//img.uscri.be/pth/af473aa7cd02baf0cf53178e7c4fef8d5dad57bd
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La résurrection d'une nation brisée par les conflits

De
254 pages
Ce livre fait référence à la réforme d'une administration publique et aux enjeux du développement local en situation de postconflit. Ce tome 2 développe un catalogue de formations déstiné à encourager le renforcement des capacités des autorités de base : fonction municipale, gestion des affaires municipales, formation des adultes, communication, transformation des crises, gestion des ressources humaines, droits de l'homme, finances communales, planification du développement, décentralisation et coopération décentralisée.
Voir plus Voir moins
Ruffin Viclère MABIALA
LA RÉSURRECTION D’UNE NATION BRISÉE PAR LES CONFLITS TOME II
GUIDE DE FORMATION À L’INTENTION DES AUTORITÉS LOCALES
La résurrection d’une nation brisée par les conflitsTOME II
Ruffin Viclère MABIALA La résurrection d’une nation brisée par les conflitsTOME IILe guide de formation à l’intention des autorités locales
Le guide de formation à l’intention des autorités locales
La complexité croissante des opérations de maintien de la paix nécessite une spécialisation au sein des structures des missions d’intervention de l’ONU, afin de réaliser les fonctions gouvernementales spécifiques, à tous les niveaux administratifs dans les zones de mission. D’où la création d’une composante d’Officiers des Affaires civiles, responsable des administrations de transition dans tous les aspects de la réinsertion et de la reconstruction. Cette équipe apporte un précieux soutien aux autorités locales et aux communautés soumises aux besoins d’assistance dans leurs efforts visant à consolider la paix, la stabilité politique, les infrastructures juridiques, économiques et sociales, piliers de la gouvernance démocratique et du développement socio-économique. Au plan professionnel, on qualifie cette composante de multidimen-sionnelle. Elle est caractérisée par un large éventail des compétences spécialisées en sciences politiques, droit, relations internationales, adminis-tration des affaires, économie, ou encore, des experts des domaines spécifiques sectoriels pertinents, comme l’éducation et la finance locale. C’est une administration civile chargée d’assister ou de gérer directement tous les aspects de la vie civile d’un Etat, tout en travaillant simultanément à transmettre son savoir-faire et déléguer ses responsabilités aux autorités locales. En dehors de fournir des conseils d’experts, les Affaires civiles : effectuent également des analyses indépendantes ; identifient les questions stratégiques, les avantage et les risques ; dressent des jugements ; négocient la paix ; élaborent des plans opérationnels ; établissent et maintiennent des partenariats productifs ; communiquent et fonctionnent efficacement dans un environnement multiculturel et multiethnique, pour renforcer les capacités des élus de base dans les secteurs spécifiques qui touchent essentiellement à la modernisation d’une administration publique en situation de post-conflit.
Les acteurs institutionnels nationaux et internationaux doivent s’investir dans des démarches d’appui aux collectivités territoriales, au travers des programmes de formation. Ils sont priés de poursuivre diverses actions de formation et de produire des résultats en termes de vulgarisation, sur les concepts et les enjeux de la décentralisation, la démocratie et de l’Etat de droit, mais aussi sur les attributions des autorités locales dans le cadre du développement durable. Les actions de formation-vulgarisation liées à la problématique du fonctionnement des collectivités territoriales sont d’un intérêt stratégique important pour la mise en chantier et l’appropriation du processus de décentralisation et de démocratisation d’un Etat. Par souci d’efficacité et de dynamisation, ces engagements doivent reposer sur des populations locales informées et sur des acteurs territoriaux bien conscients de leurs responsabilités. En tant qu’acteurs influents de plein-droit des politiques publiques, une collectivité territoriale digne de ce nom, doit se doter, non seulement, d’un personnel qualifié et compétent et des élus compétents d’exercer valablement leurs fonctions, mais aussi des structures organisationnelles capables d’assumer leurs responsabilités citoyennes et démocratiques. La mise en place d’actions de formation à l’endroit des agents des collectivités territoriales doit s’appuyer sur une conception intégrée du développement des capacités de toutes les entités impliquées dans la gouvernance. C’est un processus permanent d’accompagnement et de perfectionnement des acteurs territoriaux, dans l’optique de la gouvernance efficace qui se veut compatible et combinée avec le renforcement de la société civile. Ce qui sous-entend, donner aux autorités de base, non seulement, la connaissance formelle et théorique des enjeux et de la problématique des collectivités territoriales mais surtout, les préparer à l’exercice des fonctions nécessaires à leur gestion des affaires publiques, sous le contrôle vigilant de la société civile, comme véritable protecteur des intérêts de la population. Cette dernière pourrait constituer une force, un support sur lequel il faudrait s’appuyer pour élaborer et soutenir un système de coordination fondé sur la responsabilité mutuelle. Une véritable politique d’intégration nationale se fait dans le respect du droit des peuples à définir en toute indépendance leur politique de développement communautaire durable, par l’intermédiaire de leurs représentants politiques légitimes et de leurs institutions, mais aussi des organisations sociales représentatives. La formation à l’endroit des acteurs de la démocratie est indissociable à la politique nationale de formation qui définirait les référentiels de formation et les compétences nécessaires pour le fonctionnement des collectivités territoriales dans un pays sorti de crise. La structuration et l’orientation de l’intervention des opérateurs de formation devraient se faire selon deux modalités :
8
la formation-accompagnement qui se définit comme étant un système de formation à la citoyenneté, au fonctionnement et à l’environnement institutionnel des collectivités territoriales. Elle est destinée aux leaders associatifs locaux, cadres des collectivités territoriales et aux élus ; la formation de perfectionnement qui se traduit par la formation continue du personnel technique et administratif des collectivités territoriales et de l’administration déconcentrée, afin de répondre au besoin de compétences stratégiques et opérationnelles des agents territoriaux. Ces formations sont destinées à répondre aux impératifs suivants : l’organisation et le fonctionnement d’un Etat post-conflit ; le rôle et la place des collectivités territoriales communales dans la construction d’un nouvel Etat démocratique post-conflictuel ; le renforcement des capacités du personnel des collectivités territoriales communales appelé à se familiariser au budget communal et à son articulation dans le cadre des initiatives de développement ; la maîtrise des notions fondamentales sur la comptabilité publique ; la familiarisation des caissiers-payeurs et comptables communaux avec des modèles de plan comptable, de livre comptable et de rapport financier ; la reconnaissance de l’appui technique et logistique d’une mission de maintien de la paix dans le pays ; la préparation des cadres déconcentrés, — des élus et non-élus — dans un souci de pérennité et de création d’une fonction publique efficace au niveau municipal. Plus spécifiquement, l’objectif d’adresser des formations aux collectivités territoriales, en particulier aux communes est de : connaître l’organisation et le fonctionnement de l’hôtel communal ; identifier les mécanismes et les relations fonctionnelles entre les communes et les autres partenaires territoriaux ; déterminer les avantages, inconvénients et obstacles relatifs à la décentralisation et à la démocratie ; offrir aux cadres de la collectivité territoriale communale les outils pratiques leur permettant d’exercer leurs fonctions ; fournir aux élus et surtout aux cadres des collectivités territoriales les techniques nécessaires pour bien préparer et gérer le budget communal ; sensibiliser, mobiliser et motiver les acteurs des collectivités territoriales sur l’importance de la décentralisation et la démocratie par rapport au développement ; déterminer avec les acteurs locaux, les initiatives de développement durable dans les communes. A cet effet, il existe une panoplie de formations pouvant être présentées aux autorités communales, parmi lesquelles :
9