La Mort et ses au-delà
350 pages
Français

La Mort et ses au-delà

-

Description

La variété des conceptions de l'au-delà comme des rites funéraires révèle combien la question du trépas constitue depuis les origines l'un des fondements des sociétés humaines. Comment celles-ci s'expliquent-elles que l'humanité soit mortelle ? Comment se représentent-elles l'acte même de mourir ou se comportent-elles face à celui qui agonise ? À quelles nécessités sociales ou religieuses répondent l'inhumation, la crémation ou la momification des dépouilles ? Quelles que soient les formes qu'elles revêtent, les funérailles témoignent toujours de la volonté de conjurer la mort et de préparer la vie du défunt dans un autre monde. C'est ce que nous confirme cet ouvrage à travers l'étude de sociétés aussi diverses que celles de la Grèce et de la Rome antiques, du Moyen Âge chrétien, de la Chine et de l'Inde contemporaines ou des aborigènes d'Australie. Il montre l'extraordinaire créativité des hommes dans leur face-à-face avec la mort et l'inconnu de l'au-delà, qu'ils soient juifs, musulmans, bouddhistes, amérindiens ou mélanésiens. Mais au-delà des imaginaires et des rites qui distinguent toutes ces cultures, un socle invariant les réunit : nulle part, la mort ne s'oppose à la vie.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 avril 2014
Nombre de lectures 41
EAN13 9782271081384
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Présentation de l’éditeur
La variété des conceptions de l’au-delà comme des rites funéraires révèle combien la question du trépas constitue depuis les origines l’un des fondements des sociétés humaines. Comment celles-ci s’expliquent-elles que l’hu-manité soit mortelle ? Comment se représentent-elles l’acte même de mourir ou secomportent-ellesfaceàceluiquiagonise?Àquelles nécessités sociales ou religieuses répondent l’inhumation, la crémation ou la momification des dépouilles ? Quelles que soient les formes qu’elles revêtent, les funérailles témoignent toujours de la volonté de conjurer la mort et de préparer la vie du défunt dans un autre monde. C’est ce que nous confirme cet ouvrage à travers l’étude de sociétés aussi diversesquecellesdelaGrèceetdelaRomeantiques,duMoyenÂge chrétien, de la Chine et de l’Inde contemporaines ou des aborigènes d’Aus-tralie. Il montre l’extraordinaire créativité des hommes dans leur face-à-face avec la mort et l’inconnu de l’au-delà, qu’ils soient juifs, musulmans, bouddhistes, amérindiens ou mélanésiens. Mais au-delà des imaginaires et des rites qui distinguent toutes ces cultures, un socle invariant les réunit : nulle part, la mort ne s’oppose à la vie.
Ancien directeur scientifique du département des Sciences de l’homme et de la sociétéau CNRS, dont il est médailléd’or, Maurice Godelier, Prix de l’Académie franc¸ aise, est l’auteur, entre autres classiques, deLa Production des Grands Hommes, deMétamorphoses de la parenté, deAu fondement des sociétés humaineset plus récemment d’unLévi-Strauss.
La mort et ses au-delà
Sous la direction de Maurice Godelier
La mort et ses au-delà
CNRS ÉDITIONS 15, rue Malebranche – 75005 Paris
Bibliothèque de l’Anthropologie
Une collection dirigée par Maurice Godelier
Comprendre et expliquer la nature des rapports sociaux dans lesquels d’autres sociétés et la nôtre sont engagées, comprendre et expliquer les fac¸ ons de penser et d’agir des individus et des groupes qui composent ces sociétés, tel est le travail de l’anthropologue.
Dans le monde d’aujourd’hui, traversé d’affrontements et de formes de rejet, ce travail est plus urgent que jamais. Comprendre les autres sans nécessairement partager leurs croyances, les res-pecter sans s’interdire de les critiquer : telle est la démarche scientifique éthique et politique de l’anthropologie dont veut témoigner cette collection.
Déjà parus : Jean-Pierre GOULARDet Dimitri KARADIMAS(dirs),Masques des hommes, visages des dieux, 2011 Altan GOKALP,Têtes rouges et bouches noires et autres écrits, 2011 Fran¸coisLAPLANTINE,Quand le moi devient autre. Connaıˆtre, partager, transformer, 2012 Alfred MXÉRTUA,g,sleutir,seigolerruecÉirstie.CosmodAmazon et chamanisme, 2013. Caterina GUENZI,Le discours du destin. La pratique de l’astro-logie à Bénarès, 2013
CNRS ÉDITIONS, coll. « Bibliothèque de l’Anthropologie », Paris, 2014 ISBN : 978-2-271-08139-1
Sommaire
Introduction Maurice Godelier.............................................................................................
La mort en Grèce antique Franc¸ oise Frontisi-Ducroux...........................................................................
La mort dans la Rome antique Jean-Louis Voisin............................................................................................
9
51
65
La mort dans le monde juif Sylvie-Anne Goldberg........................................... ..........119 ................................
La mort en islam 159 Christian Jambet............................................................................................. LamortdansleMoyenÂgechrétien 179 Jean-Claude Schmitt......................................................................................
La mort en Chine Joël Thoraval...................................................................................................203
La mort en Inde Jean-Claude Galey.........................................................................................241
LamortchezlesTha¨ısbouddhistes Bernard Formoso.............................................................................275 ................
La mort en Ouzbékistan Anne Ducloux..................................................................................................297
La mort chez les Tikuna (Amazonie) Jean-Pierre Goulard........................................................................................315
LamortchezlesMira˜na(Amazonie) Dimitri Karadimas..........................................................................................335
La mort chez les Baruya (Mélanésie) 355 Maurice Godelier.............................................................................................
8
La mort et ses au-delà
La mort chez les Sulka (Mélanésie) Monique Jeudy-Ballini...................................................................................367 La mort chez les Ngaatjatjarra (Australie) Laurent Dousset...............................................................................................387
Présentation des auteurs..... .............................411 ................................
Introduction
Maurice GODELIER
Il est, au départ, nécessaire d’expliquer l’origine et le sens de ce livre. En 2011 un certain nombre de médecins, de juristes, de spécialistes des politiques de la santé nous avaient posé tout simplement cette question : « pourriez-vous nous éclairer sur lesfac¸onsdontlamortestcon¸cueetvécuedansdautres sociétés que la nôtre ou l’a été à d’autres époques que la nôtre ? » Question immense qui, évidemment, s’adressait au premier chef aux historiens et aux anthropologues mais aussi à bien d’autres disciplines des sciences sociales.
Pourquoi une telle question de la part des médecins ? Il faut, pour la comprendre, rappeler dans quel contexte elle fut posée. Selon eux, la raison en était la situation suivante propre avant tout aux sociétés occidentales : les gens y vivent de plus en plus longtemps et beaucoup meurent non pas de « vieillesse » mais dessuitesdesmaladiesquentraıˆneunâgeavancé.Syajoutele fait que de plus en plus de personnes âgées se retrouvent seules ou très isolées au cours de leur vieillesse et finissent leur vie en maison de retraite ou en milieu hospitalier. D’où la création dans les hôpitaux de départements de soins palliatifs au sein desquels médecins et personnel soignant s’efforcent d’aider les personnes non pas à guérir et vivre mieux mais à mourir mieux. Ils assument désormais des fonctions qui relevaient tradition-nellement des proches du mourant, parents ou amis et, si la personneappartenaitàunereligion,cecientraˆınaitlaprésence
10
La mort et ses au-delà
selon les cas d’un prêtre qui lui administrait l’extrême-onction, d’un pope qui lui administrait le saint sacrement ou de repré-sentants d’autres confessions. Que peuvent donc apporter médecins et personnel soignant à une personne en fin de vie à part leur compassion et leurs attentions alors qu’ils ne sont ni des membres de sa famille et ne sont investis d’aucune 1 mission religieuse ?
Tout en sachant qu’a priori aucun historien ni aucun anthro-pologue n’avait de réponse à ces questions d’actualité, il nous a semblé utile de demander à un certain nombre d’entre eux, spécialistes de sociétés différentes de la nôtre, soit dans l’espace soit dans le temps, d’examiner leurs matériaux et de nous résumer leurs connaissances portant sur les représentations de la mort et le traitement du mort dans la société dont ils sont le spécialiste. Treize ont accepté de jouer le jeu et si on y ajoute notre propre contribution sur les Baruya nous disposons de quatorze ensembles de représentations et de pratiques que des sociétés très différentes ont élaborés à des époques diverses pour donner sens à la mort et disposer des morts. Parmi ces quatorze contributions, cinq traitent de la Grèce et de la Rome antiques,dujudaı¨sme,delislametduMoyenÂgechrétienet sont le fait d’historiens. Deux concernent l’Inde et la Chine, deux continents qui offrent aux anthropologues l’immense richesse de traditions écrites accumulées sur des dizaines de siècles et sur lesquelles ils adossent leurs données de terrain. Les sept autres contributions sont écrites par des anthropo-logues dont les analyses reposent presque exclusivement sur des observations sur le terrain, fruit d’une immersion pro-longée au sein de la société qu’ils avaient choisi d’étudier. Deux d’entre elles concernent l’Asie : les Ouzbeks de Samar-
1. Les rencontres ont donné lieu à la publication aux P.U.F. d’une sé rie d’ouvrages parmi lesquels en 2011Fin de Vie. Le débat, coordonné par Jean-Marc FER R Y;Maladie et Santé selon les sociétés et les cultures, éd. Maurice GO D ELIERditions de la Fondation Eisai, 2011.. Paris, P.U.F., é