La legalisation du mariage homosexuel en Argentine

La legalisation du mariage homosexuel en Argentine

-

Livres
85 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le 15 juillet 2010, l'Argentine a légalisé le mariage homosexuel devenant ce jour-là le dixième pays au monde à permettre aux couples de même sexe de disposer des mêmes droits et devoirs que les couples hétérosexuels. L'approbation de cette loi constitue le point d'aboutissement d'un long processus législatif, juridique mais aussi social, impliquant un grand nombre d'acteurs. Cette mesure s'inscrit dans un contexte où le pouvoir politique se montre déterminé à moderniser le système de normes et où le poids de la hiérarchie ecclésiastique semble s'alléger.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 mai 2014
Nombre de lectures 1
EAN13 9782336697246
Langue Français
Signaler un abus
Collection « Inter-National » dirigée par Denis Rolland, Joëlle Chassin et Françoise Dekowski Cette collection a pour vocation de présenter les études les plus récentes sur les institutions, les politiques publiques et les forces politiques et culturelles à l’œuvre aujourd’hui. Au croisement des disciplines juridiques, des sciences politiques, des relations internationales, de l’histoire et de l’anthropologie, elle se propose, dans une perspective pluridisciplinaire, d’éclairer les enjeux de la scène mondiale et européenne. Série Premières Synthèses – jeunes chercheurs (dernières parutions) : Cécile MARGUET,Une famille au Cambodge. Rôle du souvenir et transmission des valeurs, 2014. Marine BOURGEOIS,Gérer au quotidien l’attribution des logements sociaux. Enquête ethnographique dans un organisme HLM, 2013. Camille BOULLENOIS,La révolution culturelle chinoise sous le regard des Français (1966-1971),2013. Victoire DEWAEGENEIRE,La photographie humanitaire en question. Entre éthique du photographe et loi du tapage médiatique, 2013. Concours Sciences-Po 2011-2012. Stéphanie TRILLE,La coopération territoriale en Europe. L’exemple de la frontière franco-espagnole, 2013. Concours Sciences-Po 2011-2012. R. FATHI, Représentations muséales du corps combattant de 1914-18.L’Australian War Memorialde Canberra et l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, 2013. Concours Sciences-Po 2011-2012. Flore LEMOINE-GOUÉDARD,Le Mexique et l’Europe : droits de l’homme et coopération, 2013. Clara BAMBERGER,Femmes et médias : une image partiale et partielle, 2012. Fanny PARENT,Le feng-shui en France. Aménagement de l’espace, aménagement de soi, 2012 Louis-Marie BUREAU,La pensée de Fethullah Gülen. Aux sources de l’islamisme modéré, 2012. Damien LARROUQUÉ,Le plan Ceibal en Uruguay. Un exemple de bonne gouvernance ?, 2012 Benjamin BORD,Du bouclier antimissile aux nouvelles relations américano-russes (2000-2011), 2012. Édouard BOINET,Hydropolitique du Nil, Du conflit à la coopération ?,2012.
© L’HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
EAN Epub : 978-2-336-69724-6
REMERCIEMENTS
J’adresse mes remerciements aux personnes qui m’ont aidée dans la réalisation de ce mémoire. En premier lieu, je remercie Monsieur Denis Rolland, professeur à l’Institut d’Études Politiques de Strasbourg. En tant que directeur de mémoire, il m’a guidée dans mon travail et mes recherches. Je remercie également Esteban Paulon, Président de la FALGBT, Augusto Moeykens, membre de l’INADI de Tucumán et Bruno Bimbi, journaliste et spécialiste de la question du mariage homosexuel en Argentine, qui se sont montrés très disponibles en fournissant des réponses à mes interrogations. Je remercie aussi l’EU Agency for Fundamental Rights (FRA)m’a donné un grand qui nombre d’informations sur la question du mariage homosexuel en Europe. Je remercie les étudiants de l’Université Nationale de Tucumán (UNT) qui m’ont aidée dans mes recherches, à savoir, Carlos Neme, Janette Silva et Gonzalo Herrera Llobeta. Je remercie, enfin, Isabelle Drecq-Maffre et Flavien Tulliez pour leur contribution.
INTRODUCTION
“Ninguna de las otras presiones sociales son tan potencialmente explosivas como las 1 que encierran las relaciones sexuales.”
Si la plupart des pays occidentaux reconnaissent l’homosexualité, il ne fait pas bon être homosexuel dans de nombreuses régions du monde. En effet, 40 % des pays reconnus par l’ONU, soit 80 sur 200, criminalisent l’homosexualité. Une dizaine d’entre eux appliquent encore la peine capitale. On peut penser à l’Afghanistan, l’Arabie saoudite, les Émirats Arabes Unis, l’Iran, la Mauritanie, le Pakistan, le Soudan ou encore le Yémen. Dans les autres pays concernés, des peines de prison lourdes sont souvent infligées aux homosexuels. C’est le cas, en Europe, de la Bosnie et de l’Arménie. Aux États-Unis, la législation varie d’un État à l’autre : cinq d’entre eux ont adopté des lois anti-sodomie qui rendent illégales, de fait, les pratiques 2 homosexuelles .
Évolution historique des concepts d’homosexualité et de mariage Que signifie le terme « homosexuel » ? On peut prendre la définition des spécialistes e 3 présents au XICongrès de Sociologie juridique argentin: c’est l’interaction ou l’attraction sexuelle, émotionnelle, sentimentale et affective envers des individus du même sexe. Étymologiquement, le préfixe «homo »provient du grec «homoio »qui signifie semblable et le radical vient du latin «sexualis », qui signifie le sexe. Ce terme a été employé pour la première fois en 1869 par Karl-Maria Kertbeny et le livrePsychopatia SexualisRichard Freiherr a de 4 popularisé ce concept en 1886. L’homosexualité, au fil de l’histoire, a d’abord été considérée comme un péché et un délit, puni par l’Inquisition au Moyen-Âge. Ensuite, avec les progrès de la science, elle est devenue e une maladie mentale. Le discours scientifique du XIXsiècle déterminait ce qui constituait la sexualité normale et les pratiques qui étaient vues comme des perversions ou des aberrations sexuelles. Des thérapies et des interventions cliniques étaient réalisées à cette époque pour réorienter les personnes qui avaient dévié de la norme sexuelle. En 1952, l’homosexualité a été catégorisée comme une maladie mentale dans leDiagnostic and Statistical Manual of 5 Mental Disorders (DSM-I). Cela a contribué à cristalliser la représentation sociale de l’homosexualité avec des préjugés qui n’ont pas encore totalement disparu de nos jours. Si 6 l’on suit la définition de Carlos Alberto Barzani, les représentations sociales sont constituées par des images recouvrant une variété de sens et par des systèmes de référence qui nous permettent d’interpréter ce qui nous arrive. C’est une manière de penser la société dans laquelle l’individu est intégré et qui lui permet de comprendre les phénomènes qui l’entourent. Cet ensemble de significations partagées qui constitue l’imaginaire social définit et stipule ce qu’une société va valoriser ou rejeter. Ce qui sera normal ou pathologique. Les préjugés sont intimement liés aux représentations sociales et, dans le cas de l’homosexualité, on peut même 7 parler de stigmatisation. Cette stigmatisation sociale, alimentée par les discours scientifiques de la psychologie et de la psychiatrie, a été remise en question par certains auteurs comme Evelyn Hooker ou Alfred 8 C. Kinsey. Ceci a donné lieu à une nouvelle notion de l’homosexualité dans le champ de la santé mentale. Dans les années 1970, des mouvements sociaux en faveur de la diversité sexuelle et du respect des droits citoyens ont émergé. Ils ont eu une incidence importante sur le champ de la santé mentale qui a été obligée de reformuler sa conception de l’homosexualité. En 1973, l’homosexualité a été retirée de la liste des pathologies dans le DSM IV nord-américain.