//img.uscri.be/pth/e14133f63f6adb75bcddf5ffe9408879b3c5aa21
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La formation des groupes de jeunes dans l'espace urbain

De
200 pages
L'ouvrage propose un modèle qui articule socio-économie marxiste, théorie de la pratique de Bourdieu, sémiologie de l'espace, et psychanalyse des phénomènes collectifs pour expliquer les activités des groupes de jeunes dans l'espace urbain. Montrant, les rapports de domination qui fondent le double jeu des institutions de socialisation et d'encadrement des loisirs, et les tensions entre jeunes pour l'appropriation des espaces.
Voir plus Voir moins
LAOFMRTAOINEDSOUGRSPEJDENEEUADSLSNPSEECAINLURBAage ouvrso erppodolènum ari que  slecutiocé-oicoam eimonhtoéir exrsiet ,atique dde la pr ,ueimésoB eidrule paesogol dieahanspcyte  ec ,nomè phé deslysep sfitcelloc senler ueiqplexr ouuorg sepj edenueacs vitis tés deruabniM.nortna,ts dans lespace d stroppanimod e7519n  eras le, odbul  eued elj  quitiondent fonsalionti sdeiaocitut snoi seitsnisirs, et des loacrdmenee  tdneurpos neeu jrente snoisnet sel t, ceaces esp desitnorpaipporl aaué ntrodirapax tca semgad sleuèle  mod êtrpeutlime etuocfnne tn  elimi ueuairbsA.ntsis tnal ànalyse de la criesd sej ueensssednarreF sixelA ,man sou enbt o abrnad UtitunItsobleGren de ismerret« ,eed énaN ot p t »el mngtiosiclogotsree  nniversitie à lU .rCteM ,rm zoeiA. Tre, ine oura tneiotôbefeL .Hueiqorhé cseù  ore aneusti euaC lls. Il travailldnom te C .Metsas aissauH.i ay R Dèse 1.Lillité evsrUinà l esruesofpra drenvide siup SAMSAL-SRNlations ux de reser séaetéduéil  i0,a l esné98 1ed tna s el ubéd et étésopris pr aoferl erdnocpmctleol Cn.ioatrmS seuqigoL « noilles compersonnejbte sodemd seo olciieog lntsoa rircel euep éd tQPMPTVOURSMVUcoaiel sd»rigieé par Bruno PéquitongNBSI9:2-8743-306-0-58919
LA FORMATION DES GROUPES DE JEUNES DANS L’ESPACE URBAIN
  
 
 
     
La formation de groupes de jeunes en milieu urbain
  
       
Logiques sociales Collection dirigée par Bruno Péquignot  En réunissant des chercheurs, des praticiens et des essayistes, même si la dominante reste universitaire, la collection « Logiques Sociales » entend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et l'action sociale. En laissant toute liberté théorique aux auteurs, elle cherche à promouvoir les recherches qui partent d'un terrain, d'une enquête ou d'une expérience qui augmentent la connaissance empirique des phénomènes sociaux ou qui proposent une innovation méthodologique ou théorique, voire une réévaluation de méthodes ou de systèmes conceptuels classiques.   Dernières parutions Rachida BOUAISS, Collégiennes en quête de beauté, 2013. Servet E RTUL , Jean-Philippe M ELCHIOR , Éric W IDMER , Travail, santé, éducation. Individualisation des parcours sociaux et inégalités , 2013. Pascal V ALLET , Les dessinateurs. Regard ethnographique sur le travail de dessinateurs dans des ateliers de nu , 2013. Yannick B RUN -P ICARD , Géographie dinterfaces. Formes de linterface humanité/espaces terrestres , 2013. Lucie G OUSSARD  et Laëtitia S IBAUD  (dir.), La rationalisation dans tous ses états, Usages du concept et débats en sciences sociales , 2013. Christiane Saliba S FEIR , Parentalité, addiction et travail social , 2013. Hélène B UISSON -F ENET  et Delphine M ERCIER  (dir.), Débordements gestionnaires, Individualiser et mesurer le travail par les outils de gestion , 2013. Robin T ILLMANN , Vers une société sans classes ? Le cas de la société suisse contemporaine  (1970-2008) , 2013. Délina H OLDER , Natifs des DOM en métropole. Immigration et intégration , 2013.  Fred D ERVIN  (dir.), Le concept de culture. Comprendre ses détournements et manipulations , 2013.
Alexis Ferrand      
La formation de groupes de jeunes en milieu urbain
Pratiques spatiales et rapports sociaux
                         
 
 Du même auteur  
  Appartenances multiples. Opinion plurielle, Villeneuve dAscq , Presses universitaires du Septentrion, 2011, 160 p. Confidents, Une analyse structurale de réseaux sociaux , Paris, LHarmattan, 2007, 197 p.  L'Analyse des réseaux personnels , HDR, Lille, Université des Sciences et Technologies, 1993, t.1 : 262 p. / t.2 : 529 p.     Bajos N., Bozon M., Ferrand A., Giami A., Spira A. (eds), La sexualité aux temps du Sida , Paris, PUF, 1998  Ferrand A. et al., Parents, habitants, citoyens : Meylan, banlieue grenobloise , Paris, CNRS, 1982, 219 p.     Le serveur HAL-SHS donne un libre accès à de nombreux articles et chapitres douvrages non cités ici : http://halshs.archives-ouvertes.fr/      
© LHarmattan, 2013 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@ wanadoo.fr harmattan1@ wanadoo.fr  ISBN : 978-2-343-00689-5 EAN : 9978-2-343006895
 
P RÉFACE  
Cet ouvrage reprend une thèse soutenue en 1975 1  mais qui na pas été publiée à lépoque. Pourquoi, quarante ans plus tard, redonner vie à ce compte-rendu de recherche ? Les activités des groupes de jeunes dans les banlieues plutôt populaires et les tensions quelles génèrent sont toujours dune brulante actualité dans les années 2010. Il pourrait être instructif de mesurer les transformations de ces tensions urbaines à laune des changements sociaux survenus ces quatre dernières décennies. Mais les données empiriques mobilisées dans cette recherche sont trop spécifiques pour autoriser de telles généralisations. Ce nest pas du coté des choses mais du coté des mots que se trouve lintérêt dune confrontation entre hier et aujourdhui : cette recherche a permis lélaboration dun modèle original qui articule des apports de différents cadres théoriques : socio-économie urbaine marxiste, théorie de la pratique (telle que formulée au moment anthropologique de luvre de Pierre Bourdieu), sémiologie de lespace et des codes de la vie quoti-dienne, socio-anthropologie des groupes dâge, psychanalyse des formes collectives. Il serait tentant de considérer que cette recherche met en uvre une démarche « interdisciplinaire », mais on ne sait pas trop ce que cela signifie. Il est plus pertinent de dire que le modèle articule des théories différentes 2  et de se demander comment ça marche. Pour répondre à cette question, on peut suggérer un angle de lecture en soutenant que le modèle est structural  à la fois globalement et dans chacune de ses composantes. Dune part il définit des rapports  plutôt que des entités. Par exemple il ne dit pas ce quest un jeune, mais ce quimposent des rapports institutionnels ou marchands. Dautre                                                       1 Thèse de 3 e cycle en sociologie, soutenue en novembre 1975 devant un jury composé de H. Raymond, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, directeur de thèse ; R. Ledrut, Université de Toulouse 2 ; E. Enriquez, Uni-versité de Paris Ouest ; M. Conan, Directeur de la recherche urbaine, MEL. 2 En sachant quune même discipline peut comporter des théories parfois plus inconciliables que deux théories issues de disciplines différentes. 7   
part il définit des rapports entre rapports.  Par exemple, com-ment les rapports entre des jeunes particuliers dépendent de leur rapport à une autorité sociale qui ne trouve elle-même son efficacité que par son rapport à une autre autorité, etc. Depuis léchelon macro-social où sont évoquées les articulations fonc-tionnelles entre institutions, jusquà léchelon intra psychique où émergent des rapports symboliques, cest une même démar-che structurale qui organise les analyses. A minima , on évite ainsi des contradictions épistémologiques insurmontables. De plus cette démarche structurale nannule pas laction. Les rapports sociaux ne sont pas définis comme des entités se reproduisant elles-mêmes au sein dun système cohérent, mais comme reproduits dans des pratiques dacteurs minées par des tensions qui résultent de certains dysfonctionnements des rap-ports entre institutions. Ceux-ci peuvent être décrits par une analyse sociologique externe (objectivante), mais on peut aussi se doter des outils théoriques permettant den envisager les conséquences sur la dynamique du psychisme des acteurs. On montre alors comment la structure des instances psychiques génère des principes daction spécifiques dans certains rapports sociaux constitutifs de la vie quotidienne des jeunes. Des liai-sons conceptuelles sont proposées qui assurent donc des pas-sages explicatifs de léchelon macro-social à léchelon intra psychique et font retour sur léchelon méso-social des pratiques. Enfin les rapports de domination se manifestent par la violence détat, par lexploitation économique, mais aussi par la violence symbolique. Les codes (goûts musicaux, danse, vêtement, hexis  corporelle et, ultimement, le langage) hiérarchisent les pratiques et produisent donc les statuts des acteurs, soit lorsquils accomplissent plus ou moins bien les performances expressives exigées, soit lorsquils sortent du jeu et refusent un code destiné à les écraser.  Le texte original 3  a été allégé et parfois réécrit. Quelques notes (marquées [Note 2013]) et deux annexes ont été ajoutées                                                      3 Il est disponible dans les bibliothèques : Université Paris Ouest ; MSH Paris ; Université Lille 1, Faculté SES ; Institut durbanisme de Grenoble, Université Grenoble 2.
 
8
pour faciliter la compréhension dans le contexte intellectuel daujourdhui. Je tiens à remercier Brigitte Dussart pour ses conseils damélioration du texte et Véronique Testelin (Clersé) pour la correction et lédition du manuscrit.  
 
9
 
Paris 2013, Alexis Ferrand