//img.uscri.be/pth/d391de9a5b60d35b0b6a1dfea1fe6670c80e4060
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'accompagnement social et éducatif

De
178 pages
Les pratiques d'accompagnement sont devenues fréquentes dans le domaine de l'éducation, de la jeunesse et du social. Mais de quoi parle-t-on vraiment : de coaching, de tutorat, de care ? S'agit-il d'accompagner un individu ou une collectivité ? Et sur quelles valeurs faut-il s'appuyer ? Les différents chapitres de cet ouvrage tentent de répondre à ces interrogations. Des pratiques sont détaillées, des pistes sont tracées, des réflexions sont abordées.
Voir plus Voir moins
Sous la direction deValérie Becquet CoordinationMaurice Corond
L’accompagnement social et éducatif Quelles modalités pour quelles finalités ?
L’accompagnement social et éducatif
Les Francas Collection dirigée par Valérie Becquet La collectionLes Francaspropose un travail de fond sur des connaissances et concepts liés à l’éducation ou à l’intervention sociale. Elle questionne quelques fausses évidences et présupposés idéologiques. Les ouvrages sont produits pour permettre l’articulation et le questionnement des concepts et pratiques quotidiennes en permettant une théorisation des pratiques : en cela, ils constituent une interface entre un mouvement, promoteur de transformations sociales, et une mise en perspective théorique. Ils sont le fruit du travail de production et d’échanges d’un collectif pluridisciplinaire de scientifiques reconnus, conduisant un travail au long cours. Dernières parutions chez L’Harmattan Patricia LONCLE (dir.) et Maurice COROND (coord.), Usages et pratiques de l’autonomie - Décoder pour agir, 2014 Coopération et éducation populaire, 2012. Liste des parutions du conseil scientifique des Francas chez le même éditeur : RESTOIN Albert (dir.), Éducation populaire, enjeu démocratique Défis et perspectives, Paris, 2008. RESTOIN Albert (dir.), Éduquer pour demain - Des pistes pour agir, Paris, 2004. RevuesAu-delà de l’école, l’éducation, revueRéussirn° 3 b, Paris, Les Francas, 1988.Enfant citoyen, citoyen enfant, revueRéussirn° 7 b, Paris, Les Francas, 1989.Pratiques éducatives et culture(s), revueRéussirn° 23 b, Paris, Les Francas, 1993.Apprendre à vivre ensemble, revueRéussirn° 38, Paris, Les Francas, 1998.
Sous la direction de Valérie Becquet Coordination de Maurice Corond
L’accompagnement social et éducatif
Quelles modalités pour quelles finalités ?
Membres du conseil scientifique des Francas ayant participé à l’élaboration de cet ouvrage Valérie Becquet, sociologue, professeure des universités, directrice adjointe du laboratoire EMA, responsable du Parcours CPA, ESPE/Université de Cergy-Pontoise. Présidente du conseil scientifique. Jean Bourrieau, docteur en sciences de l’éducation, chargé d’études au Leris, chargé de cours en sciences de l’éducation. Jacqueline Costa-Lascoux, directrice de recherche au CNRS, associée au Cevipof - Sciences politiques, Paris. Olivier Douard, sociologue, directeur d’études au Leris, ancien président de l’Observatoire régional de la jeunesse Languedoc-Roussillon (Montpellier) Claude Escot, enseignant, formateur en sciences de l’éducation, Strasbourg. François Galichet, professeur émérite de philosophie à l’université de Strasbourg, Grenoble. Chafik Hbila, docteur en sociologie, enseignant et consultant sur les politiques de jeunesse et de la ville, Rennes. Sabine Lavoipierre, consultante sur les questions d’éducation et les politiques de l’enfance, Lille. Éric Le Grand, sociologue, consultant en promotion de la santé, membre de la chaire recherche sur la jeunesse, professeur affilié EHESP, Rennes, membre du comité de rédaction de la revue La santé en action. Patricia Loncle, sociologue et politiste, professeure des universités, enseignant chercheur à l’École des hautes études en santé publique, titulaire de la chaire recherche sur la jeunesse, Rennes. Virginie Poujol, ethnologue, directrice du Leris, Montpellier. Maurice Corond, formateur en sciences de l’éducation, secrétaire du conseil scientifique, membre du conseil fédéral des Francas. Révision : Nadia Astruc, Christiane Blanc, Annie Corond et Christine Roussey. © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11532-0 EAN : 9782343115320
Nous remercions chaleureusement : Carole Dubreil Informatrice jeunesse au point information jeunes de Fougères et conseillère à la Mission locale du Pays de Fougères. Mission principale en tant que conseillère : accompagnement des jeunes bénéficiaires du RSA dans le cadre du dispositif CARS 35. Master Jeunesse : politiques et prises en charge. Lucie Lehericey Chargée d’étude du diagnostic local de santé de la communauté de commune du genevois (74). Actuellement, en Programme vacances travail en Nouvelle-Zélande. Céline Martin, Ingénieure d’étude du projet européen Partispace, membre de la Chaire de recherche sur la jeunesse, doctorante Université de Cergy Pontoise (Laboratoire EMA), diplômée du Master Jeunesse, politiques et prises en charge. Professionnelle dans l’animation sociale et culturelle entre 2000 et 2015. et Christophe Moreau, Sociologue et directeur de « JEUnesse – DEVeloppement – Intelligents » (Jeudevi), chercheur associé à la chaire de recherche sur la jeunesse de l’École des Hautes Études en Santé Publique (Rennes, France), chercheur collaborateur au Centre Jeunesse / institut universitaire de Québec. Céline Martin et Christophe Moreau ont contribué à deux articles de cet ouvrage. Lucie Lehericey, Carole Dubreil et Céline Martin, nous ont proposé chacune un court texte afin d’illustrer le thème traité. Qu’elles en soient remerciées.
La fréquence d’utilisation du terme « accompagnement » dans de nombreuses publications, la densité des références à l’accompagnement relevée dans le domaine du travail social, de la santé, de l’éducation et de la formation, de l’orientation et de l’insertion professionnelles, l’approche parfois réduite au champ des pratiques professionnelles, justifient largement qu’un mouvement d’éducation populaire tente d’éclairer cette notion et/ou ce concept. « Le projet d’éducation populaire est depuis sa création un acteur de transformation sociale en accompagnant l’émancipation individuelle et collective des citoyens, enfants et adolescents compris » Cette visée émancipatrice de l’éducation nous place au-delà des acceptions de l’accompagnement du prendre soin, de l’aide et de l’assistance indispensables dans de nombreuses situations. Elle nous oblige à réfléchir à l’accompagnement qui transforme les situations individuelles et permet à chaque personne d’effectuer des choix de manière consciente et réfléchie, de les partager et d’agir collectivement sur les évolutions et les transformations sociétales, sociales, économiques, culturelles, éducatives. Accompagner vers, accompagner sur le chemin, guider, cela requiert deux conditions essentielles : - la reconnaissance du principe d’égalité entre pairs, entre celui ou celle qui est accompagné(e) – enfant, adolescent, adulte, seul(e) ou en groupe et celui ou celle qui accompagne dans le respect et la bienveillance mutuels. - l’obligation de partage des finalités et des valeurs qui permettent d’orienter les actions et d’en tracer le cheminement. Ces dernières doivent donc être explicites au sein des organisations, structures, associations ou collectifs au sein desquels se situe l’accompagnement faute de quoi, leur influence masquée peut fortement perturber les progrès des personnes ou des collectifs. Alors, l’accompagnement est-il une simple affaire de vocabulaire ? Une tentative de clarification de postures éducatives et sociales ? L’apparition récente de nouvelles pratiques dans le champ politique ? La diversité des approches proposées dans cette publication du conseil scientifique doit permettre à chacune et à chacun de trouver les arguments et outils de clarification des concepts et d’enrichissement des pratiques. Pour cela j’adresse mes remerciements aux membres du conseil scientifique des Francas et aux auteurs de contributions pour « faire œuvre d’éducation populaire ». Josiane Ricard, présidente des Francas 25 janvier 2017
7
L’accompagnement est-il soluble dans la pédagogie ?
François Galichet
La notion d’accompagnement apparaît pour la première fois dans la Grèce antique, en lien avec l’éducation. Jusqu’au Ve siècle avant notre ère, l’éducation avait un caractère global : elle était à la fois transmission de connaissances et de compétences, processus d’enseignement et d’initiation, d’inculcation et d’intégration. Ces deux aspects étaient indissociables, comme ils le sont dans les sociétés dites « traditionnelles ». Les deux fonctions qui constituent l’éducation étaient confondues : l’éducation visait simultanément à enseigner des savoirs et à faciliter l’entrée dans le groupe des adultes. Sous le premier aspect, l’éducateur se situe en surplomb de l’enseigné : il possède des connaissances que celui-ci ne possède pas ; il commande, dirige, montre, explique, etc. L’enseigné écoute et tâche d’imiter. Leur relation est fondamentalement asymétrique : l’un est actif, l’autre passif ; l’un ordonne, l’autre obéit ; l’un évalue, l’autre est évalué. Sous le second aspect, l’éducateur est aux côtés de l’enseigné : il veille sur lui, mais tout près de lui ; il le protège, le soutient, le réconforte dans les moments de détresse, l’encourage, le stimule. C’est là l’origine de ce qu’on appelle aujourd’hui « accompagnement ». C’est dans la Grèce de Périclès que les deux aspects divergent pour la première fois. Le savoir n’est plus détenu par les prêtres ou les oracles, mais par les savants (mathématiciens, médecins, philosophes, juristes, rhéteurs). Il devient autonome et fait l’objet d’une procédure de transmission spécifique. Le maître (didaskalos, celui qui enseigne, ou sophos,celui qui sait ou qui possède la sagesse) enseigne à des disciples qu’il accueille chez lui ou dans un lieu dédié. Mais de ce fait, il faut que ceux-ci, souvent très jeunes, aillent jusqu’à lui en toute sécurité. C’est le rôle dupédagogue,esclave qui accompagnait les enfants et les adolescents jusqu’au lieu d’enseignement et venait les y rechercher. On peut supposer qu’en chemin ils conversaient, plaisantaient, s’amusaient, trouvaient maintes occasions de se divertir : les enfants, mis ainsi de
9