Histoire du rhum

Histoire du rhum

-

Livres
291 pages

Description

Le rhum est une des conséquences de la conquête de l'Amérique, où, dès le XVe siècle, les Européens plantèrent la canne à sucre originaire d'Asie. Dans leurs empires coloniaux, les Portugais et les Espagnols, puis les Français et les Anglais, qui savaient déjà l'art de produire l'eau-de-vie, tirèrent très tôt du jus de canne une boisson fortement alcoolisée. Les progrès de la distillation en permirent la production sur une grande échelle.D'abord réservé à l'usage des Noirs, des boucaniers et de tous les écumeurs des mers du Nouveau Monde, le rhum fut aussi utilisé sur les côtes d'Afrique comme monnaie d'échange dans la traite des esclaves. En tant que boisson, il ne se répandit en Europe et en Amérique du Nord qu'au cours du XVIIIe siècle. Jusqu'à nos jours, sa production et sa consommation demeurèrent liées aux bouleversements coloniaux et aux convulsions des métropoles, dont la principale fut la Prohibition dans les états-Unis des années vingt.Dans l'évolution de cette boisson devenue quasi mythique, se reflète une bonne part de l'histoire mouvementée des deux rives de l'Atlantique.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 18 mars 2013
Nombre de visites sur la page 12
EAN13 9782843214967
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Extrait de la publication
HISTOIRE DU RHUM
Extrait de la publication
DU MÊME AUTEUR
-La canne à sucre en Afrique du Sud, Bordeaux,CEGET-CNRS, 1973. -La canne à sucre au Brésil, Bordeaux,CEGET-CNRS, 1977. -La canne à sucre en Espagne, au Pérou et en Equateur, Bordeaux, Maison des Pays Ibériques, 1983 (en collaboration avec Anne Collin Delavaud). -Les paysages végétaux du globe, Paris, Masson, 1994. -Vignobles et vins du Nord-Ouest de l’Espagne, Bordeaux, Presses de l’Université de Bordeaux, 1967, 2 vol. -Vignobles et vins d’Espagne, Bordeaux, Presses de l’Université de Bordeaux, 1993. -Géographie des Etats : l’Espagne, Paris, Masson, 1978. e -L’économie de l’Espagne, Paris, Masson, 2 éd., 1991. -Le climat des îles Canaries,Paris, Sorbonne, 1969. -Le vin de Madère, Grenoble, Glénat, 1989. e -Australie et Nouvelle-Zélande, Paris, P.U.F., 4 éd., 1980. e -L’Océanie Françaiseéd., 1975., Paris, P.U.F., 3 e -Géographie de l’Océanieéd., 1974., Paris, P.U.F., 2
© Editions Desjonquères, Paris, 1997 15 rue au Maire 75003 Paris
Extrait de la publication
ALAIN HUETZ DE LEMPS
HISTOIRE DU RHUM
ÉDITIONS DESJONQUÈRES
Extrait de la publication
REMERCIEMENTS
Nous ne pouvons citer tous ceux qui nous ont apporté leur aide mais nous tenons à remercier tout spécialement MM. Paul Butel (Université de Bordeaux III), Jean-Claude Cantorné (Président du Comité Interprofessionnel du Rhum des D.O.M.), Francisco Car-rera Curtiz (Président de Bacardi & Co, Bahamas), M. le Recteur et Madame Jean-Pierre Doumenge, Xavier Huetz de Lemps (Uni-versité de Nice), M. Rigo, (Syndicat du Rhum), Félix Valencia Diaz (Larios, Malaga), Gaëtan Bax (Durban). Aux Antilles, nous avons trouvé le meilleur accueil, en particulier en Martinique, auprès de Mesdames Beusse (Patrimoine) et Chauleau (Archives), de MM. Assier de Pompignan, Bally, Burac (Université), Cognier (La Mauny), de Vassoigne, Depaz, Dorn, Gueredrat (orstom), Hery (Dillon), Pascault (Le Simon), Plasse (Clément); en Guade-loupe, auprès de MM. Monteiro (Coderum), Cambourlin, Gode-froy, Joséphine, Lubano (Marie Galante). Nous remercions égale-ment MM. Guébourg et Lopez de l’Université de La Réunion.
Extrait de la publication
AVANT-PROPOS
Le rhum est une eau-de-vie de canne à sucre. Son appari-tion est tardive comme celle des autres spiritueux : c’est e seulement au XVI siècle que l'amélioration des techniques de la distillation permet une production abondante d’alcool et une diffusion de cette boisson de longue conservation. La production de rhum a eu un développement parallèle à celle des alcools de vin (brandy, cognac, etc.) ou de grain (whisky, vodka, etc. ). Elle représente actuellement plus de 10% de la production mondiale de spiritueux. Sous le nom de rhum, nous regroupons toutes les boissons distillées à partir de la canne à sucre ; toutefois elles diffèrent par leur nom (tafia,guildive, cachaça,...) ou par leurs caractéristiques ; ainsi certains « rhums blancs » fabriqués industriellement à partir de la mélasse des sucreries ont peu de choses à voir avec les « rhums agricoles » provenant du jus fermenté de la canne (vesou) ou encore avec les rhums vieillis en tonneau pendant plusieurs années. La découverte du rhum a suivi celle de l’Amérique : le sucre est alors une denrée de plus en plus recherchée en Europe occidentale. Les Espagnols et les Portugais, dès le e e XVI siècle, puis les Français et les Anglais, au XVII , multi-plient les plantations dans leurs colonies respectives pour satisfaire un marché en pleine expansion. Ils découvrent alors la possibilité d’obtenir, à partir du jus de la canne ou de la mélasse résiduelle, une boisson fortement alcoolisée qui redonne vigueur aux esclaves ou aux travailleurs des mines. Même si la qualité commence à s’améliorer grâce aux per-fectionnements techniques, tels ceux préconisés par le Père Labat dans les Antilles françaises, cette eau-de-vie decanne
7
Extrait de la publication
est méprisée par les propriétaires des plantations qui préfèrent importer à grands frais des vins de Madère, de France ou d’Espagne. Le rhum reste encore la boisson des Nègres, des pirates, des boucaniers et de tous les rustres qui écument le Nouveau Monde. Le rhum devient bien vite une monnaie d’échange pour la traite des Noirs sur les côtes d’Afrique. Si les négriers fran-çais et anglais utilisent surtout des eaux-de-vie de vin, les Portugais paient leurs esclaves avec de lacachaçabrésilienne. Quant aux colonies anglaises d’Amérique du Nord, elles organisent un lucratif « commerce triangulaire » : les Antilles fournissent la mélasse à partir de laquelle on fabrique du rhum, puis celui-ci est embarqué pour les côtes africaines où il sert à acheter des esclaves qui sont ensuite expédiés vers les plantations. La qualité des rhums antillais ne cesse de progresser et les ventes vers l’Europe s’accroissent. Les rhums de la Barbade et de la Jamaïque s’imposent désormais sur le marché de Londres, et dans les Antilles françaises, la production se développe malgré l’hostilité des fabricants métropolitains d’eau-de-vie de vin. La révolution et l’indépendance de Haïti ruinent Saint-Domingue mais la Martinique et la e Guadeloupe deviennent au XIX siècle de grands fournis-seurs de rhums : Saint-Pierre de la Martinique est le plus grand port rhumier du monde jusqu’à sa destruction en 1902 par l’éruption de la Montagne Pelée. Le développement spectaculaire de la production de sucre e e aux XIX et XX siècles favorise naturellement l’essor de la production rhumière, même si certains exportateurs de sucre comme l’Afrique du Sud ou l’Australie ne s’y intéressent guère. De nouveau producteurs apparaissent : Cuba, pre-mier exportateur de sucre du monde, pénètre le marché nord-américain et profite de la prohibition aux Etats-Unis pour attirer à La Havane les touristes assoiffés. Après la Seconde Guerre mondiale, une grande bataille commerciale s’engage entre les pricipaux producteurs de spi-ritueux. Le rhum acquiert de solides positions, en Amérique
8
Extrait de la publication
du Nord par exemple, où les rhums légers sont abondamment utilisés dans les cocktails : le rhum Bacardi devient ainsi la première marque mondiale de spiritueux. Comme dans beaucoup d’autres secteurs économiques, l’emprise des multinationales et la concentration des entreprises s’accen-tuent. Sur le marché européen, la concurrence est vive entre les différentes boissons alcoolisées comme entre les rhums eux-mêmes. L’intég ration du rhum dans la lég islation de l’Union européenne s’avère délicate par suite de l’existence d’un marché privilégié et contingenté pour les départements d’outre-mer français et des mesures prises dans le cadre des accords de Lomé. Les départements d’outre-mer, la Guade-loupe, la Réunion, la Guyane et surtout la Martinique se sont orientés vers la production de rhums de qualité ; la restructuration des grands groupes français tels que Bardi-net-La Martiniquaise, Marie Brizard-La Mauny ou encore Cointreau-Saint James favorise un nouveau dynamisme commercial. L’histoire du rhum est riche d’enseignement. Considéré d’abord comme la boisson rude et forte des marins et des esclaves, le rhum s’est peu à peu annobli et connaît, comme le cognac et les whiskies, une remarquable évolution vers la qualité, tout en gardant une image très originale. Ce sont toutes ces étapes que nous nous efforçons de décrire en retra-çant les péripéties de cette boisson au passé mouvementé. Notre « Histoire du rhum » est tout à la fois une histoire de la production et une histoire de la consommation. Elle constitue un essai de synthèse de travaux antérieurs, spécia-lement des nombreuses et excellentes études réalisées par nos collègues histor iens sur les Antilles françaises et s’appuie sur un certain nombre d’ouvrages et d’articles de chercheurs étrangers, surtout anglo-saxons et hispaniques. Cet ouvrage repose également sur la documentation aima-blement communiquée par les professionnels du rhum et sur les enquêtes réalisées dans divers pays producteurs.
9
Extrait de la publication