La monarchie de droit ancestral Téké

-

Français
82 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Chez les Téké, la stratégie développée autour des forces surnaturelles pour exercer le pouvoir a donné naissance à une structure politique originale et peut-être unique en Afrique centrale : une Monarchie décentralisée au sein de laquelle les pouvoirs du roi sont largement tempérés par un Conseil spirituel et fortement limités par un Grand Conseil des Sages du royaume.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2012
Nombre de lectures 22
EAN13 9782296492929
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
La monarchie de droit ancestral TEKE
Études africaines Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa Dernières parutions Samuel NGUEMBOCK,La politique européenne de sécurité et de défense en Afrique centrale, 2012. B. MUREME K.,Manuel d’histoire politique et sociale du Rwanda contemporain suivant le modèle Mgr Alexis Kagame,Tomes 1 et 2,2012.François Claude DIKOUME,Le service public du sport en Afrique noire, L’exemple du Cameroun, 2012. Robert AKINDE (sous la dir. de),Les acquis économiques du Bénin de 1960 à 2010, 2012. Christian EBOUMBOU JEMBA,Transports et développement urbain en Afrique, 2012.William BOLOUVI,Un regard inquiet sur l’Afrique noire, 2012. Julien COMTET,Mémoires de djembéfola. Essai sur le tambour djembé au Mali. Méthode d’apprentissage du djembé (avec partitions et CD), 2012. Juan AVILA,Développement et lutte contre la pauvreté, Le cas du Mozambique, 2012. Jean-Serge MASSAMBA-MAKOUMBOU,Politiques de la mémoire et résolution des conflits, 2012. Apollinaire-Sam SIMANTOTO MAFUTA,Laface occulte du Dieu des Congolais, 2012. Toavina RALAMBOMAHAY,Madagascar dans une crise e interminableédition, 2012., 2 Alphonse Zozime TAMEKAMTA, Eric Wilson FOFACK (dir.), Les urgences africaines, Réécrire l’histoire, réinventer l’Etat, 2012. Henri-Pensée MPERENG (avec la collab. de Jerry MPERENG), Histoire du Congo Kinshasa indépendant. Politique économique, 2012. Julien BOKILO,La Chine au Congo-Brazzaville. Stratégie de l’enracinement et conséquences sur le développement en Afrique, 2012.
Hopiel EBIATSA La monarchie de droit ancestral TEKE Sacralité et autorité L’Harmattan
Du même auteur : Conquêtes européennes et pouvoir royal teke, Edilivre, Paris, septembre 2010. Fondements de l’Identité et de l’Unité teke, L’Harmattan, Paris, 2011.
© L’HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-96095-4 EAN : 9782296960954
En mémoire de Gaston NGOUAYOULOU
ème « Pour que la «Panthère d’en Haut», l’intrépide 16 roi des Teke soit à jamais dans nos mémoires et dans nos cœurs. »
NGOUAYOULOU : nous avons traduit ce nom par la « panthère d’en haut » alors que dans un contexte presque analogue les auteurs qui ont abordé la question de la chefferie KOUKOUYA sur le petit plateau de même nom ont préféré traduire MFOUMOU A YOULOU, les Seigneurs du ciel et MFOUMOU A NSIE, les Seigneurs de la terre. Chez les TEKE lato-sensu, le mot YOULOU n’a vraiment jamais voulu dire ciel, avec toutes les connotations religieuses qu’on lui connaît. Il désigne tout ce qui est sur nos têtes. Ainsi, dans une maison, tout ce qui est au-dessus de l’âtre est KOU YOUL’A MBA et ce qui est sur terre, KOU ou MOU-NSI. C’est respectivement en haut et en bas ; c’est géographiquement, le nord et le sud. MFOUMOU A YOULOU : ces seigneurs ne sont pas tombés du ciel ; ils sont tout simplement venus des hauteurs du mont AMAYA MOKINI (KOU YOULOU) qui domine le petit plateau KOUKOUYA situé au sud, en bas (KOU NSIE).
 INTRODUCTION GENERALE
«Depuis les premiers jours et tout au long de notre exil, nous avons contracté envers les peuples du Congo en général et les TEKE en particulier, une dette que depuis nous essayons de nous acquitter en les invitant chaque fois à se réapproprier leur passé pour mieux façonner le présent et bien envisager le futur. ».
 L’Auteur
 Tous nos travaux ont une histoire. Peut-être n’est-il pas inutile de la rappeler brièvement ne serait-ce que pour rendre hommage à la mémoire de celui qui nous a initié à la recherche et dont nous fûmes par ailleurs l’heureux Assistant de 1985 à 1991 au Centre d’Histoire Africaine Totale (CHAT) et au Centre Interdisciplinaire des Recherches sur l’Afrique Noire (CIERAN) de l’Université Paul Valéry de Montpellier. Le feu Professeur Michel-Marie DUFEIL restera à jamais notre Maître.
 Au Congo, les sociétés traditionnelles présentent trois types d’organisation. Le premier est celui des sociétés dites diffuses. Il est caractéristique des nomades ou semi-nomades qui s’installent par petits groupes isolés les uns des autres pour tirer profit du terroir investi, jusqu’à presque épuisement de ses richesses animales et fruitières : les SWA. Le second concerne les populations qui 7
s’organisent selon un schéma clanique autour d’un chef de famille, le MFOUMOU KANDA des KONGO ou encore le MWENE ou KANI des MBOSI. Un dernier type regroupe les sociétés royalisées des VILIS du LOANGO et des TEKE du royaume de même nom dont le souverain, OUNKO devenu MAKOKO sous la plume coloniale, est présenté à la fin du XIXème siècle comme, 1 leur.«Pape »  Cette expression montre le caractère sacré de l'autorité incarnée par celui qui n’est qu’« un chef 2. religieux»Au Congo, de l’avis commun de tous, le roi des TEKE est en effet, depuis et toujours considéré comme un chef dont l’autorité spirituelle sur l’ensemble de ses sujets ne fait aucun doute.
 Cette autorité apparaît comme relevant de l’incarnation vraie du tout social. Tournée vers un passé ancestral, elle baigne dans une actualité sacro-rituelle pour mieux s’appliquer à l’organisation de la discipline des hommes. Les fondements sacrés constituent ses sources juridiques. Ils déterminent la nature du gouvernement de la société. En monarchie de droit ancestral, les règles de bonne conduite émanent des ancêtres et des divinités.
 Dans ce travail, nous utiliserons indistinctement les mots autorité et pouvoir pour désigner le phénomène qui 1  GUIRAL (L),Le Congo français du Gabon à Brazzaville, Paris, Plon , 1899.
2  AUGOUARD (Mgr P.),Vingt-huit années au Congo...Société Française d’Imprimerie & Librairie de Poitiers, 2 vol.1877&1905.
8