironie et sur les extensions demploi auxquelles elle se prête. La réflexion sur les frontières entre catégories se poursuit dans le chapitre 3, consacré aux problèmes spécifiques posés par limage humoristique. Dans ce chapitre, intitulé « De la parodie dans la caricature et le dessin de presse », Anne-Marie Houdebine-Gravaud sinterroge en particulier sur la capacité de limage à utiliser la parodie, étant donné que celle-ci opère toujours une citation, plus ou moins détournée, distanciée, mais identifiable, et quelle suppose donc des références communes, ce quon désigne par lexpression « culture générale » ou « monde partagé » ou encore « uni-vers de sens commun ». Lauteure avance lhypothèse que le verbal et ses relations anaphoriques (au sens de Tesnière) jouent un rôle fondamental dans la reconnaissance du discours parodié à travers le retournement énonciatif effectué. La question qui se pose alors est celle de savoir si limage, qui ne peut nier (R. Barthes), arrive à opérer le retournement énonciatif propre à la parodie par le seul usage de lintericonicité (ou intertextualité iconique). À laide dun corpus de premières de couvertures dhumoristes et de dessins de presse, Houdebine tente de répondre à cette question.  
8 María Dolores Vivero García  
Le chapitre 4, rédigé par Alain Rabatel, propose une ap-proche innovante pour explorer les frontières entre lhumour et lironie. Il dégage les conditions énonciativo-pragmatiques et interactionnelles qui, en production et en réception, o . rientent linterprétation vers lhumour ou vers lironie Rabatel fait lhypothèse que lhumour repose sur des positionnements plus complexes que ceux de lironie, parce quil présuppose dabord de maîtriser son positionnement envers les autres que soi (ironie), avant de pouvoir exercer la dynamique de lautre envers soi, et donc envers les autres de  soi (humour). Le PDV (point de vue) humoristique fait lobjet dune sous-énonciation qui va de pair avec une prise en compte irrévérencieuse de PDV1, en sorte que le véritable PDV de lhumoriste (PDV2) prend quelque distance avec le PDV source sans pour autant le remettre totalement en cause et sans que PDV2, plus pertinent que PDV1, se pose comme une vérité absolue, vu sa dimension ludique : cest pourquoi PDV2 est doublement hypo-asserté, en lui-même, comme envers PDV1. Dans le chapitre 5, María Dolores Vivero García apporte des éléments pour une description de lhumour comme catégorie générique. Elle pose quune description de lhumour nécessite la prise en compte des paramètres relatifs à la situation discursive. Elle situe ensuite dans ce cadre descriptif les catégories de procédés, et montre lintérêt de partir de catégories bien définies pour pouvoir analyser leur articulation dans les discours. Elle étudie sur des corpus variés trois formes dhumour hétérogènes, le paradoxe caricatural, linsolite caricatural et la parodie insolite, en suggérant des spécificités culturelles relatives à lemploi de ces formes dhumour dans les contextes français et espagnol. Aux différents exemples provenant de discours divers (journalistique, politique, publicitaire, etc.) sajoutent des textes littéraires, notamment un extrait de Pour en finir avec le genre humain , de la Française Anne Garréta, et un autre de Sin noticias de Gurb , de lEspagnol Eduardo Mendoza, qui font partie dun corpus commun, préalablement établi dans le
Avant-propos  9
but de favoriser léchange et le contraste entre perspectives différentes. Ces deux mêmes fictions sont ensuite comparées, selon une optique littéraire, par Montserrat Cots Vicente, dans le chapitre 6, intitulé « Intertextualité, interdiscursivité et ressources humoristiques : Anne Garréta et Eduardo Mendo-za ». Lauteure met en évidence la pratique généralisée, chez Garréta, dune intertextualité érudite qui puise dans la littérature et dans la philosophie. Mendoza, en revanche, utilise comme procédé le collage de discours stéréotypés (annonces immobilières, menus de restaurant, etc.) plus facilement identifiables par le lecteur et repris dans une visée parodique ; ce collage, que Montserrat Cots appelle « inter-discursif », fait partie, comme elle le montre, des ressources humoristiques employées par Eduardo Mendoza. Une frontière se dessine, à partir de cette étude, entre les jeux dintertextualité, qui introduisent une distance humoristique par rapport aux propos énoncés, et linterdiscursivité, dont lhumour provient de la parodie des discours stéréotypés. Le chapitre 7, « Frontières du paradoxe argumentatif chez A. Garréta et Lydie Salvayre » est rédigé par Anne-Marie Paillet, qui, envisageant lironie comme paradoxe argumenta-tif, propose une analyse de Pour en finir avec le genre humain  dAnne Garréta et du roman de Lydie Salvayre Les Belles Âmes , deux uvres qui sinscrivent, selon lauteure, dans le genre de léloge paradoxal : éloge de la misère, et, inversement, blâme de la compassion et de la charité envisagées comme valeurs  ou postures  de loccident chrétien. On peut alors tracer une frontière entre une forme directe du paradoxe, systématiquement fondé sur linversion argumentative dans le pamphlet de Garréta, et la déclinaison indirecte du paradoxe dans la fiction de Salvayre, sappuyant sur des formes innovantes de polyphonie, et sur une forme dironie plus complexe, déstabilisante, qui joue sur le brouillage des frontières énonciatives entre divers points de vue sur la pauvreté, et nexclut pas lautodérision. Dautre part, la relation du discours paradoxal au référent, à ses cibles, l ethos  de lénonciateur et le type de connivence sur