//img.uscri.be/pth/19a8ebdbcd270760fbb4147e05b4225ec0738e36
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Graphologie et recrutement

De
152 pages
Par l'étude d'une écriture, le graphologue entre dans le regard du scripteur qui est véritablement "le maître d'oeuvre" de sa page écrite. Il prend en compte ce qu'il contrôle à son insu et ce qu'il exprime au-delà des mots par le geste. Cet ouvrage explique comment la graphologie est insérée dans le processus de recrutement, quels sont ses repères techniques, ses apports et ses limites, ses points de jonction avec d'autres approches de la personnalité, et les problèmes-clés qui se posent au recruteur : en particulier l'intelligence, l'autorité, la communication.
Voir plus Voir moins

Graphologie
et recrutement

Graphologie Collection dirigée par Monique Genty
Les lecteurs pourront, par l'intermédiaire de différents auteurs, découvrir la graphologie et élargir ou approfondir leur connaissance de cette discipline qui permet de mieux comprendre la personnalité humaine. Chaque ouvrage enrichit la réflexion, ouvre des perspectives et permet au travers de l'acquisition progressive d'une méthode de se familiariser avec l'écriture. Cette collection est destinée aussi bien aux graphologues qu'à ceux qui, sensibles à une trace laissée sur le papier, cherchent à en comprendre toute la portée et la signification.

Déjà parus
M. GENTY, L'être et l'écriture dans la psychologie jungienne. R. OLIY AUX, Pédagogie de l'écriture et graphothérapie. F. WITKOWSKI, Psychopathologie et écriture.

Marcelle Desurvire

Graphologie et recrutement
Préface de Madeleine Béchu

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Kônyvesbolt Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

Du même auteur dans cette collection

FEUILLETS

DE GRAPHOLOGIE

1 2 3 4 5 6

: Les bases jaminiennes. Le geste graphique. : Les bases jaminiennes. Les genres et les espèces. : Technique de l'écriture. L'observation. : Technique de l'écriture. L'interprétation. : Etude de la personnalité. Le développement. : Etude de la personnalité. Les théories.

@ Masson, 1991 @ L'Harmattan, 2005

ISBN: 2-7475-8356-2 BAN: 9782747583565

PRÉFACE

L'utilisation accrue de la graphologie dans le processus de recrutement est souvent contestée, attaquée ou approuvée, au mieux elle suscite une interrogation sur sa validité. Les personnes concernées s'inquiètent, à juste titre, et se défendent d'être jugées sans recours par des graphologues incompétents. Il appartenait à une vraie professionnelle de clarifier le sujet. Psychologue et graphologue (( de terrain )), Marcelle DES URVIRE exerce son métier depuis vingt ans, avec une clientèle diversifiée: entreprises de toutes tailles, cabinets de recrutement, sociétés de conseil, particuliers. Elle a créé une méthode d'enseignement de la graphologie par correspondance qui a également fait ses preuves.

Nous avons passé ensemble l'examen des Graphologues-Conseils de France, en 1969, et au titre d'une longue amitié, scellée par de nombreux travaux en commun, elle m 'a demandé de préfacer son livre. Dense par son contenu, cet ouvrage s'adresse à tous ceux qui se sentent concernés par les problèmes de recrutement ou de gestion de carrière. Il explique aux graphologues débutants ce qu'est un processus de recrutement, en les incitant à la prudence dans le diagnostic, à la modération dans l'expression écrite et orale, au respect des personnalités dans l'examen des candidatures. Certains lecteurs qui s'attendent à trouver dans ce livre des (( recettes miracles )) seront déçus. Le but du livre n'est pas de permettre de déceler à tout coup le meilleur candidat d'une sélection mais de permettre une meilleure collaboration entre graphologue et utilisateur. Il aide aussi à comprendre cette phrase de Suzanne BRESARD: (( la graphologie est une science d'observation et un art d'interprétation )). En effet, si l'étude de l'écriture a prouvé qu'elle était révélatrice (jusqu'à un certain point) du fonctionnement de la personnalité, de son dynamisme, de ses réserves volontaires et compensatrices, dans des conditions d'environnement stables, elle ne livre jamais la clé d'un comportement dans telle circonstance

ou dans tel contexte, mais seulement des probabilités.

VI

Préface

Or, c'est ce comportement qu'il lui est demandé de prévoir pour une
adéquation professionnelle, et la demande s'adresse à l'art d'interprétation du graphologue, à son expérience de visualisation de milliers d'écritures, à sa connaissance des métiers et fonctions, de leur évolution à travers des contextes

économiques mouvants, et aussi de l'évolution des personnalités

au long du

.

temps consacré à la profession, du débutant à la retraite. C'est une spécialisation, un cas particulier du travail graphologique. L'expérience est un support d'objectivité pour les jugements et les pronostics, sans mettre à l'abri d'une sur ou d'une sous-estimation des possibilités d'un(e) candidat(e) ou d'une évaluation erronée du contexte économique et humain. Ce message de prudence ressort de l'ouvrage et je remercie Marcelle DES URVIRE de l'avoir exprimé: il est le fruit de réflexions, d'expériences et d'enseignements, que nous avons partagés, l'une comme l'autre, avec d'autres graphologues diplômées de la Société Française de Graphologie et du Groupement des Graphologues-Conseils de France. Si la graphologie a beaucoup évolué en France durant ces vingt dernières années, elle peut encore susciter des recherches, des validations et de nouvelles découvertes pour ceux et celles qui continueront à travailler et à s'investir dans cette discipline. Souhaitons qu'ils continuent à aider les générations futures à trouver la voie de leur insertion professionnelle.

Madeleine DÉCHU

TABLE DES MATIÈRES

PRÉFACE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

V

INTRODUCTION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 1. Quelques repères techniques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Historique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La page écrite. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Apprentissage de l'écriture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Bases de la méthode graphologique française. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. La sélection professionnelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Historique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Actualité du recrutement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le candidat d'aujourd'hui, ses attentes et ses choix. . . . . . . . . . . . . . . . . L'apport de la graphologie, ses ressources et ses limites. . . . . . . . . . . . . . 3. L'étude graphologique professionnelle. ........................... 5 5 8 15 19 23 23 25 27 31 47 47 51 61 65 70 87 91 95 100 104

Conditions de l'étude graphologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Étapes du travail. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Contenu de l'étude graphologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Différents types d'études. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Postes et responsabilités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. Le processus de recrutement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Qui fait appel à la graphologie? Sur quelles bases s'établissent les relations graphologue-recruteur? Différents tests. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Rôle et place de la graphologie face aux problèmes de recrutement. . . ..

VIII

Table des matières

5. Quelques problèmes-clés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'intelligence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'autorité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La communication. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. CONCLUSIONS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. BIBLIOGRAPHIE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. ..
INDEXALPHABÉTIQUE

109 110 116 123 133 137
139

INTRODUCTION

L'usage du mot « profession» et les correspondances que l'usage a établi de ce mot avec les mots « métier», « état}), « situation }), nous proposent trois notions bien distinctes, bien qu'associées dans la pratique: une occupation déclarée, un service que cette occupation constitue, un état social qu'elle assure. (d'après R. HUSSON, Les activités professionnelles et le Droit)

La graphologie s'est constituée empiriquement, au cours du siècle dernier, précédée par des interrogations de philosophes, d'écrivains, de poètes, d'enseignants, tous ceux qui se sont intéressés au graphisme comme langage et expression de la personne. L'écriture est la peinture de la voix, disait Voltaire. Gœthe s'exprimait ainsi: «que l'écriture ait des rapports avec le caractère et l'intelligence humaine, et qu'elle puisse donner au moins un pressentiment de la manière de sentir et d'opérer, il n'existe pas l'ombre d'un doute à ce sujet... » Et Paul Valéry prononce les mots-clés: « quelques gouttes d'encre et une feuille

de papier, matière qui permet l'addition et la coordination d'instants et d'actes... »
Encore fallait-il aller au-delà de l'intuition sensible pour élaborer une méthode et des outils de recherche, afin de constituer la graphologie en science, même si elle reste un art, pour ceux qui la pratiquent quotidiennement et savent que chaque écriture est unique dans son déchiffrement. Elle ne peut se réduire à des grilles de lecture ni s'apprendre dans les dictionnaires, c'est un langage qui a ses propres lois. L'écriture nous parvient achevée, immobilisée sur le papier, c'est un « produit» de l'activité humaine. Il s'agit de remonter au mouvement qui l'a déterminée et pas seulement de se référer à un catalogue de signes. La lettre est écrite au long d'un temps qui se déroule sur une ou plusieurs pages (la lettre peut être écrite en plusieurs fois), cela introduit des modifications du rythme et quelquefois des formes (par exemple des formes qui se relâchent ou qui s'accélèrent en arrivant en fin de message) .

2

Introduction

Certaines lettres comportent des mots ayant un sens personnel (mots affectifs), d'autres butent sur l'orthographe, ou révisent les mots par des retouches. Tout a un sens, mais relié à l'ensembledu texte, aucun signene peut être isolé de son « milieu graphique» . Ce qui donne un sens à l'écriture et qui fait l'objet de la graphologie, c'est l'étude de l'acte graphique dans son ensemble dont tous les aspects convergent vers le résultat, ce qui est écrit tel jour, à telle heure et dans telles circonstances. L'écriture est une matière vivante et soumise aux lois du vivant, elle naît, se développe, vit et meurt, elle est affectée par l'environnement et aussi par l'état physique et psychologique du scripteur. Et pourtant chaque écriture a une structure qui la rend reconnaissable et stable dans le temps, elle a aussi des variantes à connaître, qui ne se produisent pas n'importe où dans un texte. Différentes influences agissent sur le graphisme: Les conditions matérielles de l'écrit Le temps dont dispose le scripteur pour bien écrire: si ce sont des notes de cours, des cartes de vacances, des lettres officielles, le temps passé est différent et influence la qualité du résultat. Le matériel: papier, instrument (stylo, bic, feutre, etc.), support (table), on n'écrit pas de la même manière dans des conditions habituelles et dans des conditions improvisées. Avec sa plume habituelle ou celle qui est prêtée. La condition physique: la fatigue, le sommeil détériorent le tracé. Ainsi que l'alcool, les médicaments, les drogues de toutes sortes. Le destinataire: il est présent dans le texte qui s'adresse à lui et comme dans une conversation, il influence ce qui est dit, l'information ou l'affirmation. L'intention de la lettre: tout message est une communication qui apporte un contenu: nouvelles, questions, précisions, expression de sentiments, demandes, réponses... Cela aussi agit sur le graphisme. On n'écrit pas une lettre d'amour comme une lettre administrative. Le contexte graphique doit être connu, et lorsqu'il s'agit d'une étude approfondie, le graphologue demande plusieurs documents, écrits dans différentes conditions et à différentes personnes afin de repérer les constances et les différences dans l'écriture, en fonction de toutes ces conditions matérielles. Les conditions culturelles Dans notre civilisation, l'écriture est la traduction du langage oral, alliant un code grammatical et une représentation graphique des sons et des symboles, elle fIXele langage parlé en étant le garant de son caractère social au-delà des particularités vocales (accent, prononciation, intonation). Elle aide la pensée à s'organiser en la projetant dans l'espace de la feuille, ce qui permet de revenir en arrière, d'ajuster des mots, de réfléchir sur des phrases, d'aménager par la mise en page le discours intérieur. On lui donne une forme organisée et ceci d'autant plus que l'écriture est employée fréquemment, a participé à de longues études, comme témoin de la pensée. Elle a une signification sociale, son aisance évolue avec sa pratique fréquente, tandis qu'elle perd son efficacité si elle n'est pas utilisée souvent. Ceux qui ont arrêté

Introduction

3

leurs études de bonne heure ont arrêté aussi l'évolution de leur écriture, si bien qu'elle garde l'empreinte d'une époque de leur vie, souvent restée proche du modèle scolaire. Par la pratique, à l'inverse, elle acquiert non seulement de l'aisance mais une individualisation (développement de la personnalité au travers de motivations dominantes) ou un conformisme social (empreinte des milieux où vit le scripteur: il y a des écritures de scientifiques, des écritures d'hommes politiques, des écritures mondaines...) . Elle a une signification culturelle qui imprègne la pédagogie à travers les modèles d'écriture. Car chaque pays utilise un alphabet qui s'est individualisé dans le temps (en parlant des alphabets européens) et ces alphabets se sont modifiés, dans leur forme, comme dans leur enseignement à partir de critères culturels. En effet, chaque enfant reçoit une éducation dans sa famille, qui reflète une éducation plus globale, celle de la nation qui a des valeurs à transmettre. On reconnaît les écritures anglo-saxonnes, germaniques, hispaniques... à travers leurs alphabets et leur pédagogie. L'identification à un groupe social, ou à des personnes importantes dans la vie du scripteur est une autre dimension de l'écriture, ce qu'on voit chez des personnes appartenant à une même famille, comme une ressemblance discrète, mais ce n'est pas toujours le cas. Par exemple, il y a des familles à petite ou à grande écriture, des familles «raides)} et des familles «souples)} qui ont proposé un cadre de référence graphique et psychologique à leurs enfants. Toutes ces variables influencent le tracé, c'est pourquoi le contexte graphique doit être connu. Penser qu'un signe de l'écriture a une valeur absolue est une absurdité, il dépend de multiples facteurs. - Quel est l'âge du scripteur? - A qui écrit-il ? - Dans quelles circonstances (santé, maladie, urgence) ? - Quel est son niveau d'études? - Sa situation familiale (être célibataire ou chargé de famille influence les choix de vie). - Son pays d'origine (s'il est étranger). - Le but de la lettre. Dans le cas qui nous intéresse ici, celui de la lettre de candidature, la situation est standardisée: chacun a eu le loisir de soigner son texte qui s'adresse à un employeur potentiel. Si la lettre est négligée, c'est plutôt l'effet d'une hâte ou d'un manque de soin qui relève du caractère plus que de la situation d'écrire. En regardant l'écriture, le graphologue entre dans le regard du scripteur qui est une sorte de maître-d'œuvre, qui a une fonction de contrôle - plus ou moins
conscient

-

de ce qui s'écrit. Il surveille ce qu'exécute

la main, tout au long des

lignes, avec plus ou moins d'aisance et de précision. Il agit: - sur l'intention de forme, la forme a un langage qui est au service de l'expression; - sur l'intention d'expression et de représentation dans le choix des mots justes qui les traduit; - sur le contrôle de l'espace: respect des codes (marges, alinéas, intervalles

4

Introduction

divers pour aérer les mots et les lignes) et organisation de cet espace de liberté, analogue à la prise de parole dans une relation; - sur l'orthographe, la grammaire, la syntaxe, la ponctuation, l'accentuation, tout ce qui articule les phrases et spécifie le langage écrit; - sur le choix de l'instrument pour obtenir un trait net (chez ceux qui cultivent la pensée abstraite) ou un trait plus coloré (les artistes, les affectifs), plus nourri (les réalistes) et le choix de la couleur de l'encre est aussi important quand il est voulu. Notre propos étant la graphologie à usage professionnel, dans le cas particulier du recrutement, l'écriture sera envisagée dans cette spécialité, c'est-à-dire comme un langage d'action. Dans ce langage vont converger les motivations, les valeurs, les intentions de la personnalité dans l'optique de la vie professionnelle. Vers tel ou tel but, avec un niveau d'aspiration, de réussite ou d'ambition qui diffère suivant les personnes, et des moyens intellectuels et relationnels différents aussi, des degrés dans l'engagement vers des responsabilités. Une étude professionnelles'établit en fonction d'un profil de poste qui conditionne la recherche des atouts d'un candidat pour remplir une fonction. Dans certains cas, le poste étant peu défini, il s'agira d'orienter un candidat vers une fonction qui lui convient, c'est le cas des débutants. Selon les métiers, selon les statuts et les rôles, la demande du recruteur est différente et cela appelle différents types d'analyse. Au savoir qu'apporte un candidat, par sa formation et son expérience, s'ajoutent son savoir-fairepour le mettre en pratique et son savoir-êtrepour communiquer avec les autres.

L'étude du caractère permet d'apprécier un « style de conduite» habituel et les
réponses à des situations-clés comme l'autorité, la prise de responsabilités, la décision, ce qui est particulièrement important dans les rôles d'encadrement. La graphologie est une science complexe quand on la prend au sérieux et comme toutes les sciences humaines, elle ne peut être exacte, elle apporte des probabilités, donne des explications relatives, et propose les conduites habituelles inscrites dans le graphisme, en laissant des incertitudes. C'est un outil de conseil et non de décision.

]
QUELQUESREPÈRESTECH}UQUES

« Du point

de vue expérimental,il sem-

ble indubitable que les rapports de l' écriture avec la main - qui est sans doute notre plus vieil et reste notre plus instinctif instrument d'expression - font d'elle un enregistreur de nos dispositions intimes d'autant plus fidèle que ses notations échappent

à notre contrôle. »
(Henri WALLON)

HISTORIQUE

L'écriture est une des plus anciennes méthodes d'interprétation psychologique. Dans l'Antiquité, Suétone, ami de Pline le Jeune, écrivain très éclectique puisque son œuvre touchait à l'Histoire, à la vie dans la Rome ancienne, à l'institution des magistratures, aux langues, s'était aussi intéressé aux particularités de l'écriture de l'empereur Auguste. Sans nous attarder aux précurseurs de cette discipline qui est véritablement née à la fm du xOCsiècle, on peut se poser la question du discrédit qui l'a longtemps mise à l'écart des techniques de connaissance de la personnalité. La maturité de la graphologie comme de la psychologie a résulté du développement des sciences humaines, inséparables du développement des sciences de la vie et des sciences sociales. Ce qui a amené des méthodes de travail plus rigoureuses dans chaque discipline, et peu à peu une ouverture des frontières des unes et des autres. Le rôle de l'écriture dans la pédagogie et la transmission du savoir collectif s'est élargi des connaissances sur le langage, sur le geste, sur l'image, sur les activités graphiques, sur le fonctionnement mental, sur l'empreinte culturelle, sur la psychologie collective, et on passe peu à peu de la connaissance de la personnalité individuelle à travers son écriture à celle de la personnalité relationnelle.

6

Quelques repères techniques

C'est le chemin qu'a pris la graphologie dans cette deuxième partie du ~ siècle, en bénéficiant de l'évolution de la psychologie, science récente et déjà ramifiée en de nombreuses branches. Les trois psychologies selon P. Fraisse
1

Paul Fraisse, dans un symposium récent, analyse ce qu'on entend par psychologie, ce terme « s'applique à des conditions différentes ayant une portée différente». Il en distingue trois, qui coexistent et sont interdépendantes, non seulement dans le langage qui les confond mais aussi dans la pratique qui les unit.

- La psychologie qu'il appelle naturelle, dans ses relations avec autrui. Cette psychologie crée des concepts pour rendre compte des conduites que l'on découvre chez les autres et qu'on s'applique à soi-même, comme la volonté, l'intelligence, l'affection, etc. Il note que la pensée réfléchie n'est pas spontanée, elle s'acquiert en retour par l'observation d'autrui, c'est la démarche qui commence chez l'enfant, même avant le langage, il sait implicitement ce qu'il peut attendre de son entourage. Cette connaissance naturelle se développe chez l'écrivain qui analyse et décrit des sentiments, des comportements, des conflits ou des attirances, met en scène des actions, crée des types, des scénarios (théâtre, cinéma) ou bien développe des théories. Et elle s'affine dans la poésie comme un jeu avec le langage.
- La psychologie philosophique est « la recherche d'un discours cohérent qui porte sur toute la réalité» (Éric Weil). Ce discours a une histoire~ il se développe dans le temps car la réalité humaine est modifiée, à chaque étape, par l'acquis scientifique. Les philosophes approfondissent et systématisent les données de la connaissance naturelle, établissent des relations entre les faits et les idées, et certaines théories se périment au fur et à mesure que la science s'empare des problèmes et les démystifient (Descartes et ses esprits animaux, par exemple). L'objectif de cette psychologie est de donner un sens à nos concepts et à nos actes. Et aussi de réfléchir sur la connaissance elle-même. - La psychologie scientifique veut établir un ensemble de lois par lesquelles des faits sont expliqués par d'autres faits: «l'union des travailleurs de la preuve» (Bachelard). C'est un travail qui part d' hypothèses explicatives et aboutit à des hypothèses vérifiées, celles-ci conduisent à des théories se justifiant par leur fécondité, qui sont abandonnées lorsque d'autres correspondent mieux à la réalité étudiée. Ces trois psychologies sont liées, ont besoin les unes des autres. La démarche philosophique précède la démarche scientifique qui s'empare d'un domaine pour l'explorer et trouver des explications rationnelles.

La psychologienaturelle part d'observationsautant que la psychologiescientifique, mais celle-ci élabore des techniques, provoque des situations de laboratoire et utilise un langage plus élaboré qui répond à son travail (conditionnement, inhibition, codage...). L'observation est systématisée et s'accompagne de mesures.

1. Symposium de l'Association de psychologie scientifique de langue française: la communication. PUF, Paris, 1985.

Historique

7

La psychologie naturelle emploie le iangage courant, qui est malheureusement chargé d'ambiguïtés. En ce qui concerne l'étude de la personnalité, la méthode des tests a montré son efficacité sur des points précis et ses limites dans l'utilisation pratique: cette efficacité sera différente de celle du clinicien qui aborde son client avec des méthodes dues en partie à sa propre personnalité, à ses réactions à autrui (même en essayant d'être aussi neutre que possible), et en partie à la manière dont il a assimilé un savoir qui tient des trois sortes de psychologies. Toutes les pratiques sont basées sur un amalgame de savoir et de savoir-faire: la personne participe à un savoir théorique général, dans sa connaissance de l'autre, mais aucun être réel ne peut se réduire à un« cas» exemplaire et aucun praticien n'a exactement la même approche en sciences humaines. Les graphologues ont longtemps utilisé la psychologie naturelle et la psychologie philosophique, s'appuyant l'une sur l'autre, et avec des théories multiples pour justifier les interprétations. C'était la période des chercheurs empiriques. Il revient à Hélène de Gobineau2, le mérite d'avoir donné à la graphologie un statut scientifique à l'aide de travaux statistiques portant essentiellement sur la génétique de l'écriture. Hélène de Gobineau était une élève de Cr~pieux-Jamin et avait reçu une formation de graphologue classique, qu'elle a mise à l'épreuve de la mesure. L'ordinateur, aujourd'hui, peut apporter des conf1fl11ations travaux des graphologues intuitifs, des même si leurs théories se périment et c'est un champ de recherche fructueux et actuel, plus particulièrement en ce qui concerne l'évolution de l'écriture de l'enfant depuis le modèle scolaire jusqu'à sa personnalisation. Cette évolution se prête à des travaux statistiques sur des populations d'élèves d'âges et de niveaux différents. La graphométrie est née des recherches d'Ho de Gobineau. Dans une perspective de recrutement, des études statistiques se font sur des populations bien ciblées, sur des thèmes précis, et en sériant certains éléments de l'écriture, celle-ci étant alors assimilée à un test, et utilisée conjointement avec d'autres tests de personnalité3. Les graphologues professionnels sont de type « classique», en majorité. Car la psychologie de l'entreprise constitue un «tissu» relationnel et économique qui interfère sans cesse avec la psychologie de l'individu. On ne peut guère résoudre un cas professionnel par une addition de traits de caractères en face d'une liste de conditions de travail. La psychologie des aptitudes professionnelles laisse la place à une psychologie qui prend en compte l'homme et l'environnement. Ce qui justifie aujourd 'hui la reconnaissance de la graphologie en matière de recrutement, à condition qu'elle soit exercée par des spécialistes ayant reçu une formation sérieuse, c'est justement la diversité de ses sources, par l'assimilation des nombreux auteurs qui ont exploré l'écriture à travers le temps et à l'aide d'observations patientes et répétées, chacun apportant sa pierre à l'édifice. Il arrive que l'on ne puisse ,expliquer le pourquoi d'une interprétation, c'est devenu un savoir-fairequi se vérifie dans la pratique.
2. Génétique de l'écriture et étude de la personnalité, en collaboration avec R. PERRON. Delachaux et Niestlé, Neufchâtel, 1954. 3. Analyser l'écriture, Patrick GILBERTet Christian CHARDON.Éditions ESF, Paris, 1987.