246 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

La culture est un combat

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En cette période de crise, de luttes politiques stériles, de vide moral, les années Mitterrand-Lang résonnent avec de grands airs de légende. Le président de la République et son ministre de la Culture avaient choisi la priorité culturelle. Ils investissaient dans des « folies », disaient les sceptiques, qui sont devenues des références internationales et l’une des sources importantes de devises du pays. Grand Louvre, Opéra Bastille, Institut du monde arabe ou Arche de la Défense, décentralisation... Ils ont construit la France culturelle d’aujourd’hui et la liste des réussites est sans fin. Avec moins d’1% du budget de l’État, cette politique nous rapporte notoriété internationale, démocratisation culturelle et développement touristique. Aujourd’hui, on bénit ce qui était alors considéré comme une gabegie, mais chaque projet a été un combat.
Claude Mollard, qui a été l’une des chevilles ouvrières de cette politique, narre les sagas de ces luttes pour la culture. Cinquante sagas écrites comme des « leçons de choses » pour mieux montrer qu’une légende ne se proclame pas, elle se construit et se mérite.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782130733522
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0112€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Du même auteur
L’Enjeu du Centre Pompidou, 10x18, 1976 Le Mythe de Babel,essai sur l’artiste et le système, Grasset, 1984 La Passion de l’art, La Différence, 1986 Jeanclos, en collaboration avec Bruno Foucart et Marcellin Pleynet, La Différence, 1986 Profession : ingénieur culturel, La Différence, 1987 Les Mille et Une nuits de Ramsà, Pictura Edelweis, 1989 e Professions : ingénieur culturelédition, Charles le Bouil, 1989, 2 Concevoir un équipement culturel, Le Moniteur, 1992 e L’Ingénierie culturelle, Puf, « Que sais-je ? », (1992) 2012, 4 édition Vana Xénou, Le Cercle d’art, 1995 La Cathédrale d’Evry, Odile Jacob, 1996 Le Poème attrapé par la queue, fantaisie poétique, AREA, 1999 Le Cinquième Pouvoir. La culture et l’État de Malraux à Lang, Armand Colin, 1999 Les Nouveaux Réalistes, Le Cercle d’art, 2002 Le Très Grand Véda, Gallimard, avec des dessins de Tomi Ungerer, 2004 Frans Krajcberg,La traversée du feu, en collaboration avec Pascale Lismonde, Isthme éditions, 2005 Juan Gris, Le Cercle d’art, 2006 Origènes, livre de photographies de Claude Mollard avec un texte de Christine Buci-Glucksman, Cercle d’art, 2006 Pompéi, métamorphose du portrait, textes de Pascale Lismonde, Michel Sicard, Claude Mollard, Éditions du Très Grand Véda, 2007 Contaminations, en collaboration avec Valérie Honnart, photographies et peintures, textes de Valérie Honnart et Claude Mollard, Éditions du Très Grand Véda, 2010 La Saga de l’Axe Majeur, Dani Karavan à Cergy-Pontoise, Beaux-Arts Éditions. 2011 Malraux, Lang et après ?, avec Yves Marek, Area/Descartes et Cie, 2012 Le Nouveau Manifeste du naturalisme intégral, avec Frans Krajcberg, Critères Éditions, 2013 Les Esprits des Vallons, Découverte origénique de la maison de Martine Boulart à Garches, Beaux-Arts Éditions, 2014 La Forêt parallèle, le sitio Natura de Krajcberg à Bahia, Beaux-Arts Éditions, 2015 La Collection revisitée de Denyse et Philippe Durand Ruel, Fondation de l’Ermitage de Martine Boulart à Garches, Beaux-Arts Éditions, 2015 Triptyques galerie Capazza, Nançay, Beaux-Arts Éditions, 2015 Concevoir un musée, en collaboration avec Laurent Le Bon, Le Moniteur, 2016 (à paraître)
ISBN 978-2-13-073352-2
re Dépôt légal – 1 édition : 2015, octobre
© Presses Universitaires de France, 2015
6, avenue Reille, 75014 Paris
Ce document numérique a été réalisé parNord Compo.
Je remercie celles et ceux qui ont contribué à la relecture de tout ou partie de cet ouvrage et tout particulièrement : Caroline Bongard, Martine Boulart, Nicole Briot, Daniel Buren, Jean-François Chaintreau, Olivier Corpet, Christophe Degruelle, Gilles Herzog, Maïa Paulin.Qu’ils en soient ici chaleureusement remerciés.
Préface
Introduction
Prologue
Sommaire
PARTIE I LE SOCLE DU CHANGEMENT Chapitre 1 Le doublement du budget de la culture Chapitre 2 Culture et économie, même combat ! (1981) Chapitre 3 Le prix unique du livre (1981) Chapitre 4 Le patrimoine aussi prioritaire que la création (1981-1986) Chapitre 5 Le levier de la commande publique (1981) Chapitre 6 Liberté des radios et de la télévision (août 1982) Chapitre 7 L’impérialisme américain. Du discours d’Aubusson à celui de Mexico (1981-1982)
PARTIE II LES GRANDS PROJETS Chapitre 8 Les grands projets présidentiels (1981…) Chapitre 9 Le Grand Louvre et la bataille de la pyramide (1981-1989) Chapitre 10 L’Institut du monde arabe, une ambition politique et architecturale (1981-1988) Chapitre 11 La Villette : la Grande Halle, le Parc, la Cité de la musique (1981-2015)
Chapitre 12 L’Exposition universelle impossible (1981-1983) Chapitre 13 La saga de L’Axe Majeur de Dani Karavan à Cergy-Pontoise (1982-2015…) Chapitre 14 Le Magasin de Grenoble (1985-1986) Chapitre 15 L’Arche de la Défense (1984) Chapitre 16 Le lancement de la Bibliothèque nationale de France (1988)
PARTIE III LES NOUVELLES FRONTIÈRES Chapitre 17 L’ouverture à toutes les formes d’art, une révolution inachevée (1981…) Chapitre 18 Le lancement des FRAC (1981-1986) Chapitre 19 Une France ouverte sur une Europe culturelle (1981-1984) Chapitre 20 Tout pour la photographie (1981-1986) Chapitre 21 La mode et son musée (1981-1986) Chapitre 22 Le concours du mobilier de bureau (1984) Chapitre 23 Aux Tuileries, le président, le philosophe et le jardinier (1985) Chapitre 24 Le projet de Palais de l’image (1985-1986) Chapitre 25 De l’église de Firminy à la cathédrale d’Évry (1983-1996) Chapitre 26 Le festival des jardins de Chaumont-sur-Loire (1992)
PARTIE IV LA CRÉATION AU CŒUR Chapitre 27 Les œuvres d’art échappent à l’impôt sur les grandes fortunes (décembre 1981) Chapitre 28 Soixante-douze mesures pour les arts plastiques (juin 1982) Chapitre 29 La naissance de l’École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI) 1981-1983 Chapitre 30
La relance du cinéma (1982-1993) Chapitre 31 Les drapeaux d’Arman sur le perron de l’Élysée (1985) Chapitre 32 Le pont Neuf emballé par Christo Chapitre 33 Droits des artistes, droits des auteurs (1985) Chapitre 34 L’art contemporain dans les monuments historiques : cathédrale de Nevers, abbayes de Fontevraud et du Bec-Hellouin (1985-1986) Chapitre 35 La Tour aux figures de Jean Dubuffet (1985-1988) Chapitre 36 Blum et Dreyfus dans le « Carré des refusés » (1985-1988) Chapitre 37 Le bureau de François Mitterrand commandé à Pierre Paulin (1986) Chapitre 38 L’affaire Buren (1986) Chapitre 39 Le plafond du Louvre et Gérard Fromanger Chapitre 40 Le service public du théâtre (1981-1989)
PARTIE V LA CULTURE EN PARTAGE Chapitre 41 Les arts et la culture de la fraternité (1982-1985) Chapitre 42 Le serpent de mer des enseignements artistiques (1981-1983) Chapitre 43 Coup de neuf dans les musées (1981-1990) Chapitre 44 La droite n’a pas le monopole du patrimoine (1981-1993) Chapitre 45 La Fête de la musique (juin 1982) Chapitre 46 Le musée celte de Bibracte (1985) Chapitre 47 Berlusconi à Paris ? (1985) Chapitre 48 La Célestine entre dans les collections nationales (1989) Chapitre 49 La révolution des médiathèques (1981-1993)
Chapitre 50 Les arts à l’école. Le plan Lang-Tasca (2000-2003)
Conclusion
Index des noms de personnes
Index des œuvres, lieux et institutions
Préface Il était une fois un âge d’or…
L es années Lang-Mitterrand contrastent avec la légèreté, voire l’inexistence culturelle du septennat de Giscard d’Estaing. Certes, Georges Pompidou avait lancé la construction du Centre qui porte son nom. Il avait fait revenir Pierre Boulezd’exil en Allemagne en lançant l’IRCAM. Il avait confié à Pontus Hultén la conception du nouveau musée d’art moderne construit sur le plateau Beaubourg. Mais Giscard avait tenté d’en empêcher la construction : le Centre Pompidou reste l’exception culturelle des années 1970. Avec Lang et Mitterrand, les initiatives comme le Centre Pompidou sont multipliées par dix, vingt, cent. Elles rompent avec une période de désert culturel. Les demandes de changement réclamées par les acteurs culturels avaient été refusées, bridées, anéanties. Ces volontés sont soudainement reçues par les responsables politiques qui ouvrent le couvercle et apportent des réponses adéquates. Cette ouverture va dégager immédiatement une énergie folle qui ne demandait qu’à s’exprimer. C’est ce qu’il advient après mai 1981. Le nouveau pouvoir offre tout à coup la possibilité de développer tous les domaines culturels à la fois : la danse, les arts plastiques, l’architecture, le design, les arts du cirque, les arts de la rue, les musiques populaires, le théâtre. En même temps, il autorise les radios libres et en favorise l’émergence. Les artistes qui ne vivent que pour leur art ont une formidable capacité d’enthousiasme. Ils comprennent immédiatement le message qui leur est lancé. Et c’est une explosion de talents, de savoir-faire, qui rencontrent des espaces où s’épanouir. C’est vrai des jeunes et aussi des moins jeunes talents. Il n’y a pas alors une génération d’artistes émergents, mais l’émergence de plusieurs générations d’artistes restés sous le boisseau, qui apparaissent en pleine lumière. Ces générations d’artistes aux âges multiples et aux expériences diverses peuvent alors se développer dans le paysage qui se déploie. Une telle éclosion est incontestablement due au contexte politique qui a changé la donne. On pourrait multiplier les exemples d’artistes qui ont alors pu s’exprimer et entreprendre une carrière nationale et internationale. Parmi les anciens, Pierre Soulages, l’artiste préféré de Georges Pompidou, reçoit la commande des vitraux de la basilique de Conques. Parmi les jeunes, Jean Nouvel se voit demander de construire l’Institut du monde arabe. Sa réussite le propulse sur la scène internationale. Des dizaines, des centaines d’artistes bénéficient du terrain favorable de cette époque leur permettant d’exercer leurs talents en France d’abord, puis, par leur succès, de voir ouvertes devant eux les portes du monde entier. Le mouvement ainsi lancé en 1981 perdure jusqu’en 1993, année où Jack Lang quitte le ministère de la Culture, et même après la mort de Mitterrand en 1996. Et même jusque dans les années 2000. C’est vrai de la relance de la commande publique, qui avait disparu depuis plus d’un siècle.