//img.uscri.be/pth/4b1e067550c5ea813bd11425af0502da85d27826
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Ivoiriens de l'étranger

De
157 pages
Le développement de l'Afrique ne viendra que de la volonté des Africains eux-mêmes. En organisant une première semaine de la diaspora à Abidjan, les Ivoiriens de l'étranger ont voulu exprimer leur disponibilité à leur pays. Souvent, leurs postures sociales, intellectuelles et expérimentales le permettent. Ils attendent donc un signal fort en réponse à la liste des mesures concrètes déclinées dans ce livre.
Voir plus Voir moins

Ivoiriens de l'étranger:
Quelle politique de l'État & quelles contributions de la Diaspora au processus de développement de la Côte d'Ivoire?

"Livre Blanc"
A la Haute Attention de Son Excellence, Monsieur le Président de la République de Côte d'Ivoire

@ L'Harmattan, 2008 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattanl@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-04304-6 EAN: 9782296043046

République de Côte d'Ivoire
Union -Discipline - Travail

1èreSemaine des Ivoiriens de la Diaspora (Du 20 au 23 août à Hôtel Ivoire - Abidjan)

Ivoiriens de l'étranger:
Quelle politique de l'État & quelles contributions de la Diaspora au processus de développement de la Côte d'Ivoire?

"Livre Blanc"
A la Haute Attention de Son Excellence, Monsieur le Président de la République de Côte d'Ivoire

Sommaire

A - Objectifs du Livre Blanc B - Préface de M. Marcel Gossio, DG du PAA C - Adresse au Président de la République DOSSIER I Quelle politique de l'État de Côte d'Ivoire en matière de gestion des Ivoiriens de l'étranger? I. Contexte historique et état des lieux Il. Spécificité des Ivoiriens de la diaspora III. Quelle politique de l'État de Côte d'Ivoire pour les Ivoiriens de l'étranger? DOSSIER II Comment la diaspora ivoirienne peut-elle contribuer au développement économique et social de la Côte d'Ivoire? I. Objectifs généraux II. Disposition préliminaires III. Contributions attendues de la diaspora IV Mesures d'accompagnement DOSSIER III Idées de financement de la politique dédiée à la diaspora I - Introduction II - Prélèvements sur les revenus des Ivoiriens de la diaspora III - Autres mesures de financement proposées IV Estimation et affectation des recettes attendues DOSSIER IV Annexes

A. Objectifs du Livre Blanc
Rappelons que c'est autour de la problématique générale « implication de la diaspora dans le processus de développement socio-économique de la Côte d'Ivoire », qu'une « semaine des Ivoiriens de la diaspora» s'est tenue du 20 au 23 Août 2007 à l'hôtel Ivoire, à l'initiative de la Mutuelle des Ivoiriens de l'étranger (MIE). Les objectifs assignés à ces assises ont ainsi consisté à dresser un catalogue de mesures à mettre en œuvre par l'État de Côte d'Ivoire en direction des Ivoiriens de l'étranger. De même, la Côte d'Ivoire étant un tout, certaines mesures qui sont préconisées auront un impact indéniable pour l'ensemble des Ivoiriens, par leurs actions bénéfiques sur le climat des affaires en général dans le pays. Au bout, il s'agit de mettre en confiance les Ivoiriens de la diaspora, pour une meilleure implication de ceux-ci dans le processus de développement de leur pays, une autre manière de combattre la fuite des cerveaux au moyen d'une politique vigoureuse de réinsertion de nos concitoyens expatriés. Un condensé des résolutions de la semaine a été dressé et figure dans le rapport final en annexe de ce Livre blanc, destiné au Président de la République comme recommandé par le séminaire. À noter que la rédaction de ce document a été confiée au Docteur Claude Koudou, Président de ForesCI-21 et à Monsieur Vincent Lohouri G., de l'organisation Afrique Progress et rapporteur général des travaux du séminaire, avec pour mission d'approfondir tous les sujets abordés. Animés par le souci de rester fidèles à ce mandat, les thèmes traités au cours du séminaire ont été rendus comme tels. Et pour une meilleure compréhension du Livre, les rédacteurs ont opté pour une livraison sous forme de dossiers approfondis. L'œuvre n'a pas la prétention d'être parfaite. Il s'agit simplement d'une adresse à son excellence Monsieur le

Président de la République et au gouvernement, qui se propose par ailleurs d'ouvrir la voie pour un débat sur la meilleure façon d'impliquer la diaspora dans le processus de la reconstruction post-crise du pays et beaucoup plus loin, de servir au développement de la Côte d'Ivoire. Qu'il nous soit permis d'adresser tous nos remerciements à son excellence Monsieur Richard Zady, ambassadeur de Côte d'Ivoire en Italie, à MM Romain K. Yao, Paul N. Oulai, Sain Oguié et les membres du comité scientifique, Luc S. Obrou, Hyacinthe N'cho et l'encadrement de la Mutuelle des Ivoiriens de l'étranger (MIE), Pierre Assouman de Synergie internationale, aux éditions l'Harmattan Côte d'Ivoire, au Docteur Marc Th. Boléhi Daleba pour ses efforts de coordination avec la direction du Port autonome d'Abidjan, au mensuel «Afrique Liberté» ainsi qu'à toutes celles ettous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à l'aboutissement de cet ouvrage.

Les rédacteurs

8

B. - Préface

Par Monsieur Marcel Gossio Directeur général du Port autonome d'Abidjan Président de la Communauté portuaire d'Abidjan Parrain de la première semaine des Ivoiriens de la diaspora

Longtemps considéré comme un pays d'immigration, la Côte d'Ivoire connaît depuis ces dernières décennies, le phénomène d'expatriation de ses ressortissants dont l'intensité, d'années en années, va croissant. Les Ivoiriens de la diaspora sont aujourd'hui estimés à plus d'un million cinq cent mille âmes. Ainsi donc, ils ont décidé de s'organiser en prenant leur destin en mains. C'est tout à leur honneur et c'est aussi une chance à saisir pour la Côte d'Ivoire toute entière. En effet, après cinq années d'un conflit majeur qui a rudement éprouvé nos concitoyens et mis à malles fondements de son économie, notre pays dans son ensemble, s'apprête à goûter aux dividendes de la paix, une paix patiemment construite par le génie politique de son excellence Monsieur Laurent Gbagbo, Président de la République de Côte d'Ivoire. Dans cette circonstance particulière où chacun à son niveau doit contribuer sans tarder à la reconstruction du pays et à la relance économique, nous sommes pour notre part grandement honoré par la Mutuelle des Ivoiriens de l'étranger (MIE) et Synergies internationales, qui ont bien voulu nous associer à la première semaine des Ivoiriens de la diaspora. Cela est d'autant plus important que c'est un évènement d'initiatives nouvelles, destiné à consolider la paix au vu de l'engouement qu'il a suscité, en jetant un pont solide entre toutes les filles et fils du pays, quel que soit leur lieu de résidence, ici et ailleurs dans le monde.

Ayant été sollicité pour parrainer cette importante manifestation, en tant que Directeur général du Port autonome d'Abidjan et Président de la Communauté portuaire, nous n'avons pas hésité à y répondre favorablement car pour nous, tout ce qui peut concourir à accélérer la sortie de crise, raffermir la paix entre Ivoiriens et contribuer à la relance économique, reste un combat prioritaire et permanent. De plus, dans son activité quotidienne, la Communauté portuaire que nous avons l'avantage de diriger, porte d'entrée et de sortie du territoire national et vecteur de développement de premier ordre, n'est-elle pas un partenaire naturel pour tous ceux de nos compatriotes de l'extérieur qui veulent entreprendre en direction de la Côte d'Ivoire? C'est pourquoi, au cours de cette semaine qui a rassemblé des spécialistes venus d'horizons divers, nous nous sommes empressés de remplir notre part de contribution dans ce qui constitue sans nul doute, un début de mobilisation générale de tous les enfants du pays pour l'après guerre. En outre, cette prise de conscience des Ivoiriens de l'étranger, pour les questions touchant au rayonnement de leur pays, n'est-elle pas symptomatique de l'adhésion spontanée de cette importante communauté à la politique de développement du pays mise en place par le président de la République? Ayant donc été associé à cet important évènement, nous en tirons une légitime satisfaction. Mais, bien plus, la communauté des Ivoiriens de la diaspora, dans toute sa diversité, nous a permis au travers de la qualité des travaux du séminaire, de nous rendre compte de la variété des initiatives et de l'importance des projets que les Ivoiriens vivant hors de Côte d'Ivoire, nourrissent à l'endroit de leur pays. Sous ce rapport, et au nom du Président de la République, nous ne pouvons que nous féliciter d'avoir aidé et contribué du mieux que nous avons pu, au succès de la première semaine des Ivoiriens de la diaspora. Tout en félicitant encore une fois les initiateurs de cette importante manifestation et tous ceux qui y ont participé, nous formulons le vœu que les principales conclusions d'ordre politique, institutionnel et administratif de grande portée 10

auxquelles ils sont parvenus soient suivies d'actions concrètes pour les Ivoiriens de la diaspora eux-mêmes et au-delà, pour l'ensemble des populations de la Côte d'Ivoire. C'est pourquoi, au moment où se referme cette première semaine, nous les encourageons vivement à persévérer, pour transcender toutes les difficultés qui ne manqueront pas. Nous sommes également conscient que notre soutien ne s'arrête pas à cette seule manifestation. Mais au bout, il leur revient de savoir rester concentrés sur ces objectifs, surtout au moment où ce Livre blanc est remis au chef de l'État pour un examen attentif des principales décisions et recommandations qu'il renferme. Enfin, puisque cette première semaine de la diaspora est en voie de s'institutionnaliser, nous incitons les futurs responsables des Ivoiriens de l'étranger à se mobiliser toujours davantage pour les années à venir, en initiant des investissements productifs et en s'érigeant en gens d'affaires crédibles, afin de constituer, à l'instar des autres pays, une locomotive de développement au service de la nation.

11

C - Adresse spéciale au Président de la République

Conscients que la Côte d'Ivoire, jadis pays essentiellement d'immigration, connaît depuis quelques années, un fort taux d'expatriation partout dans le monde et principalement dans les pays occidentaux, et qu'une telle mutation doit être gérée au mieux des intérêts du pays; Entendu que tout pays, quel qu'il soit, doit représenter un ensemble dynamique et cohérent, entre toutes les composantes de sa population (nationaux résidents, diaspora, hommes et femmes, jeunes et vieux,...et non nationaux), s'il veut compter sur la scène internationale; Sachant qu'au delà de toutes leurs différences, les Ivoiriens de l'étranger aspirent unanimement à voir la Côte d'Ivoire émerger et devenir rapidement un pays moderne et conquérant; N'ignorant pas que malgré leur éloignement actuel, les Ivoiriens de la diaspora n'ont jamais rompu avec leur terre d'origine, et qu'au contraire, ils entretiennent des liens multiformes avec la mère patrie; Vu que tous ces fils et filles expatriés de Côte d'Ivoire, quel que soit leur profil de formation, leurs régions d'origine, leurs activités professionnelles, leurs convictions politiques, religieuses ou autres, aspirent intimement à regagner tôt ou tard la terre de leurs ancêtres; Convaincus que la meilleure manière de retourner un jour dans leur pays est de commencer au plus tôt à y investir; en s'insérant du mieux possible, dans les plans de développement arrêtés par les autorités gouvernementales;

Persuadés qu'à l'instar d'autres pays, que novatrices ne peuvent connaître la réussite que menées collectivement, à travers des structures reconnues de tous, et non de façon individuelle, désordonnée;

des actions si elles sont crédibles et disparate et

Connaissant la disposition d'esprit particulière du chef de l'État qui a plus d'une fois manifesté son intérêt pour la communauté des Ivoiriens de la diaspora, par des décisions inédites en 2001 et 2003 en faveur de l'encadrement de cette communauté; Étant donnée la synergie nécessaire à entretenir en permanence entre les Ivoiriens de la diaspora et les pouvoirs publics, afin que les actions initiées puissent être conduites en harmonie et avec l'aide, la compréhension et le soutien des autorités de leur pays d'origine; Vu l'urgence des questions à résoudre, afin de répondre sans tarder à l'appel de tous ceux qui attendent de participer à l'œuvre de reconstruction et de développement de la Côte d'Ivoire, notre pays; Nous, Ivoiriens de la Diaspora, essentiellement mus par l'intérêt supérieur de notre pays et imprégnés des idéaux de paix patiemment tissés par son Excellence, Monsieur le Président de la République; Adressons ce Livre Blanc à son Excellence, Monsieur le Président de la République de Côte d'Ivoire, en vue de l'accompagner dans sa rude tâche de reconstruction d'un pays sortant progressivement d'un long conflit, mais qui conserve intacts ses atouts et opportunités; Souhaitons qu'il Lui plaise d'accueillir favorablement l'ensemble des observations et propositions, résultat du séminaire tenu à Abidjan du 20 au 23 août 2007, qui y sont contenues; et destinées à l'aider dans sa lourde mission de 14

modernisation de l'État, de l'administration des services publics, afin d'accueillir plus efficacement les investissements et autres actions de soutien à notre pays, venant de la communauté des Ivoiriens de la diaspora; L'exhortons humblement à œuvrer quotidiennement et pleinement avec une communauté des Ivoiriens de la diaspora, désormais structurée, afin de favoriser l'éclosion d'une nouvelle catégorie d'Ivoiriens: ceux qui, même établis hors de la Côte d'Ivoire, souhaitent vivement agir à ses côtés, avec le souci d'apporter un surcroît de compétences, de ressources financières et d'idées nouvelles, afm de participer à la création de nouvelles richesses et au développement de leur pays. Abidjan, Côte d'Ivoire, août 2007 Le premier séminaire de la diaspora

15