Innovation en territoire de montagne
224 pages
Français

Innovation en territoire de montagne

-

Description

Cet ouvrage pose la question de l’innovation dans les territoires de montagne, à travers les regards des scientifiques de différentes disciplines : histoire, géographie, droit, économie, etc. Il présente un état des recherches par discipline, et interroge l’impact du changement global sur ces territoires particuliers, bénéficiant d’une géographie particulière, à la fois source de profits (tourisme, etc.) et génératrice de contraintes d’aménagement fortes

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 décembre 2014
Nombre de lectures 15
EAN13 9782706121845
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Michaël Attali, Anne Dalmasso, Anne-Marie Granet-Abisset (dir.)
M O N T A G N EE TI N N O V A T I O N
Innovation en territoire demontagne
Le défi de l’approche interdisciplinaire
Cet ouvrage pose la question de l’innovation dans les terri-toires de montagne, à travers les regards des scientifiques de différentes disciplines : histoire, géographie, droit, économie,etc. Il présente un état des recherches par discipline, et inter-roge l’impact du changement global sur ces territoires particuliers, bénéficiant d’une géographie particulière, à la fois source de profits (tourisme, etc.) et génératrice de contraintes d’aménagement fortes. L’ouvrage est destiné aux enseignants, chercheurs et étu-diants de niveaux master et doctorat en histoire, géographie, sciences économiques. Il intéressera également tous les acteurs et décideurs locaux en charge du développement économique en territoire de montagne (professionnels des remontées mécaniques, du tourisme, des collectivités territoriales, etc.). Son niveau de vulgarisation scientifique permet à des non-spécialistes de comprendre les enjeux actuels des terri-toires de montagne.
Cet ouvrage rassemble un large panel disciplinaire : Anthropologie :Nassima MoujoudetJohanne Pabion Mouriès(Université Grenoble-Alpes) Droit :Jean-François Joye(Université de Savoie),Nicolas KadaetPhilippe Yolka(Université Grenoble-Alpes) Géographie :Marie-Christine Fourny(Université Grenoble-Alpes) Histoire :Anne Dalmasso,Stéphane Gal,Anne-Marie Granet-AbissetetPierre Judet(Université Grenoble-Alpes), François Walter(Université de Genève) Sciences économiques :Louis Job(Sciences Po Grenoble), Magali Talandier(Université Grenoble-Alpes) Sciences et techniques des activités physiques et sportives : Michaël Attali(Université de Grenoble-Alpes) etJean Saint-Martin(Université de Strasbourg)
Presses universitaires de Grenoble BP 1549 38025 Grenoble cedex 1 ISBN 978-2-7061-2183-8(ebook PDF)
INNOVATION EN TERRITOIRE DE MONTAGNE
Le code de a proprété nteectuee n’autorsant, au termes de ’artce L. 122-5, 2° et 3° a, d’une part, que es « copes ou reproductons strctement réserées à ’usage pré du copste et non destnées à une utsaton coecte » et, d’autre part, que es anayses et es courtes ctatons dans un but d’eempe et d’ustraton, « toute représentaton ou reproducton ntégrae ou partee ate sans e consentement de ’auteur ou de ses ayants drot ou ayants cause est cte » (art. L. 122-4). Cette représentaton ou reproducton, par queque procédé que ce sot, consttuerat donc une contreaçon sanctonnée par es artces L. 335-2 et suants du code de a proprété nteectuee.
Créaton de couerture et maquette ntéreure : Cornne Tourasse
© Presses unerstares de Grenobe, septembre 2014 5, pace Robert-Schuman BP 1549 – 38025 Grenobe cede 1 pug@pug.r / www.pug.r
ïSBN 978-2-7061-2183-8(E-book PDF)
L’ourage paper est paru sous a réérence ïSBN 978-2-7061-2132-6
Sous la dîrectîon de Mîchaël Attalî, Anne Dalmasso et Anne-Marîe Granet-Abîsset
INNOVATION EN TERRITOIRE DE MONTAGNE Le défi de l’approche interdisciplinaire
Presses unîversîtaîres de Grenoble
La collectîonMontagne et innovationest dîrîgée par René Favîer.
COMITÉ SCIENTIFIQUE DU LabE
COURLET CLAUDE,Professeur émérîte de Scîences Économîques, Unîversîté de Grenoble-Alpes
CREVOISIER OLIVIER,Professeur ordînaîre de socîologîe, Unîversîté de Neuchâtel
DELAY BERNARD,Dîrecteur de recherches au CNRS en Écologîe, Présîdent de la Fondatîon Bîodîversîté, ancîen Dîrecteur de l’Instîtut Écologîe et Envîronnement du CNRS
FAVIER RENÉ,Professeur émérîte d’hîstoîre moderne, Unîversîté de Grenoble-Alpes, LARHRA, UMR CNRS 5190
LORENZETTI LUIGI,Professeur d’hîstoîre, Dîrecteur du LabIsalp, Académîe d’archî-tecture de Mendrîsîo, Unîversîté de la Suîsse îtalîenne
MASSONDELMOTTE VALÉRIE,Chercheur senîor au CEA en Paléoclîmatologîe, Laboratoîre des Scîences du Clîmat et de l’Envîronnement, membre du GIEC
TISSOT LAURENT,Professeur ordînaîre d’hîstoîre économîque et socîale, Unî-versîté de Neuchâtel
WALTER FRANÇOIS,Professeur honoraîre d’hîstoîre, Unîversîté de Genève
Les drecteurs-rces de cet ourage remercent ’ensembe des contrbuteurs de s’être conrontés au déî qu eur état proposé et d’aor at éouer eur réleon au cours des échanges. Cet ourage n’aurat pas été possbe sans e dynamsme et a compétence de StéphaneRouanet.Sonaboutssementudotbeaucoup.
Ce traa a bénéîcé d’une ade de ’État gérée par ’Agence Natonae de a Recherche au ttre du programmeInvestîssements d’avenîrportant a réérence LABEX ïTEM - ANR-10-LABX-50-01
Introductîon
MICHAËL ATTALI,Scîences et Technîques des actîvîtés Physîques et sportîves, SENS EA 3742, Unîversîté de Grenoble-Alpes ANNE DALMASSO,Hîstoîre contemporaîne, LARHRA, UMR 5190, Unîversîté de Grenoble-Alpes ANNEMARIE GRANETABISSET,Hîstoîre contemporaîne, LARHRA, UMR 5190, Unîversîté de Grenoble-Alpes
ïnterroger ’nterdscpnarté aujourd’hu apparat à beaucoup de chercheurs et de décdeurs nsttutonnes comme une édence. En efet, s certans domanes scentîques se sont structurés autour de ce prncpe (es scences de ’éducaton, es scences et technques des act-tés physques et sportes, etc.) et s certans acteurs soco-économques ont prs ’habtude de « pocher » dans a producton de connassances des données au serce de eurs projets, ce sont désormas a pupart des acteurs scentîques qu sont conés à dépoyer des programmes reposant sur a nécessté d’étuder des phénomènes socau par ’nter-médare de puseurs ectures renoyant à des dscpnes scentîques dférentes. Les appes d’ofres des agences natonaes et nternatonaes de a recherche aorsent ans cette posture deant rrguer ’ensembe des projets retenus. C’est dans ce contete que e Programme des ïnes-tssements d’Aenr ancé en 2010 a abésé des Laboratores d’Eceence (LabE) aîn de stmuer a producton de nouees connassances ssues d’un renoueement des démarches ntégrant ortement a dmenson nterdscpnare tout en répondant à des questonnements émergents de a sphère socae. Parm es nombreu projets soums, ceu portant
5
MICHAËL ATTALI, ANNE DALMASSO ET ANNEMARIE GRANETABISSET
sur ’nnoaton et es terrtores de montagne (ïTEM) a été retenu. Au cœur de ce projet, un postuat nspré du « paradoe apn » ms à jour depus es années 1980 par es ethnoogues et es hstorens : es terrtores de montagnes, parce que partcuèrement « rages » d’un pont de ue physque comme économque, et quoque ongtemps consdérés comme margnau, ore archaques, ont déeoppé des mécansmes d’adaptaton et d’nnoaton sur e ong terme qu ont assuré eur pérennté. Proon-dément boueersés par es grandes mutatons contemporanes, à a os d’ordre soco-économques et enronnementaes, ces terrtores ofrent un eceent terran d’étude pour traaer es mécansmes d’adaptaton et/ou d’nnoaton en cours, d’une part parce que es contrantes du meu y jouent un efet ampîcateur, d’autre part parce que eur écart au modèe ndustrao-ordste qu ut un handcap, peut aujourd’hu apparatre comme une source d’nspraton. Le par méthodoogque d’ïTEM est d’aborder ces questons de manère nterdscpnare, aec ’ntenton de produre des connassances nouees susceptbes d’apporter une contrbuton orgnae au questonnements du présent. ïnterroger ’nnoaton et es terrtores de montagne est en efet un moyen pertnent pour procéder de manère nterdscpnare à un eamen crtque de a queston de ’nnoaton ue essenteement, dans a réleon scentîque actuee, à partr des contetes urbans/métropotans et/ou aec ’nterprétaton néare se tradusant en termes de progrès opposé à a noton de « retard » ore « d’archasme ». Cette approche méthodoo-gque apparat partcuèrement adaptée au terrtores de montagne, à condton d’efectuer un retour anaytque sur es processus de changement ms en œure au cours du temps, processus souent occutés par ’écran de regards etéreurs normasant ou de normes ntérorsées. Face au mutatons soco-économques émergentes, au changements enronne-mentau et au ortes attentes tant d’ordre nsttutonne, scentîque que soco-économque et potque,  apparassat donc nécessare de créer un pôe de réérence et d’epertse sur es enjeu de a montagne reposant sur es scences humanes et socaes et regroupant pus d’une centane de chercheurs ssus d’uners scentîques dférents. La quête d’une compré-henson mutuee et a mse en œure d’acttés de recherche autour d’objets communs ont condut dès e départ à poser ’nterdscpnarté comme prsme d’anayse et mode de structuraton du coect. Résutat d’une démarche engagée à ’occason d’un sémnare tenu à a Mason des Scence de ’Homme de Grenobe es 8 et 9 octobre 2012,
6
INTRODUCTION
cet ourage s’nscrt dans cette perspecte. Pour ensager de traaer ensembe,  est apparu ndspensabe de meu cerner es apports et es méthodes de chacune des dscpnes présentent dans e LabE ïTEM ans que eur(s) manères(s) d’aborder es reatons entre nnoaton et terrtores de montagne. L’ambton est à a os modeste et crucae : connatre ’état des connassances dans chacune des dscpnes conoquées, sur es ormes tout autant que sur es dynamques d’nnoaton dans es terrtores de montagne. ï s’agt de déeopper ’nterconnassance comme préaabe à a constructon de ponts de conergence susceptbes de poser es bases de recherches à enr. Pour répondre à cet object, es auteurs des chaptres de cet ourage ont reçu une commande dIce. ï s’agssat d’abord de rendre compte de manère synthétque des démarches de a dscpne dont s sont spé-castes, et on sat comben en a matère a ugarsaton scentîque est egeante. Cec es a conduts à carîer es méthodes utsées dans es programmes de recherche, es données traaées mas auss es concepts cés mobsés dans es deu dmensons du LabE ïTEM : ’nnoaton et a terrtoraté en montagne. ï s’agssat ensute de présenter es prncpaes recherches et es prncpaes pubcatons réasées dans eur dscpne susceptbes d’écarer es autres démarches. Enîn, des études de cas sont proposées pour ustrer es approches comme pour are apparatre certanes dIcutés. Toutes es dscpnes représentées dans e LabE ïTEM n’ont pu trouer pace dans ce sémnare et dans ’ourage qu en découe. On trouera donc c des chaptres rendant compte des apports de ’hstore, de a géographe, du drot, de ’économe et de ’anthropooge. Nature-ement, es chaptres qu suent n’ont pas a prétenton d’être ehausts sur e pérmètre des dscpnes étudées. Chacun a répondu à ’object de ’ourage de manère spécîque, en oncton de ce qu u parassat e pus pertnent. On ne trouera c aucune déînton commune de ce qu’est ’nnoaton, e terrtore, ou a montagne. La démarche adoptée se à are daoguer es dscpnes reeant des scences humanes et socaes, à éconder chacune d’ees des probématques des autres etîn ineà enrchr a connassance. Lon de ner es apports spécîques qu aboutraent à une duton de ’dentté des dscpnes, e projet se d’abord à prendre a mesure des apports respects. En ce sens, ’nterdscpnarté ne peut condure à réuter a part spécîque que reêt a démarche hstorque, économque, anthropoogque, géographque, jurdque ou socoogque. Ben au contrare, es contrbutons de cet ourage assument a partcuarté
7
MICHAËL ATTALI, ANNE DALMASSO ET ANNEMARIE GRANETABISSET
des approches reeant de méthodes, de concepts et de démarches qu’ n’est pas possbe de négger au rsque de ragser ’édîce conceptue sur eque repose tout programme scentîque. Touteos, en rester à cette posture n’aboutrat qu’à une jutaposton de ectures d’un phénomène soca. S’ n’est pas sans ntérêt d’étuder par eempe e toursme – thématque actueement déeoppée dans puseurs groupes de recherche du LabE – seon puseurs ponts de ue scentîques,  sembe pus ute de croser es apports de puseurs dscpnes pour comprendre es dynamques qu condusent aujourd’hu es acteurs du toursme à nléchr es ofres comme à s’adapter à de noueau besons. Les acteurs économques sont certes une des rasons de cette éouton mas qu n’a aucun sens s on ne prête pas attenton au mutatons spa-taes (par ’ntermédare de a géographe), au sgnîcatons de « ’Autre » et de « ’Aeurs » sur es pratques tourstques (par ’ntermédare de ’anthropooge), au marges égaes du redépoement qu condut à are de a montagne un espace partcuer (par ’ntermédare du drot) et à ’nscrpton dans e temps de pratques qu ne peuent être appréhendées par a seue cause de a spontanété (par ’ntermédare de ’hstore). L’nterdscpnarté condut ans à désencaer es saors en ue d’ofrr de nouees possbtés de compréhenson. ï ne s’agt pas de remettre en cause a nature des saors mas ben de redstrbuer eur contrbuton autour d’objets communs et de questonnements transersau. En ce sens,  est possbe de mesurer a dIcuté d’un chemnement qu dot condure à renoueer es approches et es connassances. La concuson de Franços Water, hstoren et proesseur honorare à ’Unersté de Genèe, est à ce ttre rche d’ensegnements en pontant es obstaces à a mse en œure d’une nterdscpnarté, très souent annoncée mas rarement sue d’efets. ï appee non seuement à poursure ce projet mas à aer pus on en adoptant « une posture non pus stato-natonae mas résoument transnatonae, mutnatonae, purcuturee ». Magré certanes crantes qu peuent émerger, ’nterdscpnarté ne sonne pas a în des dscpnes scentîques mas nterroge de manère dférente chacune d’ees. Ee ege une matrse éeée des outs, des concepts, des méthodes pour es mettre înement au serce de ques-tonnements socau. Ee oure de nouees possbtés et de noueau horzons pour es scences humanes et socaes.
8