L'EMDR

-

Français
185 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


EMDR, sigle qui signifie Eyes Movement Desensitization and Reprocessing, peut se traduire par Intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires. Découverte en 1987 aux Etats-Unis par Francine Shapiro, l'EMDR est un traitement de choix po


EMDR, sigle qui signifie Eyes Movement Desensitization and Reprocessing, peut se traduire par Intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires. Découverte en 1987 aux Etats-Unis par Francine Shapiro, l'EMDR est un traitement de choix pour l'état de stress post-traumatique, dont l'efficacité a été validée par la Haute Autorité de santé et l'Organisation mondiale de la santé. S'appuyant sur les facultés du cerveau pour transformer les informations à l'origine d'un traumatisme, l'EMDR permet de libérer le patient de sa souffrance et de dépasser ses blocages.



Cette thérapie repose sur la stimulation alternée de chaque côté du corps par des mouvements oculaires, alors même que la personne se reconnecte à l'événement traumatisant. Ouvrage d'introduction et de référence, ce guide conçu par un praticien expérimenté présente l'histoire, la méthode et les applications de l'EMDR.




  • Les fondements


    • Histoire et liens avec les autres méthodes thérapeutiques


    • L'état de stress post-traumatique


    • Le cerveau et le retraitement des informations




  • L'EMDR, comment ça marche ?


    • Le TAI, traitement adaptatif de l'information


    • Une séance d'EMDR


    • Exemples de situations vécues


    • Ouvertures et recherches


    • D'autres façons d'agir en EMDR


    • Indications et contre-indications


    • Où en est la recherche ?



Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 décembre 2013
Nombre de lectures 163
EAN13 9782212238594
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0052€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Docteur Christophe Marx

EYROLLES PRATIQUE
Développement personnel

L’EMDR
L’histoire, la méthode et les techniques
pourse Libérer De ses trauMatisMes
etDépasser ses bLoCages

EYROLLES PRATIQUE
Développement personnel
L’EMDR
(0'5 VLJOH TXL VLJQLnjHEyes Movement Desensitization and
Reprocessing, peut se traduire par Intégration neuro-émotionnelle par les
mouvements oculaires. Découverte en 1987 aux états-Unis par
Francine Shapiro, l’EMDRest un traitement de choix pour l’état de
VWUHVV SRVWWUDXPDWLTXH GRQW OšHǎFDFLW« D «W« YDOLG«H SDU OD
Haute Autorité de santé et l’Organisation mondiale de la santé.
S’appuyant sur les facultés du cerveau pour transformer les
informations à l’origine d’un traumatisme, l’EMDR permet de
OLE«UHU OH SDWLHQW GH VD VRXNjUDQFH HW GH G«SDVVHU VHV EORFDJHV
Cette thérapie repose sur la stimulation alternée de chaque côté
du corps par des mouvements oculaires, alors même que la
personne se reconnecte à l’événement traumatisant. Ouvrage
d’introduction et de référence, ce guide conçu par un praticien
expérimenté présente l’histoire, la méthode et les applications de
l’EMDR.

Théorie

© Christophe Marx

Exemples

Exercices

Le Dr Christophe Marxest praticien accrédité EMDR Europe et
enseignant-superviseur en analyse transactionnelle, agréé par l’Association
européenne d’analyse transactionnelle. Formateur et attaché au CHU
de Nîmes, Chargé d’enseignement clinique à la faculté de médecine de
Nîmes-Montpellier, il exerce également en cabinet. Soucieux de promouvoir
une psychothérapie rigoureuse et éthiquement respectueuse, il est l’auteur
de plusieurs ouvrages et articles scientifiques.

Code éditeur : G55795
ISBN : 978-2-212-55795-4
Couverture : Claire Fauvain d’après une image Antar Dayal/Getty Images © Éditions Eyrolles

L’EMDR

Dans la même collection

L’EMDR

Christophe Marx

Éditions Eyrolles
61, Bd Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com

Illustrations : Hung Ho Thanh
Mise en pages : Istria

En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou
partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’éditeur ou du
Centre français d’exploitation du droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.

© Groupe Eyrolles, 2013

ISBN : 978-2-212-55794-4

Sommaire

introduction .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11
2EVHUYDWLRQV VFLHQWLnjTXHV. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11
Réticences initiales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12
Doutes personnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
8Q WUDLWHPHQW GLNj«UHQW GH OšLQIRUPDWLRQ
UH©XH SDU QRWUH FHUYHDX. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13

partie 1Les fondements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15

Chapitre 1 +LVWRLUH HW OLHQV DYHF OHV DXWUHV P«WKRGHV
WK«UDSHXWLTXHV. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19
/D G«FRXYHUWH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19
Un détail qui compte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Parallèle scientifique : les REM. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
)UDQFLQH 6KDSLUR. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21
Recherche pratique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Son engagement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
'«YHORSSHPHQW GH Oš(0'5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23. .
Une théorie largement reconnue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
Applications et responsabilités multiples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
/LHQV DYHF OHV DXWUHV P«WKRGHV WK«UDSHXWLTXHV. . . . . . . . . . . . . . .25
La psychanalyse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
L’analyse transactionnelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
La thérapie cognitive et comportementale (TCC). . . . . . . . . . . . . . 28
La programmation neuro-linguistique (PNL) . . . . . . . . . . . . . . . . 29
L’hypnose .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
La Gestalt et la méditation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Chapitre 2 /š«WDW GH VWUHVV SRVWWUDXPDWLTXH33. . . . . . . . . . . . . . .
'«njQLWLRQ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33. .
Origine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34
6\PSW¶PHV. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35
© Groupe Eyrolles

6

Manifestations variées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Stratégies protectrices. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Chez l’enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
&RQV«TXHQFHV SV\FKLTXHV. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37
Manifestation précoce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Sur le long terme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
7\SHV GH WUDXPDWLVPH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39

Chapitre 3 /H FHUYHDX HW OH UHWUDLWHPHQW GHV LQIRUPDWLRQV41. . .
6RXYHQLUV HW U«DFWLRQV. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41
Automatismes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
Faire la distinction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
'HV G\VIRQFWLRQQHPHQWV TXH OšRQ SHXW FRUULJHU. . . . . . . . . . . . . . .44
Des causes souvent invisibles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
Le retraitement des souvenirs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
4XHOTXHV H[HPSOHV. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46
« La nuit porte conseil ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
Dysfonctionnement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
Des souvenirs « intraitables ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

3DUWLH /o(0'5 FRPPHQW ÂD PDUFKH ". . . . . . . . . . . . . . . . . .51

Chapitre 4 /H 7$, WUDLWHPHQW DGDSWDWLI GH OšLQIRUPDWLRQ55. . . . . .
/šDFFLGHQW. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55
Trop-plein .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
8WLOLW« GH OšH[S«ULHQFH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56. .
Au quotidien. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
Circonstances exceptionnelles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
Mémoire dysfonctionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
/HV WURLV «WDJHV GX FHUYHDX. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59
L’amygdale cérébrale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
L’hippocampe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60
Le cortex associatif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
5HODQFHU OH WUDLWHPHQW GH OšLQIRUPDWLRQ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61
Autoguérison. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
Réadaptation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
,OOXVWUDWLRQ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63

/š(0'5

© Groupe Eyrolles

La fléchette empoisonnée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Le buisson d’épines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
Le train stoppé en gare . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
5¶OH GH Oš(0'5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65
Résumons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
Concept de l’EMDR. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

Chapitre 5 8QH V«DQFH Gš(0'5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67
3KDVH 3ULVH GH FRQWDFW. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67
3KDVH 3U«SDUDWLRQ HW UHQIRUFHPHQW SRVLWLI. . . . . . . . . . . . . . . . . .69
Le lieu sûr. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
Le faisceau lumineux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
La spirale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Respirer autrement et… ailleurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Respirer avec le ventre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
Stopper un flash-back : le « frein à main » d’Arne Hoffmann . . . . . 71
La cohérence cardiaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
3KDVH YDOXDWLRQ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .73
Recherche du souvenir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Recherche de la « fléchette empoisonnée » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
Les croyances (ou cognitions) négatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
Les affects . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
Les manifestations corporelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
3KDVH '«VHQVLELOLVDWLRQ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80
Les stimulations bilatérales alternées (SBA) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
3KDVH ,QVWDOODWLRQ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88
Un souvenir remis à sa place. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
Cognition positive intégrée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
3KDVH 9«ULnjFDWLRQ FRUSRUHOOH SDU OH m VFDQQHU GX FRUSV }. . . .89
3KDVH &O¶WXUH GH OD V«DQFH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .90
3KDVH 5««YDOXDWLRQ ¢ OD V«DQFH VXLYDQWH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .90
/š(0'5 VHORQ )UDQFLQH 6KDSLUR. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91
Identifier les souvenirs perturbants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
Chapitre 6 ([HPSOHV GH VLWXDWLRQV Y«FXHV97. . . . . . . . . . . . . . . . . .
/šKLVWRLUH GH *DEULHO JUDQG UHSRUWHU. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97
Une vie scindée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
© Groupe Eyrolles

Sommaire

7

8

Le traumatisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
Découverte de l’EMDR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
À ce jour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
/šKLVWRLUH GH 6X]DQQH WHFKQLFLHQQH GH ODERUDWRLUH. . . . . . . . . . .104
Un complexe physique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
Le traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
/šKLVWRLUH GH 6RUD\D DJHQW DGPLQLVWUDWLI106. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Crises d’angoisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
Le traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
Différentes pistes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
/šKLVWRLUH Gš$ODLQ XQ WUDXPDWLVPH LQWHQVH HW XQLTXH. . . . . . . . .110
L’agression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110
Le traumatisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
Le traitement, pas à pas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
Les effets du traitement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
7UDXPDWLVPHV FRPSOH[HV OHV SRXS«HV UXVVHV HPER°W«HV
Gš$GULHQ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114
Les symptômes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
Le traumatisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
Le souvenir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
L’apport de la thérapie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
/šKLVWRLUH FRPSOH[H GH 0DUJRW116. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De nombreux « petits » traumatismes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
L’approche thérapeutique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119

partie 3ouvertures et recherche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123

Chapitre 7 'šDXWUHV ID©RQV GšDJLU HQ (0'5. . . . . . . . . . . . . . . . . 127
$YHF GHV SDWLHQWV GLNj«UHQWV. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .127
EMDR et les enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
EMDR en groupe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
'DQV GHV VLWXDWLRQV GLNj«UHQWHV129. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
CIPOS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
EMDR et phobies. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
EMDR et deuil. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131

/š(0'5

© Groupe Eyrolles

Chapitre 8 ,QGLFDWLRQV HW FRQWUHLQGLFDWLRQV. . . . . . . . . . . . . . . 133
'šLQQRPEUDEOHV DSSOLFDWLRQV133. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Avec les enfants et les adolescents. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
Les abus sexuels et/ou physiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
La dépression. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
Les séquelles de traumas collectifs (guerre, catastrophes
naturelles…). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
La phobie de l’avion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
La phobie dentaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
Les agresseurs sexuels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
Les dysfonctionnements conjugaux et familiaux . . . . . . . . . . . . . . 142
Les dysfonctionnements sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
&RQWUHLQGLFDWLRQV HW ULVTXHV144. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
&RPPHQW FKRLVLU XQ WK«UDSHXWH (0'5 "145. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Formation .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
Autres facteurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
Chapitre 9 2» HQ HVW OD UHFKHUFKH ". . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
8QH H[S«ULHQFH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .149
Des résultats probants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
Deux mécanismes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
Mesures physiologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
&LQT DUWLFOHV U«FHQWV. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .152
Comparaison avec la thérapie cognitivo-comportementale. . . . . . 152
Électroencéphalogramme .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
Thérapie brève . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
Retraitement des mémoires émotionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
Patients psychotiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
3RXU FRQFOXUH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .155
Traumatismes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
La thérapie EMDR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
Une thérapie à part entière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
Un virage décisif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
Une médecine humaniste. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
Rôle décisif du patient. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
L’avenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
© Groupe Eyrolles

Sommaire

9

10

*ORVVDLUH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163. . . . . . . . . . . .

,QGH[ GHV QRPV SURSUHV. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173

index des notions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175

$FWLRQV LQWHUQDWLRQDOHV. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
+$3 +XPDQLWDULDQ $VVLVWDQFH 3URJUDPV177. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Formation .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
Réseau .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
Volontaires .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
Sites Internet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .179

%LEOLRJUDSKLH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
9DOLGDWLRQ VFLHQWLnjTXH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181
2XYUDJHV SOXV J«Q«UDX[. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .182

/š(0'5

© Groupe Eyrolles

,1752'8&7,21

EMDR est l’acronyme deEyes Movement Desensitization and
Repro1
cessing, traduit littéralement par «Désensibilisation *
etretraitement*le mouvement des yeux ». On rencontre aussi la par
traduction plus libre de « Intégration neuro-émotionnelle par les
mouvements oculaires ».
Le point fort de la thérapie EMDR est de viser l’efficacité,
soulager les symptômes et permettre de redevenir disponible à l’instant
présent, à ce que la vie peut offrir dans l’ici et maintenant, bon ou
mauvais.
Ainsi, l’avenir s’ouvre et devient l’à-venir, c’est-à-dire ce qui
n’existe pas encore. Le neuf peut enfin émerger et surprendre. La
vie sort de sa prison, condamnée qu’elle était à tourner en rond au
milieu destraumatismes*passés.

2EVHUYDWLRQV VFLHQWLnjTXHV
Tout cela n’arrive pas par magie : le phénomène s’observe et
s’explique.
Les progrès des neurosciences (sciences qui étudient les rapports
entre le psychisme et le système nerveux) et surtout de
l’imagerie médicale (scanner, IRM, PET scan…) ont permis de mieux
comprendre comment les différentes zones du cerveau se
répartissent les tâches qui rendent possible notre vie relationnelle :
mémoire, émotions, pensées, mouvements…

1. Les termes figurant dans le glossaire sont composés en gras et suivis d’un astérisque à
© GroulpeeuEryrporlelemsière occurrence.

12

On sait depuis longtemps que, en filigrane de notre pensée
consciente, notre système nerveux se double de réseaux parallèles
qui savent mobiliser notre corps et notre psychisme pour les activer
ou les apaiser. Désormais, on peut aussi avoir un catalogue précis
du rôle des médiateurs chimiques et des hormones qui baignent
nos cellules nerveuses : dopamine, acétylcholine, ocytocine…

Grâce à des progrès récents de la recherche, l’action de l’EMDR
peut être observée en direct dans le cerveau : même si le mécanisme
intime de son efficacité n’est pas encore complètement démontré
avec précision, des hypothèses convaincantes sont élaborées par
des chercheurs du monde entier.

Réticences initiales
EMDR : on conviendra qu’il s’agit d’une annonce plutôt complexe
et vaguement inquiétante. « Désensibilisation », «
reprogrammation »… Cela évoque le lavage de cerveau !
Quant aux mouvements des yeux, on se prend à penser que c’est un
peu trop simple, éventuellement magique, et des images viennent
e
à l’appui de cette réticence : l’hypnotiseur duXIXsiècle, intimant à
son « patient » de suivre des yeux les mouvements du pendule, à la
lumière tremblotante d’une bougie : « Dormez, je le veux ! »
Pas très rassurant, tout cela, et en tout cas très peu scientifique.
Et pour expliquer une certaine efficacité, on peut invoquer la
suggestibilité, l’effetplacebo*, voire la crédulité : suffirait-il que la
personne soit persuadée que cela va marcher pour qu’une
amélioration se révèle effectivement ?
Les réticences qui ont accueilli l’EMDR sont donc bien
compréhensibles. On comprend qu’on puisse douter d’une approche
thérapeutique à l’efficacité étonnante, basée sur une méthodologie
aussi peu invasive :
spas de médicament, fût-il naturel ;

/š(0'5

© Groupe Eyrolles

spas de suggestion extérieure, s’insinuant dans le psychisme à
l’insu du patient ;
spas d’interprétation, traduisant davantage les fantasmes du
thérapeute que ceux du patient.

Doutes personnels

Je ne pense pas avoir été une exception : ma première réaction
en entendant parler de l’EMDR fut une exaspération méprisante
face à ce que j’imaginais être une fantasmagorie de plus dans la
recherche de la pierre philosophale de la psychothérapie.
Changer le plomb en or ou guérir les souffrances de l’âme en quelques
séances, cela relevait pour moi d’une seule et même illusion. Celle
qui consiste à court-circuiter le long travail de maturation,
obligeant les humains que nous sommes à cheminer pas à pas sur la
route de la fortune, du bien-être, ou tout simplement de la
résolution de problèmes.

« Ce serait trop facile… » Voilà ce que voulait dire le demi-sourire
réprobateur que je montrai à mon interlocuteur, qui ne faisait
pourtant que témoigner de son expérience de praticien.

8Q WUDLWHPHQW GLNj«UHQW GH OšLQIRUPDWLRQ
UH©XH SDU QRWUH FHUYHDX
Je finis cependant par admettre que tout se passe comme si notre
réaction à certains traumatismes était stockée dans des réseaux de
mémoire. Ces réactions émotionnelles et physiques se répètent
comme un disque rayé, indéfiniment. Elles se réactivent quand on
rencontre des événements analogues ou évocateurs : les
déclencheurs.
Les personnes victimes de traumatisme anticipent l’échec et la
souffrance, en projetant dans l’avenir les traces de ce qui n’est
« que » dans le passé. Les informations extérieures (les
stimula© Groupe Eyrolles

,QWURGXFWLRQ

13

14

tions, intenses et nombreuses) et intérieures (celles que notre corps
nous envoie : sensations, pensées, émotions…) ne sont pas
traitées de façon adaptée, mais confinées telles quelles dans un endroit
particulier de notre cerveau, sans que nous ayons les moyens de
repérer qu’il s’agit du passé.
Il va nous falloir traiter l’information de façon adaptative.
C’est une tâche impossible à décider consciemment. Le thérapeute
ne sait pas le faire à notre place. Mais notre cerveau sait le faire – à
condition qu’on l’aide un peu. Merci à Francine Shapiro d’avoir
découvert comment l’aider !

/š(0'5

© Groupe Eyrolles

© Groupe Eyrolles

3$57,(

/(6 )21'(0(176