//img.uscri.be/pth/9328000c683ed3f9ad8bbe639ee60972ac55d5f3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

La Chronique scandaleuse de Paris

De
90 pages

SI je ne fais pas venir de si loin la chronique scandaleuse de la ville de Paris, que j’ay fait celle de la Cour, c’est que l’histoire ne se charge guères que des événemens des rois et des grands, et qu’elle descend rarement jusqu’aux aventures des particuliers.

Sous Philippe premier, Yves de Chartres excita Gautier, évêque de Meaux, maintenant suffragant de Paris, de transporter ailleurs les religieuses de Farmoutier, qui menoient une vie scandaleuse.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIX est liothèque nationaleéditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bib de France. Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigi eux fonds de la BnF, Collection XIXsiques et moins a pour ambition de faire découvrir des textes clas classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Henri Sauval
La Chronique scandaleuse de Paris
Ou Histoire des mauvais lieux
AVANT-PROPOS
UN auteur qui n’écrivait pas ordinairement des obscé nités, mais qui se donnait pour un grave et docte archéologue, n’en avait pas moins acquis, du temps de Boileau, une burlesque réputation de galimatias et de pathos, qu oiqu’il n’eût rien publié ; c’était Henri Sauvai, dont nous avons le grand ouvrage, mis en ordre et publié longtemps après sa mort, sous ce titre :Histoire et Recherches des antiquités de la ville de Paris (Paris, Ch. Moette, etc., 1733, 3 vol. in-fol.). He nri Sauval, avocat au parlement, en écrivant l’histoire archéologique et morale de Pari s, n’avait pas oublié le curieux chapitre de la Prostitution ; il avait rassemblé le s documents les plus singuliers et les plus authentiques sur la matière, et il s’était plu à les comparer, à les discuter et à les commenter, dans un style chargé de métaphores et d’ épithètes redondantes. A peine eut-il terminé cette partie de son ouvrage, qu’il l ’appela sans façon ledes Traité Bordels,que tous ses amis, tous les hommes qui se mêlaient de belles-lettres à Paris, furent conviés à donner leur avis sur cette œuvre d e haut goût : Sauval en fit des lectures dans les académies littéraires, chez Renau dot, chez Ménage, chez Costar ; il lisait son traité, avec une solennelle outrecuidanc e qui mettait encore plus en relief les expressions ampouléeset lesextravagantes. images Boileau qui avait assisté à une de ces lectures, se souvenait toujours d’un passage , qu’il citait comme un modèle du genre : « Ces sales impudiques, ces infâmes débauch ées, allèrent chercher un asile dans la rue Brise-miche ; et de là elles contemplèr ent en sûreté les tempêtes et les orages qui s’élevoient continuellement dans la rue Chapon, » (Voy. une note de l’édit. er des OEuvres de Boileau, Amsterd., Brunel,, p. 80.) Boileau fut tellement1721, t. I frappé de la fatuité et de l’impudence de l’auteur, qu’il ne manqua pas de le nommer, avec une légère variante de nom, dans la satire VII :
Faut-il d’un sot parfait montrer l’original,Ma plume au bout du vers d’abord trouve Sofal.
Sauval (dont le nom s’écrivait alors Sauvalle)ne se contentait pas de lire à tout venant, d’un air de matamore et d’une voix de capitan, son histoire des antiquités de la Prostitution parisienne ; il confiait volontiers so n manuscrit aux littérateurs, qu’il n’avait pu avoir à ses lectures. C’est ainsi que le docte h ébraïsant Richard Simon, quoique voué aux études et aux controverses théologiques, e ut communication, non seulement du Traité des Bordels, mais encore de tous les trav aux de Sauval sur l’histoire et les antiquités de Paris. « Un de vos amis, écrivait Ric hard Simon à M.B. en 1698 (Voy. Lettres choisiesde M. Simon, nouv. éditP. Mortier, Amsterd., 1730, t. III, p. 338), me vint voir hier de votre part. Vous lui aviez dit sa ns doute que j’avois lu le manuscrit de M. Sauval sur les Antiquitez de Paris, qui m’avoit été mis entre les mains par l’auteur, pour lui en marquer mon sentiment. Je ne savois ce qu’étoit devenu cet ouvrage, où l’on trouve un grand nombre de pièces très curieuse s et dont une bonne partie n’a point encore vu le jour. Je le croyois perdu entièr ement, et je m’étois imaginé qu’on avoit jugé à propos de le supprimer pour certaines raisons dont je vous entretiendrai quand j’aurai l’honneur de vous voir. Mais votre am i m’a appris qu’il étoit entre les mains d’un fort habile homme (Rousseau, auditeur de s Comptes), à la réserve d’une pièce que je n’ose nommer. C’est un Traité des Bord els, qui étoient autrefois dans Paris. Je trouvai ce traité si infâme et si honteux à la nation, que je conseillai à l’auteur d’en faire un sacrifice à Vulcain. Il y a de l’appa rence qu’il m’aura cru, puisque cette pièce ne s’est trouvée, après sa mort, avec les autres que renferme cette histoire. »
Henri Sauval aurait néanmoins publié ce traité, qu’ il ne jugeait ni infâmeni honteux à lanation,ide et de sympathie pours’il eût trouvé de la part du gouvernement plus d’a le grand ouvrage qu’il avait entrepris. Dès l’année 1654, il obtint un privilège pour l’impression de cet ouvrage, et il fut compris dans le nombre des écrivains que Chapelain désigna aux bienfaits du roi. Costar, dan s sonMémoiredes gens de lettres célèbres en France (Voy. laContinuation des Mém. de littérature,par le P. Desmolets, t. II, p. 318). avait recommandé en ces termes L’hi storien de Paris et des mauvais lieux : « C’est un écrivain de grand travail et qui ne réussit pas mal dans celui qu’il a entrepris desde Paris, Antiquités dans lesquelles il étale mille curiosités, qui sans sa constante activité seroient demeurées enterrées. Il n’a pas le style formé ; parfois il l’enfle, pour l’orner, en des lieux où la simplicit é du style est surtout requise. Ainsi, il y a encore quelque distance de lui à un écrivain parf ait, quelque chose qu’il en croie. » La vanité exorbitante de Sauval fut blessée au vif de ce qu’il n’obtint qu’une pension de troisième classe : il annonça hautement qu’il ne publierait pas son livre, avant d’en avoir eu la récompense ; il demandait, pour cela, u ne pension de mille écus et une place d’archiviste à l’Hôtel de ville. Colbert, qu’ il avait offensé en se targuant de lui rendre un service de généalogie, refusa la place et la pension. « Comme Sauval étoit d’un naturel chagrin, dit Richard Simon, il ne put supporter ce refus. » Il mourut en 1669 ou 1670, en laissant neuf volumes in-folio, qu i ne parurent, qu’abrégés, mutilés et rhabillés, soixante-quatre ans plus tard : le Tr aité de la Prostitution avait été complètement supprimé. « Un homme moins chagrin et moins intéressé que M. Sauval, écrivait Richard Simon en 1698, auroit donn é au public cet ouvrage qui faisoit honneur à l’auteur. Il en auroit néanmoins fallu re trancher tout le Traité des Bordels, qui méritoit d’être enfoui sous le sable, afin qu’o n n’en entendît jamais parler. » Ce traité n’avait pourtant pas été sacrifié à Vulcain :du moins, si l’original n’existait plus, on en conservait des copies dans le cabinet d e quelques amateurs. Ces copies furent successivement détruites, et l’on n’en conna ît plus qu’une seule qui est enfermée sous cent clefs dans la bibliothèque d’un savant académicien. La perte de ce morceau précieux serait très regrettable pour l’ histoire des mœurs et des usages parisiens, car on peut juger, d’après divers passag es des Antiquités de Paris,que Sauval avait eu sous les yeux les statuts et les ar chives de la corporation des filles publiques de la capitale.(Pierre Dufour.) L’Histoire des B de la Cour et de Pariscomprend deux parties : Celle concernant la cour et commençant ainsi : « De s rois de la première race je n’en trouve presque point qui n’aient entretenu des femmes publiquement dans leur cour à Paris... », a été imprimée sous le titre des Galanteries de France.des rois La partie concernant la prostitution à Paris, et que n ous publions aujourd’hui, est seule restée inédite jusqu’à ce jour