L

L'évaluation muséale

-

Livres
350 pages

Description

Témoignant des 23 ans d’expérience professionnelle de son auteur au sein du Musée de la civilisation à Québec, ce guide présente les principales méthodes auxquelles ont recours les évaluateurs en contexte muséal. Devis d’évaluation, questionnaires fermés, schémas d’entrevues ouvertes ne sont qu’une infime partie des outils présentés.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 août 2014
Nombre de visites sur la page 10
EAN13 9782760532953
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
L’ÉVALUATION MUSÉALE SAVOIRS ET SAVOIR-FAIRE
Presses de l’Université du QuébecLe Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450, Québec (Québec) G1V 2M2 Téléphone : 418 6574399 − Télécopieur : 418 6572096 Membre de: www.puq.caCourriel : puq@puq.ca − Internet Diffusion / Distribution : Canada et autres pays: Prologue inc.,1650, boulevard LionelBertrand, Boisbriand (Québec) J7H 1N7 Tél. : 450 4340306 / 1 800 3632864 France: Sodis,: 01 60 07 82 99128, av. du Maréchal de Lattre de Tassigny, 77403 Lagny, France – Tél. Afrique: Action pédagogique pour l’éducation et la formation,Angle des rues Jilali Taj Eddine et El Ghadfa, Maârif 20100, Casablanca, Maroc – Tél. : 212 (0) 22231222 Belgique: Patrimoine SPRL, 168, rue du Noyer, 1030 Bruxelles, Belgique – Tél. : 02 7366847 Suisse: 022 960.95.32: Servidis SA, Chemin des Chalets, 1279 ChavannesdeBogis, Suisse – Tél.
LaLoi sur le droit d’auteurinterdit la reproduction des œuvres sans autorisation des titulaires de droits.Or, la photocopie non autorisée – le « photocopillage » – s’est généralisée, provoquant une baisse des ventes de livres et compromettant la rédaction et la production de nouveaux ouvrages par des professionnels. L’objet du logo apparaissant cicontre est d’alerter le lecteur sur la menace que représente pour l’avenir de l’écrit le développement massif du « photocopillage ».
LUCIE DAIGNAULT
L’ÉVALUATION MUSÉALE SAVOIRS ET SAVOIR-FAIRE
Presses de l’Université du Québec
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Daignault, Lucie, 1955  L’évaluation muséale : savoirs et savoirfaire  Comprend des réf. bibliogr.  ISBN 9782760532939
1. Musées – Fréquentation – Évaluation. 2. Visiteurs de musée – Enquêtes. 3. Expositions – Évaluation. 4. Musée de la civilisation (Québec). I. Schiele, Bernard. II. Titre.
AM7.D34 2011
069’.1072
C20119419742
Les Presses de l’Université du Québec reconnaissent l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada et du Conseil des Arts du Canada pour leurs activités d’édition.
Elles remercient également la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) pour son soutien financier.
Bibliographie et références :CLAIRECOUSSON, PIERRETTELAFOND Lecture éditoriale :HÉLÈNEDIONNE Révision linguistique :CHRISTIANBOUCHARD Recherche iconographique :DANIELLEROY Crédits photo : ANALAURABAZ, AMÉLIEBRETONPerspective, VINCENTDESLAURIERSMARIONFIVEL, IDRALABRIEPerspective, JACQUESLESSARDGENEVIÈVEPROVENCHERSAINTCYR, DANIELLEROY, MARCSIMARD, PIERRESOULARD Grille intérieure et couverture :ARIANEMICHAUDGAGNON
20111.1 –Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés 2011, Presses de l’Université du Québec © e Dépôt légal – 3 trimestre 2011 – Bibliothèque et Archives nationales du Québec / Bibliothèque et Archives Canada Imprimé au Canada
Préface
Depuis longtemps, on aura compris que le visiteur (réel ou potentiel) doit être au centre des préoccupations muséales et que derrière cette apparente évidence, se cache de nombreux enjeux et une grande complexité.
Les musées sont aux prises avec trois questions. Tout d’abord, celle de l’élargisse ment des publics et de la démocratie culturelle. On sait que le public habituel des musées a un profil socioéconomique inversement proportionnel au profil de la population. Comment s’assurer que le musée soit un outil de développement pour l’ensemble des citoyens et non seulement un lieu réservé à un groupe social ? Comment faire du musée un lieu de découverte et un lieu de participation citoyenne ?
Deuxième défi, comment fidéliser le visiteur pour que le musée puisse inscrire sa politique de partage dans la durée ? En effet, si le musée veut avoir un véritable impact, il doit inscrire son activité à long terme.
Enfin, comment demeurer pertinent ? Bien sûr, dans sa programmation, mais aussi dans son mode de médiation. Chacun découvre et apprend selon des modes souvent différenciés. Le musée peutil reconnaître et s’adapter à ces modes de communication ?
Compte tenu de ces préoccupations, il est normal que le musée ait développé, au cours des années, une philosophie et des pratiques d’évaluation. Si le musée veut com muniquer avec le visiteur, encore doitil s’assurer qu’il est entendu et que ce visiteur lui renvoie ses perceptions et sa vision.
Lucie Daignault porte depuis de nombreuses années ce dossier au sein de l’équipe du Musée de la civilisation. Souvent, on lui demande conseils et informations sur les pratiques d’évaluation ou sur l’interprétation des résultats obtenus. Dans un souci de partage avec les communautés universitaire et muséale, nous lui avons demandé de faire le point sur sa pratique professionnelle et de tenter de dégager un certain nombre de principes.
VIII
L’ ÉVALUATI ON MUSÉALE
Une évaluation n’est utile que si elle est partagée avec d’autres et tout particuliè rement avec les concepteurs d’expositions ou de programmes de médiation. Ce livre est donc un engagement au partage de la connaissance et à l’enrichissement de nos pratiques.
Il s’ajoute à d’autres expériences d’ici et d’ailleurs pour tenter de cerner l’impact des pratiques muséales. En ce sens, il sera sans nul doute fort utile.
Michel Côté Directeur général du Musée
Remerciements
Mes premiers remerciements vont au Musée de la civilisation, où j’ai acquis l’expertise en évaluation muséale qui m’a permis d’écrire ce livre, et à son directeur monsieur Michel Côté, qui s’est assuré que je dispose des conditions matérielles et intellectuelles favorables à sa rédaction.
Je tiens aussi à remercier les membres de mon comité scientifique, Bernard Schiele (professeur à l’Université du Québec à Montréal), MarieClaude Larouche (professeure à l’Université du Québec à TroisRivières) et Nathalie Candito (responsable de l’évaluation au Musée des Confluences à Lyon), qui en ont lu les premières ébauches et ont à la fois aidé à sa concrétisation en plus de lui insuffler un peu de leur précieuse expertise par leurs commentaires pertinents et appréciés. Je remercie particulièrement Bernard Schiele pour son texte inspiré et stimulant.
Ce livre n’aurait jamais pu voir le jour sans le travail et l’implication de plusieurs personnes qui m’ont apporté leur concours à divers titres: stagiaires, étudiants, enquêteurs, muséologues, chercheurs universitaires. Ils sont trop nombreux pour les nommer tous.
Je m’en voudrais d’oublier tous mes collègues du MCQ qui m’ont accordé leur amitié, leur support et leur confiance, je les remercie très sincèrement.