Identité(s)

Identité(s)

-

Livres
91 pages

Description

Depuis quelques années, l'identité est entrée dans une zone de turbulences. Les questions relatives à l'identité sexuelle, européenne, « nationale » (et régionale), numérique, culturelle, gastronomique, religieuse, etc., irriguent le débat public et suscitent des controverses. Plurielle par nature, l'identité renvoie chacun à ce qu'il est mais aussi à son histoire, sa culture, ses appartenances. Car si elle s'entend au singulier, elle s'ouvre aux communautés. Ce sont les recompositions identitaires qui impactent nos sociétés. Il s'agit ici d'interroger ce concept de manière pluridisciplinaire.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 novembre 2018
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782336855950
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
CollectionDes Hauts et Débats, dirigée par Pascal LARDELLIER, Professeur à l’Université de Bourgogne Contact :pascal.lardellier@u-bourgogne.fr Titres parus (sélection) ou à paraître : Serge Chaumier,L’inculture pour tous. La nouvelle utopie des politiques culturelles(2010) Arnaud Sabatier,Critique de la rationalité administrative. Pour une pensée de l’accueil(2011) Claude Javeau,Trois éloges à contre-courant(2011) Christophe Dargère,Inconcevable critique du travail(2012) Élise Müller,Une anthropologie du tatouagecontemporain. Parcours de porteurs d’encre(2013) Alexandre Eyries,La communication politique, ou le mentir-vrai(2013) Richard Delaye, Pascal Lardellier (co-dir.),L’Engagement, de la société aux organisations(2013) Stéphane Héas, Christophe Dargère (co-dir.),Les porteurs de stigmates. Entre expériences intimes, contraintes institutionnelles et expressions collectives(2014) Odile Riondet,Enquête sur la Communication comme science(2015) Pascal Lardellier (dir.),Erving Goffman, de l’interaction à l’institution(2015) Loïc Drouallière,Orthographe en chute, orthographe en chiffres. Deux expériences édifiantes(2015) Alexandre Eyries,Lectures critiques en communication(2015) Kathleen Tamisier,Les surdoués passent-ils le bac ? Une enquête sociologique dans l’univers des enfants précoces(2016) Alexander Frame, Gilles Brachotteet alii,L’université à l’heure des réseaux sociaux : logiques, relations, communautés(2017) Laurence Lagarde-Piron,Corps à corps infirmiers(2018) Alain Javeau,L’homme, revu et corrigé(2018) Kathleen Tamisier,La famille en révolution(2019) Pascal Lardellier, Yves Enrègle, Richard Delaye (dir.),Négociations. Techniques, valeurs et acteurs de la négociation(2018).
Sous la direction de Yves ENRÈGLE, Pascal LARDELLIER et Richard DELAYE Identité(s) Métamorphoses identitaires à l’ère d’Internet et de la globalisation
© L’Harmattan, 2018 5-7, rue de l’École-Polytechnique ‒ 75005 Paris www.editions-harmattan.fr EAN Epub : 978-2-336-85595-0
Couverture e 4 de couverture
Collection Des Hauts et Débats,
Titre
Copyright
Sommaire
PRÉFACE : Impossible identité ? Dr Yves ENRÈGLE
SOMMAIRE
« Turbulences et mobilisations identitaires en Corse contemporaine » Françoise ALBERTINI
Identités de marques et marqueurs d’identité. Vers une construction identitaire et sociale des individus par et dans la consommation ? Anne PARIZOT, Claudine BATAZZI
L’identité spirituelle du point de vente. Le cas des magasins bio et des magasins monastiques Max POULAIN
L’identité religieuse de la France à l’heure des attentats islamistes Daniel MOATTI
Discours identitaire et contrat de marque dans l’univers de la microfinance Mihaela BONESCU et Cornelia CASEAU
L’identité politique à l’ère du numérique : analyse contrastive du positionnement d’une figure politique sur Twitter Tatiana KONDRASHOVA
L’identité numérique politique. Quelques exemples de stratégies d’acteurs majeurs au travers de l’application Périscope Frédéric JUNGER
Burkini, conflits d’identité(s) dans un espace public en crise Isabelle MATHIEU
La pluralité, nouveau dispositif de norme identitaire collective ? Mélanie TEXIER
Une approche d’analyse du changement par la prise en compte de la dynamique identitaire Bernard RADON et Alain Max GUÉNETTE
L’ombre et la trace : deux métaphores de l’identité Adrian MIHALACHE
POSTFACE : L’identité possible : le rôle de l’écoute (cas d’application de la préface). Mise en garde Dr Yves ENRÈGLE
Adresse
PRÉFACE
Impossible identité ?
1 Dr Yves ENRÈGLE
Pour profiter de l’étude d’un aussi beau et riche texte, il faut impérativement que nous partions d’une base solide en ce qui concerne le sens du mot « identité ». Cette préface a l’ambition d’y pourvoir. Trois éclairages viennent immédiatement à l’esprit : • 1. « Deviens ce que tu es » (Nietzsche) ; • 2. « Lekh Lekha » (ce que Dieu dit à Abraham : « Va vers toi ») ; • 3. « Notre responsabilité consiste à faire quelque chose de ce que les autres ont fait de nous » (J.-P. Sartre). Ces trois citations nous renvoient à l’idée d’identité unique d’une personne spécifique dans son unicité. On rejoint en cela Gide : « Deviens Nathanaël le plus irremplaçable des êtres » en jetant mon livre que tu as si bien assimilé : Éduquer (ex ducere), c’est 1) « absorber » puis 2) transgresser : il suffit de lire la dernière page de sesNourritures terrestres, pour s’en convaincre. C’est l’identité distinctive d’une personne, ce qui semble bien s’opposer à l’étymologie même du mot « identité », puisque ce mot a la même racine : « idem » qui littéralement signifie « identique » ! Alors, il faut savoir et trancher : c’est quoi l’identité : « Deviens toi-même » ou « sois identique aux autres » ? En fait, on a besoin des deux. Il faut bien sûr être soi-même ; du moins tendre vers soi-même. Encore une fois, on se trouve là devant le fait que ce qui compte le plus c’est le cheminement vers un idéal (être complètement soi-même) plus que le résultat. Je ne sais si en ce bas monde il y a des personnes qui sont devenues elles-mêmes. Peut-être est-ce un idéal que nous n’atteindrons jamais mais vers lequel il faut tendre telle la courbe qui tend vers son asymptote à l’infini sans jamais l’atteindre. Peut-être devons-nous tous « nous contenter » d’être en devenir de nous-même. D’ailleurs la parole sacrée de la Bible telle que nous venons de l’évoquer une nouvelle fois, ne dit pas le contraire : « Lekh Lekha », c’est « va vers toi » et non pas « sois toi-même ». Le « Deviens toi-même » de Nietzsche, ce n’est pas non plus : « Sois toi-même ». C’est : « Deviens ». Quant à Sartre : « Fais quelque chose de ce que les autres ont fait de toi », on est dans l’immédiateté du présent : « Fais » sans même plus te soucier d’un progrès dans une direction. Ta responsabilité c’est de faire. Et en faisant, tu « deviendras ». Pourquoi cela plutôt qu’autre chose ? « on s’en tape ». Bien sûr, tout ce qu’a été la vie publique de Jean-Paul Sartre montre que lui avait choisi un type d’action qui était le « leitmotiv » de sa vie. Et donc une direction fermement définie l’amenant à combattre clairement des adversaires pour qui le « Fais quelque chose de ce que les autres ont fait de toi » avait conduit à des engagements et des actions antinomiques des siens. Pour autant, la base de la construction de l’identi té pour Sartre comme pour Nietzsche ou Abraham, c’est d’aller dans une direction plus que d’atteindre un but. « Fais quelque chose », ce n’est pas « sois toi-même ». Mais « si tu fais », tu « évolueras vers… ». Vers quelque chose qu’il ne définit pas ; pas plus que, dans la Bible, Dieu dit : « Va vers toi », « va vers les lieux que je te montrerai ». Et encore, Dieu ne va le montrer pas tout de suite. « Mais :